WingMakers

La question de l'Âme, dans toutes ses déclinaisons.
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 La Poésie des Wingmakers

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
AuteurMessage
Cristobal
Admin
avatar

Nombre de messages : 2970
Date d'inscription : 11/06/2007

MessageSujet: Re: La Poésie des Wingmakers   Sam 12 Nov - 22:17

--- @ René pour Papou ? ---

Papou a (presque) terminé de traduire la poésie WingMakers, et je vais donc illico presto mettre à jour et conclure les fichier ePub et pdf.

Mais presque, car Papou a oublié de traduire le poème "Soul's Photograph" de la chambre 23.

Aussi, peut-être pourrais-tu René lui signaler cet oubli, et aussi lui envoyer et/ou lui indiquer que son travail a été mis en forme et en livrels ?

Merci bien.

Very Happy Very Happy Very Happy Very Happy

_________________
Vers l'Infini et au-delà... https://twitter.com/WhatAboutSoul
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.onnouscachetout.com/forum/index.php?showtopic=395&
rené sens



Nombre de messages : 282
Date d'inscription : 02/02/2008

MessageSujet: Re: La Poésie des Wingmakers   Dim 13 Nov - 16:59

En effet Cristobal, Papou a terminé sa brillante traduction des poèmes.
Je lui signalerai ta mise en ligne pour tablette ainsi que le manque du poème "Soul's Photograph" de la chambre 23.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
rené sens



Nombre de messages : 282
Date d'inscription : 02/02/2008

MessageSujet: Re: La Poésie des Wingmakers   Dim 13 Nov - 17:00

CHAMBRE 24


The Pure and Perfect


Someday the messengers will arrive
with stories of a nocturnal sun
despondent, burning implacably
in the deepest shade of a thousand shadows.
They will tell you of the
serene indifference of God.
They will draw you by the hand
through bruised alleyways
and prove the desperation of man
rejected from the beauty of an unearthly realm.
The news will arrive
as a tribute to the death of oracles.
Sparing words of purpose
the messengers will announce the
cold fury of realism's cave.

Someday, the messengers will send their thoughts
through books that have no pulse.
You will be accused of weakness
that drowns you in servitude.
A queer rivalry will beset you
and your life will crawl like an awkward beast
that has no home.

And you, my dearest friends,
who are truth -- who were all along,
will renew your devotion
to a powerful image in a distant mirror.
You will listen to these stories
and tear at your silent heart
with animal claws that are dulled
by the stone doors of time.
Where the unattested is confirmed
your vestige-soul is stored.
It will strengthen you
and cradle you in the light
of your own vision,
which will be hurled like lightening
through twilight's dull corridor.

The messengers will cry
at the sound of your rejection.
They will scream: "Do you want to be a
lowly servant and lonely saint?"

Mutants of the light
are always tested with doubts
of a swollen isolation
and the promise of truth's betrayal.
Listen without hearing.
Judge without pardon.
The grand parasite of falsehood
will prevail if you believe only your beliefs.

Someday, when all is clear to you --
when the winds have lifted all veils
and the golden auberge is the locus
of our souls --
you will be tested no more.
You will have reached destiny's lodge
and the toilsome replica of God
is jettisoned for the pure and perfect.



Le pur et parfait

Un jour les messagers arriveront
Avec des histoires d'un soleil nocturne
Chagrin, brûlant implacablement
Dans l'ombre la plus profonde d'un millier d'ombres.
Ils vous parleront de la sereine indifférence de Dieu.
Ils vous tirerons par la main
à travers des ruelles contuses
et vous prouverons le désespoir de l'homme
rejeté de la beauté d'un royaume non terrestre.
Les nouvelles arriveront
comme un tribut de la mort des oracles.
Avares des mots du sens de la vie
les messagers annonceront la
froide furie du réalisme de la caverne.

Un jour, les messagers enverront leurs pensées
dans des livres sans impulsion.
Tu seras accusé de faiblesse
qui te noie dans la servitude.
Une étrange rivalité t'assaillira
et ta vie rampera comme une bête maladroite
qui n'a aucune demeure.

Et vous, mes plus chers amis,
qui êtes la vérité -- qui furent toujours là,
vous renouvellerez votre dévotion
à une image puissante dans un miroir distant.
Vous écouterez ces histoires
et arracherez des lambeaux de votre cœur silencieux
avec des griffes animales qui sont émoussées
par les portes de pierres du temps.
Là où le non attesté est confirmé
votre âme-vestige est stockée.
Elle vous renforcera
et vous bercera dans la lumière
de votre propre vision,
qui sera repoussée comme un éclairage
à travers le couloir sombre du crépuscule.

Les messagers pleureront
au son de votre rejet.
Ils crieront: "Voulez-vous être un
serviteur modeste et un saint solitaire?"

Les mutants de la lumière
sont toujours éprouvés par les doutes
d'un isolement grandissant

et la promesse de la trahison de la vérité.
Entend sans écouter.
Juge sans pardonner.
Le grand parasite du mensonge
prévaudra si vous ne croyez que vous croyances.

Un jour quand tout sera devenu clair pour toi
Quand les vents auront levé tous les voiles
Et que l'auberge dorée sera devenue la demeure
de nos âmes --
tu ne seras plus éprouvé.
Tu auras atteint la loge de la destinée
et la laborieuse réplique de Dieu
Sera remplacée par le pur et le parfait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
rené sens



Nombre de messages : 282
Date d'inscription : 02/02/2008

MessageSujet: Re: La Poésie des Wingmakers   Dim 13 Nov - 17:02

A Fire For You

On this, the shortest day of the year,
I have journeyed to the Great Plains
to build a fire for you.

The night air is cold like a cellar
cut from ancient stones.
But I found some wood among the deserted plains
buried under the grasses and dirt,
hidden away like leaves
that had become the soil.
After I cleaned the wood by hand -- its dirt beneath
my nails and the fabric of my cloth
I sent a flame
combusted by the mere thought of you.
And the wood became fire.

There were hermit stars that gathered
overhead to keep me company.
Your spirit was there as well
amidst the fire's flames.
We laughed at the deep meaning of the sky
and its spacious ways.
Marveling at the flat mirror of the plain
that sends so little skyward,
like the hearts of children denied
a certain kind of love.

You played with spirits
when you were young among these fields.
You didn't know their names then.
I was one.
Even without a name, or body,
I watched your gaze, unrelenting to the things
that beat between the
two mirrors of the sky and plain.

I believe it was here also
that you learned to speak with God.
Not in so many words as you're now accustomed,
but I'm certain that God listened to your life
and gathered around your fire
for warmth and meaning.
In the deserted plains he found you set apart
from all things missing.

Dear spirit, I have held this vigil for so long,
tending fires whose purpose I have forgotten.
I think warmth was one.
Perhaps light was another.
Perhaps hope was the strongest of these.

If ever I find you around my fire,
built by hands
that know your final skin,
between the sheets of the sky and plain,
I will remember its purpose.
In barren fields
that have long been deserted by the hand of man
I will remember.
In the deepest eye of you
I will remember.
In the longest night of you
I will remember.

On this, the shortest day of the year,
I have journeyed to the Great Plains
to build a fire for you.



Un Feu pour Toi

En ce jour, le plus court de l'année,
J'ai voyagé vers les Grandes Plaines
pour faire un feu pour toi.

L'air de la nuit est froid comme un cellier
creusée dans des vieilles pierres.
Mais j'ai trouvé du bois parmi les plaines désertes
enterrée sous l'herbe et la saleté,
Caché au loin comme des feuilles

qui seraient devenues le sol.
Après avoir nettoyé le bois à la main -- sa saleté sous
mes ongles et le tissus de mon vêtement
j'envoyais une flamme
consumée par la simple pensée de toi.
Et le bois devint feu.

Il y avait des étoiles ermites qui se rassemblaient
au dessus de moi pour me tenir compagnie.
Ton esprit était là aussi
au milieu des flammes du feu.
Nous nous moquions de la profonde signification du ciel
et de ses voies spacieuses.
Nous émerveillant du miroir plat de la plaine
qui projette si peu vers le ciel,
comme les cœurs d'enfants nient
une certaine sorte d'amour.

Tu jouais avec les esprits
quand tu étais jeune parmi ces champs.
Tu ne connaissais pas leurs noms alors.
J'étais un.
Même sans nom, ni corps,

J'observais ton regard, sans me plier aux choses
qui battent entre les
deux miroirs du ciel et de la plaine.

Je crois que c'était ici aussi
que tu avais appris à parler avec Dieu
Pas avec autant de mots que ce que tu fais maintenant,
mais je suis certain que Dieu prêtait attention à ta vie
et s'est assemblé autour de ton feu
cherchant la chaleur et la signification.
Dans les plaines désertées il t'a trouvée loin de
toutes les choses manquantes.

Cher esprit, j'ai tenu cette veille si longtemps,
soutenant des feux dont j'ai oublié l'intention.
Je pense que la chaleur en était un.
Peut-être la lumière un autre.
Peut-être que l'espoir était le plus fort d'entre eux.

Si jamais je vous trouve près de mon feu,
fait à la main
qui connait votre dernière peau,
entre les draps du ciel et de la plaine,
Je me souviendrai de son intention.
Dans des champs stériles
qui ont étés longtemps désertés par la main de l'homme
Je me souviendrai.
Dans la nuit la plus longue
je me souviendrai.

En ce jour, le plus court de l'année,
j'ai voyagé vers les Grandes Plaines
pour faire un feu pour toi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La Poésie des Wingmakers   

Revenir en haut Aller en bas
 
La Poésie des Wingmakers
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WingMakers :: WingMakers :: Portail-
Sauter vers: