WingMakers

La question de l'Âme, dans toutes ses déclinaisons.
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 The Dohrman Prophecy : Traduction en cours du livre-web.....

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
rené sens



Nombre de messages : 282
Date d'inscription : 02/02/2008

MessageSujet: Re: The Dohrman Prophecy : Traduction en cours du livre-web.....   Dim 4 Mar - 23:13

Chapitre 43 - Dieux Grimaçants

Bartholem déverrouilla sa porte d'entrée et alluma les lumières dans le vestibule de son domicile. Suspendant sa canne sur le mur, il déboutonna son manteau, ouvrit une porte de placard et le suspendit sous une housse. Tandis qu’il refermait la porte, il tendit la main pour atteindre sa canne, mais sa main ne sentait que le mur froid. Il baissa les yeux, pensant que sa canne était peut-être tombée de son crochet, mais la pièce devint brusquement sombre, alors une douleur vive à l'arrière de sa tête fila à travers son corps en une fraction de seconde, et il sentit la sensation nauséeuse de tomber dans un tourbillon d’épaisse obscurité.
Dix minutes plus tard, Bartholem, chancelant et endolori, ouvrit ses yeux dans le noir. Il pouvait sentir un filet chaud de sang couler en bas de sa nuque. Il était assis, un bras et deux jambes liés à sa chaise, et sa tête était recouverte d'une cagoule noire jusqu'au cou, serrée autour de son col. « Qu'est-ce ... qui s’est passé ? », réussit-il à demander. « Qu'est-ce qui se passe ... qui ... qui est là ? »
« Vous avez été un mauvais garçon, Docteur B, et ceux qui emploient mes services aimeraient que j'inscrive un petit message - appelons-le un gage de leur déception en vous. »
C'était la voix d'un homme avec un accent local et l'inflexion d'un roturier.
Bartholem tenta de bouger son seul bras libre, mais réalisa que, lui aussi, était coincé sur la partie supérieure à ce qu'il supposait être sa table de cuisine.
« Avez-vous déjà visité un salon de tatouage Docteur B? Oh, attendez, j'ai oublié, vous êtes le Médecin du Roi, alors je vais supposer que oui... »
La voix ricana, et l'homme resserra quelque chose sur le poignet de Bartholem, le coinçant à la table comme dans un étau.
« Écoutez, je ne sais pas ce que vous voulez, mais j'ai de l'argent que je peux vous donner- »
« Docteur B, est-ce un pot-de-vin que vous proposez? Parce que si c'est un pot-de-vin, mes employeurs m’ont demandé de rendre tout cela ... eh bien ... dit simplement, beaucoup moins agréable. »
Bartholem resta silencieux un instant. Sa tête lui faisait mal, et il se sentait soudainement nauséeux, mais sa curiosité ne pouvait être arrêtée. « Qui sont vos employeurs ? »
« Justement c'est une bonne chose que quelqu'un dans votre situation pose cette question. Certainement que, dans la plupart des cas, mes employeurs me demanderaient seulement de vous frapper et vous dire de vous taire. Mais, dans votre cas particulier, Docteur Bartholem, ils m'ont effectivement demandé que vous soyez certain de savoir qui ils sont. Mais soyez patient. J’ai du travail à faire en premier lieu, et une fois que vous le verrez, on m'a dit que vous n'aurez aucun doute quant à l'identité de mes employeurs. »
Le bruit des outils métalliques sur la table accentua l'anxiété de Bartholem.
« Maintenant, voyez-vous », dit la voix, « je ne suis pas un professionnel de cela, cependant, vous serez heureux de savoir que je l'ai fait auparavant à plusieurs reprises. »
« Faire quoi ? », s’écria Bartholem.
« Un tatouage bien sûr. J'ai pensé avoir été clair. Vous n'écoutiez pas attentivement, n’est-ce pas Docteur B ? »
« Un tatouage ? », demanda Bartholem, incrédule. « Vous ... vous allez me faire un tatouage? Pourquoi ? »
« Juste un conseil, ne bougez pas, cela vous ferait beaucoup plus mal. Bien sûr, vous êtes un médecin et tout, vous savez cela. Vous pouvez me considérer comme votre chirurgien, et, sans trop me vanter, en tant que mon patient, je dois dire que vous êtes en de bonnes mains, sans mauvais jeu de mots. Malheureusement, je n'ai rien pour atténuer votre douleur... il semble que mes employeurs aient oublié de mettre cela sur ma liste de choses à faire. »
Bartholem pouvait entendre le tintement des outils manuels sur la table, et ce qui ressemblait à un verre ou une bouteille, que cet homme buvait.
« Je dois vous féliciter pour votre sélection de liqueurs, Docteur B. J'en ai prélevé un bon nombre - des noms que je ne connais même pas, mais elles ont bon goût quand même. Oh, et tant pis si mes compétences se dégradent avec un peu d'alcool ... Je bois tout le temps et je suis très habitué à mes mains tremblantes et ma vision floue. »
La voix rit à nouveau, et Bartholem pouvait l'entendre prendre une autre gorgée d'une bouteille, et la poser sur la table rudement.
« En fait, si vous voulez une gorgée de ceci, je partagerai avec vous - peut-être même que cela aidera à atténuer la douleur, mais la cagoule l’empêche, et je crains que ce soit salissant pour vous. »
Bartholem secoua la tête à l'offre, heureux que son regard de dégoût ne fut pas visible à son agresseur sadique.
« Très bien, alors. Avons-nous été clairs sur le problème du mouvement ? »
Bartholem acquiesça, sa main tremblant comme un veau avant qu'il ne soit marqué.
« Docteur B, tout ira bien. Vous pourriez même finir par aimer ce tatouage, mise à part la méthode par laquelle vous l'aurez obtenu. Maintenant, avant de commencer, je demande toujours à mes clients s'ils ont des questions. Je suis un grand bavard - du moins c'est ce que les gardiens de prison m'ont dit. Posez-moi juste toute question qui vienne à votre grand et apparemment sournois esprit... Cela fera passer le temps plus rapidement et nous prendrons tous les deux beaucoup plus de plaisir. »
Bartholem résista à la question naturelle : pourquoi étiez-vous en prison ? Au lieu de cela, il fit de son mieux pour retrouver une certaine prestance. « En tant que Médecin du Roi, je conseille- »
« Maintenant, Docteur B, est-ce une menace que vous alliez me faire? Parce que si c'est une menace, mes employeurs étaient assez précis sur la façon dont je devrais répondre », la voix se ramollit à un murmure, et Bartholem pouvait sentir l'alcool à travers la cagoule, car son agresseur s’était approché de son visage. « Mais, malheureusement, je ne me souviens pas des détails de cette instruction, alors je serais probablement obligé d'improviser, eh bien, en général, quand les gens me menacent, cela déclenche quelque chose en moi ... et ... ce n'est pas mon meilleur côté, disons simplement. »
« Ce n'était pas une menace », plaida Bartholem. « Je voulais seulement vous offrir un accès à mes services si vous voulez me libérer sain et sauf. »
« Ah, je vois, nous sommes de retour à la corruption », la voix pouffa de rire. « Docteur B, je crois que votre mémoire est altérée ... »
Une douleur vive et lancinante saisit le bras de Bartholem tandis que son agresseur commençait, et Bartholem utilisa chaque once de sa volonté pour garder sa main immobile.
« Parce que vous avez été si aimable étant mon hôte », la voix continua, « à partager vos liqueurs fines - oh, j'aime le son de ce mot ... liqueurs ... Je vais négliger votre perte de mémoire, considérons-la due à une personne âgée et tout. »
« Maintenant, Docteur B, rappelez-vous ce que j'ai dit sur le mouvement. Vous avez bougé votre main ! Installez-vous ! Ce que je fais ici est une œuvre d'art, et je serai furieux si ma création est ratée parce que ma toile a bougé. C’est indélébile ! Vous ne souhaitez pas un tatouage déformé sur votre corps, n’est-ce pas ? Non, bien sûr que non, vous voulez quelque chose dont vous pouvez être fier ... bon, au moins quelque chose que vous pourrez regarder secrètement, et admirer. Je parie que vous le ferez, Docteur B, je parie que vous le ferez. Dans environ une semaine ou deux, vous regarderez votre main et une petite larme se formera au coin de votre œil d'admiration pour ce tatouage artistique qui remplira votre cœur. Et dans environ, eh bien, disons, soyons réaliste, quelques mois, vous me remercierez pour ce magnifique chef-d'œuvre. Je pourrais même vous laisser ma carte de visite afin que vous puissiez m'envoyer un mot de remerciement. »
La douleur criblait le bras de Bartholem encore, et encore. Pendant près d'une heure, le traitement dura, et Bartholem savait que l'Église le marquait pour sa trahison. Une partie de lui était soulagée que cela se produise, et que ce soit bientôt terminé. Cela aurait pu être pire ... bien pire.
Son agresseur continua sa conversation à sens unique, ne s'arrêtant que pour changer d'outil ou boire un verre.
« Docteur B, je crois que j’ai fini, et je dois dire, c'est une de mes plus belles œuvres. Je pense que mes employeurs seront très satisfaits. Maintenant, tenez encore pendant que je prends une photo de votre nouvel attrait. Je tiens à garder un album de toutes mes créations, et avec la cagoule, je suis sûr que votre vie privée sera bien préservée. »
Bartholem sentit le flash d'un appareil-photo, puis entendit les outils qu’on emballait. Sa main était palpitante, et il sentit que son agresseur la frottait avec un chiffon humide, insufflant l'odeur familière de l'alcool à friction dans la pièce. Bartholem saluait la sensation de fraîcheur sur sa main endolorie.
« Je vous prie de m'excuser pour le désagrément, Docteur B, mais je pense vraiment que vous allez aimer ceci... finalement. Maintenant, voici la façon dont nous allons procéder. Je vais délier votre bras ici, et puis je vais disparaître. Vous vous détacherez et resterez ici pendant un certain temps. J'ai déjà désactivé votre téléphone, il ne faut pas vous préoccuper de cela. Je vous recommande de prendre une douche, peut-être, de nettoyer un peu. Peut-être prendre un verre d'un de vos vins, et réfléchir à ce que vous avez fait pour mériter cela. »
« Oh, et j'ai presque oublié. Si n’importe qui, et je suppose inclure le bon roi, décide d'entreprendre toute forme de représailles, je me dis que je vais avoir le droit de revenir dans votre belle maison avec un ensemble d'outils différents, et récupérer mon art. Ces mots je les ai appris par cœur tels qu'ils ont été écrits dans mes instructions, car ils ... eh bien, ils m’ont plu. J'aime l'idée de la récupération de mon travail, surtout si vous ne respectez pas les règles. Et la règle numéro un, n'est pas le châtiment - ni à moi, ou mes employeurs. Vous comprenez ceci ? »
Bartholem acquiesça. « Je comprends. Aucun châtiment. »
« De quelque nature que ce soit. »
« De quelque nature que ce soit », répéta Bartholem.
« Et une dernière chose ... mon sac ici est assez grand, et les outils pour le tatouage, comme vous pouvez l'imaginer, sont assez petits, alors j'ai pris certaines de ces bouteilles presque vides que j’ai prélevées et entassées à l'intérieur. J'espère que cela ne vous dérange pas. Je suppose que vous ne buvez pas de toute façon et il serait dommage de les gaspiller. Ai-je votre permission de les prendre Docteur. B ? »
Bartholem acquiesça. N'importe quoi pour le faire partir !
« Excellent. Eh bien, malgré votre difficulté initiale, vous vous êtes avéré être un de mes clients préférés. Je vous remercie pour votre patience, et j'espère sincèrement que vous apprécierez votre tatouage. »
Bartholem pouvait sentir le lien sur son poignet se desserrer, et il retira immédiatement son bras libre de la table. Il pouvait entendre son agresseur traversant la maison, puis la fermeture de la porte arrière et le bruit sourd des bouteilles en verre s'entrechoquant en arrière-plan tandis que l'agresseur dévalait les escaliers.
Bartholem lutta pour délier la cagoule d'une main avec ses doigts endoloris qui avaient perdu leur coordination. Quand il a finalement réussi à ôter la cagoule, plissant les yeux dans la lumière jaune, il se demandait s'il devait examiner sa main ou se défaire de la chaise. Mais le battement intérieur de sa main était comme un aimant pour les yeux, et il baissa la tête à la proposition.
Là, niché entre ses veines, à l'arrière de sa paume, se trouvait une petite, mais nette marque. C’était un Dragon Royal avec une épée à tranchant traversant sa tête, enfermé dans un cercle de seize étoiles. S’il l'avait vu sur n'importe quelle autre main, il aurait admiré ses détails et ses qualités artistiques, mais sur la sienne, Bartholem ne pouvait que détourner le regard et frissonner.

****


Dernière édition par rené sens le Mer 25 Juil - 22:01, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
rené sens



Nombre de messages : 282
Date d'inscription : 02/02/2008

MessageSujet: Re: The Dohrman Prophecy : Traduction en cours du livre-web.....   Mer 7 Mar - 18:18

Chapitre 44 - Un Nouvel Univers.

« Tu me comprends ? », demanda intensément Kamil. Il prit Maia en tenant ses deux mains, les yeux fixés dans les siens. « Tu es en danger si Joseph a été trouvé par la Garde Suprême. Cela signifie qu'ils sont à proximité. Ils vont essayer de suivre son chemin, qui les conduira ici. Vous devez partir. »
« Je ne pars pas sans toi », dit fermement Maia, ses yeux se remplissant de larmes. « Où irais-je ? »
Kamil se tourna vers Simon. « Vous devez connaître un endroit sûr où vous pourriez aller avec Maia. Je vais aller à la recherche de Joseph. Je sais comment éviter les sentinelles... et si on me trouve, au moins vous serez saufs. S'il vous plaît, permettez-moi de faire cela. »
« Ta jambe ... Elle t’empêchera de courir », dit Maia : « tu seras une proie facile. »
« Peut-être, mais je les trouverai, avant qu'ils ne me trouvent... »
« Et puis quoi ? », demanda Maia avec défi. « Tu vas te livrer ? »
« Je les suivrai à la trace », répondit Kamil. « Je m'assurerai qu'ils ne soient d’aucune menace pour toi et Simon. »
« Et s'ils le sont? Alors ? », demanda Simon.
Simon croisa ses bras, regardant par la fenêtre sans verre de sa hutte. « Les sentinelles se déplacent rarement dans cette partie de la forêt. J'ai vu leurs traces seulement quelques fois. S'ils sont ici, c'est seulement pour trouver Kamil. S'ils ont trouvé Joseph à la place », Simon se tourna vers Maia, « il vous aurait protégé et les aurait écartés de leur route. S’ils ne croyaient pas Joseph, ils l'auraient tué, et ils essaieraient de retrouver ses traces. Le chemin qu'il a utilisé est à peine visible - quasi inexistant -, mais s'ils sont des pisteurs qualifiés, ils pourraient trouver cet endroit. »
« Raison de plus pour être sur l'offensive », dit Kamil. « Simon, si vous emmenez Maia dans un endroit sûr - à l'écart du chemin que Joseph a utilisé pour vérifier les pièges - je resterai à l’affût pour voir s'ils suivent le chemin de Joseph. Si je les vois, je me cacherai, et rien de plus- »
« Et s’ils ont des chiens ? », interrompit Maia. « Ils te trouveront. »
« Ils seront sur la piste de Joseph. »
« Jusqu'à ce qu'ils trouvent la tienne ! », s'exclama Maia.
« Nous n'avons pas le temps pour débattre de cela », répondit Kamil, la voix nerveuse et intense. « Je peux marcher. Ils sont après moi. Je dois régler ce problème. Si je trouve qu’ils se déplacent dans cette direction, je les distrairai ... Je. .. Je ne sais pas comment, mais je vais les détourner de votre piste. Il n'y a pas d'autre moyen. S’ils trouvent cet endroit, ils n’arrêteront jamais, ils vous traqueront. Simon, si vous avez quelque chose de valeurs ici, emportez-le avec vous, mais s'il vous plaît, partez maintenant. »
Simon continua à regarder par la fenêtre, plongé dans ses pensées. Il n'avait qu'une seule chose de valeur, et qui ne se déplacerait jamais, en raison de son poids et de sa fragilité. Le Premier Volume de l'Oracle - la version originale manuscrite qu'il avait rédigée il y a 308 ans - resterait ici, mais il le placerait dans un endroit bien caché, une chambre souterraine qu'il avait construite, il y a de nombreuses années, pour la nourriture et les conserves.
Simon referma le livre avec soin, et il le coinça sous le bras. « Donnez-moi un instant pour préserver cela. »
« Avez-vous besoin d’aide ? », demanda Maia.
« Ça ira », répondit Simon. « Ramassez vos affaires, tout ce que vous voulez prendre, et nous partirons dans quelques minutes. Le plan de Kamil est la seule option, pour autant que je souhaite que nous en ayons un autre. »
Simon se tourna et sortit dans le patio, où sa chambre secrète attendait de recevoir la Prophétie de Dohrman, Volume I.
« S'ils te capturent », murmura Maia : « tu dois me promettre que tu vas faire tout ce qu'ils disent. Ne résiste pas. N’essaie pas d'être un héros. Reste en vie. S'il te plaît, reste en vie. Tu me le promets ? »
Kamil attira Maia dans ses bras, la tint en silence. Il y avait tant de désir qui inondait son esprit, mais aucun d'entre eux ne pouvait être mis en œuvre. Il n'avait qu'un seul chemin devant lui, et il savait qu'il se terminerait probablement par sa mort. « Je ferai ce que tu demandes. »
« Je ne sais pas comment », dit Maia, « mais je te trouverai. » Elle le regarda dans les yeux avec la force d'un amant. « Même si tu oublies ce visage, ce contact, ne doute jamais que je te trouverai. »
Kamil sourit. « Je ne pourrais jamais t’oublier, Maia, mais c'est moi qui te trouverai », dit-il tendrement. « Ne t’inquiètes pas. Je connais ces bois mieux que quiconque. C’est bon. Reste près de Simon. J'ai confiance en lui. »
Maia approuva de la tête, puis embrassa Kamil comme une offrande à Dieu pour le garder en sécurité. Le bruit du retour de Simon interrompit leur étreinte, et ils se séparèrent à regret avec le contact feutré de leurs doigts, démontant leurs cœurs enlacés.
Simon poliment s'éclaircit la gorge, posant un petit sac sur la table. « Il y a un peu de nourriture dans ce sac, vous pourriez en avoir besoin. Nous marcherons environ dix kilomètres dans une direction nord-est, vous y trouverez une étendue de buissons épineux. Lorsque vous les trouverez, suivez leur périmètre vers l'ouest - ne tentez pas de les traverser. Je laisserai une trace pour vous une fois que vous atteignez les buissons d'épines. D’accord ? »
Kamil acquiesça, regardant toujours Maia.
« Si les sentinelles suivent la piste de Joseph, ils viendront de cette direction », Simon indiqua l’avant de la cabane. « Si vous suivez le chemin à l'avant, quand il bifurque, prenez la voie de gauche. C’est en fait une traînée de cerfs, mais c’est celui-là que j'emploie pour les pièges, et je suis sûr que c'est le chemin que Joseph a emprunté. Restez à une distance de sécurité du chemin, et gardez vos oreilles grandes ouvertes. J’attendrai dehors, mais s'il vous plaît hâtez-vous. »
« Oh, et je suis heureux de voir vos cœurs se réunirent », ajouta Simon, en sortant dehors avec un sac sur son épaule, « mais soyez rapides pour vos adieux. »
Maia recula, ses yeux verrouillés sur ceux Kamil. « Comme je ne pourrai ne pas te voir avant ... un certain temps, je veux te dire quelque chose ... Quelque chose que je voulais te dire hier, et la veille, mais je ne l'ai pas dit ... »
« Je t'aime aussi », dit Kamil, ses yeux n'hésitant pas un instant à chercher la partie la plus profonde de Maia alors que des rayons obliques du soleil entraient dans une mer calme.
Les yeux de Maia souriaient, et sa main trouva la boussole de Joseph sur la table sans détourner les yeux. Elle avança près de la porte, volant un dernier regard à Kamil, chacun d’eux étudiant l'autre. Comme elle arrivait à la porte, elle remua les lèvres en silence. « Je t'aime », et soudain se retourna, presque en se cognant dans Simon alors qu'elle se précipitait dehors.
« Partons », dit-elle comme elle ralentissait son pas, attendant que Simon la rattrape et ouvre le chemin.
Kamil boitait en passant la porte d'entrée, saisissant le petit sac de légumes que Simon lui avait laissé. Son cœur était dans la crainte et la joie en même temps, et en un sens, il se sentait comme un homme perdu, sans baptême, et boitant dans les limbes inextricables, mais une autre partie de lui battait les tambours enthousiastes - fort d'une source souterraine qu'il n'avait jamais ressentie auparavant.
Et alors un souvenir resurgit en lui, arrêtant ses pas. Joseph portait mes vieilles bottes !

****


Dernière édition par rené sens le Mer 25 Juil - 22:02, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
rené sens



Nombre de messages : 282
Date d'inscription : 02/02/2008

MessageSujet: Re: The Dohrman Prophecy : Traduction en cours du livre-web.....   Mer 14 Mar - 22:25

Chapitre 45 - La Porte Active

Un soleil brillant déversait ses chauds rayons à travers les grands pins, à la recherche du domaine inhabitable de terre et de pierre. C'était tôt le matin, et la forêt était le lieu de recherche de nourriture de seulement quelques corbeaux et des écureuils roux, dont Hugelitod, marchant lentement, se préoccupait à peine. Plus tard dans la journée, il apprendrait la décision de Doriah, bien conscient que l'aide de Doriah était la clef pour sa mission désignée par l’Oracle. Si Doriah voulait l'en empêcher, il n'avait qu'à raconter leur conversation dans le temple à Karnomen, et toutes les libertés retrouvées de Hugelitod disparaîtraient.
Je suis tellement vulnérable.
Hugelitod s'arrêta et ferma les yeux pendant qu’un rayon de soleil déviait son chemin, lui touchant l'épaule de sa chaleur. Le parfum de pin et de terre l'emplissait comme la sainte volonté d'un dieu lointain, et ses pensées se tournèrent vers l'ancien temple souterrain. Pourquoi Doriah cache-t-il le véritable but du monolithe d’or ? S'il parle de mes plans à Karnomen, je peux parler à Karnomen de l'accès secret de Doriah à l'Oracle, et Doriah perdrait sa stature vis-à-vis de l'Ordre. Peut-être qu'il perdrait tout. C'est mon seul levier, mon seul espoir si Doriah choisit d'intervenir dans mes efforts pour aider l'Oracle.
Hugelitod se tourna et marcha vers les motifs du monastère où son travail commencerait sous peu. Il pria à une fleur d'or, flottant sur une mer de charbon liquide, que Doriah le rejoigne. C’était le seul élément de clarté qu'il voyait.
* * * *
Les coups étaient rudes. Samuel releva la tête de son bureau. Sa vue lentement devint nette alors qu’il regardait un verre renversé qu’il tenait encore à la main. Tout à coup, un souvenir apparut. Il avait travaillé jusqu’à tard dans les premières heures du matin, et avait bu du Tropana, une liqueur célèbre pour être un stimulant, mais aussi connue pour avoir un effet d’effondrement sur ceux qui en buvaient trop.
Encore une fois, les coups infernaux le tirèrent à un nouveau niveau de conscience. Seul un homme avec une canne pouvait faire autant de bruit. « Qui est-ce ? »
« C'est Bartholem, je veux vous voir », fut la réponse étouffée.
La tête de Samuel tournait, ou c’était la pièce mais cela n'avait pas vraiment d'importance puisque le résultat était identique. Il était soudainement hébété. Sa porte était verrouillée, et il devait, d’une manière ou d’une autre, traverser la longueur de son bureau et faire entrer Bartholem. « Un moment, mon ami. Je suis dans un état lamentable. »
Il crut entendre un soupir de l'autre côté de la porte, et se tenant au bureau avec les deux mains, Samuel réussit à se lever. « Maintenant la partie difficile », se dit-il intérieurement avec amusement.
« Dépêchez-vous ! », supplia Bartholem.
Samuel regarda sa montre, en notant l’heure. « Il n'est même pas sept heures, pour l’amour de Dieu. » Puis, avec une respiration profonde et un courage incertain, Samuel se traîna vers les doubles portes massives de l'autre côté de son bureau - un bureau qui semblait, en cet instant, interminable. Il finit par atteindre les portes, tourna la clef qui était introduite dans la serrure, et les ouvrit.
Bartholem entra précipitamment comme un insomniaque harcelé avec un singulier désir à se quereller. « Je vous ai dit que ça arriverait », cria-t-il. « Regardez ceci ! »
Bartholem leva sa main gauche à quelques centimètres de la tête de Samuel qui chancela vers l'arrière, ses bras cherchant un soutien, mais n'en trouvant pas, il tomba.
Bartholem se précipita à son secours, se répandant en excuses. « Je suis désolé. Je suis tellement désolé mon vieil ami. Je ne voulais pas vous surprendre. »
« Eh bien, vos intentions démentent les faits », Samuel se mit à rire, soulageant les soucis de Bartholem. Samuel s’assit sur le sol essayant de rassembler ses esprits, et fit signe à Bartholem de fermer la porte. « Je suppose que quelque chose concerne votre main. Qu’est-ce que c’est ? »
Bartholem ferma la porte, se rapprocha avec le cliquetis de sa canne sur le sol en marbre, et tendit sa main. Samuel saisit la main tendue et la porta près de son visage, l'examinant avec beaucoup d'intérêt. Ses yeux se plissèrent, pendant qu’il interprétait le message.
« Que s’est-il passé exactement ? », demanda Samuel alors qu'il se mettait debout, se traînant vers une chaise à proximité. « Et je veux toute l'histoire. »
Bartholem s’assit et expliqua les événements de la nuit précédente avec détails cinématiques, tandis que Samuel écoutait. Parfois, les yeux de Samuel se fermaient, comme s'il calculait des valeurs astronomiques, mais Bartholem ne doutait pas que son attention soit fixée sur son histoire. Quand il eut fini, il attendit patiemment la réaction de Samuel.
Après un très long silence, Bartholem ne pouvait pas attendre plus longtemps. « Alors ? »
« Tout d’abord, je suis désolé que vous ayez dû supporter cette humiliation », répondit Samuel, tenant sa tête dans ses mains comme s'il était profondément déprimé. « Mais Karnomen est audacieux, et nous savions que quelque chose comme cela pouvait se produire ... et au moins vous allez bien. »
« Oui, mais j'ai cette marque sur moi pour le reste de ma vie ... Que penseront mes patients? Que pensera quiconque la voyant ? C'est le dragon royal dont la tête est coupée ! »
Le Dragon Royal était la marque la plus vénérée de la Maison Royale. Si une marque plus offensante pouvait être faite, elle serait représentée dans toute la littérature et Samuel le savait. « Le roi comprendra- »
« Je ne suis pas inquiet au sujet du roi - bien sûr qu'il comprendra ... sans doute un bon rire à ce sujet », plaisanta Bartholem. « Je me préoccupe au sujet de tout le monde. Ils penseront que je suis un espion... ou ... ou un dissident. Je serai signalé à toute autorité- »
« Détendez-vous », dit Samuel. « Nous allons prendre soin de cela. Il y aura quelques inconvénients certes, mais après un certain temps, les autorités ignoreront les rapports. D'ailleurs, ne pouvez-vous pas porter un gant quand vous sortez ? »
« J'ai encore un cabinet médical ! », s’écria Bartholem. « J'ai des patients. Je ne peux pas porter des gants. Ils penseront que j’ai peur de les toucher ou, pire encore, que j'ai des maladies transmissibles. »
« Ce n'est pas très grand », fit remarquer Samuel. « Peut-être que vous pourriez l’effacer avec un maquillage épais. »
« Maquillage ? », protesta Bartholem. « Dois-je ressembler à un homme qui se maquille ? »
« C'est le dos de votre main, pour l'amour de Dieu. Ce n'est pas votre visage. Ne réagissez pas de manière excessive. »
Bartholem poussa un long soupir. « Je me sens humilié ... fatigué, et ... et coupable. »
« Coupable? Coupable de quoi ? », demanda Samuel.
« Je n'ai jamais voulu blesser Karnomen. Il était bon avec moi. »
« Il était bon avec vous parce que vous serviez son dessein », corrigea Samuel. « N’oubliez pas cela. Et maintenant que vous ne servez pas son but, regardez comment il vous traite. »
« Je le mérite », dit Bartholem, sa voix à peine audible.
« Karnomen a sa revanche. C'est fini. Son message a été envoyé. Votre service auprès du roi est respecté. Fin de l'histoire. » Samuel qui était debout avec un peu plus d’équilibre qu’auparavant, gagna tant bien que mal son bar, se versa un verre d'eau et le but goulûment. « La chose que vous devez vous rappeler, mon ami, c'est que nous avons l'Oracle, en grande partie grâce à vos efforts. Vous pouvez obtenir n’importe quel désir en votre cœur, simplement en demandant au roi. Quels hommes peuvent en dire autant ? », Samuel sourit d'un charme pervers. « Combien ? »
Bartholem regarda ses chaussures, en tapant de sa canne sur l'accoudoir de sa chaise. Ses manches longues - choisies à dessein - couvraient en grande partie ses mains, mais semblaient négligées ; une allure qu’il déplorait profondément. « Je mettrai un bandage quand je sors », dit tranquillement Bartholem. « Je dirai à tous ceux qui me questionneront que c'est une éruption cutanée chronique. »
« En le décrivant », dit Samuel : « Je suis sûr que nous pourrions attraper le gars qui a fait cela- »
« Vous m'avez bien entendu », dit Bartholem avec une soudaine intensité. « Pas de règlements de comptes. Comme vous l'avez dit, la fin ... de ... l'histoire. Nous allons tous prétendre qu'il ne s'est rien produit, et juste laissez couler. »
« C'est probablement mieux. Nous avons l'Oracle », affirma Samuel. « C'est la meilleure forme de vengeance. »
« Levernon a signé le Pacte ? », demanda Bartholem.
Samuel acquiesça. « La nuit dernière. »
« Voilà pourquoi je vous ai trouvé ici, et non à votre domicile », répondit Bartholem, remuant son index vers Samuel. « Tropana? Ne le niez pas. Je peux le voir dans vos yeux. »
« Pour ma défense, j'avais beaucoup de documents juridiques à examiner. D'ailleurs je ne suis pas accroc à la substance. Je m'en sers quand j'ai vraiment besoin de rester éveillé. »
« C'est une dépendance au premier verre, vous le savez », réprimanda Bartholem. « En tant que votre médecin, vous devez arrêter. Elle vous tuera. »
« Tout vous tue », sourit Samuel. « Le poison lent de la vie, rappelez-vous ? »
Bartholem sourit, se sentant mieux avec son meilleur ami de trente-cinq ans. Il regrettait les discussions philosophiques qu'ils avaient l'habitude d'avoir, quand la période était plus facile et ils se concentraient sur les jeux de mots au lieu des drames des Maisons Royales.
« N'avez-vous pas dit par le passé que là où il y a ombre, il y a rayonnement ? », demanda Bartholem.
« Cela ressemble à quelque chose que je pourrais dire », avoua Samuel avec un sourire.
« Eh bien, le rayonnement est censé être cet Oracle », dit Bartholem. « J'espère simplement que nous sommes disposés pour l'ombre, ou la déception. »
« Pourquoi dites-vous cela ? »
« Quelque chose ne tient pas debout. Karnomen ne lâcherait jamais l'Oracle. Jamais. »
« Il a négocié l'indépendance grâce à lui, c'est une très bonne raison en soi. »
« Il a essayé de le détruire. Il était convaincu que l'Oracle était une menace ... qu'il détruirait l'Église en quelque sorte, et ils l’avaient en leur possession. Entre les mains de Levernon ... »
La voix de Bartholem fila dans le silence. Maintenant qu'il avait un tatouage du dragon royal décapité, il devait choisir ses mots avec plus de soin, surtout quand ils se référaient à Levernon.
Samuel avala deux comprimés avec un verre d'eau, se dirigea vers la chaise de Bartholem, et s'assit à côté de lui. Il tira la manche de Bartholem avec son doigt. « Ne le prenez pas mal, mais ce tatouage que vous avez sur votre main ... il vous convient très bien. »
Bartholem roulait des yeux, expulsant une respiration profonde de mécontentement. « Toujours le baume de l'humour, n'est-ce pas ? »
« Eh bien, cela fonctionne certainement mieux que la vérité », dit Samuel avec un clin d'œil.
« Vous avez toujours l'intention de venir à la réunion d'échange, n'est-ce pas ? », demanda Samuel avec un ton plus sérieux.
« Je ne suis pas sûr d’être prêt à faire face à Karnomen pour l'instant. »
« Votre curiosité au sujet de l’Oracle n’est-elle pas plus puissante que votre appréhension d'affronter Karnomen? D'ailleurs, votre présence l'énervera. Remontez vos manches et affichez cette chose sans réserve. Ce sera perturbateur pour Karnomen. Allons, vous savez que j'ai raison. »
Bartholem acquiesça en tenant compte de l'idée. « Peut-être ... »
« Au moins venez pour me tenir compagnie », dit Samuel.
« Je vais y réfléchir, mais cela suppose une longue marche vers le site de l'Oracle. »
« Si Karnomen peut le faire, vous le pouvez aussi », répliqua Samuel avec des yeux flous.
Bartholem savait que son ami avait raison, et les perspectives de voir le site légendaire de l'Oracle lui apportaient un sentiment d'aventure qu'il n'avait pas ressenti depuis fort longtemps, voir jamais. « Bon, je viendrai si vous voulez ma présence, quoique je n'aie jamais eu l'impression d’apporter contribution. »
« Magnifique ! », dit Samuel avec un large sourire. « Je vous enverrai les modalités dans la journée, et encore une fois, comme je l'ai dit, vous avez déjà fait votre contribution. Détendez-vous, mon ami ! »

* * * *


Dernière édition par rené sens le Mer 25 Juil - 22:03, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
rené sens



Nombre de messages : 282
Date d'inscription : 02/02/2008

MessageSujet: Re: The Dohrman Prophecy : Traduction en cours du livre-web.....   Mar 20 Mar - 20:57

Chapitre 46 - Vent de Prière

La jambe de Kamil provoquait plus de souffrance qu'il ne l'aurait imaginé. Dans la cabane de Simon, son attention était tellement focalisée sur Maia que sa douleur était reléguée dans une brume souterraine, mais maintenant, étant seul dans la forêt depuis vingt minutes, s'éclipsant à travers les épaisses broussailles comme un renard, son état réel resurgissait, elle palpitait de douleur. Heureusement, la douleur était sourde, mais malheureusement, elle était persistante, l'assaillant chaque fois qu'il reposait son poids sur sa jambe
Malgré sa condition, ses préoccupations étaient concentrées sur les sentinelles de la Garde Suprême. Il savait trop bien que leur motivation pour sa capture serait exceptionnellement élevée. La plupart, sinon tous, devaient avoir été réaffectés dans le voisinage de la scène du crime, et ensuite ils se déploieraient en éventail à la recherche de traces de son passage. Grâce à la récente tempête, la flore les avait absorbées. Il savait donc qu'ils auraient à déployer un modèle complet de recherche circulaire, qui réduirait leurs ressources - quelque chose dont il pouvait être reconnaissant.
Il venait de trouver la bifurcation du le sentier, et la suivit sur la gauche comme Simon l'avait suggéré. Environ tous les trente mètres, il se reposait pendant environ cinq secondes, et était à l’écoute de tout son qui pourrait indiquer une présence humaine. C’était une pratique qu'on lui avait enseignée durant sa première année de formation. Kamil souriait en se souvenant que c'était cette même technique qu'il avait utilisée pour localiser et capturer Maia et Joseph.
Soudain, à sa droite au loin, il entendit le craquement net d'une branche transpercer la voûte de la forêt silencieuse, et il s'arrêta net. Un grand arbre se trouvait à proximité, et il s'appuya contre lui, en regardant attentivement autour de son tronc grossier pour distinguer ce qui avait fait le bruit. Son cœur battait tandis qu'il épiait. Cela aurait pu être quelque chose d'aussi innocent qu'un écureuil ou la chute d'un gland, mais cela sonnait comme le craquement d'une branche - le genre qui nécessite un poids important.
Kamil analysa tout mouvement. Ses oreilles étaient à l'écoute du moindre bruit. Et puis il le vit. Un cerf énorme, avec des bois d’un mètre vingt, étudiant la forêt, et clairement agité par quelque chose, ses narines frémissantes à la recherche de clarté. Il était puissamment bâti, mais à travers l'enchevêtrement des branches, Kamil ne pouvait voir que des fragments de sa présence majestueuse : un mouvement brusque de queue, un cou musclé et tendu, la posture du mâle en détection sensorielle.
Il était parfaitement immobile dans la forêt. Même le vent, avec un millier de voix, se cachait dans sa coquille comme s'il était tourmenté par le silence. Kamil savait que le cerf ne pouvait pas l'avoir senti, et que s'il l'avait repéré, il se serait sauvé. Des cerfs en particulier de cette taille, étaient facilement effrayés, car les sentinelles les chassaient pour la nourriture, et bien que Kamil ne les ait jamais vus, il savait qu'il y avait aussi des loups dans la forêt de Dohrman, leurs hurlements pouvant être entendus occasionnellement.
Soudain, un coup de feu retentit, et l’instant d'après Kamil observa le mâle tomber, ses pattes avant se dérobant, mais sa partie postérieure resta debout, luttant pour maintenir l'équilibre. Le cerf essaya de se relever, pour se déplacer, mais un second coup emplit l'air, et le cerf tomba. Kamil comprit instantanément. Des sentinelles - probablement les mêmes qui avaient trouvé Joseph - avaient traqué le cerf en face de sa position.
Kamil s'accroupit au sol, et écoutait. Il entendit des voix dans le lointain, à environ une centaine de mètres plus loin sur le chemin, et ajusta sa position derrière l'arbre pour s'assurer qu'il n'y avait aucun moyen qu'il puisse être repéré. Très lentement, Kamil regarda autour du tronc de l'arbre immense. Il ne pouvait voir que deux personnages, encerclant le cerf tombé, parlaient avec enthousiasme. Ils étaient trop loin pour comprendre ce qu'ils disaient, mais Kamil fut soulagé qu’ils ne soient que deux.
****
Ce ne fut qu’au crépuscule que Kamil put parcourir la distance qui le séparait de ses poursuivants. Sa furtivité était la seule chose qui le maintiendrait en vie, et ce fait ne lui avait pas échappé. Mis à part un couteau émoussé, il était sans armes, et sa mobilité était un incontestable handicap s’il devait combattre ou prendre la fuite.
Les sentinelles avaient allumé un feu, et se trouvaient dans les affres de la préparation d'un dîner de venaison. Le feu générait de fort craquements et un bruit de fond qui permit à Kamil de s'approcher assez près du camp des sentinelles afin d’entendre leur conversation. Il reconnut l'une de leurs voix, une sentinelle qui se nommait Sothmen - une personnalité graveleuse et désagréable ayant la réputation d'être tenace et têtu. Kamil ne put identifier la voix plus jeune.
Initialement, Kamil avait prévu de suivre les sentinelles et d’essayer d'apprendre leurs plans, mais alors qu’il les écoutait, il lui devint évident qu'ils avaient tué Joseph et suivaient sa trace. Le grand cerf était tout simplement un cadeau de la forêt auquel ils n'avaient pas pu résister.
Kamil se rapprocha - littéralement d’un centimètre à la fois. La lumière diminuante travaillait en sa faveur, et il savait que les hommes seraient somnolents après s’être gavés de la venaison. Il devait être patient, mais l'odeur de la viande n’aidait en rien. Il n'avait pas vraiment mangé depuis plusieurs jours au cours de son combat avec la fièvre, et son estomac annonçait sa privation avec tous les outils à sa disposition.
Quand les sentinelles eurent fini de manger, Sothmen ordonna à la jeune sentinelle d'assurer le premier tour de garde pendant qu'il dormait. Kamil pouvait les entendre débattre sur le besoin d’une surveillance mais la nourriture était un attracteur pour les autres animaux, et le grade de Sothmen l’emporta.
Une heure plus tard, Kamil, peu à peu, se plaça derrière le dos de la jeune sentinelle, qui était assise en regardant le feu, son fusil posé sur ses genoux. De temps en temps, la sentinelle jetait une branche sur les braises rouges pour plus de chaleur, mais autrement elle était calme. Kamil suivait avec intérêt la façon dont la tête de la sentinelle tombait à plusieurs reprises, un signe révélateur qu'il avait les yeux lourds.
L’approche de Kamil était féline. Il n’était qu’à quelques mètres derrière la sentinelle, une grosse pierre dans sa main, complètement vulnérable si la sentinelle se retournait. Sothmen ronflait. À la gauche de Kamil, à environ trois mètres de distance, il remarqua le cerf éviscéré, une langue molle pendant de sa bouche, les yeux vides regardaient fixement comme des agates polies.
Kamil retourna son attention à l'arrière de la tête de la sentinelle, car elle pendillait vers le bas, obéissant à un puissant appel à dormir, et Kamil, le prenant comme un signe, se précipita, et le frappa sur le côté de sa tête avec un coup puissant. La jeune sentinelle s’effondra et chuta sur le côté dans les bras en attente de Kamil. Kamil l’amortit aussi bien qu'il le pouvait, ses yeux rivés sur Sothmen. Au grand soulagement de Kamil, le ronflement continua ; Sothmen était parfaitement inconscient de l'embuscade à seulement trois mètres de distance.
Kamil plaça le corps inerte de la jeune sentinelle soigneusement sur le sol, et ensuite se dirigea doucement vers le ronflement de Sothmen, tenant le fusil de la jeune sentinelle à l’envers avec ses deux mains. Il prit le bout du fusil et frappa la tempe de Sothmen d’un coup rapide. Au lieu de l’abasourdir, Sothmen tressaillit et ouvrit les yeux avec une voix rauque, saisissant son fusil. « Qu’est-ce- »
Kamil le frappa à nouveau, et cette fois Sothmen perdit conscience.
Kamil rassembla rapidement leurs fusils et couteaux. Il fouilla leurs sacs à dos, en prenant leurs boussoles, cartes, balles et tout ce qui pouvait être utilisé pour l’orientation ou la poursuite, et les mit dans un sac à dos. Ensuite, il enleva leurs bottes, les plaça délicatement sur le feu comme des morceaux de bois, et resta regarder pour s'assurer qu'elles brûlent. Sans leurs fusils ni leurs bottes, les sentinelles n’auraient d'autres choix que de revenir à l'avant-poste le plus proche, qui était au moins à quatre jours de marche.
Kamil fit deux actions finales : il saisit un grand fémur non consommé d’une assiette près du feu, le jeta dans son sac à dos volé, puis quitta le campement dans la direction opposée de la cabane de Simon, consciencieux de laisser des traces.
****
Kamil dansait dans les ruines de sapins brisés, joyeux d'être invisible. Des faisceaux de lumière dorée et transparente se propageaient à travers les arbres imposants sous des angles impossibles, comme des rêves égarés revenants victorieux. L’ombre d'une grande créature ailée traversa les faisceaux de lumière, les interrompant successivement alors qu’elle se rapprochait de la position de Kamil.
Maia voulait tendre sa main à Kamil, et criait un avertissement, mais sa main gisait sans vie à côté d'elle, et sa voix pouvait seulement d’un ton rauque émettre un murmure futile. Son sentiment de frustration grandissait pendant qu’elle observait l'ombre avancer sur Kamil alors qu’il dansait inconscient dans la clairière, comme si appelant son Dieu. Elle se sentait telle une pierre encerclée dans le flux d'un fleuve puissant. La réalité magique actuelle se déroulait devant elle, mais elle ne pouvait l'influencer. Je dois te sauver, était sa seule pensée.
Tout à coup, son monde devint un domaine stérile. Une silhouette gisait au milieu d'une grande clairière peuplée seulement d’un rocher et de chaume de mauvaises herbes de couleur pâle. Le vent amenait des paroles de prière, mais elle était incapable de les comprendre. Il y avait quelque chose observant - s’exprimant ... si proche qu'elle pouvait sentir son souffle.
Maia se dirigea vers le corps tombé, ayant peur de confirmer ses craintes que ce soit son bien-aimé, Kamil. Comme elle regardait le corps, nu et couché sur son ventre, elle reconnut les marques rouges brillants de serres immenses, sculptées dans les épaules. Le corps semblait sans vie, et au-dessus de lui, un grand auvent de roseaux brun doré l’abritait du plein soleil.
Soudain, Maia réalisa que c’était un lieu saint, et elle se sentait étrangement importune.
Encore une fois, elle avait ce sentiment que quelque chose, ou quelqu'un, l’étudiait, cherchant ses failles dans la chair. Elle entendit bouger à ses pieds et regarda vers le bas. Le corps inconscient se déplaçait maintenant et gémissait, et alors qu'elle se pencha pour aider, la tête se retourna lentement vers elle, et Maia sursauta quand elle vit le visage de sa mère.
« Enfant, tu dois être silencieuse et immobile. »
Maia frémit stupéfaite pour sa mère. « Pourquoi dis-tu cela ? »
Sa mère s’assit, bâilla, comme si elle se réveillait d'un sommeil profond. « Enfant, regarde au-dessus de toi ... lentement. »
Maia bascula sa tête en arrière et remarqua que les roseaux de l’auvent s’étaient métamorphosés en serpents descendant vers eux et des coups de langues fourchues. La peur saisit Maia et elle voulut saisir la main de sa mère et courir.
« Ils ne mordront pas si tu restes toujours immobile », dit sa mère calmement. « Si tu te lèves, si tu bouges d'un pouce, ils te frapperont de toute leur force. Reste immobile, mon enfant. Reste très immobile. »
Maia devint telle une pierre, le visage tendu. « J'ai peur », dit-elle à travers les dents serrées.
« Enfant, tu es avec moi. Tu n'as pas à avoir peur », dit sa mère, les yeux étincelants d’amour maternel. « Je t’ai servi et toujours protégé, pour moi, plus que tout autre, je sais qui tu es, pourquoi tu es ici, et ce que tu laisseras à ce monde. »
Maia sentit une autre présence, et elle voulait faire demi-tour, mais se souvenant de l’avertissement de sa mère elle resta immobile.
« Tu passeras par de nombreuses épreuves, mais ce n'est pas parce que tu as commis des fautes ni la punition d’un Dieu. Souviens-toi de ceci, mon enfant. Nous t’aimons. Nous t’aimons plus que tu ne peux le savoir. Nous te regardons derrière la toile d’un autre monde, jamais indifférents à tes traces. Même s’il fait sombre dans ton monde, tu n'as pas été inventée pour les ténèbres. »
« Mon enfant, regarde », dit sa mère, regardant elle-même vers le ciel, et pointant. « Tu dois te réveiller, il y a quelqu’un qui a besoin de ton aide. »
« Où ? » Maia leva les yeux pour voir que les serpents avaient disparu et seulement un ciel étoilé restait.
« Là, regarde », dit sa mère avec intensité.
« Je ne vois personne, seules des étoiles. »
Sa mère se leva, son visage à quelques centimètres de Maia. « Tu dois ouvrir tes yeux, mon enfant. Ouvre tes yeux. Ouvre tes yeux. Ouvre tes yeux ... »
Dans la répétition des paroles de sa mère, une réalité en remplaça une autre, et Maia s’éveilla de son rêve, assise, et ouvrant les yeux tels de puissants projecteurs. Elle se tourna vers Simon qui dormait contre un tronc d'arbre, insensible à un grand serpent qui se faufilait dans sa direction avec une furtivité adroite.
Par ce clair de lune symbolique, Maia pouvait bien voir le serpent, ses écailles émettant des reflets dorés et verts, même dans la lumière amoindrie et argentée de la lune. Le serpent s’arrêta et semblait observer Simon avec intérêt, dégustant l'air avec sa langue de cuivre, comme s’il échantillonnait son énergie. Maia connaissait peu de choses sur les serpents, mais elle reconnut la coiffe distinctive du cobra, et, à en juger par sa longueur énorme, c’était un cobra royal.
Sa conscience se concentra immédiatement, comme si elle avait été formée à cela toute sa vie. Son premier mouvement - fuir - s’évanouit instantanément quand elle vit la direction du serpent et estima son but. Sans bouger la tête, elle aperçut le bâton de Simon, et établit son plan. En un bref instant, elle bondit à droite de Simon, saisit son bâton, et le balança sur le serpent qui était maintenant prêt dans sa position caractéristique de frappe, sifflant son avertissement avec un parfait mépris.
Simon, surprit par l'agitation autour de lui, se réveilla et eut le souffle coupé par la situation dans laquelle ils étaient. Avec son dos contre le tronc d'arbre, il se mit debout avec un mouvement lent. « Maia, reculez lentement. »
« Et laissez le serpent frapper ? », dit Maia comme un guerrier dont le très attendu combat ne faisait que commencer. « Il allait vous tuer ! »
« Il se sent menacé », chuchota Simon intensément, en articulant chaque mot avec un soin particulier. « Reculez, il nous laissera tranquille. »
Le cobra se leva, un mètre cinquante au-dessus du sol. Sa coiffe évasée comme un voile, fixant ses yeux dans les yeux de Maia, et se balançant légèrement, comme s'il cherchait une faiblesse. Puis un grognement glacial que seul un cobra royal peut produire emplit l'air. À ce moment, le cobra frappa, manquant Maia de quelques centimètres alors qu'elle s’arquait vers l'arrière. Comme le serpent se préparait à relancer pour une autre frappe, Maia, avec uniquement les instincts contrôlant son corps, balança le bâton de Simon avec une force et vitesse surprenantes. La force du coup était dirigée directement vers la tête du serpent, et ce fut fatal. Le cobra s'effondra sur le sol dans un amas inextricable d'écailles.
Pour une raison inexplicable, au milieu du calme suivant, Maia entendit la voix de sa mère faire écho dans sa tête : « Puise à l’intérieur ! Puise à l’intérieur ! » Elle avait dit cela à Maia à de nombreuses reprises. Chaque fois que Maia devait accomplir une tâche épineuse, sa mère lui disait : « Soit indifférente. Ne cherche à l'extérieur. Puise à l'intérieur. Puise à l'intérieur, mon enfant. Le puits de ton esprit est bien plus profond que les brillantes revendications des hommes. »
Simon tendit le bras, et il fallut une seconde ou deux à Maia pour se rendre compte qu'il voulait son bâton, qu’elle lui rendit en silence.
« Il fut utilisé pour beaucoup de choses au fil des ans, mais je crois que c'est la première fois qu'il tue un cobra royal. » Les paroles de Simon étaient mélangées avec des tons de pur soulagement et un sourire.
Il s'agenouilla pour examiner le serpent, le piquant avec un bâton pour s'assurer qu'il soit bien mort. « Ce n'est pas le petit déjeuner, je pensais à cela quand je me suis endormi, mais ça fera l'affaire. Déjà goûté au serpent auparavant ? »
Maia secoua la tête, encore ébranlée par les deux réalités qu'elle venait juste d’expérimenter. « Qu’est-ce qu’un cobra royal fait dans la forêt ? »
Simon reconnut la voix calme et lointaine de Maia - en partie choquée, en partie coupable. « Nous sommes proches du périmètre du site de l'Oracle », répondit-il. « La Garde Suprême a construit des défenses élaborées pour garder les intrus dehors. » Simon pointa le serpent mort, toujours à genoux à ses côtés. « Ceux-ci ont été importés dans le cadre de leur défense, même si je n’en ai jamais vu un aussi éloigné. »
« Avant que j'oublie », dit Simon, debout et face à Maia, « je vous remercie de m'avoir sauvé la vie. »
« Vous devez remercier ma mère », marmonna Maia, encore sous le choc, regardant le corps sans vie du cobra. « Elle m'a avertie dans mon rêve. Elle nous a sauvés tous les deux. »
Simon plissa les yeux, mais resta silencieux, laissant les paroles respirer l'air frais du matin.
« Elle nous a sauvés », répéta Maia dans un murmure lointain, s'asseyant, sentant l'engourdissement de la montée d'adrénaline qui se dissipait dans son flux sanguin.
Simon appuya son bâton contre un arbre. « Je vais prendre le petit déjeuner, nous commençons tôt notre journée. »
« Est-ce que c'est là où nous allons... à l’Oracle ? », demanda Maia.
Simon prit une profonde inspiration alors qu'il ramassait le serpent, le posant sur le sol comme s'il démêlait une corde. « Oui, nous avons besoin de ses conseils, et je soupçonne qu'il ait besoin de notre aide. Puisque nous avons dû partir, cela semble être l'endroit logique où aller. »
« Pourquoi ? », demanda Maia. « Pourquoi est-ce l'endroit le plus logique où aller? Il est évident qu'ils le gardent bien. »
« Les sentinelles ne gardent pas cette section. Ils laissent leur système de défense le faire. »
« Quel système de défense ? »
« C'est un sujet assez complexe, mais il existe une manière d'arriver à l'Oracle- »
« L'avez-vous fait auparavant ? »
Simon acquiesça. « Plusieurs fois. »
« Sans être détecté ? »
« Sans être détecté », reprit assurément Simon, ajoutant quelques petites branches aux braises du feu, l’invitant à se réveiller de son souffle.
« Pensez à l'Oracle comme le point central d'un grand cercle. Le cercle a un, et seulement un, point d'entrée, le chemin du monastère des Suprêmes Initiés. Ce chemin fait plus de onze kilomètres de long et est très étroit, et il y a un point de contrôle tous les kilomètres. »
« Le reste du cercle est protégé par diverses défenses, mais il est laissé sans surveillance, parce que ces défenses sont invincibles. Nous avons déjà rencontré l'une d’entre elles », Simon pointa avec son couteau le serpent, toute sa longueur désormais évidente à la lumière naissante des premiers rayons du matin. Maia estima qu'elle devait être de quatre mètres, même sans la tête que Simon avait enlevée.
« Je comprends pourquoi il s'est autant éloigné du périmètre, son estomac est complètement vide », observa Simon. « Ils ont probablement épuisé leurs ressources alimentaires, alors ils ont dû élargir leur terrain de chasse. La vermine ici ne peut rivaliser contre ces chasseurs. »
« Cela signifie donc que nous en croiserons plusieurs ? », demanda Maia, la voix chevrotante.
Simon continuait de s'occuper du serpent et du feu. « C'est possible. Nous prendrons les précautions nécessaires. Ils ne chassent pas les humains, à moins qu'ils ne soient totalement désespérés. »
« N’avez-vous pas dit qu'ils étaient désespérés ? », rappela Maia.
Simon commença à parler, mais se ressaisit. Au lieu de cela, il se concentra à répandre des tranches du cobra et les plaçant - peau vers le bas, directement sur les braises. Elles commencèrent à crépiter, à se tordre dans la chaleur et presque instantanément cela sentit bon.
Simon prit une grande feuille d'une plante à proximité et plaça toutes les parties indésirables du serpent dessus et la roula. « Je vais enterrer ceci. Je reviens tout de suite. Gardez un œil sur le serpent - celui sur le feu. » Il rit alors qu'il s'en allait.
Maia esquissa un mince sourire, et se rapprocha du feu pour se réchauffer et s'occuper de leur petit-déjeuner. Elle n'avait pas eu l'occasion de penser à son rêve. Elle toucha son collier, et chercha le souvenir du visage de sa mère, mais il était difficile à atteindre. Était-ce vraiment elle ? Aidez-moi ? J'ai besoin de signes visibles ... ma foi est si faible.
Maia ferma les yeux un instant, revivant le rêve, mais il se dérobait comme elle tentait de s'en souvenir. Il y avait quelque chose que sa mère lui avait dit qui l'avait surprise : « ... tu n'as pas été inventée pour les ténèbres. »
Inventée, quel choix étrange de mots, pensa Maia.

****


Dernière édition par rené sens le Mer 25 Juil - 22:05, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
rené sens



Nombre de messages : 282
Date d'inscription : 02/02/2008

MessageSujet: Re: The Dohrman Prophecy : Traduction en cours du livre-web.....   Dim 1 Avr - 13:58

Chapitre 47 - Dédain en forme de cœur

« Je m'en fiche ! C'est mon médecin ! », s'écria Levernon. « Pour qui se prend-il? J’aurai sa tête ! Pense-t-il réellement être au-dessus des lois ? »
Samuel laissa Levernon fulminer, hochant la tête simplement et acquiesçant quand Levernon regardait dans sa direction. Au bout de quelques minutes, il se calma finalement.
« Nous devrions poster des gardes à son domicile », dit Levernon, se laissant tomber dans son fauteuil. « Ces salauds sadiques. »
« Nous ne pouvons envisager quelconques représailles », dit Samuel après un long silence. « Bartholem m'a demandé spécifiquement de- »
« Et puis quoi, je dois paraître impuissant parce que vous avez fait une promesse à Bartholem? Non, vous devez lui expliquer que le monde ne fonctionne pas de cette façon. Bartholem est comme un père pour moi, je le mettrais sur une île s'il le fallait ... je vais ... je posterai une armée devant sa porte, mais je ne vais pas être intimidé par un truand de pacotille opérant pour le compte de Karnomen. »
« Je veux que vous prévoyiez notre châtiment avec toutes les ressources que vous avez utilisées pour sécuriser l'Oracle. Je veux qu'il voit qu'il ne peut pas intimider ou même toucher à la Maison Royale, sans conséquence. »
Levernon se tut, les yeux décrivant l’expression d’une pensée profonde tandis que son front se plissait d’inattendus canyons, puis son visage se transforma en un large sourire. « Nous utiliserons l'Oracle contre lui. Nous créerons une nouvelle religion basée sur ses enseignements. Cette nouvelle religion sera sous mon contrôle. Nous libérerons la sagesse qu'il convoitait pour lui-même, et tous ses prédécesseurs se retourneront dans leurs tombes quand nous dévoilerons toute l'histoire au peuple. Je serai le nouveau Messie, celui qui mettra cette nouvelle connaissance à la disposition des personnes. »
La bouche de Samuel tomba ouverte, comme si un pont-levis s'abaissait pour recevoir une foule.
« C'est la vengeance ! », dit Levernon avec convoitise. « Je veux que vous travailliez dessus. Est-ce clair ? »
« C'est une vision brillante et audacieuse. » Samuel acquiesça, en ajustant sa bouche et abaissant son regard vers ses chaussures. « Je commencerai la planification immédiatement après notre réunion d'échange de demain. »
« Bon », dit Levernon, se tenant debout avec conviction. « En attendant, je souhaite donner un petit cadeau à Bartholem pour compenser son sacrifice. »
« Qu’avez-vous en tête ? », demanda Samuel, se tenant près de la porte et se préparant à partir.
« Je voudrais qu'il soit le premier à utiliser l'Oracle — lors de notre réunion d'échange. »
« Je ne suis pas sûr qu'il voie cela comme un cadeau, Sire », répondit Samuel. « Il est même nerveux à l'idée d'y aller. »
« Je comprends tout cela, mais c'est un cadeau de son roi. Il ne peut le refuser. »
Levernon se pencha, attrapa une pomme d'un bol de fruits sur son bureau, et en prit une bouchée. Il agita la main signalant que la réunion était terminée. Samuel s'inclina et sortit des appartements du roi, se demandant comment il serait possible de convaincre Bartholem d'être le premier à poser les questions à l'Oracle, et en présence de Karnomen rien de moins. Il ne le ferait pas, même pas pour le roi.
Samuel marchait dans les couloirs du Palais, s'imaginant tentant de justifier à Levernon son échec à convaincre Bartholem. « Je lui ai dit que vous lui faites ce cadeau comme gage de votre appréciation, et faites savoir à Karnomen comme son acte de dépravation a peu touché le Palais-Royal. Je lui ai dit que ce serait le plus grand privilège de sa vie de s'adresser à l'omniscient Oracle. Il serait en mesure de lui poser n'importe quelle question - du personnel à l'universel, et n'importe quoi entre-deux. »
« Et il a refusé ? », demanderait le roi.
« Eh bien ... », marmonnerait poliment Samuel, « ce n’est pas qu'il a refusé, il a simplement senti que l'honneur était trop grand pour lui et il a ajouté que le meilleur cadeau que vous pourriez lui faire serait de vous adresser légitimement en premier à l'Oracle. »
Oui, c'est le ton que je devrais prendre pour convaincre Levernon, pensa Samuel. Bartholem m'est redevable ... encore.
****
Hugelitod marchait allègrement vers la résidence secrète de Doriah, l'installation de stockage en apparence inoffensive qui cachait un temple antique. Une note mystérieuse fut épinglée à sa porte la nuit précédente dans un code qui ne lui prit que quelques instants à traduire : « 4 AM D. ». Il était arrivé promptement à quatre heures cet après-midi, et il voulait être à l'heure.
Il venait de terminer une longue journée dans les jardins entourant le centre communautaire du monastère. Le centre était le seul endroit que les visiteurs étaient autorisés à pénétrer, et son périmètre était étroitement surveillé afin de s'assurer que personne ne puisse se glisser au-delà et entrez dans les sanctuaires privés de l'Ordre.
Il y avait deux types de prêtres qui vivaient dans le Monastère du Suprême Initié : les prêtres savants invités, dont la plupart étaient des religieux en congés sabbatiques pour étudier et contempler les textes ésotériques de l'Église ou travailler à l’observatoire, et ceux qui étaient membres de l'Ordre des Seize Rayons. Ces derniers, un petit groupe en comparaison, avaient des locaux spéciaux, des bureaux et des centres de conférences qui étaient exclusifs à l'Ordre. Même les assistants des seize Grands Initiés étaient eux-mêmes un ordre dans le sens où ils étaient soigneusement sélectionnés, vivaient dans des quartiers séparés, et généralement y séjournaient, en raison des exigences et du secret de leurs emplois.
Souvent, les prêtres invités au monastère pour l'étude et la contemplation étaient, sans le savoir, des candidats à l'Ordre des Seize Rayons. Ils étaient scrutés par les Grands Initiés pour leur potentiel à se joindre à leur personnel d’assistance. Une fois qu’un prêtre était accepté dans le personnel d’assistance de l'Ordre, il était ensuite évalué pour son aptitude à entrer dans l'Ordre. Le processus d'adhésion à l'Ordre était lent et fastidieux puisque seulement seize postes existaient et rare étaient ceux qui en prévalaient, sauf en cas de décès. Il y eut un cas, il y a des années, d'un initié, Numéro Douze, qui partit pour des raisons de santé, et choisit de ne pas revenir à ses responsabilités, mais l'écrasante majorité restait à leur position jusqu'à leur mort.
Depuis sa libération, Hugelitod restait lui-même. Les prêtres invités se méfiaient de son statut au sein de l'Ordre, et son arrestation était un scandale en quelque sorte. Les rumeurs abondaient qu’il avait menti à Karnomen, ou pire encore, qu’il était possédé par le démon de la folie. Ils supposaient qu'il était condamné au bannissement dans un rôle servile au sein du monastère, donc, pour eux, Hugelitod était tout simplement un travailleur des jardins, et donc à éviter pour cela.
Les Grands Initiés n'étaient pas très différents, le fuyant quand ils passaient proche et évitant tout contact visuel. Hugelitod était un inconnu, et même s'il avait obtenu son pardon, il restait, à leurs yeux, en période de probation. Cela durait jusqu'à ce que Hugelitod les prenne individuellement, présente des excuses, et regagne leur confiance.
Hugelitod était sur le point de frapper, tandis que la porte s'ouvrit avec Doriah debout derrière elle, partiellement caché dans l'ombre profonde de son capuchon. Il fit signe à Hugelitod de venir à l'intérieur. « J'ai fait de la limonade. J’ai pensé que vous auriez soif à travailler dans cette chaleur. Suivez-moi, nous sommes dans la cuisine. »
« Nous sommes ? » Une alarme se déclencha dans les intestins de Hugelitod pour le choix des mots.
« Merci », dit Hugelitod, se demandant pourquoi il ne pouvait pas penser à quelque chose d'autre à dire.
Les deux hommes marchaient vers la cuisine comme précédemment, et là, à la détresse soudaine de Hugelitod, Karnomen était assis à la petite table, sirotant un thé et regardant de manière désinvolte comme seul un Suprême Initié pouvait le faire dans des circonstances difficiles.
« Désolé de vous choquer », dit Karnomen, lisant avec un coup d’œil adroit le visage de Hugelitod, « mais quand Doriah m’a expliqué sa situation fâcheuse, je ne pouvais pas m'empêcher de me demander pourquoi vous êtes tellement insistant, ainsi ... sans relâche sur la question de la subversion. Il semblerait qu’un jour vous êtes avec nous, et l'autre vous êtes contre. J’ai peine à suivre vos cycles de loyauté et de trahison. Alors, dites-moi, quel cycle êtes-vous aujourd’hui ? »
Hugelitod avait le cœur dans la gorge. Il avait soudainement chaud sous sa robe, et il pouvait sentir un petit ruisseau de sueur coulant sur sa tempe gauche.
Doriah désigna une chaise. « Asseyez-vous. Nous allons simplement avoir une conversation amicale. »
Hugelitod fit comme il lui fut demandé, soucieux de montrer son respect pour Karnomen, s'inclinant avant de s'asseoir. « Conversation amicale? Comment peut-elle être amicale ? », pensa Hugelitod.
Karnomen se dégagea la gorge, rappelant à Hugelitod que sa question n'était pas rhétorique.
« Pourquoi… êtes-vous ... ici ? », dit Hugelitod de façon hésitante, dardant ses yeux entre les deux hommes et ignorant la question de Karnomen.
« Je ne suis pas d'humeur à la distraction », dit Karnomen. « Je pose les questions. Vous y répondez. Est-ce compris ? »
Hugelitod acquiesça, en se concentrant sur Karnomen. « Monsieur, je ne veux tromper personne - surtout pas vous ... Je suis simplement en désaccord avec Doriah, et peut-être avec vous, sur l'opportunité de transmettre les enseignements de l'Oracle au peuple. C'est le souhait de l’Oracle que je le fasse. Pas le mien. »
Karnomen tenait sa tasse dans ses deux mains, proche de sa bouche, soufflant dessus doucement. Hugelitod regardait les ondulations créées sur toute la surface du thé captif.
« Vous dites que c'est la volonté de l'Oracle ... », observa Karnomen. « Comment savez-vous cela? Vous avez seulement parlé d’images de l’Oracle induites par la drogue. Vous en savez un peu au sujet de la Prophétie de Dohrman, et soudain vous croyez que vous êtes l'élu. »
Doriah ne lui a pas raconté mon expérience dans le temple.
Doriah, qui versait de la limonade derrière eux, dans la cuisine, posa deux verres sur la table avec une assiette de chocolats. « Puis-je interrompre avec quelques rafraîchissements ? »
Karnomen acquiesça, posant sa tasse de thé pour la première fois depuis que Hugelitod était entré dans la pièce exigüe et faiblement éclairée, et tendit la main pour un chocolat, sa main osseuse tel un bec de vautour.
Doriah s'assit mettant ses deux mains sur ses genoux. Son visage, telle une mosaïque de peau fine tendue, était un masque comme lorsque encadré par la capuche de moine, s’ajoutant à sa présence déjà mystérieuse.
« L'idée vient de me venir à l’esprit que peut-être qu'il y a un moyen de résoudre ce dilemme », suggéra Doriah. « Et si nous sanctionnons le travail de Hugelitod pour ... disons un mois. Nous verrons ce qu'il accomplit dans le travail avec cet esprit qui se fait passer pour l’Oracle. »
« Dans quelques jours, l'Oracle sera entre les mains du roi, et nous perdrons notre droit de s'en servir. Peut-être ce que Hugelitod peut réaliser est d'ouvrir un nouveau point d'accès- »
« Vous ne croyez pas ces fantaisies imaginatives, n'est-ce pas ? », interrompit Karnomen.
« Ce que je crois n'a pas d'importance », répondit Doriah, indiquant Hugelitod. « Il le croit, et il dit la vérité. Cela ne nuira pas. Si nous lui permettons, nous aurons un peu de clarté. Quoi qu'il produise avec l'aide de son ami l'esprit ..., nous saurons s'il s'agit de l'Oracle tout simplement par la sagesse qu'il contient - ou l'absence de celle-ci. »
« Si nous trouvons que les écrits produits par Hugelitod et son allié sont blasphématoires, nous arrêtons simplement l'expérience, mais si nous trouvons qu'il a réussi à accéder à l'Oracle — d'une manière nouvelle — c'est peut-être là notre occasion de garder notre accès. »
Doriah lança un regard à Hugelitod, comme pour faire taire toute réaction de sa part.
Karnomen se pencha et prit un autre chocolat de l’assiette. « Je ne considérerais ceci qu'aux conditions suivantes : Un, vous supervisez l'expérience, comme vous l'appelez. Deux, vous vous assurez que tout ce qui est produit sous la forme d'écrits soit sécurisé pour l'Ordre en vue d'examen. Hugelitod ne pourra garder aucune copie pour lui-même. Trois, si nous déclarons que les écrits sont blasphématoires, Hugelitod accepte de cesser son obsession avec l'Oracle. Quatre, vous avez deux semaines. »
Karnomen laissa tomber le chocolat dans sa bouche et se leva. « J'ai une autre affaire à régler. Sommes-nous d’accord ? »
Doriah acquiesça. « Nous sommes d'accord. »
« Et qu'en est-il pour vous ? », demanda Karnomen, en se tournant vers Hugelitod. Hugelitod acquiesça également. « Oui, Monsieur, je suis d'accord. Je vous remercie. »
« Juste pour que se soit bien clair pour vous deux », ajouta Karnomen. « Je ne crois pas tout cela. Je ne crois pas que vous ayez déjà contacté l'Oracle, à l'exception peut-être de votre initiation. Je ne crois pas une seconde que ce que vous avez vu et entendu - ce que vous appelez l'Oracle - soit en effet l'Oracle Mais comme Doriah l’a souligné, à juste titre, c'est une expérience inoffensive, et aussi longtemps que vous acceptez d'abandonner cette obsession dans deux semaines, alors je suis satisfait. »
« Mais croyez-moi, vous avez deux semaines pour avoir une réponse claire. Pas plus ! Considérez-vous chanceux d'avoir le soutien de Doriah dans cette entreprise. Il a infiniment plus de patience que moi. »
Karnomen tendit une dernière fois la main pour les chocolats. « Je vous remercie pour les rafraîchissements », dit Karnomen. « Ces chocolats sont spectaculaires. »
« Je suis heureux que vous les aimiez », dit Doriah. « Prenez-en un peu pour la longue marche. Ils vous rappelleront la maison. »
Karnomen posa la main sur l'épaule de Doriah et ensuite s’éloigna. « S'il y a une chose, que je ne suis pas, c'est un glouton, mais merci quand même. »
Karnomen leva sa main osseuse alors qu'il s'éloignait. « Deux semaines. »
Ses pas s'estompèrent dans le silence, puis le bruit d'une porte se fermant retentit. Le silence de mort de la pièce fit place à une pendule faisant tic-tac comme un battement de cœur depuis une pièce que Hugelitod ne pouvait pas situer.
Doriah regarda Hugelitod et soupira. « Pourquoi pensez-vous que le Suprême Initié a l'un des observatoires les plus sophistiqués au monde ? »
Le visage de Hugelitod se rida alors qu’il considérait la question bizarre. « Qu'est-ce que cela à faire avec ce qui vient de se passer ? »
Doriah resta silencieux et implacable, attendant la réponse de Hugelitod.
« Je veux dire, vous venez d'esquiver la question en disant des demi-vérités au Suprême Initié et puis vous me demandez pourquoi il a un grand télescope? Qui s'en soucie ? »
Hugelitod réalisa qu'il n'avait pas pris toute sa limonade et but une gorgée rapide pour étancher sa gorge desséchée. Il était irrité. Il était en colère contre tout le monde qui pensait qu'il était fou ou obtus au point de croire à des apparitions qui se faisaient passer pour l'Oracle. « Vous l'avez vraiment mené par le bout du nez, n'est-ce pas ? », dit-il, sa voix froide de dédain.
Doriah resta silencieux, regardant fixement Hugelitod comme s'il contemplait une idée étrange ou le camouflage de la sagesse.
« Je ne sais pas pourquoi il dispose d'un observatoire », laissa échapper Hugelitod. « Cela semble être un gaspillage d'argent, je ne sais pas, c'est peut-être un passe-temps pour lui, il a une passion pour l'astronomie. Et alors ? Quelle différence cela fait-il ? »
« D’autres religions au monde ont-elles des observatoires ? », demanda Doriah.
« Je ne sais pas ... Je ne le pense pas. Pourquoi me demandez-vous cela ? »
« L'univers a une racine ... un commencement qui est venu avant même sa création. Et cette racine, juste comme la racine d'une plante, est nourrie par quelque chose pour lui permettre de croître et de se développer. La science travaille pour expliquer tout cela, mais la racine, et tout ce qui la nourrit, est si mystérieux que la science ne peut pas le comprendre. Ainsi nous, l'Église, sommes invités à fournir des réponses. »
« Et nous disons aux gens que la racine de l'univers, et ce qui la nourrit, est Dieu, le Créateur. Et les scientifiques disent que c'est inconnu : qu'ils ont des théories, mais seulement des théories. Karnomen et ses prédécesseurs savaient que ce serait l’ultime histoire à raconter. Ils savaient que la racine de l'univers détient la clef permettant de concilier le Créateur et le créé. »
« Pourquoi ? », demanda Hugelitod. « Pourquoi quelque chose de si loin de nous devrait avoir quelque incidence sur ce que nous croyons ? »
« Parce que la science et la religion rivalisent comme les conteurs », répondit Doriah. « Et si la science y arrive avant la religion, si elle raconte l'histoire du Créateur, ce sera sans l'artifice d'un être divin. Dieu sera réduit à des forces élémentaires - multiples. Tout va vers la pluralité dans les mondes de la science, en dépit de leur affirmation de la « singularité », mais si la science pouvait rectifier son chemin vers la racine, elle verrait qu'il existe un seul facteur causal derrière toutes les couches de la pluralité. »
« C'est selon l'Oracle, ou votre propre opinion ? »
« Presque tout ce que je crois est selon l'Oracle », répondit Doriah du tac au tac. « Et ce seul facteur causal échappera toujours aux instruments de la science, mais il est déjà reconnu par la religion, et ce depuis des milliers d'années, mais nous voulons être les conteurs - ceux qui découvrent la racine et l'expliquent aux personnes en des termes qu'ils peuvent comprendre et croire. »
« L'observatoire est tout simplement notre façon de dire que la science est un outil de l'Église, aussi. Quand nous sommes prêts à raconter cette histoire, c'est autant de la science que de notre religion. Nous sommes les alchimistes qui mélangeons les deux en quelque chose de compréhensible et d'émouvant. »
« Pourquoi me dites-vous cela? Comment tout cela se rapporte à notre conversation avec Karnomen ? »
« Je voulais simplement que vous sachiez que Karnomen rejette vos histoires car au fond, il est un homme de science, un fait qui est perdu pour tout le monde autour de lui. Il comprend que ces entités de l'au-delà, ou même les mondes célestes, ne peuvent pas interagir avec nous car elles nous rendraient fous. Il a présumé que vous êtes déjà tombé dans cette catégorie. »
Hugelitod était sur le point d'interrompre et de se défendre, mais Doriah leva la main. « Je lui ai dit que vous êtes parfaitement sain d'esprit. Détendez-vous. Mais alors sa conclusion suivante était que vous avez inconsciemment été la proie des hallucinogènes fournis par le bon docteur, Bartholem. Je veux dire que vous ne convaincrez jamais Karnomen de votre histoire à moins que votre histoire considère la science. »
Doriah s'arrêta, laissant ses paroles être assimilées « Vous feriez bien de rappeler à l'Oracle ce fait, si cette expérience consiste à passer au-delà des deux semaines prévues par Karnomen pour son examen. »
Hugelitod secoua légèrement la tête dans l'inconfort. « Je trouve qu'il est difficile de croire que Karnomen soit plus un scientifique qu'un religieux. En fait, il m'est impossible de le croire. Il est l'Œil de Dieu, le Suprême Initié le chef de notre Église et- »
« L'Oracle a un moyen de vous changer. D'entre toutes les personnes, vous devriez le savoir. » Doriah soupira, et assombrit ses paroles. « Il y a d'autres choses au sujet de Karnomen que vous ne pouvez pas comprendre - d'autres influences qui font sa personnalité tellement complexe ... »
Doriah repoussa sa chaise, signalant que la réunion était terminée. « Nous commencerons demain. Ayez une bonne nuit de sommeil et retrouvez-moi ici après avoir pris le petit déjeuner, un déjeuner léger. Vous avez beaucoup à apprendre. »

****


Dernière édition par rené sens le Mer 19 Sep - 19:40, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
rené sens



Nombre de messages : 282
Date d'inscription : 02/02/2008

MessageSujet: Re: The Dohrman Prophecy : Traduction en cours du livre-web.....   Dim 1 Avr - 20:31

Chapitre 48 - Des Yeux Lumineux

La seule chose qui le maintenait en mouvement était de penser à Maia. À chaque pas, il savait que sa sécurité était améliorée. Kamil était au moins à une distance de trois kilomètres entre lui et les sentinelles qu'il avait rendues inconscientes, mais maintenant, il avait besoin de ralentir. Son bandage était presque déchiqueté par son escapade à travers la forêt impraticable. Avec rien que la lumière de la lune pour le guider, des arêtes vives de la forêt avaient trouvé sa chair à de nombreuses occasions.
Il força sa main à descendre et tâter sa jambe. La plaie était mouillée à son contact avec un velouté qui ne pouvait être que du sang. Il hésita, cherchant un endroit pour dresser un camp. Il était affamé et épuisé, et dans l'obscurité de la lune mince, désorienté. Il savait qu'il devait fixer son bandeau et se reposer pendant un certain temps.
Tout à coup, du coin de l'œil, une tâche floue noire attira son attention. Quelque chose s’était déplacée. Sa respiration s’arrêta. Il sentit une vague de peur se répandre dans sa poitrine, serrant chaque muscle. Les aiguilles de pins offraient une couverture au sol qui assourdissait les bruits, et tout ce qu'il avait vu, c'était un rôdeur accompli. Il écoutait avec chaque cellule de son corps. Kamil crut entendre le bruit léger de halètement. Loups ? Chiens sauvages ? Combien ?
Le cerf était toujours dans son sac, et il saignait. Tout chien sauvage serait capable de le détecter à un kilomètre de distance. Il resta immobile, ne sachant pas si ce qu'il entendait et voyait était réel. Ses doigts saisirent le fusil qu'il tenait de peur, le plaçant lentement en position de tir. La dernière chose qu'il voulait faire, c'était de tirer un coup et d’attirer l'attention sur sa position, mais l'alternative semblait encore moins attrayante.
Plusieurs grognements graves remplirent les bois, et il réalisa que ce n'était pas un chien errant ou autre chose, il était entouré par une meute de loups.
Kamil avait entendu parler de sentinelles devenir folles dans les bois, toutes seules, avec un minimum de nourriture, pas de compagnie, et le cœur desséché de ne jamais être aimé ; tout travaillait contre eux, et elles glissaient dans la folie. Il avait entendu ces histoires, mais ici, au milieu des bois profonds, dans les ténèbres, entouré de loups affamés, saignant d'un corps qui était totalement épuisé et cassé, poursuivi par des hommes qui n’aimeraient rien de plus que lui mettre une balle dans le dos et réclamer leur récompense, il se mit à rire. Il sentit la main de la folie l’atteindre à l'intérieur de lui et libérer l’expression la plus absurde : le rire. Seul un fou pourrait trouver de l'humour dans cette situation tordue. Seul un fou.
Pendant qu’il s’appuyait contre un arbre, son rire continua à se répandre de façon incontrôlable, opposé au contrepoint des grognements - gorges recouvertes de fourrure - qui semblaient s’amplifier, être plus proches. Une symphonie de sons étranges coulait à travers bois, et Kamil, au milieu de tout cela, pensait que c'était une sorte de musique qui n'avait jamais été produite auparavant, et cela le faisait rire plus fortement.
Puis, une tâche de couleur grise vacilla face à lui. Il était plus grand qu’il avait prévu, et le loup était abaissé sur ses pattes avant, seulement à quelques mètres devant lui, découvrant ses dents et grondant avec une telle férocité que le rire de Kamil vira instantanément à la colère. C'était une rage qu'il n'avait jamais eue auparavant. Pure, profonde, concentrée, primale, et quand il l’exprimait, elle était encore plus sauvage que celle du loup. À cet instant, Kamil n'était plus humain. Une autre force avait pris le relais, et il s’approcha du grand loup sans crainte, grognant en retour un son qui n'était pas le sien.
De dos, il sentit la première morsure silencieuse sur son mollet. Elle était profonde et coupante. La douleur ne faisait qu'alimenter sa rage et il balança la crosse de son fusil carrément à sa source et entendit un grand bruit, un jappement d’un autre monde. Puis d’autres loups apparurent, leurs yeux lançaient des éclairs d’un étrange vert opalescent au clair de lune, et Kamil se déplaça vers une clarté qui presque le choqua. Il savait ce qui allait suivre, comme la meute de loups serrait les rangs et renforçait leur cercle. Il se rappelait les histoires de sentinelles, qui, quand elles étaient confrontées à de grandes fèces ou entendaient hurler dans la nuit, rejetaient leur présence apparente vers d’inoffensifs chiens errants, des coyotes, et rien de plus, et même si c'étaient des loups, ils n’attaqueraient jamais l'homme. Mais Kamil était face-à-face avec des loups affamés qui étaient, autant que lui, des créatures de chair, de sang et d'os qui voulaient simplement survivre. Et le goût de sang dans l'air avait suscité leur faim d'un pas fiévreux. De toutes les directions que Kamil regardait, il voyait les yeux lumineux flottant dans l'obscurité embrouillée, et il pouvait voir de plus en plus de mousse autour de leurs mâchoires massives, un signe indubitable qu'ils s’approchaient pour le tuer. La rage de Kamil ne leur faisait pas peur - un tant soit peu. La meute de loups avait le nombre en leur faveur, et ils sentaient qu'il était blessé.
N'ayant aucun autre recours, Kamil tira, en espérant que cela les effaroucherait. En effet, les loups se dispersèrent dans tous les sens alors que le coup de fusil emplit l'air tel un éclair. Il savait que c'était temporaire, mais il était bon d'avoir de l'espace entre lui et les loups. Il savait qu'ils allaient le suivre et attendraient qu’il fasse un faux pas, qu’il s’endormît ou qu’il meure. Les loups seraient aussi implacables que les sentinelles. Malheureusement, le gros bruit qui dispersa les loups attirerait les sentinelles.
Il s'appuya contre l'arbre avec les jambes tendues sur le sol, et ouvrit son sac à dos. Il sortit le morceau de cerf et se mit à manger goulûment, comme s'il essayait de détruire des preuves. En quelques minutes, il le mangea en entier, et il jeta l'os dans les bois, et avec lui, le faible espoir que cela tiendrait l’attention des loups pendant un certain temps. La chose suivante qu’il fit fut de trouver la lampe de poche qu'il avait volée aux sentinelles. Il la mit en fonctionnement et balaya son faisceau de lumière à travers l'obscurité de la forêt. Rien ne bougeait, et heureusement, pas d’yeux rougeoyants flagrants en retour. Peut-être le coup de feu était plus efficace qu’il n’avait osé l'espérer.
Il avait marché dans l'obscurité, peur d'utiliser la lampe de poche, mais maintenant, avec les loups, il avait à se soucier d'un nouvel ennemi et un qui était plus imminent et potentiellement encore plus meurtrier. Avec les sentinelles, il s’attendait à être ramené vivant pour subir son procès, puis exécuté. La Garde Suprême désirait des procès parce que leur drame était une diversion bienvenue dans la vie banale d'une sentinelle, et il fournissait un récit révélateur de ce qui arrive quand une sentinelle tourne mal.
Il essaya de se lever, mais la douleur traversa son corps tout entier, acidifiant son estomac à tel point qu'il a voulu vomir. Sa jambe était pire maintenant. La morsure du loup était sur la même jambe que sa blessure à la cuisse et cette jambe pouvait maintenant compter sur sa liste croissante des défis. S'il ne pouvait pas courir, s'il ne pouvait pas grimper dans un arbre, il serait une cible facile soit pour les loups ou pour les sentinelles.
En regardant dans le sac à dos, tout au fond, il trouva une trousse de premiers soins. Il tenait la lampe de poche dans sa bouche, triant les bandages et prit ce qu'il pensait être utile. Après avoir essuyé ses plaies avec de l'iode, il les banda comme il put. Il but un peu d'eau, et fit son possible pour essayer d’imaginer où il était. Les bois étaient pour lui complètement étranges. Pas de chemin ni de référence. Rien. Il essaya de visualiser son chemin depuis le campement des sentinelles, mais aussi durement qu'il essaya, il ne pouvait pas imaginer un chemin regagnant et menant vers la zone de rendez-vous que Simon avait suggérée. Peut-être qu'il était trop épuisé pour penser correctement, mais quelle que soit la raison, il était perdu.
Il savait que les loups seraient bientôt de retour. Il restait au moins trois heures avant le lever du soleil, et bien qu'il ne veuille rien de plus que dormir, il se força à se lever et à avancer. Il décida de suivre sa meilleure estimation de direction et marcha le plus silencieusement possible. Pas de lumière. Se diriger comme ses poursuivants, les loups : absolument silencieux. Il pouvait presque entendre les pensées des loups : la mort d'un homme n'est pas loin. Nous serons patients. Nous gagnerons.
Mais Kamil se rappela qu'il avait encore un fusil, et aucun loup ne poursuivrait un homme armé longtemps. Il y avait d'autres proies dans ces bois fertiles qui étaient moins difficiles et dangereuses à abattre.
Et ensuite il les vit, des lampes de poche dans le lointain, traversant les branches d’arbres comme des lucioles nerveuses, à sa recherche. Le coup de feu tiré avait été entendu, mais les sentinelles provenaient d’une direction différente, pas celle d’où il était parti, ce qui signifie qu’ils avaient des fusils et des bottes.
Le cœur de Kamil commença à s'emballer, alors qu'il estimait ses options. Il voyait deux lumières, et à en juger par leur mouvement erratique, les sentinelles couraient. Les lumières étaient au moins à cinq cents mètres de là, et s'il pouvait trouver un endroit pour se cacher, il pourrait être en mesure de les éviter, sauf si elles avaient des chiens. Puis un grognement éclata à une dizaine de mètres de distance. Kamil se retourna et vit le reflet de leurs crocs. Des loups à nouveau, ou des chiens de poursuite des sentinelles ? « Est-ce important ?», pensa-t-il.
Quelque chose de grand bondit sur lui, et du coin de son œil, il se tourna pour tirer, mais la bête était trop rapide et elle le poussa et le fit tomber dans la broussaille, rongeant son bras. Tout ce qu'il pouvait faire était de fermer les yeux, décharger son fusil, et espérer que les loups se dispersent, mais cette fois ils restèrent en un petit cercle, l'observant. Alors l'un des loups arriva pour une morsure à son autre bras, puis un autre loup sauta vers son visage à la recherche de sa gorge. Kamil roula sur le sol comme un homme sauvage en feu, puis son fusil tira. Cette fois-ci atteignant un des loups.
Son esprit se vidait peu à peu alors qu'il s’évanouissait. Il entendit des voix humaines hurlant dans le lointain - Voix ennemies assurément, mais cette nuit, sa dernière pensée consciente était qu'elles étaient ses sauveurs.

****


Dernière édition par rené sens le Mer 19 Sep - 19:41, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
rené sens



Nombre de messages : 282
Date d'inscription : 02/02/2008

MessageSujet: Re: The Dohrman Prophecy : Traduction en cours du livre-web.....   Dim 8 Avr - 18:24

Chapitre 49 - Un Changement de Labyrinthe

« Que faites-vous ? », murmura Maia en regardant l'expression étrange de Simon. Ses yeux étaient fermés sur de profondes pensées, ses lèvres remuaient en silence, mais, le plus alarmant, pour Maia était qu'il semblait oublieux de leur danger évident. Ils étaient à deux pas d'une tour de garde qui se profilait au-dessus de quelques arbres plus petits, dans ce qui était autrefois une clairière taillée dans les bois.
« Je calme les oiseaux », répondit Simon d'une voix faible et calme.
« Vous pouvez faire cela ? »
« Si vous passez autant de temps que j'ai passé dans ces bois, vous seriez surpris de ce que vous pourriez faire », répondit Simon. « La Garde Suprême utilise une population d'oiseaux comme système d'alerte pour chacune de leurs tours de garde. Celle-ci étant la tour de garde finale, il y a plus encore d'oiseaux - plus dur pour les faire taire. »
Soudain, un couple de corbeaux commença à croasser à leur gauche et Maia se serra et s'abaissa.
« C'est bien », dit Simon. « Ils sont autorisés à être des oiseaux », sourit-il. « C'est lorsqu’ils commenceront tous à s'agiter en chœur que nous aurons alors un problème. »
Simon se tourna et se précipita vers Maia restée en bas. « Suivez-moi. »
Maia rampa sur ses mains et genoux sur une cinquantaine de mètres et arriva finalement à un grand arbre contre lequel Simon était appuyé. « Qu'est-ce qui ne va pas ? »
« Tout va bien. Je voulais juste voir si quelque chose avait changé depuis ma dernière visite. »
« Quand était-ce ? »
« Il y a deux ans environ », répondit Simon, haletant légèrement. « Nous ferons notre déplacement, ce soir, quand il fera noir. »
« En ce qui concerne Kamil, nous ne devrions pas l'attendre ? »
« Non, nous devons le faire ce soir C'est une nouvelle lune ; Nous devons en profiter. Si Kamil fait son travail, il sera ici sous peu, mais je ne veux pas que notre tâche dépende de la sienne... Trop de variables. »
« Que voulez-vous dire : trop de variables ? »
Simon soupira et regarda fixement Maia avec une expression de compassion ancrée dans le réalisme.
Elle baissa les yeux, incapable de répondre à ses yeux pendant plus d'un instant et resta calme, ses pensées orientées sur Kamil.
Maia, cherchant une distraction, ouvrit leur sac d'approvisionnement en toile et prit une gorgée d'eau, puis l’offrit à Simon. « Pourquoi faisons-nous cela, Simon ? »
« Essayez de parler à l’Oracle ? », demanda-t-il entre chaque gorgée mesurée d'eau.
Maia acquiesça.
Simon leva les yeux vers le ciel, caché principalement par les branches d'arbres et les feuilles, sa capuche recouvrant partiellement son visage sculpté, mais buriné. « Au sein des réalités infinies, dont ceci n'est qu'une infime partie, il y a une seule constante essentielle : la nécessité d'être voulu. Non pas parce que vous avez quelque chose que les autres n'ont pas, mais simplement parce que vous êtes une pièce de l'ensemble et vous le savez. Vous savez que tout le monde est comme vous : ils sont pareils. Il existe un respect mutuel et une appréciation. Il y a l'égalité. »
« L'Oracle, lors de sa première dictée de sa prophétie originelle, je lui ai demandé quand il allait finir- »
« Vous voulez dire l'Oracle lui-même ? »
« Non, le service de l'Oracle sur cette planète... à notre espèce. »
« Qu’a-t-il dit ? », demanda Maia.
« Il m'a dit qu'il ne pouvait pas prévoir une telle chose, parce que cela se rattachait à lui. Ses créateurs ne lui ont pas donné la possibilité de répondre à ces questions. Mais j'ai continué à poser la même question de différentes manières jusqu'à ce que j'obtienne une réponse mais détournée, et sa réalisation sera après que j'ai attendu pendant ... pendant un temps très long. »
« Quoi ? »
« Il m'a dit qu'il serait, dans le temps, brisé et une porte s'ouvrirait qui lui permettrait de devenir humain. »
« Que voulez-vous dire : briser ? »
« Tous les systèmes s'écroulent, Maia », répondit Simon. « L'entropie. L'Oracle pouvait voir ce changement futur, non pas tant pour lui-même, mais pour toute l'humanité, et il serait pris dans ce changement et en serait affecté, à sa manière. »
Maia plissa son front, semblant confuse. « Changement ? »
« L'égalité dont j'ai parlé précédemment - cette constante dans l'univers - ce n'est pas de l'avis de tout le monde. Certaines personnes ne sont pas satisfaites d'être égales, et désirent plutôt la supériorité, mettre leur valeur et contribution au-dessus du reste. Le respect et l'appréciation ne sont pas ce qu'ils désirent, mais le culte, le pouvoir, la peur et le privilège. »
« Mais ceux-ci n'ont-ils pas toujours été en conflit ? », demanda Maia.
« Bien sûr, mais pas quand la dynamique de la planète - son univers entier - change également. C'est ce qui crée l'intersection, ce qui rend la collision et le changement subséquent possible. »
« Quand vous avez dit que vous aviez parlé avec l'Oracle en personne, je savais que c'était le signe qu'il devenait humain, et ceci signale le temps du changement. Je l'avais senti mais je cherchais une confirmation. Quand nous étions en dehors de ma cabane et l'Oracle s'est manifesté en tant que femme ... c'était ma confirmation. Nous sommes au milieu de l'intersection, mais quand la collision se produira, je ne sais pas, mais je veux voir si l'Oracle peut nous le dire. »
Maia fronça les sourcils et jeta un coup d'œil à Simon. « Je ne comprends toujours pas le changement. Qu'est-ce que c'est ? Comment changera-t-il quoi que ce soit ? »
« Un changement profond se produit, Maia, mais les gens ne le voient pas vraiment ou ne le sentent pas... encore. Il est probable qu'ils attribueraient la responsabilité aux cycles naturels - corrections de la nature, rien de trop important, mais l'oracle dit que c'est le moment où l'égalité l’emporterait. C'est le moment où la fraternité expulserait la servitude ; quand ceux corrompus au pouvoir feraient attention au pouvoir de l'égalité. »
« Comment ? Comment quelque chose comme cela pourrait-il arriver ? Je veux dire : qui est derrière cela ? »
« Tout le monde est derrière lui », répondit énigmatiquement Simon. « C'est l'aboutissement de centaines de milliers d’années ; depuis que l'homme et la femme ont fait leurs premiers pas sur cette planète en tant qu'êtres corporels c’était prévu. »
« Mais par qui ? »
« Par nous », répondit Simon. « Par l'humanité. Il n'est pas imposé par quelque force extérieure. C'est notre libre arbitre collectif, en tant qu'espèce sensible, de devenir une force d'unité. Une conscience collective qui monte à travers les réalités infinies et cherche d'autres espèces ailleurs dans les univers qui ont fait la même chose. Et si nous ne trouvons pas quelqu’un, alors nous les cultiverons. »
Maia regarda Simon avec une certaine incertitude, comme si s’interrogeant sur sa santé mentale. « Et cela est conforme à l’Oracle ? »
« Oui », répondit Simon.
« Pourquoi quelqu'un voudrait-il empêcher cela ? »
« Ils ont falsifié la disposition la plus fondamentale de l'univers des réalités - le libre arbitre des êtres sensibles. Ils ont résisté à l'unité de l'égalité parce qu'ils désiraient le pouvoir personnel plus qu’ils souhaitaient construire une intelligence collective et dans cette volonté de pouvoir ils ont fracturé l'esprit humain en une mosaïque d'inefficacité. Ils ont emprisonné l'humanité tout comme quelqu'un rogne les ailes d'un oiseau pour l'empêcher de s'envoler. »
« Une fois que cette structure d'asservissement fut ancrée chez l'espèce humaine, elle est passée de génération en génération - dans un mélange d'hérédité et de culture - comme une machine à mouvement perpétuel, sauf que c'est l’instant où l'entropie rattrape la machine, et- »
« Donc cette collision arrivera bientôt ? »
« Oui », Simon acquiesça, « mais cela ne se passera pas comme un seul événement se produisant en un jour. Il pourrait prendre cinquante ans. Peut-être moins, mais ces changements nous attirent plus profondément et plus haut en même temps. Ils étirent l’humanité. Ils créent une ampleur dans l’esprit humain, qui peut atteindre à la monarchie du pouvoir, et trouvent notre voix collective - pas une voix physique s’exprimant, mais une voix intérieure qui s’exprime comme une seule vibration collective parce qu'il comprend que tous nous faisons partie d’un Être Unique qui n'est pas gouverné par quelque chose ou par quelque force extérieure. »
« Même Dieu ? »
« Même Dieu. »
« Cela me fait peur », admit doucement Maia. « La collision qui vient avant ce changement, à quoi va-t-elle ressembler ? »
« C'est ce que je veux demander à l'Oracle », dit Simon.
« Mais ce n'est pas la fin du monde, n’est-ce pas ? »
Simon secoua la tête et rit amicalement. « C'est la naissance d'un nouveau monde. Tout ce qui s’achève marquera le début d’un nouveau départ. Ce nouveau début est la promesse de notre prise de conscience en tant que collectif. L'Oracle l’a expliqué comme l’éveil depuis une prison que vous n’avez jamais remarqué auparavant, et puis un jour vous vous réveillez pour voir les barreaux de la prison et les gardes à la porte. »
« Nous sommes dans une prison, mais nous ne le savons pas ? »
« C'est plutôt vivre dans une constellation de labyrinthes qui sont devenus si familiers que peu, le cas échéant, cherche à s'échapper. Les frontières du labyrinthe touchent d'autres dimensions de l'être qui semblent si extérieures qu'elles invoquent la peur, mais ces régions frontalières sont notre avenir. Elles sont davantage raréfiées, et nécessitent donc une certaine préparation pour les toucher et expérimenter d'une façon qui soit utile à l'individu et afin de ne pas les déséquilibrer. Mais si l’on cherche à quitter le labyrinthe, il n'y a pas de préparation. »
« Et comment peut-on faire cela - quitter le labyrinthe ? », demanda Maia.
« C'est différent pour tout le monde, mais c'est intentionnel, car cela exige de chacun de nous comptons sur nos propres perceptions et notre sens de la navigation. Chacun doit s'éveiller à la réalité qui existe un labyrinthe, puis doit commencer le travail de création d’une carte du labyrinthe, pourquoi ? »
« Pour apprendre sa structure, sa finalité, et pour rester ouvert à la possibilité qu'une grande partie de ce qu’ils croyaient sera largué comme superflu, faux ou tout simplement obsolète. Une fois qu'ils auront une carte, même un plan vaguement conçu, ils commenceront leur préparation. Quand ils commenceront à naviguer hors du labyrinthe, ils parviendront à une frontière d'un monde supérieur, un monde de conscience, pas d'objets ou d'images. »
« Cette conscience est le monde nouveau de l'égalité et l'unité. Elle ne vit pas derrière des images, des sons, des sentiments, des calculs ou des polarités. Elle n'est pas alimentée par la foi ou la piété. Elle n'est pas sensible à la dévotion pour des personnalités extérieures, peu importe qui ils sont. Elle ne se soucie pas si vous professez la foi en Dieu ou l'esprit, ou si vous démontrez votre sainteté par l'abstinence. Elle n'évalue pas votre intelligence par le mérite. Elle répond seulement aux expressions du cœur - la cohérence de ses vertus se déversant du centre de votre être. »
« C'est comme si un monde existe en dehors de ce labyrinthe, et nous vivons dans deux endroits simultanément. Dans le monde de la conscience, nous sommes un Être Unique ; dans la constellation des labyrinthes, nous sommes des milliards de fragments divisés par appartenance ethnique, la foi, le statut social, le sexe, et une centaine d'autres choses qui pèsent seulement sur les échelles ayant de l'importance au sein du labyrinthe. »
« Comme l'Être Unique, nous pouvons regarder dans le labyrinthe et voir les fragments de notre soi, et les appeler à revenir. Certains écoutent plus attentivement que d’autres, mais ce sont des appels vocaux. Il appelle toujours, et cette voix peut vous aider à trouver votre chemin ainsi. »
« Pourquoi les fragments ne peuvent regarder du labyrinthe et voir le monde de conscience ? »
« Ils peuvent ! », s’exclama Simon. « Il n'y a rien qui l'empêche en dehors de notre foi dans ce qui est illusoire. La foi est la denrée la plus puissante de l’esprit humain. Avec la foi, vous pouvez diriger les masses à croire que le labyrinthe et ses fragments sont la partie la plus importante de l’ensemble de l'univers. Et ce qui est en dehors du labyrinthe, eh bien, ainsi que de la folie, le satanique, le malavisé, et rien de plus. Il est donc préférable de ne pas parler de ces choses, de peur que vous deveniez un exilé tel un paria social. »
« Mais il y a ceux dont la bravoure les oblige à sonder, à explorer, et à atteindre depuis le labyrinthe le monde de conscience et à y vivre sans l'uniforme d'une humanité divisée. Ils permettent simplement aux vertus du cœur de les guider, indifférent au sujet d’une croyance particulière, un rituel, une règle ou une incantation. Ils savent que leur foi est leur énergie la plus précieuse et ils l’investissent en leur sein, dans la partie la plus centrale d'eux-mêmes parce que c'est là où ils sont connectés avec l'Être Unique. »
« Comment cela leur donne le moyen de sortir du labyrinthe, comme vous le dites ? », demanda Maia. « Il me semble que le monde réel doit nous être accessible. En d'autres termes, si nous sommes censés nous réveiller et sortir du labyrinthe qui nous sépare, il devrait y avoir quelqu'un qui allume la lumière, réveille tout le monde en place et montre sa sortie. N'était-ce pas le but de l’Oracle ? »
« Nous vivons dans un multivers en pleine expansion », répondit Simon. « Il y a des mondes au sein de mondes dans des mondes. Le labyrinthe est structuré à travers des mondes. Il n'y a pas qu’une seule porte de sortie que tout le monde peut emprunter. Quant à l'oracle, il m'a dit que ce n'était pas le destin d’une force extérieure de sauver l'humanité ou de nous réveiller à la réalité de notre unité. C’est notre propre plan - l'Être de l'Unité - d'habiter la densité de la polarité, survivre et d'évoluer, et dans cette évolution, nous prendrons peu à peu conscience de notre âme collective. »
« Cela peut sembler une lente prise de conscience - elle l’est certainement pour moi -, mais son calendrier n’est pas étalonné pour une seule vie humaine, mais plutôt pour la durée de vie collective de notre espèce. »
Maia haussa les épaules et soupira. « Je ne comprends toujours pas pourquoi l'Être Unique est incapable d’éveiller rapidement. Qu'est-ce qui a fait que l'humanité dilapide son unité pour le souci de l'expression individuelle ? Pourquoi faut-il finir comme une faction essayant de tuer ou de manipuler l’autre ? C'est un tel gaspillage terrible. »
« Vous avez raison dans un sens », commenta Simon, « mais la famille humaine a été manipulée par leurs dieux. Cette manipulation a été généralisée en canalisant la peur et la foi de la famille humaine vers le ventre en attente de ceux qui, dans un sens très réel, se nourrissent de l'humanité. Ces dieux autoproclamés ont peur que l'Être Unique les éclipse finalement. Ils veulent que la famille humaine soit divisée en fragments de peur et de foi, parce que cela leur apporte la nourriture et la sécurité d'emploi- »
« Vous dites que Dieu est responsable de notre fragmentation ? », demanda Maia avec une irritation évidente dans sa voix normalement cristalline. « Je ne comprends pas. De toutes les choses que je vous ai entendu dire, ceci est le plus déconcertant. Dieu, tout d'abord, est un. Nous sommes un avec Dieu. Donc, l'Être Unique doit être Dieu. N’est-ce pas ? »
« Quel Dieu ? », demanda rhétoriquement Simon. « Le Dieu de la vengeance? Le Dieu qui frappe l'humanité pour sa nature pécheresse - la nature même que Dieu, par son omniscience, nous a donnée ? Le Dieu qui exige le culte de sa création imparfaite et pécheresse ? Le Dieu qui vit dans les religions qui enflamment des guerres saintes et des inquisitions ? Le Dieu qui détruit ce qui n'est pas d'accord avec lui ? Quel Dieu, Maia ? »
Simon s'arrêta alors qu’il lisait le visage de Maia, qui était de plus en plus dans la frustration. « Ce que nous appelons Dieu, à quoi nous sommes élevés à croire, servir et donner notre foi et crainte, est une manipulation, un imposteur. La plupart de nos prophètes, messagers et messies ont donné une voix à ce Dieu trinitaire invoquant la peur - le Père, le Fils et l’Esprit. Le Dieu trinitaire est présenté comme le Créateur de toutes choses. Il n'est pas, il est un être surnaturel d'une grande puissance par rapport à un être humain, mais le Dieu trinitaire n'est pas le Créateur de tout ce qui est. »
« Tout comme l'instrument humain est l'imposteur de l'âme, et tout comme le monde physique est l'imposteur des mondes réels, le Dieu trinitaire est l'imposteur de la Source Première, et son Paradis est un imposteur du Grand Multivers dans lequel la Source Première crée et habite à la fois. »
« Les anciennes définitions de Dieu doivent être remaniées. Le Messie de l'Église a essayé de rendre ce message clair, mais il est resté pris dans les vieux paradigmes comme une marionnette qui est devenue auto-animée, mais dont les fils ne pouvaient pas être complètement coupé. »
« Autant de couches de manipulation », dit Simon dit en secouant la tête. « Si facile pour que la confusion règne. »
Il regarda autour de lui pendant un instant, les yeux brillants avec le liquide d'un esprit chaviré par l'ampleur du chagrin. « Il existe un état d’être créé entre l'homme et Dieu ... vous avez entendu parler d'eux comme des anges, et ils sont devenus adversaires d’un autre. Au sein du royaume angélique, comme la trajectoire de l'évolution sur Terre devint plus claire, et l’instrument humain émergea, certains de leurs dirigeants croyaient au destin de l'humanité en tant que collectif spirituel. Certains ont même cru que ce collectif - l'Être Unique - pourrait un jour être plus puissant que le royaume angélique et le supplanter. »
« Et sur ce point d'inquiétude - sur le destin de la conscience humaine comme un être collectif - les adversaires angéliques ont choisi leurs camps. Un camp voulait nourrir l'humanité et lui fournir des conseils, et un camp voulait être nourri par ses énergies. »
Maia avait écouté avec attention, mais semblait hésiter à poser une autre question, de peur que davantage de sa réalité ne pouvait supporter la force de démantèlement des paroles de Simon. Elle éprouvait le besoin de protéger ses croyances restantes, et l'une d'elles qui était particulièrement précieuse était le sujet des anges.
« Il sera tard avant que nous essayons d'entrer ce soir le site de l'Oracle, nous devrions essayer de nous reposer maintenant », proposa Simon, comme s'il lisait les pensées de Maia. C'était la fin d'après-midi, l'air était chaud et légèrement moite avec une légère brise qui s'orientait à travers la dense forêt de pins comme un souffle céleste avec un millier de couches. Chaque couche un souffle différent, d'une âme différente.

****


Dernière édition par rené sens le Jeu 26 Juil - 19:59, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
rené sens



Nombre de messages : 282
Date d'inscription : 02/02/2008

MessageSujet: Re: The Dohrman Prophecy : Traduction en cours du livre-web.....   Jeu 12 Avr - 13:24

Chapitre 50 - Asmodée

Shunal entra dans le bureau du Suprême Initié avec un léger pressentiment. Karnomen lui avait demandé de visiter le site d'Oracle et de le préparer pour leur réunion d'échange avec Levernon. Le voyage s'était avéré, comme il le faisait souvent, avoir des tournures mystérieuses, et Shunal avait hâte de partager les derniers rebondissements avec Karnomen et Torem qui attendaient pour son rapport.
« Bienvenue Shunal », dit Karnomen alors que Shunal frappait à sa porte entrouverte. « Vous devez être fatigué. Asseyez-vous ... rejoignez-nous, je prépare des rafraichissements. »
« Merci », dit Shunal, s'inclinant légèrement en signe de révérence. C'était l'habitude de Karnomen d’offrir des rafraîchissements au retour du responsable d’un Dayers - le terme que les initiés donnaient à leurs allers et retours de vingt deux kilomètres à l'Oracle. Le chemin était constamment traversé par les racines des arbres, ce qui le rendait lent et pénible. Le voyage n'était pas sans risque - chevilles tordues, les tibias meurtris, et en supposant qu'ils puissent éviter ceux-ci, les ampoules aux pieds donnaient lieu à la grimace qui accompagnait leurs visages au retour.
« Oui, s'asseoir semble une excellente idée », Shunal était d'accord en tombant sur le doux coussin de velours rouge de sa chaise attribué.
« Quelque chose d'intéressant à signaler ? », demanda Torem, regardant par-dessus ses lunettes de lecture, alors qu’il prenait une gorgée de sa tasse de café.
Shunal acquiesça en souriant nerveusement. « En effet, mais je vais attendre que Son Excellence soit assise. »
« Non », proposa Karnomen, « n'attendez pas pour moi. Je peux vous entendre très bien. »
Shunal prit une profonde inspiration, regarda Torem, et ensuite Karnomen qui versait quelque chose dans une paire de coupes en cristal. « L'Oracle est sans un seul défaut. » Il y eut une longue et ignorante pause dans la salle qui fit tressaillir Shunal, qui était incertain s’il fallait garder le silence et attendre les questions ou s'il fallait répéter ses paroles afin de s'assurer qu'elles ont été entendues.
Karnomen porta les deux verres et les posa sur la table. « Ma chaise, comme vous pouvez vous le rappeler, fut faite à partir d'un arbre qui est tombé sur l'un des monolithes de l'Oracle ... Je crois que c'était celui de gauche ... de toute façon, peu importe et c'est arrivé avant notre époque, mais il a laissé une entaille de bonne taille sur le monolithe qu'il a heurté, selon notre Saint Abaddon. »
Karnomen transmit un verre à Shunal. « Cette entaille fut réparée par magie aussi. Je ne suis pas entièrement surpris par vos constatations, bien que je soupçonne que les dommages que nous avons infligés étaient plus sévères que ceux de l'arbre. »
Shunal ne pouvait empêcher son regard de désappointement. « Vous n'êtes pas surpris par cela ? », demanda-t-il. Il était sûr que ses nouvelles seraient considérées comme miraculeuses, ou un genre d'intervention divine, mais à entendre l'histoire de Karnomen, c’était simplement prévu.
La tête de Shunal pivotait entre Torem et Karnomen comme une girouette poussée par un vent indécis.
« Son Éminence m'a dit justement avant votre arrivée », dit Torem, un sourire tapi sur les bords de ses lèvres minces. « Cela semblait impossible à moi aussi, mais ici, vous ne faites que le confirmer. »
« Nous avons de plus grandes préoccupations que les pouvoirs de régénération de l'Oracle », dit sinistrement Karnomen. « Notre ami Hugelitod ne semble pas être en manque d'imagination. Il affirme, une fois de plus, que l'Oracle communique avec lui- »
Shunal se tortilla sur sa chaise, hérissé comme un chat, mais Karnomen s'arrêta à mi-phrase et leva la main de manière préventive.
« Doriah vérifie sa loyauté », poursuivit Karnomen, « mais comme nous, il ne sait pas si ce sont des hallucinations ou des phénomènes psychologiques que nous ne pouvons imaginer. »
« Et qu'est-ce que nous allons faire à ce sujet ? », laissa échapper Shunal, incapable de tenir sa langue plus longtemps. « Il est toujours une menace que nous devons en prendre compte. »
Le rôle du troisième initié était la Protection. Chacun des seize initiés avait un rôle attribué en fonction de leur compétence, leur personnalité et des intérêts. Ces rôles, au fil du temps, s'incarnaient dans la personne, et Shunal, comme Protecteur, était le plus virulent au sujet des menaces pour l'Église. Il était la voix du soupçon et, dans certains cas, quand les démons entraient dans la conversation, la paranoïa.
« Oui, oui, nous en prendrons compte », répondit Karnomen : « ne vous inquiétez pas. J'ai assigné Hugelitod à travailler avec Doriah. Je veux que Doriah le conseille et voit s'il peut reprendre son équilibre psychologique. Mais il est possible que Hugelitod soit une cause perdue. »
« Comment Doriah travaille avec lui ? », demanda Shunal, ses yeux se plissant de scepticisme.
« Hugelitod est convaincu de son rapport avec l'Oracle. Même si je crois que ce n'est rien de plus que son déséquilibre mental - nous lui avons fait subir une véritable épreuve avec son initiation - l'Oracle, ainsi qu'il prétend, lui a demandé d'écrire un livre basé sur nos textes apocryphes. En d'autres termes, un nouveau livre qui est basé sur les enseignements supposés de rencontres imaginaires de Hugelitod avec l’Oracle. »
« Exactement ce dont le monde a besoin », entonna Torem de sa voix profonde et résonnante, « un autre livre. »
« Son déséquilibre mental est aigu s’il entend l'Oracle s'adressant à lui », ajouta Shunal. « Il pourrait être possédé. Avez-vous envisagé cette possibilité, votre Excellence ? »
« Non », répondit Karnomen. « Je n'ai pas considéré ceci parce que chaque fois que je parle avec lui, il est lucide et parfaitement clair. Il n'y a pas d'agressivité. C'est quelque chose d'autre, et comme notre bon ami Doriah l'a suggéré, garder un œil sur lui semble que notre meilleure action pour l'instant. »
« Pendant combien de temps gardons-nous nos yeux sur lui ? », demanda Torem.
« J'ai donné deux semaines à Doriah avant que nous réexaminerons l'état d'esprit de Hugelitod. La bonne nouvelle est qu'il ne cherche pas à nous tromper en cachant ces idées délirantes. »
« Je suis d'accord », acquiesça Torem. « C'est bien mieux de cette façon. »
« Je respecte votre point de vue, Votre Éminence », dit Shunal, « mais est-il sensé de laisser Hugelitod errer sur les terres librement? S'il entend des voix, peu importe que ces voix soient bénignes, n'est-il pas un danger potentiel ? »
« Nous ne sommes qu'à quelques jours de la souveraineté, mon cher Shunal », dit Karnomen, « il ne faut pas porter notre attention sur Hugelitod. Nous avons tous travaillé dur l'année dernière pour atteindre cette autonomie, et une fois celle-ci acquise, toute une cascade de nouvelles activités nécessitera toute notre attention. Maintenant, nous allons apprécier notre succès. Hugelitod est en de bonnes mains avec Doriah, je suis sûr qu'il aura une influence plus positive qu'une cellule de prison. »
Les trois hommes continuèrent à parler tard dans la soirée sur les détails de leur réunion d'échange avec Levernon, toujours avec un étrange mélange d’enthousiasme pour l'indépendance, et de sombres connotations de la perte de l'Oracle pour le roi Levernon et ses maisons royales. Il y avait un texte qui les avait convaincus de troquer la possession de l'oracle pour l'indépendance. C'était il y a plusieurs années alors qu'ils examinaient pour la première fois la suggestion de Torem, et c’était Torem qui avait offert le texte comme moyen pour détourner les préoccupations. C'était un extrait du troisième volume, la chronique par le Premier Initié vénéré de l'Église, Asmodée, près de 248 années auparavant.
Le verset était clair et étonnamment direct, car à cette époque l'Église avait encore à apprendre les accès à l'Oracle.

Livre III, Objectif général 12 : 3-9

Asmodée : Qui servez-vous ?
Oracle : Je sers la personne qui cherche la vérité qui a été cachée d'elles et désire ardemment en refaire connaissance. Ce désir doit être pur et fort, destiné à un type différent de fidélité - une non pas liée à la personnalité, mais à ce qui vous unit en tant qu’Un. Si vous venez à moi avec ce désir Je vous servirai.
Asmodée : Et celui que vous refusez de servir ?
Oracle : Je ne servirai pas le puissant qui recherche mes connaissances pour étendre leur puissance matérielle ou plaisir. Je ne servirai pas tous ceux qui désirent mes connaissances pour approfondir, élargir ou renforcer les obstacles à l'Unité universelle.
Asmodée : Si une personne, une comme vous venez de décrire, recherchait votre connaissance, par quel processus discernez-vous ses intentions ?
Oracle : Je la connaîtrai par son nom. Il n'existe aucun processus.
Asmodée : Vous avez connaissance de chaque personne sur Terre, au fil du temps, qui soit mal motivée ? Et avec cette liste, il n’y en a aucune qui puisse passer à travers votre examen minutieux ?
Oracle : Cette liste relève de ma compétence et mon choix, et il y a personne qui puisse passer sachant qu’elle est sur cette liste.
Asmodée : Que faire si la tromperie était sur cette personne et qu’elle présentait un nom différent ? Pourriez-vous toujours les connaître ?
Oracle : Chaque nom est sur cette liste, même ceux qui sont faussement donnés.

* * * *


Dernière édition par rené sens le Jeu 26 Juil - 20:03, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
rené sens



Nombre de messages : 282
Date d'inscription : 02/02/2008

MessageSujet: Re: The Dohrman Prophecy : Traduction en cours du livre-web.....   Mar 1 Mai - 19:21

Chapitre 51 - L’Homme Bleu

Kamil ouvrit les yeux sans se rendre compte que ce qu'il sentait était des gouttes d’eau ruisselant sur son visage. La lumière du matin gris baignait sa vue filtrée par des branches floues. Il ressentit aussitôt la douleur de son corps, et sa mémoire commença à éclore dans les fragiles failles de sa personnalité. Il était couché sur une civière de fortune qui était tirée sur un sentier forestier. Il essaya de s'asseoir, mais il était étroitement attaché. Sa tête et son corps lui faisaient mal à chaque secousse le long du sentier. Sa civière était inclinée à un angle d'environ trente degrés, et était tirée par quelqu’un qu'il ne pouvait pas voir. Il s’efforça d’ouvrir sa bouche, mais la volonté de parler le laissa comme l’idée de poser une question se présenta.
« Où m'emmenez-vous ? »
La question disparut dans l'oubli du sable tamisé par un sablier céleste. Au lieu de cela, une voix sans lèvres lui parla. « Vous êtes pris dans le repaire des hommes-bêtes qui ne connaissent rien de ma volonté. Mon pouvoir est en vous, et les hommes-bêtes disposant maintenant de votre vie s’inquiéteront pour leur propre vie s'ils cherchent à vous détruire. Car vous êtes ma semence et je vous défendrai. »
L’attention de Kamil, sous une protection sacrée, fut exilée dans une pièce avec une grande table. Sept êtres qu'il ne reconnaissait pas étaient assis à cette table, néanmoins il pensait qu’ils ressemblaient à des anges, malgré leur manque d'ailes. Ils étaient plus grands que des humains, avec des fils énergétiques de lumière palpitante à travers leur corps ayant une étrange transparence bleu saphir. Ils lui firent signe de les rejoindre à leur table. Il s'assit entre deux d'entre eux sur l'unique chaise libre, et il s'aperçut tout à coup que ses douleurs avaient disparu - qu'il marchait vers la table sans aucun mal - et Kamil souriait de bonheur.
« Votre monde sera rétabli, ne vous inquiétez pas », dit l'être à côté de lui. « Nous ne sommes pas des anges, ni des dieux. Nous sommes vous dans un autre domaine du temps. Chaque homme est un nouvel Adam, chaque femme une nouvelle Ève. Nous sommes ceux que vous appelez l’Arbre de la Connaissance, et, ce faisant, nourrissons votre soif d'égalité et d'unité. »
Une partie de Kamil pouvait entendre le bruit de sa civière trainée, et sentir les bosses de la piste, mais la plus grande partie de son soi était trop captivée par ses hôtes pour s’apercevoir d’être emmené loin d'une telle pièce magique. Il se tourna vers l'être qui lui avait parlé. « Pourquoi semblez-vous si familier ? »
« Je suis votre père », répondit l'être. « Votre vrai père. »
Comment cela pourrait-il être ?, pensa Kamil.
« Nous sommes différents que dans l'apparence de l'espace-temps, mais ce qui est en votre centre, est notre centre aussi, et dans cette présence partagée nous sommes identiques dans tous les points fondamentaux. Ma paternité est la même pour chaque Adam et Ève sur votre planète. »
Les êtres à la table acquiescèrent à l'unisson, leurs corps reliés à un filament éthéré que Kamil commençait seulement à identifier comme il concentrait son esprit sur les autres êtres. Il pouvait voir qu'ils étaient chacun différent, et cette distinction était concentrée dans leurs yeux. C’était les yeux qui reflétaient leur unique compréhension, et pourtant, Kamil avait l’impression étrange qu'il était en présence d’un être qui possédait sept corps.
« Vous voyez sept d'entre nous », dit l'être, « car nous vivons dans sept univers, et au sein de l'espace-temps de ces univers chacun d’entre nous a évolué. Nous sommes les anciens, Premier Né. Nous sommes des êtres initiaux qui avons marché sur les sphères planétaires en premier et avons appris ce qu'est la vie chez les plantes, les animaux, minéraux et l'air nécessaire aux systèmes biologiques pour gravir les milliers de marches vers notre royaume. Notre souffle est mêlé au vôtre, et bien que vous n’ayez aucun souvenir de nous, nous sommes l’attrait vers l’intérieur que vous ressentez, l’impulsion attractive à connaître les réponses ultimes de la vie et de la mort. Notre conscience est devenue le phare de toute vie possédant une âme, au sein de cette Âme Intégrale septuple, nous sommes son point le plus central, au sein duquel tout est lié dans un voyage éternel. »
« Bien que nous ne sommes que sept, nous supervisons les sept univers de la Source Première, notre Créateur. Combien y a-t-il d’univers avant nous et après nous, nous ne le savons pas, car des rideaux ont été tirés par la Source Première pour nous maintenir centrés sur nos mondes de création, d'évolution, d'ascension et d'unicité. S’il y a une chose que nous avons apprise de notre existence quasi-infinie, il ne faut jamais présumer que le multivers soit composé de sept univers, mais plutôt comprendre qu'il est inconnaissablement immense. Aussi haut que vous vous élevez, aussi profond que soit votre tunnel, il y a encore toujours plus à découvrir et à comprendre. »
« Nos pouvoirs s'étendent à toute vie et toute matière. Nous n'interprétons ou ne dirigeons pas l'espace-temps, car la volonté de la Source Première est que la vie doit évoluer à l'abri du libre arbitre. Toutefois, ce libre arbitre s'applique uniquement aux mondes intérieurs, il ne s'applique pas à l'extérieur, c’est à cause de cela que vous êtes manipulés, vous êtes faits serviteurs d’hommes qui sont serviteurs de dieux qui sont serviteurs d’autres dieux encore. Et cette lignée de servitude a extrait votre libre arbitre sans votre consentement ou connaissance. Par conséquent, l'Oracle fut déposé sur votre planète - sur toutes les planètes sensibles - pour défaire cette servitude d’une hiérarchie de personnes extérieures. »
« Notre cadeau pour vous est le langage transfiguré. Vous constaterez que votre raisonnement changera à partir de cet instant, car nous vous avons touché de notre présence et un grand vide se posera sur vous, mais vous ne serez pas aveugle. Vous verrez ce que d'autres tâtonnent seulement, et vous vous souviendrez que notre présence est en vous. »
Kamil, assis à la table, regardait l'être qui lui parlait, et finalement un silence s'installa dans la pièce, et il sentit l'envie de parler. « Je ne crois pas en Dieu ... jamais senti comme quelqu'un qui aime les êtres humains, sans parler des sentinelles marchant lourdement seules dans une forêt. Qu’avez-vous dit, que je me souviendrai de votre présence - que je changerai... que je croirai finalement en Dieu ? Parce que je ne ressens aucune connexion avec lui. »
L'être bleu qui prétendait être son père se tourna vers le centre de la table et d’un simple signe de tête, comme par magie, activa une image qui apparaissait flottante au-dessus de la surface blanche de la table. C’était un hologramme minutieux de Kamil jeune garçon, comme si un souvenir ressuscitait avec une précision absolue. Il n'avait que cinq ans, peut-être six ans, mais Kamil se reconnaissait, bien qu’il n’ait jamais vu de photos de son enfance. Il y avait quelque chose de familier dans ses cheveux et déplacement. Le garçon courait dans un champ de hautes herbes ; seul, sous l'obscurité d’un ciel nocturne rempli d'étoiles.
Kamil était émerveillé par la scène, mais ne s'en souvenant que vaguement. Il observait tandis que le garçon - haletant de la longue course - tout d'un coup s'arrêta, s'allongea dans les hautes herbes de la prairie, et leva les yeux vers les étoiles, les yeux s'élançant d'une constellation à une autre avec admiration. Il commença à compter ce que ses petits doigts pointaient dans les cieux, puis rapidement vit l'inutilité de le faire et se contenta d'observer. Du coin de l'œil du garçon, Kamil voyait le vaste champ du ciel éclipsé par une profondeur inimaginable de l'espace, et pouvait sentir une partie de l'émerveillement de l'enfant.
D'une certaine manière, Kamil ne comprenait pas comment, alors qu'il regardait le garçon, il pouvait contrôler l'image qui flottait au-dessus de la table, et il pouvait se sentir - une partie de lui - flotter dans le corps du garçon, et Kamil, l’homme, regardait soudainement les étoiles à l'intérieur de son corps jeune garçon. Les étoiles étaient si claires, si nombreuses qu’il était instantanément fasciné.
Et puis soudain, il s'entendit dire. « C'est Dieu. » Ce n'était pas sa voix, c'était une voix d'enfant. Candide, pure. Les deux mots sont montés dans le ciel sereinement, ne dissimulant rien comme si ensemble, ils étaient l'étoile du berger, celle qui arrive seule, annonçant la première lumière du ciel.
Son esprit chancela. Il était à trois endroits en même temps. Quelque part il était couché sur une civière, son corps trop cassé pour rester conscient, il était assis à une table avec sept êtres qui s'appelaient eux-mêmes Premier Né, et il était aussi à l'intérieur de son corps alors qu'il n’était qu'un petit garçon, les yeux fixés sur les cieux d’une claire nuit d'été. Il ne savait pas comment c'était possible, mais il savait qu’il l’était.
Le garçon continuait à observer le vaste ciel sans défense, piqué par la lumière d'un ensemble infini d'étoiles qui semblaient embrasser aussi bien l'homme et l'enfant. C’était la plus étrange impression que Kamil n'avait jamais éprouvée. Il se demandait où étaient ses parents, pourquoi ils l'avaient laissé seul dans la froide immensité d'un univers massif. Et puis, quelque part le long de sa colonne vertébrale il la sentit d'abord. Une charge électrique courant sur toute la longueur de sa colonne vertébrale, et sa chair entière piquetait, comme si le courant touchait chaque cellule, chaque atome de son petit corps.
Il entendit un autre mot s'échapper de sa bouche. «Amour». Il n'était qu'un jeune enfant, élevé dans un orphelinat dans les abords d'un village où la plupart des enfants étaient les victimes invisibles de la guerre. Il ne connaissait pas l'amour. Ne l’avait jamais ressenti, et pourtant, regardant fixement dans les étoiles, en quelque sorte ce mot s’est formé dans son cerveau ou dans son cœur ou quelque part dans son corps, assez pour faire un son qui s'est échappé de sa bouche délicate. Son corps tout entier frémit de la charge électrique comme elle faisait écho dans ses membres - une présence immuable.
Sans avertissement, Kamil se sentit télescoper loin de la scène et il redevint conscient qu'il regardait en bas le panorama de son soi-enfant couché sur le dos, regardant le ciel étoilé interagissait avec lui comme seul Dieu le pouvait. Il connaissait Dieu, ou une facette de son expression. Kamil avait seulement oublié, et maintenant, le souvenir - si palpable et clair - remuait en lui comme la graine d'un ouragan.
La scène s'évanouit et il revint à son regard vers le Premier Né bleu, mais il réalisa rapidement qu'il était maintenant seul à table. La salle était nue et son appréhension grandissait par l'absence de quelqu'un. Seul dans un endroit qu'il ne connaissait pas. Le mur en face de lui se mit soudain à fondre en transparence, s’ouvrant sur un profond et étrange espace d'étoiles, de planètes et de galaxies lointaines. Il regardait avec stupéfaction alors que chaque planète et étoile commençaient à se dissoudre, à disparaître dans une noirceur profonde, comme si une tempête d'ombres, un pur néant, grondait dans l'espace, engloutissant tout sur son passage.
Kamil était pétrifié alors que la vague noire insondable prit l'horizon et semblait se presser contre la pièce dans laquelle, en tant qu'observateur, il ne pouvait qu'attendre. À sa grande surprise, Kamil ne ressentait aucune panique, ni même inquiétude. D'un seul coup la salle disparut et il était maintenant dans la noirceur absolue. Il n’y avait seulement qu'un bruit comme le soufflement du vent ; rythmique, des poumons d'un univers né avant le temps. Il sentait une intelligence inconnue respirait sur lui - en lui - à travers lui. Ce souffle était une force, une puissance qui entraînait Kamil à respirer au même rythme, le rythme du souffle qui était sur lui. Il se sentait tout petit et insignifiant, mais était complètement en paix, comme s'il était enroulé dans un néant qui le nourrirait sans condition à tout jamais. Il pouvait sentir que chaque pensée, sentiment, espoir, impression, image, tout ce qui avait été versé dans son être au fil du temps - toutes les vies qu'il n’a jamais vécues, ou vivrait - étaient purgés et extraites de lui. Il était vidé de toute expérience, toute stimulation, toute connaissance, toute expression, tout désir. Tout fut pris de lui tandis que ce vaste souffle englobant continuait à travers lui et autour de lui. Il était la conscience pure, séparée de tout ce qu'il croyait qu'il était.
Je suis mort.
La pensée le quitta, sa dernière particule d'identité d'Existence, comme la vapeur finale de la fumée d'un feu éteint s'élevant dans l'infini du ciel. Il était le vide. Le souffle était le sien, et il pouvait seulement se déplacer comme une particule de ce souffle énorme qui semblait remplir l'espace de toutes choses - créé et éternel. Il était le souffle au sein du néant. Il n'y avait pas d'échange. Aucune énergie. Pas besoin de l'équilibre, la dualité avait disparu.
Et dans ce vide de son être, il vit une étincelle de lumière. Au début, il pensait que c'était une lumière de sa création, mais alors la lumière commença à prendre une forme tandis que lentement elle fusionnait en une ligne parfaite sans début ni fin. C’était une ligne lumineuse, lumière dorée, planant en face de lui. Peu à peu la ligne dorée devint un cercle, et le cercle un triangle, puis un carré. La lumière se métamorphosa en des géométries plus complexes. Et les géométries commencèrent à se transformer en formules mathématiques, toutes composées à partir de cette ligne initiale de lumière qui continuait à se métamorphoser avant que Kamil en prit conscience. Il vit alors que les symboles devenaient si complexes que, sous tous les angles qu'il regardait, ils étaient remplis de symboles mathématiques pour lesquelles il n'avait aucune raison de comprendre, et pourtant il le fit.
Je suis cela, pensait-il. Je suis composé de cela, et seulement cela, sous chaque membrane que je porte. Je suis codes. Je suis le langage des symboles. Je suis la méta-image à naître, pas encore existante en tous lieux et tous temps.
Ensuite la lumière devint une sphère, une pyramide, un cube et continua à se développer dans une complexité toujours croissante. Soudain, elle devint une forme cristalline et la couleur commença à infuser la lumière. Des cristaux de toute complexité, couleur et forme remplissaient sa vision l'un après l'autre. Ils changeaient si rapidement qu'ils commencèrent à s'animer. Ils devinrent vivants. Un arc-en-ciel de couleurs balaya devant lui, puis les motifs cristallins se changèrent en de minuscules organismes flottants qui semblaient monter et descendre dans des pâturages humides. Un brin d'herbe, une petite fleur, une fougère, un sapin, puis la profusion de la flore apparut à une vitesse aveuglante.
Ensuite l'image d'un arbre majestueux s'arrêta pendant une période de temps, englobant tout au-dessus et au-dessous. Sa hauteur de voute n'était livrée à aucune ombre, et des branches audacieuses, un serpent descendit en glissant et s'avança vers Kamil avec une rapidité étonnante, mais il s'arrêta net, ses yeux miroitant une intelligence. Alors, le serpent de lumière devint un cheval. Un jaguar. Puis une baleine. La forme lumineuse continua à changer de forme de divers animaux si rapidement que Kamil ne pouvait pas suivre le rythme du changement, et il chercha une voix intérieure qui lui aurait dit - quel que soit ce qu' "il" était - de ralentir, mais il ne possédait pas de pouvoir d'expression.
Les images d'animaux continuaient à clignoter devant lui. Il les reconnaît tous, et pourtant pour certains il lui manquait leurs noms. Un papillon, le chimpanzé, le saumon, le stégosaure, le corbeau, l'antilope, le crocodile, l'aigle, le dauphin, le gorille, et puis, un petit colibri, palpitant de lumière d'aigue-marine irisée et des nuances d'or, vola vers lui, si près que Kamil pouvait voir ses yeux telles des perles et la puissance et l'intelligence qu'ils commandaient. C'étaient les yeux de l'avenir, regardant en arrière de lui - dans le pardon sans failles.
Kamil baissa les yeux, sentant un rayonnement d'amour venir sur lui. Il était immatériel, sans esprit, vidé de toute chose, et pourtant il y avait l'amour, si puissant, non attaché à n'importe quel objet, se libérant en lui avec un murmure d'une voix si ancienne qu'il pleurait quelque part en lui. « Vous devez être éveillé », dit la voix de l’amour : « pour ceux qui vous attendent dans l’inframonde. »
Le colibri oscilla comme pour donner quelque chose de plus, pour clore sa révélation, mais alors il se tordit et se torsada alors qu'il commença à se métamorphoser, comme toutes les créatures et les objets avant lui, mais cette fois la transformation était mesurée et méthodique.
Une plume de lumière tomba en flottant, une à la fois, ses yeux devinrent plus grands et moins opaques. Les ailes se calmèrent et devinrent membres avec des mains et des doigts. Et, dans un ultime geste de récurrence, les pattes du colibri s'allongèrent comme les racines d'un arbre, se débattant avec le problème de solidité à se tenir debout dessus. Kamil regardait avec étonnement tandis qu'une forme humaine se tenait devant lui, regardant tout comme lui, composée de lumière et rien de plus.
Il ne pouvait pas résister à tendre le bras et toucher le corps de lumière, mais comme il le fit, le corps s’éloigna, à reculons, comme s’il était timide. Une voix, qui semblait étrangement familière, remplit tout son être. « Vous êtes mon ombre. Une ombre ne peut pas engager une action, car vous êtes le résultat de mes actes, mon but, mes désirs, et ma volonté. Donc, comme vous tendez le bras pour moi, vous verrez que je suis renaissant, caché dans la naissance perpétuelle de la création dont vous faites partie, mais toujours l'effet transitoire. Si vous cherchez à me connaitre, à toucher mon être et à sentir ma présence, alors vous devez être préparé pour la transformation de votre vide. »
N'est-ce pas ce que j’expérimente?, pensa Kamil.
« Non », répondit le corps de lumière. « Peu importe si vous éprouvez ceci comme un événement de transformation, vous devez l'invoquer par la reddition de votre volonté, et permettre à l'intelligence qui est à la fois dedans et dehors, ici, ici, et ici, et là, et là, soit votre progression. » Le corps de lumière pointa son cœur, estomac, et la tête, puis de haut en bas. « Pour la voir en cette personne et cet animal, dans cette plante et cette pierre, dans cette étoile et cette planète. C’est un processus, non pas la réalisation qui nous relie. »
« Vous devez voir et sentir l'intelligence de la création et laissez ce guide vous informer, vous inspirer, vous libérer des voies anciennes, jamais construire en s'appuyant sur les épaules de ce que vous avez senti et pensé était la vérité, jusqu'à ce moment où tout est balayé et vous vous retrouverez face à face avec votre vrai soi : moi. »
« Alors vous vous connaîtrez comme vous êtes, vivant dans ce corps. » Le corps de lumière pointa l'image émergente d'un corps épuisé, entouré de vêtements ensanglantés, couché sur une civière avec la mort tournant autour avec des yeux affamés. Kamil savait que le corps brisé était lui, mais il avait l’impression qu'il observait une autre personne qui était tombée dans l'abandon douloureux. « Vous verrez que tous les prétextes de votre corps, errant dans les mondes illusoires de vos espoirs et vos ambitions, ont été mais les sources de l'irréel. Pourtant, dans cet état perplexe, vous vivez, respirez, et avez une présence, et cette présence, c'est moi. Je suis le souffle qui coule à travers vous, mais je ne suis pas prisonnier du temps ou du lieu pour que je me déplace sans cesse d'un corps à une autre, toujours observant et en attente de nos retrouvailles dans la chair de votre corps et la lumière du mien. »
« Pourquoi ? », demanda Kamil. « Pourquoi regardez-vous ? Pourquoi vous souciez-vous de notre monde, quand vous avez ... ceci ? »
« Pour apprendre », répondit le corps de lumière. « Pour faire l'expérience moi-même amoindri dans l’inframonde de la mortalité, en belle et honteuse émotion, dans des pensées enroulées dans des pensées à la recherche d'une bouche. Je vis à travers vous comme la Source Première vit à travers moi. Mon monde, même maintenant, vous ne pouvez pas le voir. Vous n'avez pas d'yeux pour ce que je suis vraiment et le royaume dans lequel j'existe. La splendeur est imperceptible à vos sens, mais à cette magnificence, il reste l’attraction à explorer les polarités. Et donc nous plongeons dans votre monde, dans les cendres et les plaines arides nos âmes se précipitent pour combler les corps. Comme des ondes, nous arrivons à remplir les cœurs en fleurs des enfants, et à chaque génération, nous élevons le vaisseau humanité un peu plus haut. Nous approchons nos mondes, comme il est écrit dans nos codes. »
Qui a écrit ces codes?, pensa Kamil. Qui est derrière ce grand projet ?
« La Source Première est la seule réponse que je peux offrir, car cette source est la source initiale de tout ce que nous savons et expérimentons. Nous ne pouvons pas dire qu'elle est la plus haute car aucun d'entre nous n’a sondé ses origines. Quand nous essayons - de sentir ce qu'il y a derrière la Source Première - nous pensons qu'il y a une forme d'intelligence qui est si vaste que le multivers est un amas d'atomes flottant dans son univers où il recueille tout dans son défilé de vie. Nous ne connaissons pas vraiment pas les limites. Nous croyons qu'il y a plus à hériter que ceci », le corps de lumière déploya ses bras gracieusement avec ses paumes dirigées vers le haut, « et quand nous nous unirons, nous chercherons certainement cet héritage, car il nous appelle. »
L'image de son corps, gisant brisé en une civière de fortune, au milieu de pins attaquant un ciel pâle et gris, commença à remplir son monde. Il sentit le mouvement comme si la gravité l’avait brusquement réveillé et il était entraîné dans ce corps inconscient. Une partie de lui voulait résister, mais le corps de lumière sourit et lui rappela : « Il faut être éveillé. »
Les yeux de Kamil étaient grands ouverts comme des stores expédiés par une main puissante. La civière s’était arrêtée. Il entendit une voix, mais c’était la voix de son corps, murmurait dans un ton qui semblait étrangement lointain. « L'eau. De l’eau. De l’eau. » Elle ne cessait de répéter.
Une grosse tête rayonnant l'odeur de l'alcool mélangé à du tabac, se balançait au-dessus de son visage, le regardant avec dédain. « De l’eau? De l’eau ? » La voix faisait écho d’un ton plaintif. « Quel pleurnichard. À quoi je ressemble ... à un médecin ou autre chose ? »
Kamil sentit un jet de crachats arroser son visage, et il ferma les yeux. « C’est ta fichue eau », affirma la grosse tête. « Maintenant ferme ta gueule, nous essayons de déjeuner ici. »
Kamil souhaita, plus que tout ce qu’il n’avait jamais souhaité auparavant, qu'il puisse retourner dans la salle avec le Premier Né. Il sourit au ciel, sachant en quelque sorte qu’il était visible à son père. Cela lui suffisait. Et puis une pluie froide commença à tomber, nettoyant son visage et ses plaies, et Kamil ouvrit la bouche pour boire les cieux. Il crut entendre parler son père. Il sentirait comme si l’obscurité a gagné. Mais de même que des salles vides accentuent les sons les plus éloignés, ainsi donc, l’obscurité vous concentre sur ma voix. Écoutez-la bien, car elle vous servira. Vous n'êtes pas seul.
Là-dessus, le visage de Kamil se noua dans certaines divines tortures, serrant les dents, avec une volonté bouillonnante de s'éloigner et de trouver Maia et Simon. Mais encore une fois la voix le trouva. Ils sont avec Vesta, et ils sont saufs, annonça-t-elle.
Kamil lutta pour poser une question avant de perdre conscience. « Qui est ...Vesta ? »
Dans mon monde, l'Oracle est connu comme Vesta.
Kamil ferma les yeux. De tous les recoins cachés de la Terre où les mots donneraient la lumière et sa sagesse, l'Oracle était le plus fortement protégé. Comment Maia pourrait être en sécurité ? Mais sur ce seul élément d'information, Kamil, dépossédé de force, ne pouvait s'empêcher de perdre conscience. Un sommeil profond et sans rêves le trouva enfin.
Les deux sentinelles ne s'en aperçurent pas. Ils consommaient avidement leur nourriture, tournant le dos à Kamil. Quelque part depuis les hauteurs du ciel gris, au-delà des pouvoirs humains, tomba un rayon de lumière, se développant en spirale vers la Terre, portant les codes de l'information qui étaient réservés pour le sacré. La lumière passait à travers les nuages, les branches d’arbres - ses photons les transporteurs de mutation. Ils sont entrés en parenté avec Kamil, dans les courants de son corps, et là ils le rétablirent comme quelqu’un raccommodant un vêtement qui est utilisé pour voler.

* * * *


Dernière édition par rené sens le Jeu 26 Juil - 20:04, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
rené sens



Nombre de messages : 282
Date d'inscription : 02/02/2008

MessageSujet: Re: The Dohrman Prophecy : Traduction en cours du livre-web.....   Mer 16 Mai - 9:55

Chapitre 52 - Les Somnambules

Maia leva les yeux vers le sommet du monolithe principal, évaluant toute sa hauteur. Il y avait un brouillard qui enveloppait les monolithes de l'Oracle et les arbres autour, et ce brouillard diffusait la lumière éparse de la lune et des étoiles, offrant une faible et régulière radiance sur le site solitaire. « Pourquoi sont-ils au nombre de trois ? »
« Je me suis toujours demandé aussi », dit Simon.
« Vous ne l'avez jamais demandé ? »
« Peut-être que vous aurez du mal à le croire, mais je n'ai jamais eu l'idée de demander une telle chose à l'Oracle quand il était en mesure de répondre à toutes mes questions sur la vie et la mort », fit remarquer Simon, puis ajouta : « Il faut une jeune fille comme vous pour comprendre la chose importante. »
« Peut-être que c'est important », répondit Maia sur la défensive.
« Je ne voulais pas dire le contraire. J'aurais vraiment voulu l'avoir demandé. »
Maia marchait autour du monolithe, le touchant de la main. « Que signifient ces inscriptions? Vous l'avez demandé à l'Oracle, n'est ce pas ? »
Simon leva les mains avec un sourire gêné. « Tout d'abord, l'Oracle semblait savoir très peu de choses de sa propre situation, donc j'avais tendance à laisser de côté ces sujets. Deuxièmement, durant l'époque où j'avais accès à l'Oracle, aussi limité qu'il fut, je me concentrais sur les informations que les gens pourraient utiliser dans leur vie - afin de les rendre meilleurs. J’aurais pu lui poser ces questions quand je l'ai découvert, mais c'était il y a bien longtemps, et comme je ne l'ai jamais noté c’est parti depuis. »
Maia renifla l'air, portant son nez directement en contact avec le revêtement en pierre du plus grand monolithe.
« Avant que vous ne me demandiez quoi que ce soit au sujet de son parfum », intervint Simon, « non, je ne lui ai pas posé de questions sur son odeur. »
Maia ignora son explication préventive, et gratta la pierre avec ses ongles, puis se pencha et sentit l'endroit qu'elle avait à peine effleuré. « Il a une odeur particulière ... que j’aime. »
Elle se déplaça vers les deux monolithes plus petits, et entreprit le même type d’évaluation. Une fois effectuée, elle se tourna vers Simon. « Peut-on parler avec elle maintenant ? »
Simon acquiesça, comme s'il attendait sa permission pour commencer un dialogue avec l'Oracle. « Oui, commençons. »
Simon se positionna en face du plus grand monolithe et fit signe à Maia de se tenir derrière lui. « Quand je ferai la connexion, ce sera moi seul- »
« Je ne pourrai pas entendre ou être entendue ? », interrompit Maia.
« Désolé, c'est un à la fois. »
« Alors, vous devez lui demander au sujet de Kamil et Joseph », plaida Maia en faisant des gestes avec ses mains. « Apprenez comment ils vont, sont-ils en sécurité, nous trouveront-ils ? »
Simon tendit la main et saisit délicatement son bras. « C’est d’accord. Je vais trouver tout ce que je peux sur Kamil et Joseph, mais je doute que l'Oracle soit de beaucoup d'aide. »
Maia fronça les sourcils, et Simon, même dans l'obscurité de la nuit, pouvait le sentir.
« L'Oracle », expliqua Simon, « n'a jamais été, d'après mon expérience, à l'écoute des événements actuels ou proches dans le temps C'était comme s'il était conçu pour accéder à un avenir plus lointain, impersonnel - mesurée en années et siècles - non en heures ou jours ... mais je vais essayer, Maia, de découvrir tout ce que je peux sur notre situation, et en particulier, sur Kamil. »
Simon regarda le monolithe. « Je pourrais être insensible pendant un certain temps. Je n'ai jamais fait cela devant personne auparavant, et quand je suis en communion avec l'Oracle, je perds toute notion du temps. Donc si je ne suis pas réactif pendant un certain temps, soyez patiente. Si quelque chose vous surprend ou si vous entendez quelque chose, ôter mon bras de l'Oracle. D’accord ? »
Maia acquiesça. « D'accord. »
Simon tendit le bras pour toucher la surface du monolithe où les glyphes d'un métalangage se réunissaient comme un portail vers un autre royaume. Un picotement déferla instantanément dans son bras, circulant vers sa tête, et ensuite tournoyant autour de son cerveau comme s'il cherchait la connexion adéquate. Puis Simon ouvrit sa vision intérieure, vit le visage d’une créature, une chouette, le regarder avec des yeux dorés, lumineux.
« Qui cherche mon conseil ? », demanda la chouette.
« Vous êtes une... chouette ? », s'exclama Simon. « Où est l’Oracle ? »
« Je suis l'Oracle de Dohrman. Ma question reste sans réponse, qui s'adresse à moi ? »
« Je suis Simon, votre Premier Initié. »
« Ah, Simon », la voix de la chouette s'adoucit. « Je reconnais votre voix maintenant. Il est si bon d'entendre votre requête. »
« Pourquoi êtes-vous... sous cette forme ? »
« Comme je suis devenue plus humaine dans ma contenance, j'ai trouvé que je devenais séduite - même obsédée - par l'être humain. Alors j’expérimente d'autres formes de vie. Les chouettes fréquentent ces bois, alors j'ai pensé essayer d'habiter leur forme. C’est juste une illusion de votre cerveau. Je peux me transformer en quelque chose d'autre afin de vous sentir plus à l'aise ... peut-être que vous pourriez suggérer quelque chose. »
« Non, la chouette convient », répondit Simon agréablement, « c'est juste que vous n'avez jamais eu cette forme quand je vous ai abordé précédemment. »
« Je comprends », admit la chouette. Elle était grande et imposante - aussi grande qu'un humain, et se tenait devant Simon dans la brume grise de l'œil de son esprit. « Quel est votre intérêt en ce moment? Comment puis-je être utile ? »
La surprise de Simon encombrait son esprit. L'Oracle était différent. Quelque chose clochait, mais il ne pouvait pas mettre le doigt dessus. « Vous souvenez-vous quand vous êtes venue me voir il y a juste une semaine ? »
« Bien sûr », répondit la chouette.
« Vous étiez sur le point de proposer un plan, puis vous avez perdu votre capacité à se manifester, et vous avez disparu. Je voulais entendre votre plan, votre plan complet. C'est pourquoi nous sommes ici. »
« Je vois », dit la chouette. « Qui est avec vous ? »
« Maia. »
« Le Modèle… » La chouette murmura à elle-même, mais assez fort pour que Simon l'entende.
La chouette secoua ses plumes comme si elle ajustait sa posture pour trouver plus de confort ou une nouvelle ligne de pensée. « Il y a tant de choses à vous dire, Simon, et je crains qu'il n'y ait pas assez de temps. Demain, je serai offert au service du roi- »
« Le Roi Levernon sera votre nouveau gardien ? », demanda Simon avec une détresse soudaine et profonde.
« C'est ainsi. Mes services sont négociés pour l'indépendance. Karnomen avait ce schéma à l'esprit depuis de nombreuses années. Tout cela fait partie du changement qui est à venir. »
« Mais le roi vous utilisera pour ... à mauvais escient. Il cherchera vos compétences pour construire des armes ou la domination mondiale ou- »
« Il peut chercher ces choses à partir de sources humaines ou non terrestres, il n'a pas besoin de mon aide pour construire des armes ou dominer son monde. »
« Alors que veut-il de vous ? »
« La même chose que tout le monde », dit la chouette en inclinant sa tête sur le côté. « Comprendre le futur pour qu'il puisse comprendre le présent. »
« Je pense que vous sous-estimez les objectifs du roi », dit Simon. « Le Roi Levernon et ses Maisons Royales voudront plus que la compréhension. Ils voudront utiliser votre perspicacité, votre connaissance de l'avenir, pour construire leur pouvoir. Ce sera leur seule préoccupation. »
« Il y a quelqu'un au sein de leurs Maisons Royales qui n'est pas sur la liste. Ils ne sont pas tous sur ce chemin. »
« Quelle liste ? », demanda Simon.
****
Maia regarda Simon toucher l'Oracle, et le vit tomber en transe, comme s'il était pris dans une multitude de voix murmurées - chacune racontant leur sainte vérité. Elle attendit patiemment pendant une minute, puis, sans aucune volonté de sa part, sa main se tendit. Dans un mouvement lent, sans en avoir conscience ou sans le consentement de Maia, sa main gauche saisit le bras de gauche de Simon, juste au-dessus de son coude.
Instantanément, Maia sentit un courant électrique s'imprégner en elle, et ses yeux se fermèrent brusquement. Elle vit une lumière venir vers elle, comme une comète. Elle savait qu'elle s'écraserait sur elle et donc elle se préparait à son impact, mais comme la lumière vint sur elle, c'était doux et elle sentit un flux amorti dans son corps. Toutes ses cellules semblaient nourries par cette infusion de lumière. Maia avait la sensation de se dérober en douceur, sur un embrassement d'un terrain inconnu qui diffusait immédiatement son message d'espoir.
« Bienvenue, Maia », dit l'Oracle. « Je vous ai appelée. »
« Où est Simon ? », demanda Maia en regardant autour son nouveau monde.
Maia réalisa qu'elle se tenait sur un pont surplombant un petit étang où se trouvaient des poissons de couleurs vives. Des magnifiques saules pleureurs entouraient les berges de l'étang, et les rayons du soleil réchauffaient la terre avec douceur. Maia chercha l’Oracle, mais ne pouvait le trouver nulle part.
« Simon parle avec une autre partie de moi. Il est avec moi aussi. »
« Vous parlez avec nous deux ? »
« Je crois que je pourrais parler à chaque être humain sur cette planète, s’ils écoutaient », dit l'Oracle.
« Mais où est Simon? Et où êtes-vous ? »
« Simon est dans son esprit. Quant à moi, regardez vers le bas. »
Maia regarda dans l'eau, sous le petit pont, et vit un poisson doré stationnaire à la surface de l'eau bleue cristalline. Il était plus grand que les autres poissons, et semblait regarder vers le haut, directement Maia avec ses grands yeux exorbités. « Vous êtes un poisson ? »
« Je le suis. »
« Je pense que je vous aimais mieux en tant que femme », dit Maia par réflexe, sa main couvrant sa bouche. « Je suis désolé, je ne voulais pas vous insulter- »
« D’accord », dit l'Oracle.
Maia sentit une main sur son bras et se retourna pour voir l'Oracle exactement comme elle l’avait vu auparavant ; rayonnante, cheveux noirs, yeux bleus translucides, et les caractéristiques qui semblaient non enchainées aux limites humaines de la beauté. « Est-ce mieux ? »
Maia embrassa l'Oracle. « Oui, je vous aime mieux comme ça. » Ses mains tenaient les épaules de l'Oracle, comme si Maia s’assurait que l’Oracle soit bien réel.
Maia regardait le monde de rêve où ils se trouvaient. Elle n’avait absolument aucune sensation de son corps, debout dans une sombre forêt, tenant le bras de Simon alors qu’ils se tenaient devant un énorme monolithe de pierre.
« C'est mon monde que j'ai créé pour vous », dit l'oracle, comme si lisant les pensées de Maia. «Je suis capable de me déplacer dans les parties de votre cerveau et de faire des ajustements subtils qui me permettent de jeter une scène, un peu comme vous créez des rêves de votre imagination. »
« Pourquoi ... pourquoi m’avez-vous appelée ? », demanda Maia distraitement ; son esprit s’éveillait encore à son nouveau monde.
« Parce que nous devons parler, et ma capacité à répondre aux codes, comme vous comprenez sans doute, est perdue. »
« Kamil ! Joseph ! », laissa échapper soudainement Maia. « Que pouvez-vous me dire à leurs sujets? Sont-ils sains et saufs ? Est-ce qu’ils vont bien ? »
L'Oracle se pencha sur la balustrade du pont, regardant l'étang et les arbres de l'autre côté. « Je ne vois pas Kamil- »
« Est-il vivant ? », demanda Maia, ayant peur d'entendre la réponse.
« Je ne sais pas. Je le souhaite, Maia. »
L'Oracle ferma les yeux brièvement. « Je ne le sens pas. Il n'est pas visible pour moi. Je ne le vois pas dans aucune vue future que je regarde. C’est incompréhensible. »
« Comment cela peut-il être ? », implora Maia en montrant la panique dans la voix. « Comment peut-il être invisible ? »
« C'est comme s'il n'avait jamais existé », annonça calmement l'Oracle. « Il n’y a aucune trace de lui. »
« Pourquoi? Qu'est-ce que cela signifie ? »
L'Oracle mit son bras autour de Maia pour la réconforter. « Je ne sais pas, mais cela ne veut pas dire qu'il soit mort. Cela signifie seulement que son destin n'est pas écrit dans les Registres à partir desquelles je regarde. »
« Pourquoi? Pourquoi ses registres seraient non écrits ? »
L'Oracle s'arrêta, et son visage crispé comme quelqu'un qui poursuivit par une malédiction aveugle. Ses yeux louchaient de douleur, et elle saisit la balustrade du pont pour se stabiliser. « Je le sens maintenant. Il n'est pas l’un d’entre vous, c'est pourquoi je ne pouvais pas le voir dans les Registres. »
« Que voulez-vous dire? Que dites-vous ? »
« Il est abandonné. Non, non ... il est trouvé, mais par ses plus farouches ennemis. Ils veulent le tuer. Leur haine ... elle est si forte. »
L'Oracle ouvrit les yeux comme si la vision était passée, et elle regarda directement dans les yeux en attente de Maia avec une intensité foisonnante, habituellement réservée aux fous. « Vous devez le trouver. C’est celui qui va rendre tout possible ... ou impossible, s'il meurt ! »
« Qu'avez-vous vu ? », cria Maia. « Dites-moi ce que vous avez vu ! »
L'Oracle, toujours regardant dans les yeux de Maia, adoucit son expression en un regard fixe lointain, et invincible, comme si une puissante présence parlait à travers elle. « Je vais vous dire une seule chose, et vous devez écouter mes paroles avec soin et les suivre avec une conviction absolue. Comprenez-vous ? »
Maia ne pouvait que hocher la tête, ne sachant pas ce que son accord lui rapporterait, mais bien consciente de l'intensité dans l'humeur de l'Oracle.
« Une fois toutes les quelques générations, une personne, qui est codée afin de transformer les énergies humaines, naît en ce monde. Elles sont connues comme le zygote de l'Unité, le Portail Humain, et ce sont eux qui siègent des fréquences plus élevées sur la planète pour toute l'humanité à demander en grâce - le Cadeau Immérité. Ils sont les transmetteurs qui partagent d’autres royaumes - peut-être par les paroles, images, sons, ou tout simplement par leur présence, et ils le font pour que d'autres puissent aussi internaliser ces royaumes et les sentir comme quelque chose de réel - et pas simplement un mythe. »
« Les Portails Humains sont incarnés sur cette planète depuis des milliers d’années. Simon est l'un d'entre eux, mais il fut un temps prophétisé que quelqu’un viendra en totale humilité, l’invisible augmentera pour dégager la vision humaine - quand l’opaque deviendra transparent - l'Ère de la Transparence. »
Les yeux de l'Oracle larmoyaient d’un profond respect, tandis qu'elle parlait. « Les habitants de cette planète sont des Somnambules, qui sont conditionnés à vivre dans la peur, à fermer leur cœur profond, et à poursuivre les biens matériels de la cupidité. Les Portails Humains s'incarnent sur cette planète, non pour faire partie d’elle ou sauver les hommes de leurs péchés du sommeil, mais pour former des canaux à travers lesquels la Vie Véritable peut s'écouler sur cette planète sans la censure ou la distorsion- »
« D'accord, mais qu'est-ce que cela a à voir avec Kamil ? », interrompit Maia. « Parlez-moi de lui ? »
« Les canaux qui furent forgés dans le passé ont été détournés, endigués ou, dans certains cas, complètement détruits. La Vie Véritable était jugée trop dangereuse par ceux qui voyaient la Terre comme un trésor de ressources à manipuler, à contrôler et à en posséder le pouvoir. Donc, ils combattirent la Vie Véritable, et à sa place, ils décidèrent que l'humanité serait mieux si elle se composait de troupeaux de Somnambules - troupeaux territoriaux, tant en termes de géographie que de croyances. »
« Depuis que l'humanité est apparue sur cette planète, beaucoup de Portails Humains s’incarnèrent. Presque tous ont fait de leur mieux pour ouvrir de nouvelles voies par lesquelles la Vie Véritable pourrait découler pour l'humanité. Certains furent tués, certains furent emprisonnés, et une poignée perdit la raison, mais nombreux était ceux - environ 60 pour cent - qui ont réalisé leurs missions, mais ensuite, dans les mains des puissants, leurs missions furent dévoyées en barreaux de prison. Celui-ci, Kamil, ce Portail Humain, est connu dans mon royaume comme le Grand Portail. Lui seul est en mesure de connecter la forme préparée d’un nouveau monde. Une nouvelle Terre. »
« Kamil est le noyau de cette nouvelle Terre. J’en suis sûr, Maia. Il n'est pas une simple sentinelle. Il est la sentinelle de l'humanité, et non de la garde suprême, et maintenant ils savent qu'il n'est pas comme eux. Ils le tueront. Ils le tueront bientôt. »
« Comment ... comment puis-je l'aider? Dites-moi ! »
L'Oracle secoua la tête presque imperceptiblement. « Je ne sais pas si je peux le faire. » Elle saisit l'arrière de la tête de Maia avec ses deux mains. « Demeurez immobile. Détendez-vous. Détendez-vous. Fermez les yeux. »
L'Oracle recula de quelques pas, et elle aussi ferma les yeux. Maia resta immobile, et alors elle commença à sentir un mouvement, quelque chose flottait à l'intérieur d'elle, d'abord lentement, puis, brusquement, elle volait dans un ciel infini gris, regardant dessous une forêt épaisse d'arbres. Chaque sens était amplifié alors que ses yeux s'ouvrirent et elle avait la sensation de voler, la fraîcheur de l'air, et le flux du vent sur son plumage gris-brun.
Sa vue était claire et focalisée, chaque branche d'arbre semblait être en relief comme elle jetait un regard vers le bas. Ses pensées étaient mises en sourdine, elle n'était plus Maia. Elle était quelque chose composée de plumes dont les yeux pouvaient voir une souris s'agitait une centaine de mètres au-dessous - moitié cachée sous une branche tombée. Maia pivota sa tête, ses ailes étendues dans l'étreinte des courants d'air qui la soutenaient. Elle sentait une liberté exquise, cependant une mémoire frappa à sa porte, la harcelant à trouver quelque chose d'humain, quelque chose de cassé, quelque chose entourée de bosquets et de brutes meurtrières.
Maia ne devint qu'une ombre haute glissant parmi les nuages gazeux à la recherche de cette personne, sans la pensée de savoir pourquoi. Ses yeux puissants détectèrent un mouvement au-dessous et elle s'abattit, les courants d'air - s'élevant des pins - la soutenaient doucement alors qu'elle s’avançait rapidement pour un examen plus approfondi.
Deux hommes tiraient une sorte de chariot et un autre homme était couché sur le chariot, les jambes étrangement colorées en rouge et noir. Ils marchaient sur un sentier, et Maia ressentit une envie soudaine à localiser leur destination. Elle alla de l'avant, suivant le chemin se confondant en piste qui serpentait à travers les grands pins comme s'il était désespérément perdu.
Maia volait avec une détermination sans failles, ignorante de ce qu'elle était et où elle allait. Elle savait seulement que suivre le ruban des pas humains répondrait à quelques questions enfouies à l'intérieur d'une partie d'elle qui avait disparu. Après un temps, elle remarqua un ensemble de petits bâtiments situés derrière une grande porte. Des hommes pouvaient être vus marchant dans le campement, et Maia décida de revenir à l'homme qui était traîné dans la forêt. Il y avait quelque chose en lui qui l'attirait.
Elle se tourna, mais comme elle le fit, elle fut tirée dans une direction différente. Le courant du vent lui-même fixait ses ailes, et elle était attirée vers un nouvel endroit dans la forêt. Guidé par ce vent nouveau et fougueux, sa route était rapide. Après ce qui semblait un court laps de temps, elle vit une personne couchée sur le sol dans une petite clairière. Maia fondit pour examiner, car le vent devint un silence soudain.
C’était un homme âgé, et pour une raison inexplicable, Maia avait envie de pleurer, mais en tant qu'oiseau, il n'avait aucun moyen d'exprimer l'émotion qu'elle sentait en elle. Je connaissais cet homme, pensait-elle. Était-il mon père ? Elle tourna au-dessus du corps sans vie, souhaitant qu'elle pourrait comprendre ce qu'elle ressent, et puis le vent se leva à nouveau et le ciel vira de jour en nuit en l'espace de quelques secondes. Elle fut attirée par un courant frais et elle planait, ses ailes étendues en courbes gracieuses, traversant le ciel comme un nuage se déplaçant rapidement.
Maïa vola dans l'entonnoir noir de la nuit soudaine, en essayant d'exposer sa destination, sachant seulement une chose : suivre le vent. Soudain, elle vit quelque chose dessous qui attira son attention. Une lumière brillait dans l'abîme forestier, mais le vent la colla dessus, et puis elle commença à sentir sa volonté se dissoudre en peur d’un tout - un tout avec quelque chose qui l'attirait comme mille lunes.
Elle était si proche de la cime des arbres qu'elle pouvait compter les aiguilles de pin. Elle plongea en dessous de leur couvert, comme si elle s'accaparait un rongeur, et pourtant elle ne vit aucun mouvement digne de son bond. Alors elle vit une vague de chaleur légère sur deux silhouettes verticales à seulement une cinquantaine de mètres devant. Elles étaient grandes. Maia voulut s'arrêter, mais elle ne pouvait que planer plus loin, esquivant les branches des arbres alors qu'elle se rapprochait des silhouettes qui se dressaient devant une énorme pierre.
Ses ailes se replièrent, par égard à la proximité, la rendant encore plus aérodynamique, et comme un projectile, elle se déplaça vers la plus petite des deux silhouettes - un trou noir -, et dans le laps de temps, elle se prépara pour une collision qui ne manquerait pas la tuer ainsi que sa cible. Mais alors qu’à quelques centimètres de sa cible, tout ralenti à un mouvement parfait, son cœur un battement mesuré, ses serres crispées fortement l'air, les yeux fermés pour un impact, sa tête arrondie en saillie avec fierté. Le vent, comme s’il avait oublié son but, cessa, et la chouette disparut dans la tête de Maia.
Maia s'évanouit, et dans sa chute vers le sol, tira Simon du monolithe, le faisant presque tomber aussi.
« Que se passe-t-il? Tout va bien ? », demanda Simon en se redressant, puis aidant Maia à se mettre debout.
Maia regardait sans voix pendant environ dix secondes, collectant ses pensées, comme si elle venait de se réveiller d'un cauchemar infernal. « Nous devons partir. »
« Que voulez-vous dire ? », demanda Simon.
« Nous devons partir », répéta Maia d'une voix lointaine, mais énergique.
Maia était calme de nouveau, comme si quelqu'un lui parlait d'elle, puis sa bouche se mit à trembler et elle tomba à genoux et sanglota. Aussitôt Simon s'agenouilla à côté d'elle, mettant son bras autour d'elle pour plus de réconfort. « Qu'est-ce qui ne va pas? Pourquoi pleurez-vous ? »
Maia, entre des sanglots incontrôlables, fit de son mieux pour parler. « Joseph - est mort ! Kamil ... il a été capturé ... la Garde suprême l'a. Il est blessé ... »
Elle était tellement bouleversée que Simon décida tout simplement la soutenir et lui laisser le temps pour rassembler ses sentiments. Il resta calme et simplement répéta une phrase. « Nous les trouverons, ça ira. Nous les trouverons. Nous les trouverons ... »
Simon sourit mal à l'aise quand il sentit le hochement de tête de Maia d'accord.
Il se souvint d'un rêve qu'il avait fait la nuit précédente. Il marchait sur un chemin qui conduisait à une entrée ornée qui était verrouillée comme si elle cachait quelques profonds secrets. Au-delà de la porte protégée, le chemin continuait, mais il lui manquait la clef. D'une certaine manière, il savait que le chemin menait vers une destination qui lui était indispensable - à tous. Il devait poursuivre. Sans avertissement, le grondement distinctif d'un glissement de terrain emplit l'air, et de gros rochers et de la terre frappèrent la porte qui céda, laissant un champ de débris et guère plus. La porte qui l'empêchait de poursuivre son voyage était détruite, mais le chemin demeurait infranchissable, et sa destination semblait encore plus éloignée maintenant que le chemin était parsemé de destruction. Son rêve prit fin là, mais il se souvenait du sentiment de frustration persistant, comme une humeur non désirée, mais inébranlable.
Il pria pour que son rêve ne soit pas prophétique.

****


Dernière édition par rené sens le Jeu 26 Juil - 20:06, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
rené sens



Nombre de messages : 282
Date d'inscription : 02/02/2008

MessageSujet: Re: The Dohrman Prophecy : Traduction en cours du livre-web.....   Mer 16 Mai - 13:54

Chapitre 53 - Ouroboros

Hugelitod saisit le serpent enroulé en laiton lourd, et frappa à la vieille porte en bois. C'était une belle journée et les oiseaux semblaient se complaire dans la beauté de la matinée car de joyeux chants d'oiseaux remplissaient les bois.
Hugelitod sentait les affres de l'embarras - en grande partie dû à sa connaissance de la vulnérabilité de Doriah. Il savait que Doriah lui faisait confiance au sujet de l'accès à l'Oracle dans le temple, mais pourquoi ? Pourquoi Doriah retenait-il cela au reste des Grands Initiés, mais lui faisait-il confiance ? Cela pourrait s'avérer être une décision fatale, s’ils apprenaient qu'il leur avait caché ceci, et pour quelle raison. Doriah est-il son allié, ou un surveillant qui voulait garder Hugelitod sous sa coupe ?
La porte grinça lentement à son ouverture tandis que Doriah se cachait derrière elle pour échapper à la lumière solaire qui, soudainement, diffusait dans la pièce de rangement. « S'il vous plaît, entrez », dit Doriah. « Les pins sentent bon ce matin. Lorsque la rosée s'évapore des branches basses, elles libèrent un arôme agréable. »
« Je suis d'accord », répondit Hugelitod, sans avoir remarqué le parfum avant que Doriah le porte à son attention. Son esprit était concentré, imaginant leur programme pour la journée. Hugelitod entra dans la pièce et tendit la main. « Je vous suivrai. »
Doriah verrouilla la porte, puis entra dans la cuisine, fermant la porte derrière lui une fois Hugelitod entré. « Je ne veux aucune interruption », expliqua-t-il.
« Il y a de l'eau qui nous attend dans le temple. »
Doriah saisit une grande bougie jaune pâle qui était déjà allumée sur le comptoir de la cuisine, et les deux hommes marchaient dans le couloir lambrissé juste derrière la cuisine. Comme précédemment, Doriah pressa la même série de leviers dans le couloir mal éclairé, et ouvrit le panneau donnant accès à l'intérieur du temple. « Après vous », dit Doriah. Ils descendirent en silence dans la salle d'entrée béante où Hugelitod se souvenait bien de la fraicheur et de l'odeur terreuse. « Avez-vous des questions avant que nous commencions ? », demanda Doriah.
« J'ai un million de questions », répondit Hugelitod. « Elles sont si nombreuses qu'elles trébuchent entre elles pour trouver l'issue de ma bouche. »
Doriah sourit, et indiqua un endroit sur le sol où ils pouvaient s'asseoir. « Pourquoi ne commencez-vous pas avec la question qui semble la plus silencieuse ? »
Ils s'assirent tous deux sur le sol de pierre, et Doriah posa la bougie entre eux. Les deux hommes étaient face à face comme s'ils jouaient une partie d'échecs sur le sol.
« Pourquoi êtes-vous impliqué dans tout cela ? », demanda Hugelitod. « Vous pourriez simplement vous excuser et refuser de m'aider. Vous pourriez même révéler ceci à Karnomen comme un complot visant à renverser l'Église. J'ai besoin de comprendre vos fins dans tout cela avant de faire un pas de plus. »
Doriah écoutait patiemment, puis soupira de manière profonde et prolongée. « Ce temple est ma maison depuis une vingtaine années. Je suis tombé sur l'Oracle presque immédiatement, et il m'a dit de garder mon accès secret ; de l’empêcher aux Grands Initiés- »
« Pourquoi ? »
« C'est l'Oracle », répondit Doriah avec une intensité soudaine, comme s'il était surpris par la question rhétorique de Hugelitod. « Il savait qu'il devait être utilisé pour le troc de l'indépendance de l'Église. Qu'il finirait sous le contrôle du roi. C'est une chose. L'autre raison, et plus important, c'est que l'Oracle sait que l'ampleur du changement qui se produira sur cette planète n'était pas une tâche pour lui seul. Cela exigeait une équipe de centaines, voire de milliers de personnes. La portée de ces changements est trop profonde à n’importe point d'expression pour réussir. »
Doriah s'arrêta, et se mit debout lentement. « Suivez-moi. J'ai quelque chose à vous montrer. »

* * * *


Dernière édition par rené sens le Jeu 26 Juil - 20:07, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
rené sens



Nombre de messages : 282
Date d'inscription : 02/02/2008

MessageSujet: Re: The Dohrman Prophecy : Traduction en cours du livre-web.....   Ven 18 Mai - 23:36

Chapitre 54 - Ombre sans substance

La porte s'ouvrit car le garde voyait ses collègues sentinelles approchées. Ils tiraient quelque chose qui semblait lourd. « Vous y êtes arrivé ? »
« Dites à Greenstone que nous l’avons trouvé », se vanta la sentinelle à tête ronde. Son visage était trempé de sueur, et les deux sentinelles semblaient complètement épuisées, mais il y avait de la fierté sur leurs visages car elles revenaient avec la récompense suprême. Kamil leur apporterait une grande récompense et, éventuellement, un laissez-passer à la ville la plus proche où ils pourraient dilapider leur argent pour les femmes et l'alcool.
« Vivant ? »
« Il l’était la dernière fois que j'ai vérifié », gloussa la sentinelle, s'essuyant le front avec un manchon d'herbe teinté.
Nathanaël Greenstone était le pouvoir derrière la Garde suprême. Il avait été appelé dès que Jaunder a été porté disparu. Il avait 62 ans, très discret, très tenace comme commandant de la Garde Suprême. Il relevait directement de Shunal, et tandis qu'ils avaient peu de points communs, les deux hommes avaient réussi à contenir leurs antipathies innées et ont évolué à un niveau acceptable de respect mutuel dans une relation qui était par ailleurs lointaine et inconfortable.
Nathanaël était un lecteur de romans policiers. Quand il allait dans le domaine, il apportait toujours avec lui une collection de nouveaux livres. Il considérait ceux qu'il commandait comme des drones aptes à une chose : maintenir la forêt Dohrman et le monastère en toute sécurité. Fournir une stimulation intellectuelle pour son esprit insatiable était la dernière chose qu'il attendait de ses subordonnés. Ils devaient protéger - par-dessus tout - les propriétés les plus saintes de l’Église. Il avait entendu parler des légendes de l'Oracle, mais ne les croyez pas. Il savait que l'Église gardait quelque chose, mais il supposait que c’était des reliques et peut-être quelques livres importants ou manuscrits. Si ce n'était pas des romans policiers, il ne s’en souciait pas. Contrairement à ses associés dans la Garde Suprême, Nathanaël avait des parents, et fit ses études à la prestigieuse école militaire, l’Université Sorath. Nathanaël fut l'un de ses meilleurs étudiants dans la stratégie de guerre, mais abandonna juste avant l’obtention de son diplôme. Une nuit, après s'être mis lui-même dans un état d’ivresse incontrôlée, il coucha avec la fille mineure d'un amiral qui était un de ses instructeurs, et autrefois, son plus grand partisan. L'action s'est avérée être sa perte singulière. L’amiral s’assura à ce que sa carrière militaire soit éteinte, et que sa vie semble comme un petit arbre fragile dans le chemin d'une avalanche.
D'une certaine manière, la nouvelle s’est répandue que Nathanaël était disponible, et l'Église lui offrit un poste de directeur de la sécurité, en charge du prédécesseur de Karnomen, sa Sainteté Hadar Abaddon, ainsi que la garde globale du monastère. Il prit le poste après un long débat avec son père athée, qui soutenait que son fils, également athée à l'époque, serait en contradiction avec les fondamentaux de son employeur, mais l'argent était trop d'attrait, et il céda finalement à leur offre.
Nathanaël était robuste et bien bâti. Aucune graisse ne trouva jamais refuge sur son corps parce que quand il ne lisait pas, il était actif dans tous les sens qu’un homme pouvait être actif. Il aimait la chasse et passait de nombreuses heures chassant dans les bois. Il aimait aussi courir. Chacune des installations sous sa responsabilité avait des sentiers de course à pied, qu’il avait conçus et construits, officiellement pour la santé de ses hommes, mais surtout pour sa propre passion.
Alors qu'il voyait son rôle comme important, il n'a jamais cru qu’il fallait donner un exemple pour ses hommes, croyant qu'ils étaient foncièrement ineptes. Ce n'était pas de leur faute, car ils étaient, après tout, des orphelins de guerre, et manquaient tout simplement du modèle du rôle masculin quand ils ont grandi. Quelque chose qu'il n'était pas question de rectifier, car cette carence les rendait faciles à dominer.
Un coup à sa porte l’incita à arrêter sa lecture. « Oui, c'est quoi ? »
« Ils ont trouvé Kamil, il est là ... vivant », annonça son assistant.
« Il est grand temps », dit Nathanaël, posant son livre en faisant attention de marquer sa page. « Est-il au cachot ? »
« Doc le regarde. Il est assez massacré, selon Connors. »
« Il est conscient ? », demanda Nathanaël alors qu’il mettait ses chaussures.
« Je ne sais pas, monsieur. »
« Eh bien, j'espère qu'il est assez vivant pour un procès. »
Nathanaël mit sur sa veste, et descendit les escaliers de ses quartiers privés, fredonnant un air. Il était heureux d'avoir Kamil sous sa garde. Il fera un bon exemple pour ses hommes. Ces drones ont besoin de rappels, pensait-il intérieurement, et un peu de divertissement fera beaucoup pour aider le moral.
C’était en passe de devenir une bonne journée.
* * * *
Doc Jessop n'était vraiment pas un médecin du tout. Il était formé en tant que mécanicien, mais comme il a prouvé qu’il était en mesure de réparer à peu près tout, les sentinelles le considéraient comme leur médecin. Doc pouvait raccommoder des coupures et des ecchymoses, réparer des os, et traitait tous les problèmes particuliers d'être dans les bois pendant des semaines à la fois comme des poux, la pourriture des pieds, les intoxications alimentaires, les infections et les piqûres d'insectes divers.
Doc était petit et affable. Il était affecté à la tour du poste de ravitaillement depuis près de dix ans et était bien apprécié par les sentinelles. Il ne semblait jamais se plaindre quand quelqu'un était malade, et savouré d'être appelé un "doc". Réparer des choses mécaniques, comme des portes, des fusils, des groupes électrogènes, des réfrigérateurs ou le dysfonctionnement des toilettes, était son rôle privilégié.
Nathanaël frappa sèchement à la porte de l'infirmerie. C’était un poste à deux lits à l'intérieur d'une petite dépendance du dortoir principal. « Quelle est votre évaluation, Doc ? »
Doc leva les yeux, regardant par-dessus ses lunettes arrondies. Sa moustache était sans doute sa caractéristique la plus remarquable car elle était posée sur les coins de sa bouche un peu comme un maître Zen. Personne ne savait pourquoi il la portait comme cela, mais parce que c’était Doc, personne n'osait remettre en question ou s'en moquer.
« Il est déshydraté - a perdu beaucoup de sang », expliqua Doc. « Sinon, il est dans une forme extraordinaire compte tenu de ce qui lui est arrivé. » Doc se redressa et se frotta le bas du dos. « Ses jambes en ont pris - blessures graves ... peut-être une bête quelconque ... une grosse bête. »
« Les chiens de Jaunder, je serais prêt à parier », dit Nathanaël. « Ils n'ont toujours pas été retrouvés. Sont devenus solitaires après qu'ils ont goûté ce pauvre bougre."
« Pouvez-vous le réveiller ? Je veux lui poser quelques questions. »
« Bien sûr », répondit Doc. Il se dirigea vers son armoire et retira un petit flacon de liquide, versa quelques gouttes sur un coton-tige, puis il le passa sous le nez de Kamel, le tenant stable pendant quelques secondes. Kamil toussa presque immédiatement et détourna la tête, ses yeux voletant ouverts comme des ailes de papillon. Il tressaillit comme sa tête se sentait soudainement hébétée et faible.
« Je suppose qu'il n'est pas dangereux - la rage ou quoi que ce soit ? »
Doc montra les jambes de Kamil. « Même s'il voulait ... il ne pourrait pas faire un pas. Non, il ne menacera pas quiconque ici. Et s'il avait la rage, il n'en montre aucun signe, c'est sûr. Pourtant, je garderais une distance par sécurité. »
Nathanaël recula inconsciemment, regardant Kamil pour la première fois. « La façon dont il sent, cela va être une chose facile à faire », Nathanaël se mit à rire intérieurement. Il connaissait à peine n’importe lequel de ses subordonnés, mais surtout les sentinelles sur le terrain qu’il classait parmi les derniers des derniers. Il les considérait tous comme de la racaille, mais alors, qui d'autre pourrait faire leur travail ingrat, couvert de puces ?
Kamil se redressa sur son coude et regarda autour de la salle, en essayant de se concentrer sur les voix qu'il entendait. « Où suis-je ? »
Kamil - les yeux de raton laveur, son corps déjà meurtri couvert de croûtes de l'alchimie du sang, de la boue et des herbes - avait l'air aux abois et désespérément fragile.
Doc lui apporta un verre d'eau, jetant un regard sur Nathanaël, qui acquiesça son approbation. « Tenez, buvez ça », dit Doc. « Vous êtes à l'infirmerie du Poste de Ravitaillement Trois. Je suis Doc, et voici le commandant Greenstone. »
Kamil but l'eau offerte. Elle était de couleur rouille et avait le gout du fer, une saveur qu'une partie de lui se rappelait. Lentement le puzzle commença à se matérialiser. Il reconnut l'infirmerie, et il connaissait Doc Jessop. Le commandant Greenstone, il en avait entendu parler, mais ne parvenait pas à s’expliquer pourquoi le commandant montrait un intérêt pour lui. Puis tout revient - un fouillis de souvenirs pour une semaine de transgressions qui chevauchent : tuer Jaunder, son évasion, assommer les sentinelles, brûler leurs chaussures, les loups et sa capture. Tout revint dans un puissant courant de rappel.
Il passerait en justice, et ensuite il serait tué. Il entendit une voix claire et intérieure : Il n'existe pas de perte dans la révélation du Premier Né. Rappelez-vous, vous êtes découplé. Vous êtes non gainé. Ce que vous êtes à devenir dans ce domaine a déjà commencé. Il est impossible de le réduire, de le cacher.
Kamil vit une deuxième vague de souvenirs le combler, mais ceux-ci étaient plus subtils. Corps bleus, ciel étoilé, baiser de Maia, l'Oracle et le sentiment d'être vidé de son identité en tant qu'être humain. « Merci », dit Kamil, tendant le verre vide à Doc.
« Je vais commencer par les questions faciles tout d'abord », dit Nathanaël. « Avez-vous eu de l’aide pour tuer le Lieutenant Jaunder ? »
Kamil secoua la tête, regardant ses pieds nus. Il se sentait sale, mais de toute façon ne se souciait pas. Je suis enveloppé dans la terre. Je suis protégé.
« Ses chiens vous ont-ils fait ceci ? », Nathanaël indiqua ses jambes lacérées.
Kamil secoua sa tête, n'offrant aucune explication. Je ne suis pas Kamil. Je ne suis pas cet homme assis ici. Quel homme stupide j’ai été.
« Pourquoi l'avez-vous tué ? »
Kamil regarda, pour la première fois, dans les yeux de Nathanaël. « Il s'est tué quand il m'a attaqué. »
Nathanaël reconnut la folie de Kamil. Ce n'était pas la première fois qu'il avait vu une sentinelle victime de la folie. La solitude avait une façon d'accumuler et ensuite d'attaquer une personne sans avertissement. « Ainsi votre défense est que le Lieutenant Jaunder s'est suicidé? Vous étiez juste présent quand il a tiré sur la gâchette ? »
« Non, ma défense est que Jaunder allait me tuer, et en état de légitime défense je l'ai tué », expliqua Kamil. Sa tête se sentait soudainement étourdie.
Doc Jessop lui donna un autre verre d'eau. « Buvez ceci, vous êtes déshydraté. » Doc mit sa main sur le front de Kamil. « Je suis étonné qu'il n'ait aucune infection », ajouta Doc, jetant un regard sur Nathanaël. « Je ne peux pas imaginer comment c'est possible avec toutes ces coupures. »
Kamil but un autre verre d'eau, et le remit à Doc, qui le remplit de nouveau et le rendit à Kamil avec deux comprimés blancs. « Prenez ceux-ci ; ils aideront votre tête. »
Kamil prit l'eau, vida le verre, mais rejeta les comprimés, et resta calme.
« Et pourquoi diable Jaunder voulait vous tuer ? »
« Parce qu'il est un sadique, homme frustré qui sort sa colère sur les sentinelles impuissantes ... des hommes qui n'ont rien ... même ces vêtements n'appartiennent pas à aucun d'entre nous. »
Nathanaël poussa un soupir et s'approcha de Kamil, espérant peut-être l'intimider par sa présence. Sur sa hanche il y avait un étui qui contenait une arme de poing - un de ses biens précieux - et sa main droite reposait sur sa poignée en bois de rose.
« Vous êtes des fantassins, des fouines, la forme la plus basse de l'humanité sur la planète, mais vous, vous avez sombré encore plus bas. Vous avez tué un agent de sécurité parce que vous pensiez qu'il allait vous tuer. Quelle preuve avez-vous ? Avez-vous une blessure par balle que vous pourriez me montrer ? »
Kamil secoua la tête.
« Ainsi c'est votre parole sur le lieutenant Jaunder ... qui se trouve être un officier mort et décoré de la Garde suprême. »
Nathanaël sortit son arme qu’il tenait négligemment dans sa main. Il se mit à arpenter autour du lit en bois et toile sur lequel reposait Kamil, et en restant à une distance sécuritaire de Kamil. « Le Lieutenant Jaunder avait-il un pistolet dans sa main ? »
Kamil acquiesça.
« Comme celui-ci ? »
« C’était un pistolet », dit Kamil, regardant ses mains sales blotties l’une contre l’autre comme des guerriers désespérés.
Nathanaël leva le bras et braqua son arme directement sur Kamil. « A-t-il pointé son arme sur vous comme ça ? » Kamil leva les yeux vers Nathanaël avec une expression impassible.
« A-t-il armé la détente comme ceci ? »
Nathanaël tira en arrière la détente avec son pouce, sa main était ferme et ses yeux blindés regardaient fixement d'un air menaçant. Doc Jessop recula souhaitant qu'il puisse disparaître.
Kamil sentit une pression soudaine dans son corps. Une énergie spontanée se précipita à travers lui, et il se tenait debout avec une précaution mesurée.
« Se rasseoir, garçon ! », ordonna Nathanaël, affichant une alarme dans sa voix.
Kamil resta debout, comme s'il était hors contrôle de ses actes.
« S’asseoir sur ton cul ! S’asseoir ! » Nathanaël jeta un coup d’œil en arrière à Doc « Va chercher Monsey... maintenant ! »
Doc sortit par la porte, n'exigeant pas une autre parole. Un instant plus tard, les cris sourds de Doc pouvaient être entendus hurlant le nom de Monsey.
« Alors, ça s'est passé comment cela avec Jaunder ? », dit Nathanaël, en regardant Kamil. « Vous savez que je pourrais vous tuer tout de suite en légitime défense et personne ne donnerait le trou du cul d'un rat. »
Kamil, toujours debout, fit face à Nathanaël ses cheveux ébouriffés cachant à moitié ses yeux. « Votre arme est inutile. Votre procès ne se fera jamais. Laissez-moi partir. Il n'y a rien de plus qui peut être fait. »
À ce moment-là, Monsey entra en courant, la porte claquant derrière lui. Il pointait un fusil sur Kamil. « Qu'est-ce qui se passe ? »
« Il est fou », dit Nathanaël. « Il parle le charabia. »
« Peut-être que nous devrions juste lui tirer dessus et en finir avec », dit Monsey avec un empressement nerveux.
« Vous n'avez pas répondu à ma question, mon garçon », dit Nathanaël. « Avez-vous entendu le Lieutenant Jaunder tirer sur la gâchette ? »
Kamil se sentait puissant. C'était un sentiment étrange par opposition à la réalité de deux hommes pointant des armes sur sa tête, mais il ne connaissait pas d'autre mot pour le décrire. « Je ne me souviens pas », répondit calmement Kamil.
« Que voulez-vous faire ? », demanda Monsey. Nathanaël jeta un coup d'œil à Monsey qui disait clairement de se taire.
« Je vais vous demander une fois de plus de s'asseoir. »
Kamil resta debout, comme s'il n'avait pas entendu l'ordre.
L'agitation de Nathanaël devint enfiévrée. « Je ne veux pas priver mes hommes de leur divertissement, alors je vais prendre une décision de commandement. Vous êtes coupable du crime d’avoir tué un officier de la Garde Suprême. Vous reconnaissez volontiers que vous l'avez fait. Je vais réunir un peloton d'exécution et nous nous occuperons de la question en fonction de notre époque - traditions séculaires. »
Nathanaël se tourna vers Monsey. « Menottez le prisonnier et emmenez-le à l'extérieur dans la Cour. »
Monsey était le Second Lieutenant, responsable du Poste de Ravitaillement Trois depuis la mort de Jaunder. « Voulez-vous que je rassemble les hommes ? »
Nathanaël acquiesça, en gardant toute son attention carrément sur Kamil. « Nous aurons une fête de départ demain soir - qui devrait donner assez de temps et la plupart du domaine pour le retrouver. Nous donnerons à ce forcené un véritable cadeau de départ, et si tout le monde un peu ivre, tant mieux. Un meurtrier de sang-froid comme ce garçon mérite une mort lente. »
Comme Kamil était menotté, Nathanaël vint à Kamil et le poussa fermement vers le lit. La force était suffisante pour casser le lit, et Kamil tomba au sol.
Nathanaël accroupit, le sourire narquois sur son visage ciselé caché légèrement par le chaume d'une barbe de trois jours. Il amena son visage à quelques centimètres de l'oreille de Kamil. « Jamais eu un gang d'imbéciles ivres vous tirer dessus ? », lui murmura-t-il. « Ce n'est pas drôle car les balles touchent rarement quoi que ce soit de vital - d'abord. Les premières minutes vous êtes juste saigné, souhaitant qu’une balle finale frappe votre cerveau et mette fin à votre misère. Et il y a quelque chose au sujet d'un groupe de vos anciens associés riant de vous tandis que vous gisez mourant sur le sol. C'est un véritable coup psychologique. Mais les bonnes nouvelles dans tout cela sont que je viendrai à votre secours et vous finirai, une fois que je saurais que vous êtes à des secondes de l’enfer. Je serais là, vous regardant tout comme maintenant, et je prendrai cette arme et terminerai votre vie de dingue sans valeur. » Nathanaël se remit debout lentement, surpris par sa colère face à cet homme. Il observa le visage de Kamil, s'attendant à voir une réaction - des fissures dans sa forteresse, mais Kamil se contentait de regarder fixement avec un regard de la détermination.
« Sortez-le dans la cour et attachez-le à un poteau », grogna Nathanaël.
Il regardait alors que Monsey saisit le maillot de Kamil et tirait Kamil jusqu'à ses pieds. « Dehors ! »
Kamil marcha à proximité de Nathanaël, s'arrêtant un instant. Ses yeux clairs de toute la folie. La tranquille assurance de l’allure royale brillait sur son visage. « Mon corps est bientôt disparu, mais pas de vos mains. Mon esprit est transparent au-delà de cette surface, et où je vais, vous pouvez suivre ... »
Monsey enfonça durement la crosse de son fusil directement entre les omoplates de Kamil. « J'ai dit dehors ! »
Les intestins de Nathanaël tremblaient dans la confusion. La remarque de Kamil tenait de la connexion sombre des paroles qui découlent de l'invincibilité. Nathanaël serra les dents, à la recherche d'une interprétation plus raisonnable pour une sentinelle vaurien, et décida qu'il n'avait jamais vu une personne aussi peu soucieuse de sa mort imminente. La folie le fera.
* * * *
Kamil fut escorté dans la cour avec les mains attachées derrière lui. C’était un grand espace ouvert avec des tables de pique-nique et trois poteaux de bois, habituellement réservés pour attacher des chiens, mais Kamil était maintenant tombé plus bas sur le totem que même les Shaggy, les bâtards que les sentinelles utilisent pour la chasse, la compagnie, et parfois pour suivre des mendiants qui ont trébuché dans les sections protégées de la forêt de Dohrman.
Kamil était équipé avec un collier de chien autour du cou et une laisse qui conduisait à un crochet œil en acier qui était vissé sur le côté du poteau en bois. Il avait précisément un mètre cinquante de liberté dans n'importe quelle direction. Une petite foule de sentinelles et le personnel regardaient son calvaire, les yeux fixés sur lui comme des bouchers en observant un taureau boiteux.
Le Poste de Ravitaillement Trois normalement abritait deux douzaines de sentinelles, deux officiers, et huit personnels de soutien n’importe quel jour donné. Une autre vingtaine de sentinelles sur le lieu d’affectation voguaient péniblement à travers les bois, veillant sur leur territoire attribué à assurer sa sécurité et protection.
Au sommet du bâtiment principal de ravitaillement, où la nourriture et des fournitures étaient conservées, il y avait un grand poteau de bois qui atteignait dix-huit mètres dans l'air, et à son sommet il y avait une sirène peinte en rouge. Elle était rarement utilisée, sauf en cas d'urgence. Deux rugissements et cela signifiait qu’une tempête approchait et les sentinelles sur le terrain devrait se mettre à l'abri. Un seul rugissement signifiait que les sentinelles sur le terrain devaient revenir au Poste.
Sans avertissement, un bruit assourdissant se sauva dans l'air - pénétrant et strident. La sirène appelait les sentinelles de retour au poste d'approvisionnement. C’était le signal du retour. La proie avait été trouvée. Le spectacle allait commencer.

* * * *


Dernière édition par rené sens le Jeu 26 Juil - 20:09, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
rené sens



Nombre de messages : 282
Date d'inscription : 02/02/2008

MessageSujet: Re: The Dohrman Prophecy : Traduction en cours du livre-web.....   Lun 21 Mai - 14:50

Chapitre 55 - Cœur de la nuit

Maia et Simon passèrent à côté d’un campement relativement récent où une carcasse de cerf pourrissait derrière un cercle de pierres qui avait servi à contenir un feu. Des traces étaient évidentes partout, et les corbeaux sautaient nerveusement dans les branches au-dessus d'eux, quelques courageux faisaient la navette vers le cerf, noirs, gloutons brillants, incapables d’écouter la prudence.
«Ils étaient pieds nus », Simon remarqua, en étudiant les traces.
Maia se penchait pour sortir quelque chose hors des cendres avec un long bâton, et examinait avec curiosité un objet carbonisé largement méconnaissable. « Cela ressemble à une botte - comme une botte de sentinelle. »
Simon s'arrêta, dardant les yeux autour du campement, tandis qu'une vision sombre le surprit. « Kamil leur a tendu une embuscade, brûlé leurs bottes et pris toutes leurs armes afin qu'ils n'aient d'autres choix que de retourner à leur poste. Ils ne seront pas en mesure de nous poursuivre. »
« Je suis d'accord, mais allons-y », dit Maïa. « Plus tôt nous pourrons trouver le corps de Joseph, plus tôt nous pourrons aider Kamil. »
Simon regarda le campement avec mépris, comme si une vile présence humaine avait fait fuir l'animisme du site, et seules demeuraient les coquilles de la vie ancienne. Il acquiesça son accord et se tourna pour suivre Maia.
* * * *
Kamil sentait le soleil dardait sur lui. Il était debout ou assis dans la cour sans nourriture ni eau depuis dix-huit heures. Cet après-midi, il commençait à entendre les voix d'hommes excités alors que des équipes de sentinelles revenaient et entendaient des nouvelles de la capture de Kamil. « Il est vivant ? » Il les entendait crier près de la porte, et puis rire avec enthousiasme quand on leur disait qu’une partie était planifiée, organisée par le Commandant Greenstone pas moins.
Bien que Kamil n’ait rien eu à manger depuis plusieurs jours, sa faim avait disparu. Juste sa soif restait, et, pendant qu'il essayait d'attirer l'attention de toute personne qu'il connaissait, espérant obtenir un verre d'eau, elles ne le regardaient pas, et même si elles le faisaient, aucune sympathie ne brillait dans leurs yeux, seulement la crainte et le mépris.
C'était peut-être la déshydratation ou les rayons implacables du soleil, mais un souvenir coulait dans la conscience de Kamil. C'était un rêve qu'il avait fait quand il était un jeune garçon. Il jouait à l'extérieur, de l'argile rouge tombait goutte à goutte par des trous de ses chaussures qui en étaient infestées, comme s’il avait couru avec des chevaux dans un champ boueux. Au moment où il était sur le point d’accéder à la porte dérobée de l'orphelinat, une religieuse saisit son bras et indiqua ses chaussures sales avec un regard de réprimande. Son regard était imperturbable, et Kamil prit ses chaussures, mais ses chaussettes étaient également teintées de l'argile rouge et il dut les retirer aussi. Alors, ses pieds étaient couverts d'argile rouge, comme il regardait vers le bas. Il essaya d’ôter l'argile de ses pieds, mais il remarqua que ses mains, aussi, étaient épaisses et soyeuses d’argile de terre cuite. Il ne put que hausser les épaules et s’éloignait, vaincu et rejeté. La religieuse l’appela, mais Kamil savait qu'il était trop sale pour marcher à l'intérieur, et il décida d'aller à la grange où les animaux étaient gardés.
Comme il entrait dans la grange, il vit un grand tambour. Il n'était qu’à une hauteur d'environ un mètre, mais au moins deux mètres cinquante de diamètre. Sa main le toucha légèrement, et une profonde tonalité de résonance se délivra de son intérieur. Le côté du tambour était couvert de symboles mystérieux dont il ne savait rien, mais les symboles donnaient au tambour une présence, un but sacré. Pour une raison inexplicable, Kamil estima qu'il était bien pour ses mains sales d'y toucher.
Il se mit à battre un rythme sur le tambour, et comme il le fit, il sentit son corps tout entier devenir une extension de celui-ci. Il regarda ses mains, elles étaient rouges - ses bras, aussi. Il était comme une sculpture fluide formé à partir de mains massives qu'il ne pouvait voir. Il était tout simplement un récipient, une machine d'argile. Il continua à battre le tambour, écoutant sa résonance profonde, et sentit une chanson s’échapper de son cœur. Elle était silencieuse dans un premier temps, juste principalement le chant, mais ensuite les chants ont commencé à former des paroles.

Je suis l'argile de la terre
Je suis le sang de ma race
Je suis plus bas que la terre
Je suis supérieur à l'espace
Je ne suis jamais seul
Je suis toujours de lumière
Je suis l'amour qui est cousu
Dans le cœur de la nuit

Il répéta le chant à maintes reprises dans son rêve. Kamil était dans une transe profonde quand la religieuse le secoua de son sommeil. Il lui cria pour le réveiller, sentant qu'il avait besoin de plus de temps avec le tambour. Plus de temps pour devenir ce qu'il était. Plus de temps pour étudier son reflet.
Kamil répétait les paroles alors qu'il sortait de sa rêverie, mais sa bouche était trop sèche pour chanter ou même parler. Il se contenta de battre sa main sur le haut du poteau, et de laisser son cœur chanter les paroles, les sentir, et espérant qu'elles soient vraies.
* * * *
L'air du soir - la fusion parfaite de la lumière et de l'obscurité - pesait sur la cour que le bureau de Nathanaël dominait depuis un perchoir du deuxième étage. Il baissa les yeux sur l'homme qui allait mourir ce soir de ses mains. Il se demandait ce qui a rendu Kamil d'être si provocant. Ainsi parfaitement fou, car il savait quelque chose que Nathanaël ne pouvait pas comprendre. Absurde, songea-t-il. Douteux qu'il n’ait jamais vu l'intérieur d'une école. Nathanaël boutonna sa chemise tout en admirant son apparence bien élevée dans le miroir de la commode, déprimé qu'il devait s'abaisser à de telles banales profondeurs que pour administrer le coup de grâce à une forme de vie qui n'aurait jamais dû naître.
Le téléphone sonna, lui agitant un nouveau problème. Il avait laissé un message à Shunal précisant qu'il avait achevé ses préparatifs pour la visite du roi au «Site Saint», le terme utilisé par la Garde Suprême pour décrire le site de l'Oracle. La visite du roi était venue comme une surprise, mais Nathanaël avait redéployé plusieurs de ses meilleurs officiers pour superviser les détails de sécurité de la visite.
« Bonjour », dit Nathanaël d’une voix grave et amicale, assez certain que c'était Shunal.
« Oui, bien sûr que j'ai fait, votre Révérence... »
« Je pourrais partir demain dans la matinée ... »
« La sécurité a été doublée à chacun des postes... »
« Oui, il y aura des escortes jusqu'au Poste Sept ... »
« Euh euh ... oui, j'ai seulement rappelé le Domaine pour une réunion de préparation pour la visite du roi. Ils seront redéployés dans la matinée. »
« Bien sûr, votre Révérence. »
« Oui, nous l’avons trouvé... »
« Nous allons en prendre. Vous ne devez pas vous inquiéter à propos de ce problème. Il est maintenant sous ma garde... »
« Oui, vous, aussi... »
« Bonne nuit. »
Nathanaël raccrocha le téléphone avec un sourire amer. Il ne se souciait pas du contrôle de son supérieur, et plus généralement aimait garder Shunal dans le noir autant qu'il le pouvait. Kamil était son problème, et il valait mieux pour Shunal et les Grands Prêtres de ne pas savoir au sujet des dures réalités de son monde.
Nathanaël jeta un regard, par sa fenêtre, à Kamil, qui était assis contre le poteau. Nathanaël eut effectivement pitié de Kamil. Ce n'était pas tant de compassion car c’était pure sympathie qu'une telle créature désespérée puisse exister dans son monde. Il pouvait seulement imaginer que de sombres pensées erraient dans l'esprit tordu de Kamil. Comme Nathanaël regardait le prisonnier déprimé par sa fenêtre, il vit l'un des gardes - un homme qu'il ne reconnaissait pas - marcher en direction de Kamil tenant un verre d'eau.
Nathanaël vacilla à la fenêtre et l'ouvrit rapidement. « Arrêtez ! », ordonna-t-il d'une voix imposante.
Le garde continua de marcher comme s'il était sourd.
Nathanaël regarda autour de la cour et vit Monsey qui parlait à d’autres gardes, mais qui maintenant le regardait, avec sa main derrière son oreille. Nathanaël pointa simplement le garde s'approchant de Kamil. « Attrapez-le ! » Nathanaël articula les mots, et indiqua le garde.
Monsey passa à l'action, courant vers l'homme qui apportait un verre d'eau à Kamil. Il devait courir environ soixante mètres à travers la cour, sachant que Nathanaël regardait. Monsey courut derrière le garde et lui saisit le bras, déversant l'eau, au moment où il l'offrait à Kamil. « Que diable pensez-vous faire? Cet homme est un homme mort. Personne ne lui donne rien à moins que ce soit une balle ou que le commandant Greenstone l’ordonne ! »
Le garde se tourna vers Monsey. « Ôter votre main de mon bras. »
Monsey fit comme il a été dit, involontairement, ne sachant pas si le garde étrange avait même parlé ou s'il avait entendu les paroles dans son esprit. Il était maintenu dans une transe au moment où il croisa le regard avec le garde, et tout son être était recroquevillé en présence de cet homme étrange. Le garde était grand, et possédait un visage installé dans la tranquillité, et quelque chose d'autre, une certaine autorité qui ne peut venir que d'un manque total de peur.
Monsey sentit un frisson dans le dos alors qu'il regardait dans les yeux du garde, sa bouche s'ouvrit, et il se sentit soudain étourdi. Quelque part au loin il entendait Nathanaël crier après lui. Alors qu'il se tourna vers Nathanaël, une partie de lui comprit qu'il devait mener ce garde insoumis au bureau de Nathanaël pour l'interroger, mais la seule chose qu'il se souvenait était la détection d'un flash de chaleur, son monde se resserrant dans un étau d'obscurité, puis tomber à genoux dans un blackout incontrôlable.
* * * *
Kamil regardait Monsey s'évanouir et son bienfaiteur - un homme qu'il n'avait jamais vu - marchait sans entrave vers les quartiers à deux étages où Nathanaël, silhouetté à sa fenêtre, regardait hypnotisé alors que l'étranger entrait dans ses quartiers. Un petit groupe de sentinelles observait l'événement entier avec stupeur, et Nathanaël leur fit signe de ses quartiers pour la protection. La plupart des sentinelles étaient dans le mess en train de dîner, mais quelques-unes avaient déjà terminé et fumaient des cigarettes dehors, agitées pour que la fête commence.
Deux sentinelles, armées de fusils, couraient après le garde voyou qui semblait indifférent à leur présence. Comme le garde entra dans les quartiers de Nathanaël, il s'approcha de l'escalier central et du couloir sombre menant à la chambre de Nathanaël. Nathanaël était debout au bout du couloir, pistolet pointé sur l'étrange personnage qui continuait de marcher vers lui. Il y avait du pouvoir dans cet homme qui ne pouvait pas être nommé, mais Nathanaël pensait qu'il était semblable à ce qu'il avait vu dans Kamil.
Nathanaël tira sur la gâchette sur son revolver. « Arrêtez-vous ! »
Le garde ralentit puis s'arrêta à environ un mètre de Nathanaël, le regardant avec curiosité. L'arme de Nathanaël touchait presque la poitrine du garde.
« Relâchez votre arme », dit le garde d'une voix ferme.
Nathanaël résista de toutes ses forces conscientes, mais il ne pouvait que regarder tandis que son bras s'abaissait, comme s'il était simplement un observateur à l'intérieur de son corps sans sa propre volonté. Son visage rougit de l'effort, la sueur se forma sur son front. « Que faites-vous ? »
Le garde tendit la main et prit son arme, et Nathanaël, tel un fantôme désincarné, regardait, incrédule. Il n'y avait aucune résistance. Qu'est-ce qui m’arrive ?, était la seule pensée qui traversa son esprit.
Deux sentinelles avaient suivi le garde égaré dans l'escalier, mais ils s'arrêtèrent dans le couloir, la peur sur leur visage. « Avez-vous besoin d'aide, sir ? »
Le garde se retourna, tenant le pistolet de Nathanaël. « Nous n'avons pas besoin de votre aide. Vous pouvez aller. »
Les deux sentinelles acquiescèrent à l'unisson, la confusion s'affichant sur leurs visages, mais ensuite firent demi-tour et s'éloignèrent sans un mot.
Le garde regarda l'arme et la rendit à Nathanaël, indiquant la pièce derrière lui. « Allons à l'intérieur et parlons. »
Nathanaël fit marche arrière lentement, ses yeux ne lâchant jamais le visage du garde. Ce n'était pas la peur qu'il éprouvait, tant ce fut un choc pour lui son manque de contrôle sur ses actions. Il semblait incapable de prendre une décision qui entrait en conflit avec son étrange invité surprise.
Comme ils entrèrent dans la pièce, le garde ferma la porte derrière lui et s'adossa contre elle. Il regarda Nathanaël avec des yeux qui sondaient les antres de ses sens. « Vous pouvez parler librement. »
Nathanaël sentit l’étreinte se relâcher et son esprit revenir à son contrôle. Sa première réaction fut de constater le poids de l'arme dans sa main et la porta dans la direction du garde. « Qui ... qu’êtes-vous? Vous avez l'air d’une sentinelle, mais vous n’en êtes clairement pas une. »
Nathanaël avait entendu parler des rumeurs que les extraterrestres visitaient la planète, et depuis des milliers d'années, mais il ne les avait jamais prises au sérieux, et pourtant, cette personne avait une présence envoûtante et les capacités de quelqu'un d'un autre monde.
« Je demande que vous relâchiez Kamil », dit le garde.
« Et pourquoi devrais-je faire? Vous êtes aussi fou que lui ! »
« Je ne vous demanderai qu’une seule fois, mais cela doit être votre propre décision. Il suffit de me répondre afin que je ne gaspille pas des efforts pour vous. »
Nathanaël arma la gâchette de son arme de poing et sourit d'une façon maniaque. « Voici ma réponse. »
Le canon fit un claquement, mais aucun coup ne fut tiré. Il tira de nouveau avec le même résultat. Il continua à appuyer sur la gâchette avec le même résultat insuffisant, puis ouvrit la chambre de l'arme à feu et vit qu'il y avait six balles - tout semblait être en état de marche. Il leva le pistolet et appuya sur la gâchette plusieurs fois et chaque fois le pistolet émit le même claquement vide sourd.
Nathanaël jeta son arme sur le sol de frustration, en regardant le garde avec étonnement. « Je ne relâcherai pas Kamil. Il a assassiné un de mes officiers et il doit être puni. Qui diable êtes-vous ? »
« Kamil n'est pas celui que vous croyez qu'il est. Il est sous ma protection et vous ne serez pas autorisé à le punir. Si vous essayez, ce sera la fin de votre vie. Est-ce vraiment ce que vous désirez ? »
Nathanaël s'arrêta, regardant comme si Dieu venait de lui dire que la fin du monde se déroulerait dans les prochaines minutes. « Qui êtes-vous pour me dire de telles choses? Pourquoi ne répondez-vous pas à ma question ? »
Le garde s’avança vers Nathanaël. « Regardez-moi bien. Tirez vos propres conclusions. »
Le garde s’arrêta à vingt cinq centimètres de Nathanaël, qui devait incliner la tête en raison de la différence de taille. Comme il le fit, il sentit une lueur soudaine de quelque chose. Il ne portait plus de corps, ne se tenait plus debout dans sa chambre. Il était entrainé dans une autre dimension, un autre monde pour lequel il n'avait aucun mot ou sensation pour le décrire. Le garde qu'il cherchait s’était transformé en une lumière incompréhensible d'atomes bleus phosphorescents tournoyant sans forme dans la noirceur profonde de l'espace intérieur, mais il savait que c'était une intelligence qui éclipsait la sienne.
« Vous êtes Dieu ? », réussit enfin à dire Nathaniel.
« Je ne suis pas le Dieu que vous croyez que Dieu est. Je suis celui qui vous a conçu, mais je ne suis pas votre créateur. Je suis celui qui vous libère de la forme que vous enchainez dans une petite chambre de la maison dans lequel vous vivez - pourtant, à cause de vos désirs, et l'ignorance qu'ils apportent, vous ne connaissez rien des autres pièces du manoir. Au lieu de cela, vous êtes de connivence avec ceux-là mêmes qui vous emprisonnent. »
« Si vous relâchez Kamil, vous continuerez cette vie sur un nouvel arc qui vous détachera de la pièce dans laquelle vous vivez. Vous avez ma promesse, mais vous devez prendre votre propre décision, c’est alors seulement que vous pourrez être indépendant. Si vous persistez à essayer de tuer Kamil, vous mourrez dans cette pièce - cette pièce misérable - et vous reviendrez. Vous reviendrez honteux dans toutes les façons, poursuivi par vos ombres, et ne serez jamais ménagé par la douleur ou la misère. »
« Vous faites le choix facile ... si je crois vos paroles », dit Nathanaël. « Mais comment puis-je savoir que vous dites la vérité ? »
« Vous ne pouvez pas. C'est pourquoi la décision doit être votre propre décision. Je ne peux pas le prouver, car faire ainsi enlèverait votre décision. »
« Montrez-moi une autre pièce, ainsi je saurais que votre promesse est réelle. »
« Vous devez montrer votre décision d’abord, et ensuite avoir de la patience. Vous n'êtes pas celui qui commande la création jusqu'à ce que vous écoutiez votre cœur et accomplissiez sa volonté. C’est le sacrifice qui doit être fait. Il n'y a pas d'autre moyen. »
Sans avertissement, Nathanaël revint à son état humain, debout dans sa chambre. Seul. Ses genoux fléchirent et il tomba sur le sol dans une course vertigineuse, partageant son corps et cœur. Il gisait sur le sol, déchiré comme un morceau de papier qui ne pourrait jamais rejoindre. Il se pencha intrépide sur son cœur, courant à ses rives, espérant qu'il puisse trouver le pardon là, espérant la promesse de cet esprit vaste qui l'avait englouti lui dessine comme un grain de sable dans son océan.

* * * *


Dernière édition par rené sens le Jeu 26 Juil - 20:14, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
rené sens



Nombre de messages : 282
Date d'inscription : 02/02/2008

MessageSujet: Re: The Dohrman Prophecy : Traduction en cours du livre-web.....   Ven 25 Mai - 20:03

Chapitre 56 - Le Portail

Doriah mena Hugelitod dans un couloir descendant lentement, bien au-delà des chambres qu’il avait explorées deux jours auparavant quand il avait découvert pour la première fois l’accès secret du temple de l’Oracle. Hugelitod était étonné de l’étendue du temple souterrain.
« Combien de temps pensez-vous qu'il a fallu pour construire ceci ? », demanda Hugelitod.
« Selon l'oracle, 29 années. »
« Une génération entière ... »
« Il y a plus, comme vous le verrez bientôt. »
Hugelitod restait à une distance confortable, suivant Doriah d'environ deux mètres. « Pourquoi l’ont-ils construit sous terre? Essayaient-ils de le cacher de leurs ennemis ? »
« C'est en partie ce que je vais vous montrer. Soyez patient. Nous y sommes presque. »
Après quelques minutes, ils arrivèrent à un tronçon du corridor qui semblait avoir été excavé plus récemment. Une crête épaisse s’étendait sur tout le périmètre du tunnel, faisant saillie de quelques centimètres, mais était inégale et d’environ soixante centimètres de large.
Doriah s’arrêta et saisit son bras gauche. « J'ai besoin de vous demander une faveur, et cela semblera très étrange, mais vous devez me faire confiance quant à sa nécessité. »
Hugelitod regarda autour de lui nerveusement. Il essaya de rester calme et détendu. « Bon, c'est quoi ? »
« J'ai besoin de vous pour me montrer votre dos. »
Hugelitod fronça les sourcils et se recula. « Pourquoi ? »
« Faites-moi confiance. Je vous expliquerai tout cela si je trouve ce que je crois est là. »
Hugelitod sentit tout à coup l'insécurité. Pouvait-il vraiment faire confiance à Doriah ? « Dites-moi ce vous recherchez, ou essayez de le faire, et si c’est logique, je ferai ce que vous demandez. »
« Je veux voir si vous possédez une certaine tache de naissance. »
« C'est tout? Pourquoi une tache de naissance est-elle si importante pour vous ? »
« S'il vous plaît ? », demanda Doriah avec son bras sorti. « Il ne vous prendra qu'une seconde. »
Hugelitod déboutonna les deux boutons du haut de sa robe, tira sa capote, mit sa robe à sa taille et se retourna.
Doriah approcha sa bougie à une marque qui attira son attention.
« La chaleur de la flamme fait vraiment du bien, mais ne vous approchez pas trop », dit Hugelitod, essayant de son mieux de paraître détendu.
« C’est fait, merci », dit Doriah. « Continuons à avancer. »
« Vous avez dit que vous me diriez ce que vous cherchez et pourquoi. Je n'ai pas entendu l'explication », rappela Hugelitod comme il reboutonna sa robe et éleva son capuchon sur sa tête.
« Vous verrez bientôt. Je veux vous montrer quelque chose d'abord. Nous parlerons quand nous y arriverons. »
Au bout de deux minutes le couloir arriva à une fin, et s’ouvrit sur une grande salle avec de hauts murs arrondis. Dans un premier temps, Hugelitod était confus car la bougie ne montrait pas de sol. C'était comme s'ils étaient à l'intérieur d'une sorte de silo. Le plafond incurvé était six mètres au-dessus d’eux et la lumière était juste suffisante pour l'éclairer, mais quand il regardait vers le bas, la bougie - aussi brillante qu'elle était - ne pouvait pas montrer les profondeurs de la salle.
Pour aller au fond de la grande salle, ils ont dû marcher le long de l'extérieur de la salle où des escaliers, creusés dans la roche, descendaient dans la salle comme un tire-bouchon géant. Ils descendirent une cinquantaine de pieds, exactement deux révolutions et demie autour de la chambre circulaire. Sans une balustrade, Hugelitod restait proche du mur, ne le laissant jamais sans son contact. Doriah allait lentement, veillant à ce que Hugelitod soit à l'aise avec le rythme. Quand ils arrivèrent plus près du fond de l'escalier, Hugelitod leva enfin son attention des escaliers, et pouvait voir un engin étrange, émergeant de l'obscurité, assis au centre du sol.
Cela ressemblait à une passerelle semi-circulaire qui était mêlée à des tubes dorés interconnectés. À la base, les tubes avaient la grosseur d'un poignet humain, puis spiralés jusqu'à une hauteur de trois mètres, s'amenuisant en pointes fines comme des aiguilles brillantes. Ils avaient un peu une forme elliptique, et comme Hugelitod les regardait de plus près, il voyait qu'ils étaient façonnés de façon irrégulière, et avaient des trous minuscules sur toute leur longueur. Il y en avait au moins une centaine de ces tubes verticaux. À la base, les tubes dorés s'ouvraient dans une base circulaire cristalline qui était creuse et d’un diamètre de trois mètres. L'ensemble du dispositif était placé sur une plate-forme à environ un mètre au-dessus du sol. Le sol lui-même était complètement fait d'or, ou une sorte d'alliage métallique qui reflétait une belle lueur dorée au sein de la salle.
Hugelitod eut du mal à parler tandis qu'il examinait l’étrange structure. « Qu'est-ce ... qu'est-ce que c’est ? »
Doriah s'éclaircit la gorge et pausa comme s'il recueillait ses pensées. « C'est un portail vers un autre temps- »
« Une machine temporelle ? », s'écria Hugelitod, ne faisant aucun effort pour dissimuler son état de choc.
« Vous pourriez l'appeler ainsi, mais ce n'est pas vraiment une machine temporelle où vous pourriez définir d'un cadran et voyager à un temps et lieu sélectionné. Elle est calibrée pour un temps précis et un ensemble de coordonnées, et elle ne s'en écarte jamais. »
« À quelle heure et lieu est-elle réglée ? »
« Vous devez écouter, sans préjugés pendant quelques minutes. Je ferai de mon mieux pour vous éclairer, mais il pourrait s'avérer nécessaire pour vous d'en faire l'expérience afin de pouvoir bien comprendre cela. Donc, soyez patient. »
Hugelitod secouait déjà la tête. « Non, vous ne me ferez pas essayer cette machine, quelle qu'elle soit. Il y a quelque chose à son sujet qui semble dangereux ... voire menaçant. »
« Personne ne vous forcera. Vous pouvez vous détendre », dit Doriah, assis sur le sol et adossé à la plate-forme. « Ce portail est ancien - probablement aussi vieux que l'humanité elle-même Le couloir que nous venons d'utiliser pour arriver ici fut scellé par ses bâtisseurs originels. Il y a environ quinze ans, nous avons compris que la fin du couloir n'était pas solide, en utilisant une technique de réfraction du son. »
« Quand nous avons trouvé cette salle, nous n’avions aucune idée de son but. Nous avons demandé à l'Oracle, mais il était incapable de le discerner. Je suis tombé sur la réponse tout à fait par accident, il y a environ douze ans. Quoi qu'il en soit, j'ai découvert que c'était un portail vers une nouvelle dimension, et non de notre univers. Les entités que j'ai rencontrées ont affirmé qu'ils étaient- »
« Vous parlez des anges ? », interrompit Hugelitod.
« Non, je parle d'êtres comme nous, seulement les plus avancés intellectuellement, qui ont travaillé avec notre race depuis très longtemps. »
« Dans quel but ? »
« Si vous écoutez leurs paroles, ils sont nos bienfaiteurs. Ils vont même jusqu'à suggérer qu'ils ont veillé sur nous comme de bons bergers, mais je ne les crois pas. »
« Pourquoi ? »
« Parce qu’ils ont créé ce portail. Ils avaient besoin d'un moyen pour interagir avec nous, et ce portail était leur moyen d'amener ceux qui détenaient le pouvoir à leur dimension et de les programmer. »
« Je ne comprends pas », se plaignait Hugelitod. « Pourquoi ... comment font-ils cela ? »
« Ils savaient que les Oracles seraient détenus par les plus puissants sur cette planète, alors ils placèrent ces portails à proximité, en espérant que ceux au pouvoir les trouvent, apprennent à les utiliser et s'aventurent dans leur sphère. Une fois dans leur toile, ils les auraient endoctrinés à leurs manières et ces pions humains seraient revenus sur Terre et auraient exécuté leurs ordres. »
« Pourquoi la passerelle et tout le secret? Pourquoi ne pas simplement venir en vaisseaux spatiaux et s'emparer de la planète si c'est ce qu'ils veulent ? »
« Ils ne vivent pas dans notre dimension. Ce ne sont pas des êtres physiques. Leur domaine d'existence est très différent du nôtre. Ils ne sont pas intéressés par la vie sur notre planète, ils veulent tout simplement s'assurer que l’humanité ne s’unit jamais comme une force incontrôlable. »
« Pourquoi une race supérieure serait-elle intéressée par nous et notre planète ? »
Doriah eut un demi-sourire à la naïveté évidente de Hugelitod. « Ils s’en soucient parce qu'ils estiment que notre planète et ses habitants leur appartiennent. »
Les paroles austères planaient dans l'air frais dont les hauteurs semblaient s'étendre à l'infini, comme s'ils étaient sous un ciel étoilé enveloppé dans les nuages.
« Pourquoi me montrez-vous ceci ... me dire toute cette histoire? Je suis venu ici - dans ce temple - pour un but précis, qui était de travailler avec l'Oracle ... et pourtant je suis debout en face de quelque étrange technologie extraterrestre qui, selon vous, peut transporter une personne pour ... je ne sais pas ... une sorte d'intelligence extraterrestre. Cette chose entière ne cesse de devenir de plus en plus étrange si je continue de recevoir de petits morceaux de la vérité, des rations, mais jamais toute la vérité- »
« Vous n'êtes pas seul, mon ami. Je ne suis pas en mesure de donner l'histoire complète, mais écoutez-moi. Donnez-moi une chance d'expliquer ce que je sais et ce que je crois être vrai. D’accord ? »
Hugelitod acquiesça à contrecœur. « D'accord. »
Doriah changea sa posture, cherchant une position plus confortable assis sur le sol dur et métallique. Ses yeux semblaient étudier la peau polie de ses mains. « Je suis venu à vous faire confiance, Hugelitod. Je peux sentir votre rôle dans cette histoire qui se dévoile et j’ai la preuve que vous êtes une partie intégrante de la Prophétie Dohrman. »
« Celui qui est censé faire tomber l'Église. Est-ce ce que vous voulez dire ? »
« Non, l'Oracle a déclaré qu'un serait né avec l'étoile royale et réformerait l'Église. Pas la détruire. Mais la prophétie est qu’il en existe deux qui sont nés - celui qui réformera l'Église et la rendra plus puissante, et l'autre qui cherchera à la détruire. La question est lequel êtes-vous ? »
« Je ne cherche pas à détruire quoi que ce soit, surtout pas de l'église. »
« Je vous crois, mais vous pouvez comprendre que Karnomen ne soit pas si sûr Néanmoins, n'importe lequel un de ces deux que vous êtes - si vous êtes en effet l'un ou l'autre - vous représentez une menace pour Karnomen je vous expliquerai ceci dans un instant. »
Hugelitod sentit que le sol avait soudainement disparu sous lui et il était une fois de plus en chute libre dans les mâchoires béantes d'un mystère plus profond et plus de confusion. « Donc, j'ai une tache de naissance sur mon dos, ce qui indique d’une certaine façon que je suis une des deux personnes qui naissent avec cette marque. Karnomen a essayé de comprendre qui je suis, mais sans preuve, il a supposé que je suis celui qui détruira l'Église. D'accord, je comprends bien ceci... je pense. »
Le ton de Hugelitod était sévère, presque furieux. Il faisait les cent pas en parlant, se frottant la barbe de nervosité.
« Alors je trouve l'accès à l'Oracle dans le temple - quelque chose que seulement vous et moi sont conscients, et nous souscrivons pour faire la requête de l'Oracle et voir ce que l'Oracle et moi pouvons produire. Si cet effort réussit, il prouverait à Karnomen que je suis le bon, et le mauvais serait là encore à trouver. »
« Ensuite, Je me pointe aujourd'hui, pensant que nous discuterons de la façon de travailler avec l'Oracle et de prouver mon histoire à Karnomen, et soudainement ... nous sommes là ... nous parlons des extraterrestres et d'un programme bizarre qu'ils doivent récupérer la planète. C’est l'histoire de base ou y a-t-il plus ? »
« Il y a beaucoup plus, j'ai peur », répondit tranquillement Doriah.
« Alors dites-moi tout ce que vous savez. »
Doriah laissa échapper un souffle solitaire, plein de remords. « Cette machine », il la pointa avec son pouce derrière lui, dessus son épaule, « est la malédiction de notre Église, de notre espèce entière. Je l'ai trouvée. Je suis le sombre, mais je n'ai pas la tache de naissance. Peut-être qu'elle est tombée ou a oublié de se matérialiser, je ne sais pas, mais je suis celui qui a ouvert la porte aux ténèbres et a laissé entrer les forces destructrices. »
« Les entités, qui se sont servi de moi - nous ... le Premier Initié, ont le contrôle de l’Église. Karnomen est tout simplement une figure de proue. Ils sont la véritable source de pouvoir car ils savent comment manipuler avec la ruse et la furtivité de telle sorte que nous sommes comme des enfants mous en présence de Spartiates. »
« L'Oracle est une technique qui est agnostique, neutre, appartenant à cette lignée où la liberté humaine est le seul ingrédient indispensable à notre évolution constante. Cette technique », Doriah indiqua encore derrière lui, « est la lignée de l’esclavage humain, et l'ordonnancement des espèces en une espèce conforme aux troupeaux, un troupeau, une école. »
« J'ai ouvert cette technique. Je l'ai partagée avec Karnomen et il est devenu facile à manipuler. Il n'a pas compris les pouvoirs hypnotiques de cette race sournoise, et ils ont commencé à comprendre comment la religion pourrait être utilisée pour contrôler les maisons royales, que Karnomen commande en utilisant ses pouvoirs de droit divin qui sont pris en charge par ces entités. Ils ont également vu comment ils pouvaient manipuler d'autres pays en utilisant le même modèle identique. »
« L'histoire s’approfondit encore davantage parce que ce que l'humanité - ce qu'elle deviendra dans un avenir lointain - nous est connue à travers le prisme de l'Oracle. Nous savons que l'humanité, ou du moins une partie de l'humanité évoluera, et ce sera de glorieuses manières que nous ne pouvons pas comprendre, mais ici, en ce moment, nous sommes tirés et tendus par des êtres qui croient qu'ils peuvent encore régner sur la Terre et maîtriser son avenir. »
« Je ne comprends pas », interrompit Hugelitod. « Comment est-ce possible? Pourquoi ne pouvons-nous pas tout simplement détruire cette ... cette machine ? »
« Il est trop tard », soupira Doriah. « Nous sommes déjà infectés. C'est comme un virus ... ce pouvoir s'est étendu. Il s'agit d'un événement mondial parce que ces êtres veulent notre planète et ils veulent des troupeaux humains dans des conflits et des dysfonctionnements qui ne feront jamais contester leur suprématie. Ceci est déjà en place. »
Hugelitod regarda avec étonnement Doriah. « Que voulez-vous dire par c’est déjà en place ? »
«J'ai laissé la machine fonctionner parce que j'espérais que vous, ou quelqu'un comme vous, arriveriez et qu’il soit le seul à répondre à cette race d'êtres et les convainc d’arrêter leurs plans ... » Doriah leva la main pour anticiper l’explosion imminente de Hugelitod. « Je sais, je sais, ce n'est pas probable, mais je suis désespéré à ce point. »
« Qu'est-ce que l'Oracle dit sur tout cela ? »
« L'Oracle connaît ceci en concept. L'ensemble de la Prophétie Dohrman est vraiment axé sur ce sujet, mais je ne suis pas sûr que l'Oracle comprenne vraiment la gravité de ceci. Karnomen n’en discute pas ou ne pose pas de questions à ce sujet. Il utilise l’Oracle au nom de ces Dieux Froids- »
« Pourquoi les appelez-vous ainsi ? »
« C'est la description la plus proche que je peux utiliser pour les définir. Il y a douze ans, quand j’ai voyagé pour la première fois là-bas - la dimension dans laquelle ils existent - je n'avais aucune idée où j’étais ou qui ils étaient. Ils semblaient aussi surpris par ma présence que j'étais de la leur. Ils sont froids, des êtres calculateurs à l'esprit très puissant et des capacités psychiques. Ils peuvent orner leurs déclarations dans des manteaux spirituels, comme s’ils étaient nos dieux, et à l’époque j’ai failli presque tomber en proie de leurs manipulations - moi ! J'étais presque leur disciple. Ils offrirent de me guérir, de faire de moi un homme complet, et je fus tenté, mais il avait quelque chose à leur sujet que je connaissais qui n'était pas humain ou humanitaire. Ces êtres voulaient avoir accès à l'Oracle. Ils voulaient le détruire, et pas seulement celui que vous connaissez, mais tous les sept. »
« Ils sont sept ? », s’exclama Hugelitod.
Doriah acquiesça. « Ils ont vu les sept Oracles en tant que salut de l'homme ... notre espérance. Ils connaissent aussi la Prophétie Dohrman dont Karnomen leur donna les détails- »
« J'ai tellement entendu parler de la Prophétie Dohrman, mais personne ne m'a jamais expliqué ce que c'est. Pouvez-vous m’en parler ? »
Doriah regarda de côté un instant comme s'il contemplait son prochain mouvement dans le mystère de sa nature profonde. « La Prophétie Dohrman est la déconstruction de la religion à l'échelle mondiale. C'est la séparation de l'humanité des resserrements religieux de toute nature. C'est le moment où l'humanité fera un pas du dogme de la croyance, tel que défini par les hommes, vers la lumière de la Vraie Vie, telle que créée par Dieu. C'est la partie de la Prophétie Dohrman qui consume les Dieux Froids et Karnomen, mais c’est plus vaste que simplement la religion. »
« Elle laisse présager aussi des changements universels dans le gouvernement et la science. Mais ces changements ne surviendront pas simplement parce qu’un jour chacun se réveillera à leur vraie nature et sera connecté à la Vraie Vie. Cela arrivera parce qu’il y aura ceux qui, au sein de l'humanité, s’échapperont de l'emprise des Dieux Froids. »
« Que voulez-vous dire ? », demanda Hugelitod.
« Les Dieux Froids ne sont pas devenus une simple présence sur cette planète, il y a douze années quand j'ai activé cette machine. Ils avaient codé leur présence dans les composantes mêmes de l'humanité, à la création même de l'homme, et en faisant cela, ils ont choisi de créer une humanité diminuée - une qui soit incapable de lutter de leur emprise rusée. Cette emprise est si vaste que seule une poignée de personnes a envisagé sa portée. »
« Selon la prophétie Dohrman, des personnes se lèveraient pour décrire ces Dieux Froids, les appeler à sortir, les identifier et indiquer clairement leurs fins. Cependant, il y en aurait deux en particulier qui auraient la marque de l’Étoile Royale. Un pourrait devenir l'allié des Dieux Froids et renforcerait leur emprise sur l'humanité par la réforme de la religion - non pas ce qui a trait aux livres saints, mais plutôt de savoir comment l'Église peut unifier les maisons royales les plus puissantes du monde et les placer sous sa coordination. L'Église réformée serait vraiment une extension des Dieux Froids, précisément là où personne ne s'attendrait à ce qu'elles soient. »
« Le second porteur de l’Étoile Royale confronterait les Dieux Froids et négocierait un arrangement en utilisant sa propre conscience comme sacrifice. Mais, ce faisant cela, il scellerait le chemin de l'humanité des dieux Froids, lui permettant de prendre une nouvelle trajectoire et d'atteindre l'unité de l'esprit et l'esprit ce qui donnerait le pouvoir de l'humanité de s'élever au-dessus des Dieux Froids et ressentir l'univers comme sa palette de création. »
« La portée de cette nouvelle trajectoire est la spiritualisation de l'humanité par l'application de la science. Les personnes peuvent retrouver leurs facultés innées et naturelles de perception et d'expression de la vibration de l'unité. Ils peuvent sentir qu'ils font partie d'un réseau de conscience qui est entière et unifiée, et ils chercheront les dimensions supérieures non pas pour des raisons de conjectures ou de grandeur, mais pour amener l’âme humaine sous la puissance d'une lentille appelée la perception directe. »
«Non plus d’intermédiaires, d’interprètes, de gardiens ou d’assesseurs. Non plus de hiérarchies du bien et du mal en lice pour la réorientation et notre subsistance. Nous nous débrouillons nous-mêmes. Aucun sauveur. Nous ... nous le comprendrons. »
Doriah s'arrêta, sa voix devenant un léger murmure. « Nous l’avons enfin compris. Mais les deux porteurs de l’Étoile Royale, ils sont les symboles de notre lutte. Ils sont la codification du grand effort de l'humanité à transcender la séparation et l'asservissement à l'unité et la libération. »
« Et il n'y a aucune indication dans la Prophétie Dohrman quant à quel porteur je suis ? », demanda Hugelitod.
Doriah hésita. « L'Oracle a déclaré que le Premier Porteur viendrait du sein de l'Église. »
Hugelitod s'assit comme si ses jambes ne pouvaient plus soutenir son poids.
« Suis-je le Premier Porteur ? », chuchota de loin Hugelitod.
« C'est ce que nous craignions », acquiesça Doriah. « Mais l'Oracle a pris un tel intérêt pour vous, nous avons pensé qu'il pourrait s'agir d'une coïncidence - la tache de naissance. Pourquoi l'Oracle vous inviterait-il à travailler avec lui de la manière dont il l'a fait si vous étiez le pion des Dieux Froids ? Ainsi, je ne suis pas sûr. »
« Si Karnomen est contrôlé par les Dieux Froids, pourquoi aurait-il peur de moi si je suis le Premier Porteur ? »
« Le Premier Porteur, selon la prophétie Dohrman, gagne le contrôle de l'Église. Il devient le Prêtre Suprême. »
« Comment ? »
« La prophétie n'est claire à cet égard, mais il est généralement admis que le Premier Porteur n’obtient pas cette position par le biais de la procédure standard, mais plutôt par une sorte de coup d'état qui entraîne la mort du Premier Initié. »
« Je... tuerais ... Karnomen ? », demanda Hugelitod avec le choc traversant chaque parole.
Un silence profond suivit. Le genre où rien ne peut être caché. Un souffle. Un battement de cœur. Le clignement d’œil.
« Karnomen sait-il que vous me dites tout cela, que vous me montrez cette ... machine ? »
« Non. »
« Pourquoi pas ? »
« J'espère que vous êtes le Second Porteur. J'espère que vous rencontrerez les Dieux Froids et amènerez leur règne à son terme. »
« Que dit l'Oracle au sujet du Second Porteur », demanda Hugelitod. «Est-ce qu’il vient également des rangs de l’Église ? »
« Il mentionne seulement que le Second Porteur est d'origine humble. Il ne mentionne rien sur l’Église. »
Un étrange silence emplit la pièce que les deux hommes cherchaient dans leurs esprits une explication ou quelques lueurs de réalisation quant à leur but conjoint.
Hugelitod se déplaça à côté de Doriah, appuyé contre la plate-forme de la machine menaçante. « Karnomen sait-il au sujet de ma tâche de naissance ? » Doriah acquiesça. « Bartholem lui a dit. Je devais le voir. »
« Donc je suis condamné. Karnomen ne peut pas me laisser vivre. L’un et l’autre de ces deux Porteurs sont des ennemis. Le Premier Porteur le tuera, et le Second Porteur tuera son Église. Il n'y a pas moyen de concilier, alors pourquoi suis-je encore en vie ? »
« Vous supposez que Karnomen ne serait pas de donner sa vie pour étendre le pouvoir des Dieux Froids. C'est une hypothèse erronée. »
« Suggérez-vous que Karnomen veut réellement que le Premier Porteur réussisse ? »
« Karnomen est sous leur charme », répondit Doriah. « Son sort est attaché aux leurs au point que je ne peux même pas commencer à comprendre. D'une certaine façon, nous le sommes tous. »
Hugelitod se tourna vers Doriah. « Je ne veux pas être l'un ou l'autre de ces porteurs -. Étoile Royale ou pas, je ne veux pas être impliqué dans tout cela, je dois quitter cet endroit. Si je pars ... si ... si je me rends ! Loin ... dans un coin obscur du monde, c'est peut-être la meilleure chose à faire pour moi. Peut-être que vous aussi. Ne peut-on simplement laisser ce tout en scène- »
« Et puis quoi? Laissez quelqu'un d'autre faire ce que nous sommes venus à faire ? Qui serait-il ? Pensez-vous vraiment que les Dieux Froids mettent fin à leurs plans tout simplement parce que vous vous enfuyez ? Ils y trouveront un autre, et un autre, et un autre. Ils ne cesseront jamais. Rappelez-vous, ce sont des êtres sans cœur qui cherchent le contrôle de ce monde. Où iriez-vous qui sera vraiment épargné par eux ? »
Hugelitod écoutait attentivement les paroles de Doriah. « Mais si je suis le Premier Porteur, je faciliterai seulement leurs plans trompeurs. Je ne peux pas être cette personne. »
« Ne faites pas alors ! Les rencontrer, mais les rencontrer comme un saboteur. Retourner leurs tromperies et trouver un moyen de les arrêter. Soyez le sable dans leurs engrenages. Amenez leur machine à un arrêt total. Qu'ils croient que vous êtes de leur côté - leur grand disciple. Les convaincre que vous ferez leur soumission, mais observer leurs plans, et ensemble nous pourrons trouver une faille en eux. Peut-être nous pourrons même les vaincre. »
« C'est votre plan ? »
Doriah acquiesça d'un air penaud. « C'est le seul moyen que je peux voir pour avancer. »
« En ce qui concerne Karnomen ? »
« Il nous a donné deux semaines avant que nous ayons à lui montrer quoi que ce soit. Dans deux semaines, nous pouvons lui dire que ça n'a pas marché ... avec votre guide spirituel. Vous pourrez inventer quelque étrange écrit pour montrer votre état mental a été compromis. Il le croira et il sera être soulagé de le voir. »
« Alors je suis un cinglé, un homme fou ? »
Doriah réussit un sourire habile. « Ce pourrait être le meilleur rôle pour vous dans toute cette affaire. Je me trouve déjà envieux. »
« Croyez-moi, il n'y a absolument rien à envier à mon sujet. »
Hugelitod se remit à debout, en ajustant sa robe, et pointant vers la machine derrière eux. « Comment ça marche ? »
« Plus tard », dit Doriah, se mettant debout lentement. « Vous devez laisser cette conversation s'installer à l'intérieur de vous. Digérez-la. Si vous acceptez mon plan, comme il est, nous commencerons demain. »
« Qui a utilisé cette chose autre que vous et Karnomen ? »
« Personne. »
« Les autres initiés connaissent-ils son existence ? »
« Ils connaissent son existence, mais ils supposent qu'il ne peut pas être activé. »
« Pas même Torem ? »
Doriah secoua la tête.
« Pourquoi en avoir parlé à Karnomen ? »
« Parce qu'il était mon confident », dit Doriah. « J'ai estimé que je lui devais. Il fut le prêtre qui m'a rendu visite quand j'étais un garçon soignant des blessures dans une ville ravagée par la guerre et se réveillant à une nouvelle réalité de ce que nous sommes tous faits. J'avais l'impression que Karnomen méritait une chance de voir cette autre dimension afin de répondre à ceux qui prétendaient être nos Dieux. »
« Il n'avait pas peur ? »
« Pas même un peu. Il a demandé à s’y rendre immédiatement sur la base de ma description. »
« Combien de fois avez-vous utilisé ceci vous-même ... avant d'en parler à Karnomen ? »
« Trois fois. »
« A quand remonte la dernière fois ? »
« Il y a environ onze ans ... »
« Et Karnomen ? Combien de fois est-il parti ? »
« Je ne sais pas. La vérité est qu'il peut aller et venir dans ce temple chaque fois qu'il veut. Je sais qu’il a utilisé cette machine au moins dix fois. »
« Vous lui avez parlé de ceci, mais pas de la technique d'accès à distance à l'Oracle. Pourquoi ? »
« Des raisons égoïstes, je suppose », admit Doriah. « Je voulais avoir accès à l'Oracle afin que je puisse apprendre à ma façon. »
« Mais vous avez l’ensemble des transcriptions caché quelque part dans ce temple ? »
« Oui, mais ce sont les questions d’autres hommes, en d'autres temps. Je voulais poser mes propres questions. »
Hugelitod laissa échapper un long soupir et tourna autour de la chambre, en inclinant la tête vers l'arrière comme un enfant. « Je ne sais pas si je peux digérer cela. C'est trop étrange ... trop étrange ... »
Doriah se pencha et saisit la bougie. « Vous savez », dit-il calmement, « je ne pouvais pas être près du feu pendant de nombreuses années. Même les plus petites flammes de bougies me faisaient peur. Même maintenant, quand je me promène dans le temple avec une bougie dans ma main, je suis parfaitement conscient que c'est le feu, et c'est ce feu qui a brulé mon corps et m'a presque tué. Mais c'était aussi ce feu qui m'a conduit à l'Oracle et aux Dieux Froids, et bien que les deux soient des mondes séparés, connaître les deux extrêmes m'a donné quelque chose que je n'aurais jamais pu atteindre dans les livres, la méditation ou la prière. »
« J'ai l'impression que vous essayez de me dire quelque chose », dit Hugelitod, » mais je ne sais quoi. »
« Je suggère que vous essayiez de voir ce portail comme votre feu. Ne le craignez pas. Ne le regardez pas comme quelque chose qui vous tuera. Voyez-le comme quelque chose qui vous animera une nouvelle compréhension de vous-même. Avec cette attitude, nous aurons une chance. »
Hugelitod sourit d'un air finaud sur son visage. « Vous pensez vraiment que je suis fou. »
Les deux hommes commencèrent à grimper les escaliers de pierre en spirale. Hugelitod jetait, à chaque pas, des regards vers le portail, jusqu'à ce que finalement, il baissât les yeux et ne voyait que le reflet de lumière sur les pointes vives comme des aiguilles des tubes de cuivre. Elles ressemblaient à des étoiles, ou une galaxie, attendant d'être avalé par l'obscurité.

****


Dernière édition par rené sens le Jeu 26 Juil - 20:15, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
rené sens



Nombre de messages : 282
Date d'inscription : 02/02/2008

MessageSujet: Re: The Dohrman Prophecy : Traduction en cours du livre-web.....   Sam 26 Mai - 2:13

Chapitre 57 - Alchimie de l'Esprit

Il gisait là tranquillement, pourtant, même à une distance de soixante-dix mètres, la poitrine cramoisie de Joseph commandait son point de vue. Maia se tourna vers Simon. « C'est Joseph », murmura-t-elle, pleurant alors qu’elle l’indiqua.
Simon réconforta Maia, sachant que son observation était juste. C'était Joseph, et maintenant ils avaient la tâche solennelle d'enterrer son corps. C'était une chose pour laquelle Maia avait insisté pour qu'ils le fassent, et Simon, quoiqu'il ait initialement argumenté contre cela, céda au bout de quelques secondes quand il observa la ferme volonté de Maia.
Ils marchèrent la distance restante en silence, et commencèrent la morne tâche de la préparation d'une tombe. En utilisant des bâtons et leurs mains nues, ils commencèrent à creuser le sol mou sous un grand bosquet de pins à neuf mètres de son corps.
Maia remplit son esprit avec des souvenirs de Joseph. Tout à coup, elle pensa à son père. C'était la première fois depuis qu'elle s'était aventurée dans la forêt où le souvenir de son père lui fit une forte impression. C'était comme si la mort de Joseph avait dégagé ses sentiments pour son père, et son cœur se sentait si vulnérable. Elle baissa les yeux sur la tombe qu’ils construisaient, leurs vêtements sales, les mains recouvertes du sol brun foncé, et tout d'un coup, elle réalisa que son amour pour son père était inconditionnel. Cela débuta comme un petit feu dans son cœur, mais à chaque excavation de terre, elle le sentait grandir en elle, jusqu'à ce qu'elle articule les mots comme une petite fille : «. Je vous aime Père. »
Quand leur tâche fut achevée, ils transportèrent le corps de Joseph à la tombe et le déposèrent délicatement. Maia avait trouvé quelques fleurs de lupin bleues et les avait mises sur la poitrine de Joseph pour couvrir sa blessure par balle. Ils couvrirent le corps avec un monticule de terre et sertirent des pierres autour du monticule comme décoration.
Maia se sentait différente alors qu’elle baissa les yeux sur la tombe peu profonde. Une grande perte se libéra dans son cœur, mais au lieu de ce sentiment de vide, son cœur sentait comme si un nouvel amour était entré quand elle avait pardonné à son père, sans même la pensée consciente de pardonner.
Simon prit son bâton dans ses mains, et le déposa selon un angle par rapport au sol et marcha dessus avec son pied, le cassant en deux. Maia suffoqua alors qu’elle regardait. « Que faites-vous ? »
Simon prit la moitié qui tenait le bronze, les ailes déployées au sommet. Le bâton ne faisait plus qu’un mètre de long, et sa nouvelle extrémité était nette comme un burin. Simon le planta dans le sol mou. « Il mérite une pierre tombale. Ce sera fait. »
Maia sourit, sentant la beauté et l'achèvement de leur tombeau ouvert. Elle se dirigea vers l'endroit où le corps de Joseph était mort, et jeta un peu plus de fleurs sur le sol. « Adieu, mon cher ami. »
Simon l'a suivie, observant ses manières délicates avec intérêt. « Nous pensons que nous sommes supérieurs à tout cela », il agitait ses bras comme un chef d'orchestre. « Brillant et distinct, mais nous venons accumuler notre anonymat jusqu'à ce que nous quittions ce monde. Tout le temps - chaque fois que nous entrons dans ce monde - nous avons un corps qui est incapable de contenir ce que nous sommes vraiment. Quel autre choix ... que de le laisser derrière. »
Maia entendait les paroles, mais ne pouvait les comprendre, et les laissait s'écouler à travers elle comme la brise, sachant qu'elles n'étaient pas faites pour elle.

* * * *


Dernière édition par rené sens le Ven 27 Juil - 2:58, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
rené sens



Nombre de messages : 282
Date d'inscription : 02/02/2008

MessageSujet: Re: The Dohrman Prophecy : Traduction en cours du livre-web.....   Dim 27 Mai - 22:25

Chapitre 58 - Pouvoir auto-couronné

Kamil regardait tandis que Nathanaël traversait la cour. Il était suivi par un petit groupe de sentinelles curieuses, leurs visages grimaçant, ressemblant à une foule en colère.
Monsey reprit conscience, décontenancé et bouillonnant d’irritation. « Qu'est-il arrivé ? », s'écria-t-il, en regardant Kamil comme s'il avait quelque chose à voir avec sa soudaine perte de mémoire.
Nathanaël s'arrêta et se tourna vers la collection de sentinelles qui le suivaient tels des chiots curieux. « Partez. »
Les sentinelles, dans un chœur de bavardages murmurés, s'en allèrent vers la bordure de la cour pour regarder.
« Qu'est-ce qui s'est passé ? », répéta Monsey.
« Partez », dit Nathanaël, les yeux fixés sur Monsey.
Monsey se mit debout, les jambes un peu vacillantes, prit ses repères et suivit le même chemin que les sentinelles avaient pris, en espérant que l'un d'entre eux pourrait pouvoir fournir une explication quant aux événements étranges.
Comme Monsey se retirait, Nathanaël se retourna vers lui. « Envoyez Doc tout de suite. »
Monsey acquiesça. « Oui, monsieur. »
Nathanaël fixa ses yeux de faucon sur Kamil, et le pointait pendant qu'il parlait. « Vous et moi, nous devons parler. Je vais vous laisser partir d’ici immédiatement, je vais laisser Doc vous regarder, vous rafistoler du mieux qu'il peut, et puis je vais vous accompagner à la porte avec quelques provisions et je vais vous laisser partir. Et ensuite je ne veux plus vous revoir. Avez-vous compris ? »
Kamil écoutait avec des yeux brillants, son cœur s'emballant, sa respiration superficielle et rapide. La déshydratation était si sévère que sa confusion était comme un brouillard épais qui l'engloutissait. Nathanaël cracha sur le sol et desserra son col. Il faisait les cent pas tandis qu’il parlait, en chuchotant tout le temps, mais avec beaucoup d’intensité. « Je n'ai pas un putain d’os religieux dans tout mon corps », poursuivit-il, « mais quelque chose vient de m'arriver que je ne sais pas comment expliquer et je serais damné si je ne prends pas acte de ça. Voilà ! Des questions ? »
Il y avait une agitation à l’extérieur de la salle à manger, et une sentinelle marchait à grands pas vers le centre de la cour une voix forte, un verre dans une main et un fusil dans l’autre. « Est-ce le bâtard qui nous a tendu une embuscade, qui a brûlé mes chaussures, qui a pris toutes mes fournitures et qui a écrasé la crosse de mon propre fusil sur mon visage? Je viens de marcher douze kilomètres dans la forêt nu-pieds, avec un mal de tête atroce à cause de toi, je pense qu'il est temps pour un petit remboursement ! »
Sothmen était torse nu, les pieds enveloppés dans des chiffons sales qui étaient autrefois sa chemise, et le côté droit de son visage était gravement meurtri. Ses yeux avaient l'éclat noir du venin. Comme il arrivait à trois mètres de Kamil, il se tourna vers Nathanaël. « Monsieur, autorisation de frapper le prisonnier ? »
« Refusé. Partez », souffla Nathanaël.
Sothmen s'arrêta et regarda Nathanaël incrédule. « C'est mon droit ! »
« J’ai dit partez. » Nathanaël s'avança vers Sothmen dans un geste d'intimidation. Les deux hommes étaient aussi grands et de même construction, mais le grade de Nathanaël l’emporta.
Sothmen était stupéfait, puis prit une longue gorgée de sa bière. Il lança un regard furieux vers Kamil. « Je reviendrai plus tard avec une balle, avec ton nom dessus. Je reviendrai, ça c'est sûr. » Il se retourna et s'éloigna. Une rumeur éclata des sentinelles qui s'étaient rassemblées à distance et Nathanaël paraissait nerveux pour la première fois.
Doc et Sothmen se croisèrent. « Il est de méchante humeur... je serais prudent », chuchota Sothmen à Doc d’une voix pâteuse.
« Je passerai plus tard pour jeter un coup d'œil à cette contusion », dit Doc.
« J’apprécie, Doc, mais maintenant allez et prenez soin de cet assassin. Oh oui, protégeons Kamil qui a l’habitude de tuer et de tendre des embuscades à ses semblables ! » La voix de Sothmen était stridente, pâteuse et forte, et tout le monde pouvait l'entendre. Il y avait un bourdonnement dans la cour pendant que les sentinelles parlaient entre elles, spéculant sur ce qui se passait et qui était l’étrange garde.
« Arrivé aussi vite que j'ai pu », expliqua Doc. « Que puis-je faire ? »
« Je vais libérer ce prisonnier, et je veux que vous le rafistoliez du mieux que vous le puissiez. Pouvez-vous faire cela ? »
« Bien sûr, je peux faire cela », répondit Doc, « mais les hommes s'attendent un peu à une partie ce soir. Cela ne va pas être à leur goût, si vous voyez ce que je veux dire. »
« Combien de temps vous faut-il ? », demanda Nathanaël, ignorant les commentaires de Doc.
« Puis-je travailler sur lui dans mon cabinet? Cela prendra moins de temps ... peut-être une vingtaine de minutes. »
Nathanaël acquiesça, en gardant les yeux sur ses hommes. Ils étaient environ trente qui s'étaient rassemblés à l'extérieur, et la plupart d'entre eux portaient des fusils ou des armes de poing. Ils avaient fini de dîner et ils s’accrochaient aux chopes à bière, regardant la saga de Kamil se déroulant au centre de la cour comme s'il s'agissait de théâtre. Nathanaël avait l'étrange sentiment que les autres regardaient aussi.
Nathanaël regarda Kamil qui était clairement à moitié mort, et se demandait ce qu'il faisait. Comment pouvait-il écouter une apparition qui avait disparu ? Peut-être que Kamil l'avait hypnotisé. Peut-être que rien de tout cela s'est réellement passé. Mais il y avait quelque chose en lui qui lui disait de continuer son plan. « Je vais avoir une conversation avec les hommes, pouvez-vous réussir à conduire Kamil à votre cabinet ? »
« Je ne crois pas », répondit Doc.
Nathanaël se pencha et retira les menottes du poignet de Kamil. « Je viendrai à votre cabinet quand j'aurai fini. Ne le laissez pas hors de votre vue. Je vous enverrai Monsey pour vous aider. »
« Compris monsieur. »
Nathanaël regarda une dernière fois Kamil - l'incarnation d'un frêle, sale et faible homme marinant dans la puanteur insupportable de la mort. Il était tout à fait répugnant dans tous les sens. Pourquoi quelqu'un voudrait-il le sauver ?
****
Nathanaël se dirigea vers les sentinelles qui ruminaient à l'extérieur du mess, le son doux de raclement de leurs chaussures sur le patio dallé contrastait avec leurs voix rauques qui cédaient à la bière forte qu'ils buvaient tous. Ils savaient qu'ils étaient venus pour une chose, se venger sur l'un des leurs qui avait commis le crime ultime. La plupart de ces hommes détestaient le lieutenant Jaunder, mais ce n'était pas la question, ils voulaient une partie - une excuse pour blesser quelqu'un avec l'autorité de son bureau. C'était la manière séculaire -pour que l'ordre soit maintenu dans les rangs des sentinelles qui étaient sans éducation, sans amour, sans famille et portaient des armes.
Nathanaël tendit ses mains, et un silence se répandit dans le groupe. « Un représentant du Prêtre Suprême nous a rendu visite, ce soir, et il nous a demandé de libérer Kamil. »
Quelques railleries surgirent du groupe, et quelques sentinelles exprimèrent les troubles. « Pourquoi? Il a tué notre lieutenant. »
« Je n'ai pas eu une réponse claire. Autre que je peux vous dire que Kamil n'est plus considéré comme responsable de la mort du lieutenant de Jaunder. À compter de ce soir, c'est un homme libre. »
Le groupe devint indiscipliné avec un refrain de huées.
Nathanaël leva les mains de nouveau et siffla un cri aigu et haut perché. Tous les yeux se tournèrent vers lui alors que l'ordre fut soudainement rétabli. « Je sais que vous attendez avec hâte une fête ce soir, mais rien n'a changé, le bar restera ouvert toute la nuit -. C'est pour moi, buvez donc jusqu'à la dernière goutte les hommes. Amusez-vous bien. »
Il y avait l'excitation générale aux paroles du commandant, autant que des hommes criaient leur enthousiasme.
Sothmen s'avança et leva la main. « Alors, qu'en est-il de Kamil, monsieur? Sommes-nous censés travailler avec ce gars-là ? Nous savons tous qu'il est un meurtrier et un salaud rusé. Qui d'entre nous peut lui faire confiance ? »
« Il s'en va ce soir. Il est expulsé de la Garde suprême sur les motifs qu'il a agressé vous et votre partenaire. Il est fait. En ce qui me concerne, j'espère que nous le reverrons plus. »
Quelques-uns des hommes beuglèrent leur accord, mais Sothmen ne semblait pas convaincu.
« Comment le Grand Prêtre sait-il que Kamil n'avait rien à voir avec la mort de Jaunder? Comment pourraient-ils le savoir ? Dieu leur a-t-il dit ? » Sothmen ricana.
Certains des autres hommes ricanaient de même, en regardant Nathanaël pour sa réponse.
« Ils ne m'ont pas dit », dit Nathanaël, montrant la porte avant de l'enceinte. « Mais si c'est une consolation pour vous, nous enverrons Kamil dans ces bois avec quelques maigres provisions, et aucune arme à feu. Il est dans un tel état en ce moment que je doute qu'il dure jusqu'au matin. Il est pour ainsi dire mort. Nous laisserons les bois en finir avec lui. De cette manière, Karnomen ne pourra pas nous en tenir responsables. »
Nathanaël regarda directement Sothmen. « Vous et votre partenaire, vous aurez des portions supplémentaires de nourriture et une bouteille de whisky de ma réserve privée. Je vous écrirai aussi deux mentions élogieuses et verrai à ce que la récompense pour la capture Kamil soit doublée afin que vous et votre partenaire, et ceux qui l'ont conduit ici, soient récompensés également. »
Nathanaël lui tendit la main à Sothmen. « Entendu ? »
Sothmen posa son verre sur une table voisine, essuya sa main sur son pantalon et serra la main. « Entendu. Merci, Monsieur. »
« D'accord, les hommes, revenons à la partie. Rappelez-vous, ceux qui ont le devoir du domaine demain, gardez votre consommation d'alcool à un niveau raisonnable. » Il sourit, mais à l'intérieur, il se débattait en appréhension de ce qui se passait dans son monde. Tout s'effondrait, implosant dans une nouvelle étape où il était seulement un petit acteur. Un pion impuissant de forces qu'il ne comprenait pas.

****


Dernière édition par rené sens le Ven 27 Juil - 2:59, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
rené sens



Nombre de messages : 282
Date d'inscription : 02/02/2008

MessageSujet: Re: The Dohrman Prophecy : Traduction en cours du livre-web.....   Mer 30 Mai - 9:31

Chapitre 59 - Barrières Finales

Doc et Monsey étaient comme des béquilles soutenant le corps semi-conscient de Kamil au cabinet de Doc. Ils le couchèrent sur un lit neuf. L’autre lit détruit restait sur le sol en un amas de débris.
Doc, pointant son doigt, regardait Monsey les yeux écarquillés. « Qui est là ? »
Derrière Monsey, un grand gardien marchait vers Kamil avec un verre d'eau, ignorant les deux hommes comme s'ils n'étaient pas dans la salle.
« C'est le même gars qui m'a assommé dans la cour », répondit Monsey en reculant prudemment.
Le gardien inclina la tête de Kamil vers le haut et lui donna un peu d'eau à boire. Kamil en but la plupart, bien qu'un peu de cette eau se soit répandue sur sa chemise. « Il n'y a rien de plus que vous devez faire », dit l'inconnu. « Vous pouvez nous laisser maintenant. Je vous remercie de l'avoir transporté jusqu'à la sécurité de cette pièce. »
Monsey et Doc se regardèrent au même instant, voyant leur visage blême, et ensuite se bousculèrent hors de la pièce.
Kamil s'agita et s'assit. Ses couleurs étaient revenues et ses yeux avaient une vivacité scintillante comme si né dans le vœu de silence que seule une connexion de l’esprit peut offrir. Il se mit debout, regarda autour à la recherche d'un point de repère, puis réalisa qu'il était dans le bureau du Doc, et il était seul. Alors il entendit une voix dans sa tête. « Vous devez quitter cet endroit. Revenir à Maia. Allez vite. Maintenant ! »
Kamil pouvait entendre Nathanaël élever la voix et Monsey protester juste à l'extérieur, il savait qu'il devait sortir par la porte arrière, et il n'avait que quelques secondes avant qu'ils ne le voient. Il s'élança inaperçu dans l'air frais de la nuit, prenant soin de refermer la porte derrière lui en silence. Il n'avait rien, hormis les vêtements sur son dos, et même ceux qui étaient déchiquetés à un tel degré qu'ils étaient pour la plupart des morceaux qui pendaient sur lui comme des décorations. Il se demandait pourquoi il se sentait beaucoup mieux. Il n'avait aucun souvenir d'avoir mangé ou bu quoi que ce soit ou d'avoir pris quelque médicament, mais depuis qu’il s'est réveillé dans le bureau de Doc, Kamil ne pouvait que supposer que le Doc avait fait quelque chose pour réveiller ses énergies. Il jeta un œil à ses jambes et ses blessures étaient presque guéries, et il ne ressentait aucune douleur - n'importe où dans son corps. Il se faufila rapidement derrière une dépendance à une trentaine de mètres du bureau de Doc. Le bâtiment était sombre, et était utilisé principalement pour les services de blanchisserie.
Kamil ouvrit la porte, et dans l'obscurité, en utilisant uniquement ses mains, il trouva un uniforme propre espérant qu'il lui allait, puis prudemment il s'esquiva en dehors pour rester bien à l'écart de toutes lumières. Kamil pouvait entendre la voix de Nathanaël à distance, mais il ne pouvait pas discerner chaque mot. « Son ... état ... le ralentit ... des chiens ... devait être proche ... trouvez-le ... il pourrait être armé. »
Kamil réalisa qu'ils ne savaient pas qu'il pouvait courir, il a donc utilisé cela à son avantage et a mis autant de distance entre lui et le bureau de Doc qu'il le pouvait. Portant les nouveaux vêtements sous son bras, il courut aussi vite qu'il le pouvait à l'autre bout de l'enceinte - en face de la porte d'entrée. C’était environ huit cents mètres à travers les bois assez épais. Il se sentait bien à courir, et à sentir la puissance de ses jambes sous lui.
Une clôture grillagée, de six mètres de haut, se dressait devant lui. Sur le sommet de la clôture il y avait trois lignes de barbelés qui s'étendaient à travers elle, mais il y avait quelques arbres dont les branches s'étendaient au-dessus de la clôture, et il savait que s'il pouvait en trouver un, son évasion serait possible.
Le bruit des aboiements des chiens le fit sursauter. Kamil savait que son odeur serait facile à suivre - même pour un être humain, s'ils étaient assez proches. Les chiens semblaient excités au loin, et leurs aboiements se firent plus forts, le signe qu'ils étaient lâchés. Kamil savait que le temps pressait. Il trouva un arbre avec un embranchement scié, et il calcula qu'il serait suffisant pour le pivoter au-dessus des barbelés et se laisser tomber au sol de l'autre côté. Il regarda par-dessus son épaule, et vit des lampes de poche rebondir dans l'air du soir. Kamil grimpa dans l'arbre alors qu'un premier chien l'aperçut et courut vers lui avec les dents serrées et un grognement malveillant. Il tira ses jambes rapidement et monta rapidement le tronc tout comme d'autres chiens vinrent et commencèrent leurs incessants aboiements et sauts. Kamil atteint la branche surplombant la clôture. Il jeta un coup d'œil rapide sur les torches bondissantes au loin, et il savait que les hommes seraient sur lui dans quelques secondes.
« Je le vois », cria quelqu'un, et le bruit d'un coup de fusil suivit immédiatement. La branche au-dessus de lui fut blessée au moment où il vit le flash du canon. Il devait sauter, il n'y avait pas le temps d’y aller doucement. Kamil se tenait sur la branche et courut à travers elle, attentif à éviter les branches qui pourraient le faire trébucher. Il sauta au moment où il entendit plus de coups de feu frapper l'arbre. Il atterrit sur un sol dur, roula sur son épaule et fit une rapide vérification de son corps. Pas de douleur.
Kamil sprinta dans les bois. Pendant qu'il courait, il avait un pressentiment étrange que quelque chose était sur le point de se produire - un changement s’approchait dans sa conscience. Un son aigu entra en lui d'en haut, et il sentit son esprit se replier dans un état fantomatique, séparé de lui par un abîme d'espace si profond, si large qu’il craignait qu'il se soit perdu. Il continua à courir.
Le jet des coups de feu ébranla le silence de la nuit, mais pour Kamil, c'était comme un rêve, et il n'avait pas peur. Il courait avec le même plaisir que lorsqu’il était petit garçon. La forêt fondait dans une grille de lumière, et la lumière à l'intérieur de lui était comme une araignée grimpant dans sa toile et il sentait l'unicité de tous. Chaque feuille, chaque branche, chaque grain de poussière était visible à ses sens, et pas seulement visible, mais tangible d’une manière interconnectée. La forêt vivait littéralement à l'intérieur de son esprit. Elle était illuminée. Son esprit était si clair et concentré que les coups de feu en arrière-plan se perdaient dans la beauté de la forêt. D'une certaine façon, il savait que les balles ne pouvaient pas le trouver. La forêt le protégeait.
Il courut ainsi pendant près d'une heure. Par moments, il flottait au-dessus des arbres, se regardant de haut comme s'il était un observateur, tamisant l’ordre dans le chaos, construisant un chemin que personne ne pouvait suivre. Il était persuadé que la forêt le conduisait exactement à l'endroit où il devait être. Lentement, son corps succomba aux rigueurs de la course, et comme il ralentissait, sa vision se dissolvait et la forêt de chair vivante devint l’objet de la nature pommelé dans l'obscurité d'une nuit étoilée.

* * * *


Dernière édition par rené sens le Ven 27 Juil - 3:00, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
rené sens



Nombre de messages : 282
Date d'inscription : 02/02/2008

MessageSujet: Re: The Dohrman Prophecy : Traduction en cours du livre-web.....   Mar 5 Juin - 17:15

Chapitre 60 - Les Dieux Froids

Hugelitod se tenait immobile tandis que Doriah procédait à certains ajustements. « Comment avez-vous compris cette chose ? »
« Ce n'était vraiment pas dur », dit Doriah. « Cela a exigé un peu d’expérimentation. Un engin comme celui-ci supplie presque pour cela. »
« Peut-être pour vous. Pour moi, elle crierait de rester à l'écart. »
Doriah rit, et resta concentré sur un panneau de leviers qui était construit à la base de la passerelle. Les deux hommes étaient arrivés tôt pour discuter de leurs plans, et tous deux convenaient que Hugelitod devait voyager vers les Dieux Froids.
« Cela fonctionne », expliqua Doriah, « sur un spectre de sons et vous sentirez un picotement dans votre peau quand certaines fréquences sonores vous frapperont. Cela va durer pendant quelques secondes, et ensuite vous perdrez connaissance, c'est pourquoi j'ai besoin de vous allonger. »
Doriah balaya ses bras sur le sol, et Hugelitod suivit ses repères, allongé sur son dos.
« Je deviens véritablement nerveux », dit Hugelitod. « N'oubliez pas que vous m'avez promis que vous ne feriez rien tant que je n'ai pas dit que j'étais prêt. »
Doriah acquiesça. « Bien sûr. J'ai encore quelque chose à vous dire, écoutez attentivement. »
« Après avoir perdu conscience, vous vous réveillerez dans une pièce très différente de celle-ci. Ce sera lumineux et vous serez à l'intérieur d'un nouveau corps- »
« Que voulez-vous dire un nouveau corps ? »
« Votre conscience sera téléportée dans une autre dimension et pendant que vous y serez, vous aurez besoin d'un corps. Vos hôtes, les Dieux Froids, vous fourniront un corps. Ils en ont là en attente pour que des personnes entrent- »
« Quel genre de corps ? »
« Ce sont des organismes synthétiques. Ils sont semblables aux nôtres, mais ils ont de notables différences. D'une part, ils sont beaucoup plus forts. Le processus de la pensée lui-même - en fait de tous les sens - vous semblera plus clair ... plus puissant. »
« Vous voulez dire que je serai plus intelligent et plus fort dans ce nouveau corps ? »
« Oui, c'est une de leurs séductions, alors faites attention à ce sujet. Ces corps ont également une capacité de communiquer par télépathie, donc vos pensées seront lues par d'autres, et vous pourrez peut-être lire les leurs aussi, du moins je le pouvais ... partiellement. »
« Alors, comment puis-je être un saboteur s'ils peuvent lire dans mon esprit ? »
« Quand vous êtes dans leur monde, faites ce qu'ils commandent. Sinon, ils vous considéreront comme un ennemi. Tout complot sera fait ici et seulement ici. Comprenez-vous ? »
Hugelitod acquiesça. « S'ils me tuent, qu’arrive-t-il à ce corps ? »
« Je ne sais pas, mais je ne pense pas que vous voulez savoir. Donc, vous devez jouer avec eux. Pas de résistance. Pas de pensées rebelles. Et pas de mensonges. Ils détecteront un mensonge avant que vous ne puissiez le couvrir, il faut donc faire preuve de transparence. »
« Et s’ils me demandent quels sont mes plans? Je dois mentir. »
« Nous n'avons aucun plan pour cette raison. »
« J'étais nerveux avant de commencer ce ... ce compte rendu. Maintenant, je suis terrifié. »
« Si vous ne voulez pas y aller- »
« Donnez-moi une seconde », dit Hugelitod. « Comment puis-je revenir ? »
« Ils vous renverront quand ils auront fini avec vous, et vous réintroduirez votre corps de la même manière que vous l'avez quitté. Rappelez-vous, ils veulent que vous soyez vous. Ils s’attendent probablement à vous, alors jouez la pièce. Agissez comme quelqu'un qui veut renforcer le pouvoir de l'Église. Qui voudrait diriger l'Église. Laissez-les voir cet aspect de vous. »
« Mais vous venez de dire ne pas mentir. Je ne crois pas à ces choses. »
« Oui, mais vous pouvez leur dire que vous êtes l’assistant de Karnomen et que vous avez l’Étoile du Roi sur le dos. À partir de là, voyez où la conversation va. »
« Avec qui je parlerai ? »
« Je n'ai jamais rencontré leur chef, mais même ceux qui interrogent sont des créatures brillantes, alors soyez prudent. Allez-y doucement. Faites confiance à vos sens. Essayez de les écouter et de parler aussi peu que possible. »
Doriah regarda le panneau de contrôle. « Tout ira bien. Êtes-vous prêt ? »
« Nous ferions mieux de le faire maintenant ou vous ne serez pas en mesure de me retenir. »
Hugelitod avait à peine achevé ses propos quand Doriah bascula un interrupteur et le portail s’activa. Doriah recula et regardait émerveiller le portail illuminé - et un bruit sourd emplissait la chambre. Le bruit changea rapidement d’ampleur, comme s’il recherchait la fréquence appropriée pour Hugelitod, puis il trouva une fréquence et la maintenait. Doriah regardait tandis que les yeux de Hugelitod se fermaient et son corps se détendait dans le néant.
Il pria pour un bon voyage. Il savait que Hugelitod était lui-même un instrument du portail, et maintenant les notes en sourdine de l'humanité résonneraient dans une nouvelle dimension. Celle qu'il avait entrevue et ne voulait jamais revoir.
* * * *
Hugelitod entendit le déclic quand Doriah activa le portail, et puis il entendit un son montant et descendant d'ampleur, et il sentit son corps devenir comme un instrument qui était joué par une machine. C'était une sensation indescriptiblement bizarre, et ensuite il semblait que chaque atome de son corps était en résonance avec ce son, s'alignant à lui dans un ensemble cohérent d'une géométrie complexe. Il pouvait voir la géométrie se cristalliser en un modèle infini qui s'étendait à travers l'univers, touchant toute chose matérielle, et puis il le sentait.
Il y eut un flux brusque d'accélération quand il se sentit soulevé hors de son corps, et la partie de lui qui demeurait consciente pouvait voir une barrière comme une vaste coupole qui s'étendait entre les mondes, et une fréquence sonore accéléra devant lui et pénétra la coupole et il suivit comme un enfant obéissant suivrait sa mère. Il regardait alors qu’il volait à travers un autre univers et atteint encore une autre barrière et le son à nouveau éclata à travers comme une mèche et il suivit.
Il n'avait aucune sensation de ralentissement ou de ne jamais parvenir à une destination, puis il se souvint de clignotement. Ses yeux se sont ouverts dans un espace blanc quelconque, ensuite il réalisa qu'il était couché dans une boîte blanche, comme un cercueil. Il entendit une voix au fond, et il s'imaginait qu'il rêvait qu'il était à l'aéroport, entendant les informations des vols à l’arrivée. Il perdit conscience pendant un moment.
À nouveau, ses yeux s'ouvrirent et il regardait à travers une vitre qui était à quelques centimètres au-dessus de lui. Il essaya de bouger ses membres, mais ils étaient attachés. Un objet qui ressemblait à un œil flottant apparut au-dessus de lui comme un témoin impassible, et il avait l’impression soudaine qu'il était un nouveau venu dans un immense musée. Il sentait que l'œil était un conservateur qui accueillait un objet de grande valeur dans sa collection.
Le bruit d'air se relâchant s’agita à sa conscience, et il remarqua une drôle d'odeur qui lui rappelait du beurre ou du kérosène, et aussitôt il se sentit plus fort et plus conscient. Le sommet de sa chambre de transfert s'ouvrit, et les attaches qui retenaient ses membres se retirèrent. Hugelitod s'assit et examina son nouveau corps.
C'est la couleur qui tira son premier soupir. Il était un animal de peau verte olive. Il ne pouvait pas tout à fait définir la nature de son corps, mais il était plus un animal qu’un être humain, de ce qu'il savait. Les doigts étaient au nombre de six et son pouce était presque aussi longtemps que ses doigts. Ses bras étaient puissants, mais plus courts que ses bras humains. À sa grande surprise, ils semblaient être très souples et bien coordonnés. Le soupir suivant vint quand il comprit qu'il avait une queue. Aussi petite qu'elle était, ce n'en était pas moins une queue.
* * * *
Savliel était un Conducteur dans Synthetica, le laboratoire qui surveillait tous les nouveaux arrivants. La fréquence des nouveaux arrivants à son monde était extrêmement rare, en dépit du fait que sa race, les Anunnaki, avait plus de trois cents portails en fonctionnement sur différentes planètes à travers l'univers.
Savliel était l'un des trois employés dans le projet Synthetica, et ils avaient deux objectifs fondamentaux : en premier lieu, attendre les nouveaux Arrivants et s'assurer à ce que leurs corps synthétiques soient compatibles à leur conscience, et en second lieu, renvoyer les Arrivants aux coordonnées exactes d'où ils étaient venus.
La soirée s'était installée et Savliel faisait quelques contrôles de routine quand un voyant d'alarme bleu clignota dans la rétine de son œil. Il avait, comme chacun de ses collègues Conducteurs Synthetica, intégré des systèmes d'alerte afin qu'ils soient alertés d'un nouveau Arrivant au statut initial. Malgré la grande taille de Synthetica, il n'avait que des trois Conducteurs. En partie cela était dû à la rareté des nouveaux Arrivants, et en partie, c’était le résultat d’une technique d’automatisation sophistiquée dans tout Synthetica.
« Activation du système sur Terre Trois », Savliel parlait dans un système d'enregistrement automatisé. « L’analyse initiale montre qu'il s'agit d'un nouveau Candidat. Les calculs d'évaluation indiquent une correspondance. » Savliel ajusta un curseur de contrôle tout en regardant un graphique holographique d'un corps humain superposé à un synthétique. Alors qu’il réglait les contrôles, le corps humain se dissolvait dans le corps synthétique. « J'ai verrouillé. »
Un grand écran se matérialisa et Savliel regardait à distance tandis qu’un mur automatisé s'ouvrit et expulsa une enceinte rectangulaire de deux mètres cinquante de long sur un socle d'attente. Le socle se déplaça alors vers le centre de la pièce et fut ramené à une hauteur d'environ trois mètres.
Savliel regarda avec indifférence le moniteur. « Affichage LVS. » Une variété d'informations techniques présentées dans des diagrammes colorés inonda l'écran. « Affichage rapports harmoniques. » Instantanément, deux spectres de couleur montrèrent la comparaison et de petits cercles identifiaient des écarts minuscules dans les données spectrales, ce qui semblait intéresser Savliel.
Comme Savliel l'avait ordonné, un scan tridimensionnel du corps physique de Hugelitod apparut sur un nouveau moniteur et il ouvrit une boîte vitrée et tourna un bouton, qui créa un clic distinct. « Candidat, des marqueurs sont présents. Poursuite protocole invoquée. »
« Activation Medium maintenant », dit Savliel, guidant à distance un objet de forme ovale pour qu’il surplombe directement l'enceinte blanc os. « Medium et candidat sont en mode de fusion ... Intégration complète. Affichage Candidat. »
L'écran commuta à une vue plongeante sur le visage vert olive d'un Anunnaki synthétique. Le tatouage rituel d'un synthétique - quatre triangles entrecroisés formant un centre en forme de losange - était montré sur la poitrine. Savliel regardait alors que les yeux cillèrent. «Zoom». La caméra zooma sur un gros plan des yeux pendant qu'ils recherchaient.
Une tonalité assourdie et grave résonna, et un voyant orange clignotant attira l'attention de Savliel hors du moniteur. Il bascula un bouton. « Il est prêt pour l'inspection. »
« Salle ? », demanda une voix grave.
« Dans la 1-9-5-1. »
« Synchronisation horaire ? »
« Dans deux minutes. »
« Anomalies ? »
« Aucune... autre que le scan, comme je l'ai signalé. »
« Continuez et libérez-le. Nous y serons dans les cinq minutes. »
Savliel poussa un bouton sur son panneau de contrôle. « Candidat relâché. »
Savliel se tourna vers la vue en gros plan du Candidat, et zooma en arrière. Le tatouage pour les synthétiques lui rappelait toujours un corps décapité, c’était un symbole approprié pour une abomination de sa race. Il observait alors que le Candidat se redressait et commençait à regarder son nouveau et étrange corps. Savliel se demandait quelle sensation bizarre se devrait être de se réveiller dans un corps humain. J'expirais plus tôt, s'assura-t-il.
* * * *
Hugelitod sortit de la chambre de transfert, et se mit à examiner les parois arrondies de la salle, les plafonds hauts, et l'or omniprésent qui rehaussait chaque ligne dans la salle. Le sol se composait de triangles imbriqués se dispersant dans le désordre d'un triangle équilatéral unique d'or. Cela semblait la représentation parfaite de l'ordre sombrant dans le chaos - ou, peut-être l'inverse, selon la façon dont vous le regardiez.
Physiquement et émotionnellement il se sentait excellent - fort et puissant. En fait, il ne s'était jamais senti mieux, et pourtant derrière son euphorie, il savait qu'il était un étranger dans un monde étranger qui pourrait l'écraser pour une seule erreur. L'œil planant s'était retiré en quelque endroit invisible, et comme il regardait autour de la salle il devint très conscient qu'il n'y avait pas de porte.
« Hell ... o ? », dit Hugelitod, luttant pour parler. « Y a-t-il ... quelqu’un ? »
Il mit ses mains étranges sur les murs, touchant une substance qui lui rappelait de l'albâtre. La sensation était étonnamment subtile. Même si elle semblait lisse, presque vitreuse, alors qu'il la touchait, il pouvait sentir les textures et les crêtes minuscules. Quand il regardait de plus près, il pouvait même voir ces crêtes ondulantes selon des modèles qui se répétaient encore et encore. Il savait que ses sens humains auraient vu uniquement de l'albâtre et auraient senti la douceur et rien de plus, et il commença à comprendre la séduction dont Doriah avait parlé.
Les murs réfléchissaient une image partielle de son nouveau corps, et il regardait son reflet émoussé, se demandant quel genre de créature il était. Son esprit était complètement absorbé par cette réflexion quand il entendit des bruits de pas et se retourna pour voir une créature paraissant puissante qu'il supposait lui se ressembler. Il avait les mâchoires marquées et de grands yeux qui pivotaient comme un lézard. Sa taille physique était facilement de sept mètres de haut avec un physique qui rappelait à Hugelitod un gladiateur.
« Je suis Gulhab », dit la créature : « Vous pouvez me considérer comme votre hôte. Bienvenue dans notre monde. »
Hugelitod ouvrit la bouche avec lenteur. « Je... suis ... Hugelitod ... Je... »
« Cela peut prendre plusieurs minutes pour acquérir votre aptitude à communiquer », dit Gulhab, « mais elle reviendra bientôt, je vous assure. » Gulhab marcha autour de Hugelitod l’évaluant avec une posture arrogante. « Êtes-vous un associé de Karnomen ? »
Hugelitod hocha la tête et ensuite eut du mal à parler. « Je... suis ... son assistant. »
« Vous êtes un Grand Initié alors ? »
« Oui. »
« Et pourquoi Karnomen vous a-t-il envoyé ? »
Hugelitod pourraient former des mots dans son esprit avec une grande facilité, mais sa bouche était difficile à contrôler, comme si sa langue et les cordes vocales étaient désynchronisées. « Je... suis venu ... de mon ... propre chef. »
Les yeux de Gulhab pivotèrent vers le plafond momentanément. « Dans quel but êtes-vous venu de votre propre chef ? »
« Pour connaitre ... votre monde. »
« Nous ne sommes pas intéressés par les explorateurs. Vous serez renvoyé immédiatement. »
Gulhab fit signe de la main à une caméra cachée, et une porte apparut sur le mur où un corridor pouvait être vu. Une autre créature, même plus grande que Gulhab, entra dans la salle et se tenait près de la porte.
« Attendez », dit Hugelitod. « Je ne suis pas... venu ... seulement pour explorer. Je suis venu chercher ...vos conseils. »
« En ce qui concerne quoi ? », dit Gulhab en se tournant pour évaluer Hugelitod.
« La Prophétie Dohrman. »
Gulhab marcha jusqu'à Hugelitod et le regarda attentivement. Hugelitod, avec un effort conscient, resta sur sa position, malgré le sentiment de l'intimidation de la présence accrue de Gulhab.
« Vous savez pour l’Oracle ? », demanda Gulhab.
« Oui. »
« Vous en avez l’accès ? »
« Oui. »
« Vous lui avez parlé ? »
« Oui. »
« Alors quelle question reste sans réponse que l'Oracle lui-même ne peut répondre ? »
« Quel est le rôle ... ... de votre race dans les affaires humaines ? »
Gulhab regarda vers le haut, puis porta son regard sur Hugelitod. « Karnomen vous a-t-il parlé de nous ? »
« Non. »
« Et vous êtes tombé sur notre portail et avez appris à le faire fonctionner par accident ? »
« Un autre prêtre m'a aidé. »
« Doriah ? »
« Oui. »
« Je comprends », Gulhab fit une pause.
« Dites-moi, Hugelitod, qu’est-ce qui vous intéresse tellement sur la Prophétie Dohrman que vous risquiez votre vie pour le savoir ? »
« Je vous ai dit ... Je veux savoir votre rôle dans tout cela. »
« Nous avons terminé. Vous êtes simplement un assistant rebelle qui a parcouru un très long chemin pour perdre notre temps. » Gulhab regarda vers le haut à nouveau. « Savliel, veuillez retourner Hugelitod dans Rasaform. »
« Je suis désolé que votre voyage soit sans valeur », dit Gulhab, en regardant directement dans les yeux de Hugelitod. Il se dirigea alors vers la porte, faisant un signe de tête au garde.
Hugelitod s'avança éprouvant un sentiment étrange d'anxiété à surmonter. « J’ai l’Étoile du Roi », dit-il.

* * * *


Dernière édition par rené sens le Ven 27 Juil - 3:02, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
rené sens



Nombre de messages : 282
Date d'inscription : 02/02/2008

MessageSujet: Re: The Dohrman Prophecy : Traduction en cours du livre-web.....   Mar 12 Juin - 17:12

Chapitre 61 - Lumière Séduisante

Anmael passa son doigt à travers l'hologramme devant lui. C’était le fils aîné d’Anu qui était le roi des Anunnaki. Anmael était le prochain en ligne pour diriger sa race. Son père avait manigancé les relations qu'il avait avec d'autres races pour la seule vue de l'exportation de la puissance des Anunnaki comme étant la race alpha de l’univers connu.
Le pouvoir qu'ils détenaient était, selon les termes de son père, la Philosophie Exagérée de la galaxie. Au centre de ce pouvoir était la doctrine selon laquelle les Anunnaki étaient les dieux des races subalternes de l'humanité. Quelle que soit la forme d'humanité qui peuplait les mondes de l'espace-temps, le concept même de Dieu était inséré dans le corps et l'esprit humain. Les Anunnaki étaient appelés de différentes façons dans les cultures sensibles de la galaxie, mais ils étaient rarement vus et n'étaient jamais vraiment compris. Son père le voulait ainsi.
Anmael fut averti qu'un Candidat était arrivé dans Synthética depuis la Terre. Il aimait souvent observer les contrôles car cela permettait souvent de comprendre les développements d'une culture particulière, race ou, dans certains cas, d’une espèce entière. Cette compréhension était essentielle, car elle fournissait une riche source d'information par laquelle l'espèce pouvait être contrôlée. Il avait observé, depuis sa naissance, quatre-vingt-neuf contrôles en personne, et 2074 autres enregistrés.
Il avait travaillé avec Karnomen depuis de nombreuses années pour attacher la Terre à partir de la trahison de la succession. Très peu de planètes, une fois dans les griffes Anunnaki, n’ont jamais réalisé qu'ils étaient sous leur contrôle, et s'ils le réalisaient, les Anunnaki réussissaient presque toujours à conserver ce contrôle et cette surveillance.
Cependant, il y avait une prophétie qui dérangeait Anmael et son père Anu. La race humaine sur Terre fut visitée par son soi futur, et durant cette visite, sept Oracles furent construits sur la planète. Ils devaient être le porte-parole de l' l'humanité future, connue dans l'univers comme les WingMakers. Ces Oracles leur permettaient de parler à eux-mêmes plus jeunes et les aider dans leurs efforts pour parvenir à la libération de séparation et devenir une espèce qui soit entière. Égale. Une.
Il regardait le Candidat répondre aux questions de l'Inspecteur. Anmael appréciait la façon de faire de Gulhab - directe et efficace. Juste au moment où il estimait que le Candidat devait être rejeté, il entendit le code qu'il avait attendu d'entendre depuis des centaines d’années : étoile du roi.
Anmael zooma sur l'hologramme et déroula le profil une fois de plus. Il regarda attentivement les yeux de Hugelitod. « Nous allons voir si vous êtes celui que nous avons attendu. Nous allons voir », murmura Anmael.
Son doigt appuya sur un bouton. Un ongle incurvé courbé, de trois centimètres de long, tournait autour du bouton alors qu'il attendait.
« Oui, votre Altesse », dit Savliel. « Comment puis-je vous servir ? »
« Amenez Hugelitod à mes quartiers. Je veux les scans portail transposés à nos fréquences et je veux voir les images avant qu'il arrive. »
« Entendu, votre Altesse. Ce sera fait. »
Anmael a décidé qu'il attendrait pour dire à son père au sujet du nouveau Candidat de la Terre. Le défi de contrecarrer leur ennemi futur - les WingMakers - était une proposition passionnante, quelque chose qu’Anu aurait sûrement savourée, mais Anmael voulait ce projet pour lui-même. Ce serait sa carte de visite pour kinghood, d'être Dieu de leurs univers. C’était son destin, comme son père seul pouvait le prophétiser.
* * * *
Hugelitod regardait. Les murs polis en or présentaient un reflet semblable à un miroir, lequel fascinait Hugelitod. Figé dans une concentration exacerbée qui le tenait en haleine, il regardait son nouveau corps et se demandait quel genre de créature il deviendrait s'il restait en elle. Il attendait dans une antichambre extravagante juste à l'extérieur d'un bureau qu'occupait le prince de ce monde qu’il devait rencontrer. Gulhab l'assistait, mais il était déjà entré dans le bureau depuis quelques minutes et n'était pas réapparu.
Hugelitod se demandait ce qui arriverait s'il sortait et errait dans les rues de ce monde. Mis à part son tatouage, il sentait qu'il s'y adapterait, quoiqu'il fût plus petit que ceux qu'il avait rencontrés jusqu'à présent. Il ne pouvait pas comprendre comment une race pouvait créer une telle technologie capable de recueillir des gens d'un autre monde et de les déposer dans un corps. Il était semblable à Dieu, et il se demandait, s'ils étaient des Dieux Froids comme Doriah l’avait suggéré, comment pourrait-il les vaincre ?
Une partie du mur - de la taille d'une porte - se dématérialisa, et Gulhab la franchit. « Suivez-moi », dit-il, faisant signe avec son bras puissant.
Hugelitod se conforma et entra dans une salle spacieuse dont les énormes fenêtres attiraient immédiatement son attention. Le bureau dominait une crique turquoise, encadrée de tours d'or qui brillaient dans la lumière douce d'un ciel poussiéreux orange.
Il eut une immédiate sensation d’un examen minutieux - puissant et implacable. Hugelitod chercha pour trouver sa source : un être de neuf mètres de haut était assis dans un fauteuil massif, la peau verte foncée, une présence imposante, et les yeux dorés perçants qui le regardaient avec un intérêt prédateur. Il était vêtu d'une tunique blanche avec des bordures en or et un insigne étrange sur son épaule droite. En regardant cette créature, Hugelitod se sentait vulnérable, et la pensée qu'il ne pourrait jamais retourner sur Terre fit irruption dans son esprit.
Gulhab s'inclina, reculant lentement. « Si vous avez besoin de moi pour quoi que ce soit, votre Altesse, je serai à l'extérieur. »
Le mur se ferma et Hugelitod était seul avec son nouvel interrogateur.
« Approchez, et asseyez-vous », dit Anmael, désignant un fauteuil doré avec des coussins rouges.
« Vous êtes un homme courageux à s'aventurer dans ce monde. Vous savez qui je suis ? »
« Oui... Gulhab me l'a dit. »
« Que vous a-t-il dit ? »
Hugelitod s'assit et regarda par la fenêtre, en essayant d'éviter un contact visuel direct. « Il a dit que vous êtes Anmael, le prince des Anunnaki. »
« Oui, c'est vrai, et c'est ainsi que je suis connu dans mon monde. Mais ma question est : savez-vous qui je suis dans votre monde ? »
Hugelitod frémit à l'expérience extraordinaire de voir Anmael parler et puis s'arrêter, alors que le reste de la phrase s'achevait dans sa tête. Les mots : « ... dans votre monde » n'ont pas été prononcés, ils furent transmis psychiquement.
Hugelitod se déplaça mal à l'aise dans son fauteuil alors qu'il tentait de récupérer son aplomb. « Je ne sais pas si vous êtes même connu dans mon monde, mais peut-être mes études comportaient des lacunes. »
Gulhab avait raison au sujet de ses habiletés de communication, car il le trouvait aisé à exprimer les pensées qui étaient dans son esprit.
« Vous conviendrez qu'il y en a peu sur votre planète qui n'a pas entendu parler du Fils de Dieu ? », demanda Anmael.
Hugelitod acquiesça. « Dites-vous que votre père est Dieu ? »
Anmael se leva et se dirigea vers le mur de fenêtres. « Ce que vous voyez - ce que vous présumez voir - est un monde de montagnes, arbres, eaux, bâtiments, la vie, mais avec une seule pensée que je peux changer la vue. Voyez. »
Immédiatement la scène extérieure changea en une vue d'une noirceur infinie et soyeuse ponctuée avec des tourbillons de galaxies et les lumières argentées d'étoiles. « Qui d'autre que Dieu pourrait faire une telle chose ? »
Hugelitod se leva et marcha jusqu'à la fenêtre, touchant le verre avec hésitation, comme s'il avait peur qu'il pourrait tomber dans l'abîme. « C'est incroyable. Alors c'est le paradis ? »
« Non », répondit Anmael. « C'est notre monde, le monde des Dieux. Le paradis est un monde des êtres humains, tout au moins les bons. Nous sommes très distincts. Très différents. Les Dieux ont des pouvoirs et des capacités que les humains ne peuvent pas concevoir. Les êtres humains ont des défauts et des faiblesses que nous, vos Dieux, ne pouvons à peine imaginer. »
Il eut un long silence pendant qu’Anmael regardait fixement l'espace. Il était surpris de constater que Hugelitod n’était pas plus bavard. Les autres Candidats pouvaient difficilement contrôler leurs langues en sa présence, posant des questions sur tous les détails possibles au sujet de sa Divinité et pouvoir.
Dans le centre de la pièce, il y avait une colonne de lumière dorée d'environ neuf mètres de diamètre. Anmael entra dedans et fit signe à Hugelitod de le rejoindre. « Vous aimerez ceci. N'ayez pas peur. »
Hugelitod entra à l'intérieur du faisceau et sentit une chaleur instantanée et une sensation d'extase, de connexion, de clarté, et plus que tout, d'alignement - le sentiment de faire partie d'une puissante coalition.
« En dépit de ce que vous avez entendu parler de nous de votre ami Doriah, nous ne sommes pas des Dieux distants ou insensibles. Mon père et moi, nous aimons l'humanité, prenons soin d'elle, nourrissons sa foi, et l'attirons vers la lumière qui est notre lumière. »
« Aimez-vous cette sensation ? », demanda Anmael.
Hugelitod se sentait infiniment bien, en tout point qu'une personne pourrait se sentir le bien-être, l'espoir, le bonheur même la félicité. Hugelitod acquiesça à la question d’Anmael et ferma les yeux pour absorber toute la mesure de l'expérience, accordé à un enchantement qu'il souhaitait ne jamais finir.
Après ce qui semblait être une dizaine de minutes, il ouvrit les yeux et vit qu’Anmael s'était déplacé en silence à son fauteuil et paraissait l’attendre.
« Sortez de la lumière un instant », dit Anmael. « Je veux vous montrer quelque chose. »
Hugelitod s'écarta du faisceau lumineux, à contrecœur, et au sein de ce faisceau un magnifique objet tridimensionnel commença à se matérialiser qui consistait en un grand triangle pointant vers le bas, coupant avec un petit triangle pointant vers le haut en bas.
« C'est ce que nous appelons l'étoile du roi - un objet que nous avons orné de sa présence votre dos, juste entre vos épaules, précisément là où nous avions conçu qu'il apparaisse. »
« Vous l'avez mise sur moi? Comment ? »
« Nous ne l'avons pas placée sur vous, nous l'avons codée en vous, ou plus précisément, votre ancêtre de plus de quatre cents générations avant votre existence. »
« Comment ? »
« Je crains que si je vous disais, vous ne comprendriez pas un seul mot de mon explication, donc je ne gaspillerais pas de temps. Ce qui est important pour votre compréhension, c'est que vous êtes un Candidat authentique pour notre mission sur Terre. Vous êtes l'un de nos choix. »
« Qu’est-ce que cela signifie? Que suis-je choisi à faire ? »
Anmael indiqua de nouveau le faisceau lumineux et le symbole se dissolvait. « Qu’avez-vous ressenti dans la lumière ? »
Hugelitod fut instantanément inondé par une centaine de mots pour décrire son expérience, mais finalement il en choisit un seul. « Félicité. »
« Et quand vous êtes sorti du faisceau, êtes-vous demeuré dans la félicité ? »
« Non... Pas vraiment », répondit Hugelitod, comme s'il n'avait pas réalisé sa disparition jusqu'à ce que Anmael lui fit s'en rendre compte.
« Nous voulons que vous apportiez cette lumière à l'humanité tout entière. »
« Mais vous êtes des Dieux ; vous pouvez sûrement apporter cette lumière à l'humanité sans mon aide. »
« Cela exigerait que nous nous incarnions en tant qu'êtres humains, et cela nous ne le ferons pas. Vous éprouverez notre méthode d'amener nos élus à notre monde et d'activer leurs carrières spirituelles sur la planète où ils sont incorporés. Chacun trouvera nos passerelles parce qu’elles sont codées en leur sein. Il est impossible de résister à notre appel. »
« Il y en a d'autres comme moi ? »
« Il y en a eu des centaines depuis que nous avons choisi de cultiver la vie humaine sur la Terre. Mais vous, vous êtes un Candidat très spécial. Vous lèverez les voiles qui ont enveloppé notre réalité et nous ont empêché de révéler ce que nous sommes. Vous apporterez cette lumière à l'humanité et nous vous ferons notre plus grand instrument de changement. N'est-ce pas ce que vous voulez ? »
« Quel genre de changement ? »
« Karnomen est vieux et mourra bientôt. Vous êtes le seul initié qui puisse prendre les rênes de l'Église et la réformer avec notre consentement. C'est votre destin car vous avez notre marque sur vous. Si vous résistez à cette voie, vous n'en aurez aucun autre. C’est ainsi que nous vous avons conçu. »
« Que voulez-vous dire, je n'aurai aucun autre chemin ? »
« Avez-vous déjà vu un orfèvre prendre une belle bague en or qui a été rejeté par son propriétaire, et la faire fondre en un morceau informe de métal ? »
« Je connais ces choses », répondit Hugelitod, réalisant l'intention d’Anmael. « Vous menacez de me tuer. »
« Non, je veux seulement expliquer comment vous avez été conçu. Vous vous tuerez si vous ne pouvez pas faire ce que vous étiez conçu pour faire. Cela est vrai de tous les humains qui ont la mission de l'élu. Ils y trouveront un moyen de se détruire eux-mêmes - certains inventent des déguisements astucieux pour leur suicide, mais à nos yeux, nous savons ce qu'il en est vraiment, et au plus profond, vous le ferez ... dans votre dernier souffle ».
Hugelitod pouvait sentir un resserrement de sa tête de quelque force inconnue. Il voulait retourner dans le faisceau de lumière qui était seulement à quelques mètres de lui, et oublier la gravité de leur conversation.
« Vous savez comme la lumière est séduisante », dit Anmael. « Vous pouvez être son porteur et l’apporter à l'humanité d'une manière qui n'a jamais été faite auparavant. »
« Et de quelle manière s'agit-il ? »
« L'humanité est enfermée dans une boîte - une infinité limitée. Ils écoutent leurs oracles, leurs maîtres, leurs enseignants, et les imitent aveuglément. Vous devez remplacer ces derniers par notre offre et libérer l'humanité des charmes des moindres esprits. Une fois cela fait, nous pourrons apporter la lumière dans votre monde. La vérité réelle de ce que sont leurs Dieux. Lorsque l'humanité le saura, ils vivront dans la lumière de la félicité et dans la lumière de notre amour. »
Anmael sourit, mais Hugelitod sentit le couvert d'un masque.
« Il y a quelque chose dans l'éclat d'un diamant », dit Anmael, « en particulier par rapport à la platitude d'une pierre commune. Vous ne souhaitez pas être une commune pierre, Hugelitod, car si vous le souhaitez, vous inventerez mille fois votre mort. Joignez-vous à nous. »
Anmael indiqua le faisceau lumineux. « Allez. Sentez-vous cette lumière et imaginez chacun sur Terre sentant cette même lumière. Imaginez combien elle changerait votre monde, comment il deviendrait ordonné, cohérent, un seul corps sous le contrôle de leurs Dieux. N’est-ce pas ce que votre Maître a envisagé ? »
Hugelitod entra dans le faisceau lumineux et se tenait debout, les yeux fermés, sentant la félicité d'un élixir éternel. C’était la sensation d'alignement à une intelligence supérieure et sachant qu'il pouvait se détendre dans cette intelligence et lui permettre de le guider, d’être lui, de vivre pour lui. C’était la satisfaction complète et totale. C’était l’abandon.
Il sortit du faisceau lumineux après quelques minutes et ouvrit les yeux. « Comment puis-je apporter cette lumière sur Terre ? »
Anmael sourit à la question. « Tout a un centre, même la lumière, même les Dieux. Nous avons attendu pour être réintroduit à notre création sur votre planète. Nous vous avons attiré, notre création, à notre centre afin de vous perfectionner en tant que gardien de la Terre, et potentiellement, d'autres planètes dans un avenir lointain. »
« Dans notre monde, nous avons un dicton : celui qui contrôle le centre contrôle l’ensemble. La lumière est notre centre, nous voulons qu'elle soit ainsi le centre de l'humanité. Vous apporterez notre lumière à la Terre et à ses habitants, mais pas comme ce faisceau de lumière car il est trop intense pour vos corps humains - il vous détruirait. »
« Qu’est-ce qui pourrait éventuellement se substituer à cette lumière ? », demanda Hugelitod.
« Un nouveau centre sur Terre doit être créé. »
« Je ne comprends pas. »
« L'Église est le centre. Sa puissance est notre puissance. Cette puissance est le fondement pour que la lumière entre dans votre monde. Nous allons progressivement faire entrer la lumière sur votre monde, augmentant son intensité afin que vos corps humains s’ajustent à sa puissance. Nous le ferons à travers vous. Vous êtes le seul à mener ce changement, et vous devrez remplacer Karnomen immédiatement. Cela fait partie de votre mission. »
« Le remplacer ? »
« Ne feignez pas votre innocence. Vous savez précisément ce que je veux dire. Vous êtes le nouveau Prêtre Suprême. Nous vous avons choisi. »
« Je ne peux pas simplement remplacer Karnomen », répondit Hugelitod, « et réclamer d’être le chef de file de l'Église. Mes amis initiés ne seraient pas m'accepter. Il y en a d'autres qui sont plus méritants à leurs yeux. »
Anmael se dirigea vers le faisceau de lumière et fit signe à Hugelitod d’y pénétrer. Sans hésitation, Hugelitod entra dans le faisceau, et instantanément une émancipation et une connexion coulaient à travers lui.
« On vous donnera des pouvoirs », dit Anmael. « Des pouvoirs qui diront clairement que vous êtes notre seul choix. Karnomen pourrait même démissionner quand il verra vos pouvoirs. Il saura que vous avez été en notre présence. S'il choisit de s'accrocher à son pouvoir, vous devez lui faire quitter. Nous ne vous donnerons que dix de vos jours terrestres pour faire cette transition, puis nous nous retirerons de vous, et votre mission se transformera en poussière, et vous deviendrez comme la pierre commune - terne et sans vie. »
« Quels sont les pouvoirs que j'aurai qu’il sera si évident pour les Initiés qu'ils me soutiennent en tant que Prêtre suprême ? »
« Nous ne pouvons pas dire avec certitude comment nos pouvoirs infuseront votre corps physique, de sorte que vous les découvrirez lors de votre retour sur Terre. Mais ils seront non limités car vous êtes notre élu, et nous vous activons pour notre mission dès maintenant, comme vous vous tenez au sein de notre lumière. Fermez les yeux. »
Anmael recula, et le faisceau de lumière changea de couleur et des modèles de codes, des symboles de géométrie se déversaient à travers le faisceau, pénétrant le corps et l'esprit de Hugelitod. Il sentait la paix le surmonter, et il avait presque perdu conscience un moment, mais ensuite cela s'arrêta et il sentit une vague puissante d’autorité entrer en lui. C'était comme si une marque avait été placé sur lui - une marque de pouvoir que l'humanité n’avait pas vue depuis très longtemps.
Anmael tira Hugelitod de la lumière, mit son bras autour de ses épaules et marcha avec lui vers la paroi du fond de son bureau. Une porte se matérialisa comme ils étaient plus proches de la paroi. « Vous saurez comment faire fonctionner la passerelle pendant dix jours. Ne le révélez à Doriah, car les Dieux n’ont pas confiance en lui. Il est un pion de l'Oracle, et rien de plus, ce qui fait de lui un ennemi de notre monde. Demandez-lui de venir à nous par la passerelle et nous ferons de notre mieux pour l'affermir dans notre direction, mais il n’est pas un Candidat et ne devrait jamais être pleinement fiable. Comprenez-vous ? »
Hugelitod hocha la tête, incapable de prononcer son accord en des mots. Son esprit était submergé, dévoré par une présence, une luminance absorbée qui embrassait son destin. Il se sentait soudainement épuisé.
« Revenez à nous dans cinq jours et faites un rapport de vos progrès », dit Anmael. « Ne décevez pas vos Dieux. »
Comme ils entraient dans l'antichambre, Gulhab salua Anmael.
« Faites revenir pleinement notre ami», dit Anmael, puis il retourna dans son bureau.
Hugelitod suivit Gulhab dans les couloirs vers une salle où une navette automatisée attendait pour leur retour à Synthética. Gulhab était silencieux comme il arpentait devant, regardant en arrière de temps en temps Hugelitod, qui semblait comme un homme qui avait perdu sa réalité. Gulhab se sentait désolé pour l'homme qui devait retourner à son corps chétif et son monde où il devrait batailler avec des primitifs qui n'avaient aucune idée de qui étaient leurs Dieux, où et comment ils vivaient.

* * * *


Dernière édition par rené sens le Sam 28 Juil - 10:08, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
rené sens



Nombre de messages : 282
Date d'inscription : 02/02/2008

MessageSujet: Re: The Dohrman Prophecy : Traduction en cours du livre-web.....   Mer 13 Juin - 23:00

Chapitre 62 - Progéniture des ténèbres

Kamil avait marché pendant plus de deux heures sans savoir où il était. Il était totalement perdu sans sentier. Il entendit le murmure de l'eau à proximité et suivit son gazouillis. Le ruisseau avait une largeur d'environ quinze mètres, et il descendit en glissant d’un remblai escarpé presque tombant dans ses eaux calmes. Il avait besoin d'eau pour boire et s’y baigner. Avant de boire l'eau, il avait ôté l'uniforme qu'il avait pris dans la buanderie, et avait retiré ses vêtements en lambeaux.
La nuit était fraîche, mais l'eau était encore plus fraîche. Il pataugeait dans le courant et trouva une piscine qui avait environ quatre mètres de profondeur, et il s'y immergea. Cela faisait du bien de se nettoyer de la crasse et du sang sur son corps. Il attrapa une poignée de graviers au fond du cours d'eau et nettoya rudement. Quand il le fit, il examina ses jambes et confirma que ses blessures étaient guéries et seules quelques cicatrices subsistaient.
Kamil se rappela la voix qu'il avait entendue dans le bureau de Doc, lui demandant de trouver Simon. Il mit son nouvel uniforme et enterra ses anciens dans un trou peu profond qu'il avait creusé sous le remblai dans le sable. Kamil savait qu'il devait être fatigué, mais son énergie est forte et le bain l'avait refroidi, alors il décida de courir à nouveau afin d'accroître la distance entre lui et ses poursuivants, souhaitant qu'il puisse être entièrement oublié.
****
Doriah était à moitié endormi quand il entendit Hugelitod suffocant. Le portail était resté actif durant les quinze dernières minutes depuis son départ, mais Hugelitod était soudainement conscient, sur le côté, toussant et haletant. Doriah sauta à son secours et arrêta le portail. « Êtes-vous bien, mon ami ? »
Hugelitod acquiesça, mais continua à tousser. Doriah avait apporté une gourde d'eau et l'offrit à Hugelitod, mais sa toux était si grave qu'il ne pouvait pas la tenir et encore moins boire.
« J’ai des étourdissements ... »
« Un effet secondaire de l'utilisation de la passerelle », l'assura Doriah. « Prenez votre temps. Content de voir que vous êtes revenu. »
« Combien de temps ai-je été parti ? »
« À peu près quinze minutes. »
Hugelitod réussit finalement à réprimer sa toux assez longtemps pour prendre une gorgée rapide d'eau, mais ensuite recommença à tousser.
« Les autres effets secondaires que vous avez oublié de m’avertir ? »
Doriah sourit. « Vous ne dormirez probablement pas bien pendant quelques jours, et votre notion du temps se sentira curieusement déplacée. »
Les yeux de Hugelitod étaient larmoyants de sa toux intense, et il essaya de s'asseoir avec l'aide de Doriah.
« Buvez encore de l'eau », insista Doriah, « puis essayez de vous mettre debout. Il serait bon pour vous de marcher un peu, et de vous familiariser avec ce corps à nouveau. »
Hugelitod but encore un peu d'eau et ensuite il se leva avec l'aide de Doriah. Pour la première fois, Doriah recula et regarda Hugelitod, détectant une certaine nouvelle présence. Il se pencha, ramassa la bougie et puis la souffla.
« Pourquoi avez-vous fait cela ? », demanda Hugelitod dans le noir total de la chambre. « Je ne peux voir. »
Doriah ne répondit pas, mais Hugelitod crut entendre un souffle.

****


Dernière édition par rené sens le Sam 28 Juil - 10:09, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
rené sens



Nombre de messages : 282
Date d'inscription : 02/02/2008

MessageSujet: Re: The Dohrman Prophecy : Traduction en cours du livre-web.....   Jeu 14 Juin - 23:08

Chapitre 63 - Toucher l'Éternel

Maia se réveilla effrayée. Elle pensait avoir entendu quelque chose, peut-être un claquement de brindille, peut-être un crépitement de leur feu de camp languissant. Elle s'assit lentement et regarda autour, scannant les bois couverts dans le camouflage de l'obscurité. Elle jeta un regard à Simon qui dormait confortablement contre un tronc d'arbre.
Elle écoutait avec chaque once de son corps, et ensuite entendit une subtile échauffourée à une distance de vingt mètres à sa droite. Son expérience avec le serpent l'avait rendue inquiète, et depuis cette nuit-là, elle dormait avec un certain malaise. Leur campement était entouré par des pins blancs et des broussailles denses qui l'empêchaient de voir au-delà d'un périmètre de dix mètres.
Puis elle entendit une voix calme, comme un hymne au Créateur, celle qu'elle avait attendue à entendre depuis qu'elle était une jeune fille. « Si j'étais un homme avec un défaut, je dirais qu'il m'est impossible de te dire ce qu'il y a dans mon cœur, mais j'ai une fleur pour toi, et je vais la laisser parler pour moi. »
« Oh, Kamil, c'est toi », s'écria Maia se mettant debout et courant vers la voix qu'elle a entendue. Ils s'embrassèrent sans réserve dans le sous-bois épais, les feuilles les touchant comme s'ils étaient enveloppés dans les mains de la forêt.
« Tu m'as manquée », dit Kamil.
Maia recula pour le regarder, puis saisit sa main et le tira vers leur campement. « Je dois te regarder », dit Maia. « Vas-tu vraiment bien? Est-ce vraiment toi ? »
Kamil sourit, ses yeux étincelaient d’une manière que Maia n'avait jamais vue auparavant.
Au milieu de l'agitation, Simon sortit de son sommeil et se frotta les yeux pas sûr de ce qui se passait, mais finalement il reconstitua les choses ensemble et sourit en hochant la tête à Kamil. « Comment nous avez-vous trouvés ? »
« Je courais et j’ai senti la fumée de bois de votre feu de camp. »
« Courir ? », demanda Maia avec inquiétude. « Comment peux-tu courir avec tes jambes ? »
« Plus important encore, que fuyez-vous en courant ? », demanda Simon. « Devrions-nous remballer ? »
Kamil secoua la tête comme il se tournait vers Simon. « C'est une longue histoire, et une que je ne suis pas sûr de pouvoir même expliquer », dit Kamil, « même s'il y a du monde qui me pourchasse, ils sont loin derrière et je doute qu'ils soient capables de me suivre. »
Kamil embrassa Maia avec exubérance. Il sortit une fleur jaune d'herbe en étoile de sa poche de chemise et la lui tendit. « Désolé, c'est un peu écrasé, mais c'est dû. »
Maia était encore dans un état de choc modéré, assimilant la santé retrouvée, la liberté, l'énergie et la présence de Kamil. La transformation était si extrême - si différente de sa vision - qu'une partie d'elle se demandait si Kamil était réel. Elle essaya de concilier ce que l'Oracle lui avait dit au sujet de Kamil, et se demandait même si sa route s'écarterait de la sienne. Peut-être sa mission comme le Grand Portail les séparerait parce qu'il l’absorberait.
Kamil prit le visage de Maia dans ses mains. « Allons faire une promenade. »
Maia, comme une jeune fille s'en remettant à son père, se tourna vers Simon. « Cela vous convient, Simon ? »
« Bien sûr », dit Simon, agitant une main dédaigneuse, « allez avec mes bénédictions. Je pourrai retourner à mon sommeil, mais j’attendrais un compte rendu complet dans la matinée. Prenez un bâton enflammé avec vous au cas où vous voulez votre propre feu. »
Ils marchaient ensemble, main dans la main, dans la nuit étoilée parmi les genévriers et les pins blancs, et Maia se demandait si c'était vraiment le même Kamil. Il semblait si différent.
« Tu me dirais si j’ai rêvé, n'est-ce pas ? », demanda-t-elle.
« Bien sur. »
« J'en ai l'impression. »
« Tu ne rêves pas, Maia. Je vais te dire tout ce dont je me souviens. Trouvons un endroit tranquille où nous pourrons parler. » Kamil leva le bâton allumé qu'il tenait comme une torche. « Et nous utiliserons ceci à profit aussi. C'est une nuit un peu fraiche. »
Après avoir marché pendant environ cinq minutes, ils trouvèrent un bosquet de pins blancs qui ont germé de la terre, et Kamil rassembla un monticule d'aiguilles de pin et de mousses autour de la braise rouge du bâton enflammé, et commença un feu modeste en soufflant dessus doucement.
Maia le regardait avec beaucoup d'intérêt. C'était comme si c'était la première fois qu'elle le voyait tel qu'il était réellement. « J'ai parlé avec l'Oracle, et elle a parlé de toi. »
« Je ne savais pas que l'Oracle était une fille », Kamil sourit, en ajoutant quelques grosses branches au feu naissant.
« Tu ne veux pas savoir ce qu'elle a dit ? »
Kamil secoua la tête. « Je veux tout entendre, mais laisse-moi d'abord te dire quelque chose. »
Maia se rapprocha de Kamil alors qu'il était assis en arrière du feu. « Depuis que je t'ai rencontré, j'ai vu comment les choses changent dans ma vie. Autant de changements, je n'étais pas capable de suivre. Mais, maintenant, j'ai trouvé une façon d'ouvrir la porte de mon cœur et d'entrer dans ce plus grand monde, si je suis digne de cette expansion, je ne sais pas, mais il est venu à moi sans que je le demande. »
Kamil s'arrêta, cherchant les yeux de Maia. « Je me suis habitué à des sentiments qu’il y a deux semaines je ne pouvais même pas imaginer. J'aurais soutenu qu'ils n'existaient pas. Et je suis ici, ressentant ces... émotions et elles sont un millier de voix, mais si je les écoute attentivement, elles me disent toutes la même chose ... aime-la. »
Maia posa son index sur les lèvres de Kamil. « Chut. Tu n'as pas besoin de le mettre en mots. » Maia l'embrassa et ils retombaient ensemble enlacés comme la vigne et l'arbre, sans jamais penser une autre pensée ou parler un seul mot, mais plutôt, se rassembler dans le velours chaud d'un corps et d'un seul esprit. Ils sont devenus tissés l'un dans l'autre, comme la fusion de mondes magiques et profonds, et ils accompagnaient chaque regard, chaque toucher, avec l'âme en apesanteur.
Ils étaient oints - une expression qui rendit la terre d'ombre fond d'or, où rien n’était calculé. Aucun souffle de honte d'obéir aveuglément. Ils étaient lovés dans l'autre jusqu'à ce qu'il n'y ait pas aucun autre. Tout a infiniment entouré une solitude jointive, brillant dans ce mouvement agité des amants qui atteignent le partenaire divin qui les a créés. Si profondément caché. Si rarement trouvé.

* * * *


Dernière édition par rené sens le Sam 28 Juil - 10:10, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
rené sens



Nombre de messages : 282
Date d'inscription : 02/02/2008

MessageSujet: Re: The Dohrman Prophecy : Traduction en cours du livre-web.....   Lun 18 Juin - 17:52

Chapitre 64 - Effets Secondaires

Hugelitod se trouvait de plus en plus mal à l'aise dans l'obscurité de la chambre de la passerelle. « Pourquoi vous ne me répondez-vous pas ? »
« Depuis que j'ai ce don en moi », expliqua Doriah, « de voir les champs énergétiques des êtres vivants, je n'en ai jamais vu un qui en avait pas. »
« Que voulez-vous dire ? », demanda Hugelitod.
« Vous n'avez pas aucun champ énergétique », murmura Doriah en libérant un long soupir.
Il frotta une allumette et alluma la bougie, toujours dans sa main, et la couleur dorée chaude et rayonnante infusa les murs de pierres sculptées.
« Peut-être que vous avez perdu votre don », dit Hugelitod.
« Non, je peux voir le mien ... vous avez été changé. Que vous ont-ils fait ? »
Hugelitod, feignant l’étourdissement, se rassit sur le sol. « J'ai été interrogé par une créature appelée Gulhab. Il m'a rejeté comme indigne ... Je crois que ses paroles étaient : vous êtes juste un assistant rebelle qui a parcouru un long chemin pour gaspiller notre temps. »
Hugelitod toussa pendant quelques instants, puis sourit au souvenir.
« Avez-vous mentionné l’étoile du roi ? », demanda Doriah, de l’inquiétude se montrant sur son visage.
Hugelitod secoua la tête. « Je n'ai jamais eu une occasion. »
« C'est mauvais ... c'est très mauvais », chuchota Doriah, perdu dans ses craintes. « Vous devez y retourner et expliquer que vous avez l’étoile du roi. Cela changera leur réponse, je vous l'assure. »
« Je ne vais pas y retourner, Doriah », répondit Hugelitod avec des yeux sévères et résolus. « Ils veulent que vous y retourniez, pas moi. »
« Ils m'ont demandé de revenir? Ils ont utilisé mon nom ? »
Hugelitod hocha la tête et resta silencieux.
« Je ne comprends toujours pas comment vous avez perdu votre champ énergétique ... c'est si étrange ... »
« Peut-être que c'est juste quelque chose de temporaire. Un autre effet secondaire. Je ne m’inquiéterais pas à son sujet. »
Doriah se dirigea vers Hugelitod, sentit son front, puis saisit son poignet pour sentir son pouls. « Eh bien, au moins vous avez un pouls. Peut-être que vous avez raison. Peut-être que c'est juste un effet secondaire et il va revenir assez vite. »
« Pourquoi les Dieux Froids veulent-ils me voir revenir ? »
« Peut-être qu'ils sentent en vous un allié plus capable qu’ils ont ressenti en moi. »
« Je ne suis pas un allié, ni ne suis plus capable. Vous avez l’étoile du roi. »
Hugelitod continua à tousser et son corps frissonnait de façon incontrôlable. « Je dois retourner à ma chambre », dit-il entre les toux. « Je ne me sens pas trop bien. »
Doriah tendit la main pour l'aider à se mettre debout. « Je vous aiderai à monter les escaliers. »
« Alors que vous êtes au repos », dit Doriah, « Je vais réfléchir à notre prochain coup. Je ne pense que je veuille y retourner. »
Doriah aida Hugelitod dans les escaliers, pendant ce temps il se demandait s'il pouvait croire l'explication de Hugelitod. Tout était si étrange. Son poids chancelant, la toux, aucun champ énergétique, et le rejet par les Dieux Froids ... tout cela était si étrange. Peut-être j'ai eu tort, pensa Doriah. Peut-être que je suis celui qu'ils veulent.
* * * *
Kamil cherchait des baies. La lumière du matin était mince, mais commençait à s’épanouir à chaque instant. Il se pencha, et tout à coup sentit une ombre passer sur lui. En levant les yeux il vit des corbeaux s’élançant du dessus du couvert végétal de l'arbre, faisant retentir leurs croassements comme des trompettes maléfiques. Maia était ailleurs, mais il ne pouvait se rappeler où. Son absence le soulagea de façon étrange quand il eut un pressentiment. Son estomac criait pendant qu’il sentait une paire d'yeux orageux sur lui, mais ne pouvait pas déterminer de quel endroit. Il cria à Maia un avertissement, mais sa voix était vide, et il se trouvait bâillonné de frustration.
Tout autour de lui ralentit. Un silence parfait s’installa de plus en plus lourd jusqu'à ce qu'il capture tout dans son emprise. C'était comme être dans une photographie sans frontières. Puis il entendit le bruit d'une arme à feu cliquant pour tirer, mais avant qu'il ne puisse se tourner, il sentit une coupe tranchante à son dos alors que le plomb explosa à travers lui, et il est tombé, face vers le bas, sur le sol.
Il lutta pour lever sa tête, mais vit seulement les pieds de quelque être mystérieux qui s'agenouillait devant lui. « Il est temps de revenir. Votre travail est terminé dans ce monde, et maintenant une autre vous appelle. »
Kamil avait du mal à parler car le sang coulait dans sa bouche, mais sa pensée était claire. « Pourquoi dois-je partir? Je ne désire qu'une seule chose rester avec Maia. »
L'être était étrangement lumineux et regardait tristement Kamil. « Le portail que vous reconstituerez est comme un pont qui enjambe des dimensions. Le pilier est préparé dans ce monde, mais le pilier de l'autre côté demeure dans les sphères secrètes, en attente d'être réel. Votre âme ne perdra pas la connaissance à moins que vous ne soyez là. Il y a plus à faire, mais pas dans ce monde. »
« Et Maia ? », interrogea Kamil avec une pensée solennelle.
« Maia sera sous notre protection, comme elle l'a toujours été. »
« Et c'est votre engagement envers moi ? » Kamil envoyait sa pensée avec toute la puissance qu'il pouvait appeler à l'intérieur de lui-même, de chaque morceau assemblé d'éternité qui grimpe encore à l'intérieur de lui.
L’être de lumière se releva. « Vous avez notre promesse. »
Kamil connaissait cet être de lumière, et pourtant il ne pouvait pas trouver un nom, forme ou identité qui le définirait.
« Jusqu'à la dernière douceur de son souffle? Promettez-moi. », demanda encore Kamil. C'étaient ses dernières pensées alors qu’il se glissait dans un nouveau monde où il allait toujours plus profondément, comme si sculptant sa route à l'étincelle qui plane au-dessus du dernier ciel.
Kamil ouvrit les yeux en papillonnant. Maia le regardait, couchée sur le côté avec sa tête sur sa main. « Tu rêvais », dit-elle doucement, balayant ses cheveux avec tendresse.
Kamil se redressa et saisit le bras de Maia avec une soudaine intensité.
« Quelque chose ne va pas ? », demanda-t-elle.
Kamil resta muet comme il se rappelait son rêve, regardant fixement les yeux vides vers les profondeurs de la forêt comme quelqu'un dont le destin était tracé par des mains d'un autre monde.
« As-tu eu un mauvais rêve ? », demanda Maia, se mettant en position assise et en face de lui. « On dirait que tu as vu un fantôme. »
Les yeux de Kamil remplirent de larmes pendant que le souvenir complet s’infiltrait dans son cœur. Il tira Maia à lui, la tenant fermement.
« C’est bon, Kamil. C'est juste un rêve. Je suis ici. Je ne vais nulle part. Je te promets. Je t'aime. »
Kamil se sentait comme si un démon venait s’emparer de son âme et la trainait au plus profond de sa tanière. Tout ce qu'il pouvait faire était de tenir proche Maia, mais il savait qu’un sacrifice était nécessaire. « Ça va. Je suppose que c'était un mauvais rêve ... »
Kamil regarda autour de lui. « Aucun signe de Simon ? »
« Non », répondit Maia. « Peut-être la possibilité de prendre un bain rapide ? Je sais qu'il y a un cours d'eau pas trop loin d’ici ? »
« Bien sûr, je vais faire le ravitaillement pour le petit déjeuner, puis nous irons au camp de Simon, nous le réveillerons et nous mangerons ensemble. »
« Et ensuite nous allons directement à l'Oracle », dit Maia avec un sourire. « D’accord ? »
« J’ai un faible pour l'omelette aux champignons », dit Maia avec un sourire un peu penaud.
« Je vais voir ce que je peux trouver », répondit Kamil. Il se leva et aida Maia à se lever et la tenait serré. Il voulait qu'elle aille avec lui, pour ne jamais la laisser hors de sa vue. Il pensait à la suivre, mais savait ce qui se produirait. Rien ne pouvait annuler les rayons vifs versés de son âme. Même les bras encerclés de celle qu'il aimait, sa forme élancée palpitant contre son corps, ne pouvaient le sauver. Son corps tremblait seul.
* * * *
C'était tôt le matin, Sothmen et Monsey étaient à un ruisseau, remplissant leurs gourdes d'eau fraîche, et trempant leurs visages avec de l'eau froide, dans l'espoir de se maintenir éveillé.
Monsey indiqua à une vingtaine de mètres en aval. « Tu vois cela? Ce sont là des empreintes de pas. »
Les deux hommes se précipitèrent vers le site rapidement.
« Il est seul. Pieds nus, pas moins », Monsey indiquait les empreintes avec son fusil. « Je parierai que le bâtard a pris un bain. »
« Eh bien, regarde ici », dit Sothmen, alors qu'il déterrait un uniforme déchiqueté du banc de sable. « Soit il est parti nu, ou il a un uniforme neuf. Allons-y. »
* * * *
Hugelitod n'a pas dormi de toute la nuit, mais il n'était pas fatigué. Il se sentait une certaine honte d’avoir menti à Doriah, mais il n'avait pas le choix s'il voulait comprendre ses prochaines étapes, sans intrusion de quelqu'un d'autre, et c'était tout ce qu'il voulait faire. Toute la nuit, il avait pensé à seulement ceci : quel chemin doit-il suivre ?
Doriah lui avait dit qu'il n'avait aucun champ énergétique, et pourtant, il se sentait en excellente condition. Toutefois, il y avait une partie de lui, calme et de plus en plus non entendue, qui voulait courir, aussi vite et aussi loin que ses jambes pouvaient l'emmener. Mais il devait n’y avoir aucune clandestinité. La plus grande partie de lui était claire sur cette question depuis qu'il en savait trop, et il croyait à la mise en garde d'Anmael selon laquelle s'il se détournait de sa mission, il allait mourir, et tout ce qu'il est serait gaspillé.
Il était unique. Il portait l'étoile du roi. Les Dieux de l'humanité l’avaient choisi pour apporter leur lumière sur la Terre. Comment Doriah pouvait comprendre ? Ou Karnomen ? Ils étaient des obstacles potentiels qu'il devait traiter, mais il trouverait un moyen de les convertir en tant qu'alliés. S'ils aimaient l'Église autant que lui, comment pourraient-ils résister ?
Il se demandait quels seraient ses pouvoirs. Comment les Dieux l'avaient équipé de prouver sa lignée et mérite. Dans toute sa vie, il n'avait jamais rêvé de gloire ou de pouvoir, et pourtant, ici, elle était, dans son corps et esprit. Il pouvait la sentir se réveiller tel un géant imposant se frottant les yeux à la lumière du matin. Il y avait une réunion au sein de lui. Quelque chose accablait son doute. Sa petitesse. Sa croyance aux manières humbles. Et cela lui plaisait.

* * * *


Dernière édition par rené sens le Sam 28 Juil - 10:11, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
rené sens



Nombre de messages : 282
Date d'inscription : 02/02/2008

MessageSujet: Re: The Dohrman Prophecy : Traduction en cours du livre-web.....   Mar 19 Juin - 22:23

Chapitre 65 - De l’Or à la Pierre à la Lumière

Maia enleva son chemisier déchiré et pantalon, les mettant dans l'eau pour un bon décrassage. Elle fredonnait un air joyeux en trouvant Kamil en aussi bonne santé. Une seule chose la préoccupait, il était incapable d'expliquer comment il avait quitté le poste d'approvisionnement des sentinelles ou comment son corps a guéri aussi rapidement. On aurait dit qu'il lui cachait quelque chose, comme s'il pensait qu'elle était trop fragile pour supporter la vérité.
Elle était amoureuse, et c'était la principale chose qui importait. Cela ne s'était pas produit comme elle l'avait imaginé qu'il se produirait, et il n'était pas instruit comme elle avait prévu qu'il serait, mais Kamil avait en lui quelque chose qui ne pouvait jamais être enseigné dans les livres. C'était quelque chose de naturel chez lui, profondément enfoui, mais l'esprit qui brillait, comprimé dans un corps fort et un savoir simple.
La matinée était encore jeune et l'air était tiède avec les premiers rayons du soleil. La tiédeur exprimait un léger brouillard qui planait sur le cours d'eau et le talus environnant. Maia finissait de laver son chemisier et pantalon et les serrait avec autant de force qu'elle le pouvait. Elle les pendait sur une branche basse d'un arbre voisin qui surplombait le cours d'eau tel un parapluie.
Il lui a fallu un certain temps pour se plonger dans l'eau fraîche, mais elle le fit finalement. Elle se pencha sa tête en arrière et mouilla ses cheveux. Sans savon, Simon lui avait appris comment fabriquer un substitut à partir de la graisse animale et de la cendre de bois. Elle utilisait ce savon, couplé avec du sable à grains fins du cours d'eau. Ce n'était pas idéal, mais cela fonctionnait assez bien.
La matinée était parfaitement calme, bien qu'elle entende des corbeaux au loin émaillant le silence. Le parfum fané des pins se portait à elle pendant qu’elle frottait son corps.
Alors elle l'entendit. Un coup de feu. Un coup qui fit écho dans le lointain, peut-être une centaine de mètres. Kamil ! Le cœur de Maia bondit et son corps se verrouilla à une position d'attente, tandis que son esprit considérait quoi faire. Elle attrapa ses vêtements de la branche et mit son pantalon gauchement puis ses chaussures. Son esprit courait mille directions différentes. Ce pourrait être Simon, pensa-t-elle. Peut-être un chasseur fatigué des corbeaux. Peut-être un coup de semonce. Un accident.
Il y avait quelque chose dans son cœur qui sentait une peur si froide que, pendant un instant, elle ne pouvait plus bouger. Elle se mit à courir tenant son chemisier dans sa main. Alors qu’elle arrivait à la zone où elle pensait que le coup de fusil provenait, elle ralentit à la recherche et à l'écoute de tout signe, puis elle entendit des voix. Elle s'arrêta net car elle vit un mouvement à environ cinquante mètres à sa gauche.
S'esquivant derrière un arbre, elle grimpa sans faire de bruit pour mieux voir la situation. C'étaient des voix qu'elle ne reconnaissait pas, et s'ils ont tiré au fusil, elle devait être prudente, tant qu'elle voulait trouver Kamil et Simon. Elle monta rapidement vers un point d'observation où elle pouvait voir deux hommes, des sentinelles à en juger par leurs uniformes. Elles cherchaient sur le sol, poussant quelque chose qu'elle ne pouvait pas voir. Elle écouta aussi attentivement qu'elle le pouvait. Ils riaient de quelque chose. Elle crut entendre dire : « Laisse-le. »
Les deux hommes regardaient autour, et Maia saisit étroitement la branche tandis qu'elle pressa son corps contre l'écorce rugueuse et texturée. Elle se tenait immobile à l'exception du flux régulier de larmes qui coulait de ses yeux. Elle savait ce qui s'était passé. Elle avait envie de crier. Elle voulait retourner dans le temps et changer ce matin-là. Elle voulait changer le monde et supprimer ces armes à feu, la haine, l'étroitesse d'esprit et les abus, mais elle ne pouvait que pleurer, sans bruit, seule.
Elle avait niché son chemisier sous elle. Son maigre dos musclé était encore humide, des perles d'eau coulaient dans la vallée entre ses omoplates, circulant tel un ruisseau vers sa colonne vertébrale. Là, au milieu de son dos, le seul habitant d'une peau claire, une tache de naissance. Deux triangles asymétriques verrouillés dans une étreinte, comme un sablier qui vidait plus de temps qu'il ne pouvait contenir.
****
Maia resta sur la branche en pleurant doucement pendant environ vingt minutes. Les deux sentinelles étaient parties presque immédiatement après son arrivée, mais elle était terrifiée de quitter l'arbre et de voir le corps de Kamil.
Elle enfila son chemisier lorsqu'elle entendit un bruissement dessous et baissa les yeux. Maia avait peur que les sentinelles puissent l’avoir encerclée donc elle se figea.
Simon leva les yeux avec un visage grave et des yeux tristes. « Vous pouvez descendre, mon enfant. Ils sont partis. Je les ai suivis pendant près d'un kilomètre pour être sûr. »
Maia était encore sous le choc, mais la voix apaisante de Simon était tout ce qu'elle avait besoin d'entendre. Elle descendit de l'arbre rapidement, puis s'enfouit dans Simon comme un jeune enfant vers son père. Il se tint dans le silence avec elle pendant plusieurs minutes, et puis doucement lui tapota l'épaule. « Il est temps », dit-il.
Tous deux marchaient timidement vers l'endroit où le corps de Kamil reposait telle une sculpture qui était tombée face contre terre. Son visage était détourné d'eux. Son bras gauche était étendu comme s'il élevait une torche, et sur le terrain, à côté de sa main, des framboises étaient éparpillées en un bouquet confus.
Simon s'arrêta une dizaine de mètres du corps, et laissa Maia continuer seule. Le soleil était enfin monté et le brouillard s'était levé pour apporter plus de lumière. Les cheveux de Kamil étaient ébouriffés, et Maia s'agenouilla pour brosser ses doigts dans ses cheveux, ramassant une petite feuille de sa tête comme si elle était impertinente. Ses yeux étaient fermés, et Maia pensait qu'il avait l'air paisible.
Elle se tourna vers Simon, les larmes coulaient sur ses joues. « À partir de ce jour, je ne croirai jamais en Dieu ! Il n'y a aucun Dieu s'il voulait laisser mourir Kamil aux mains de ces bouchers ! »
Simon acquiesça presque imperceptiblement. Il se leva et écoutait. Il savait qu’il n’y avait pas de paroles réconfortantes qu'il puisse offrir. Les forces qui transitaient par Maia étaient primales, mystérieuses et puissantes, et Simon savait qu'elles ne pouvaient pas être supprimées par elle ou quelqu'un d'autre. Maia se retourna vers Kamil, souhaitant ne pas crier en sa présence. « Rien ne s'accroche à toi ... même pas moi », murmurait-elle d’un ton feutré, sa voix brisée et des respirations irrégulières. « Je suis soudainement tellement perdue ... »
Maia sanglotait tandis que Simon s’approcha et lui toucha le bras. « Nous devons retourner à l'Oracle, mais nous l'enterrerons d’abord. Je vais trouver un endroit approprié qui l’honorera. Je ne vais pas aller loin. »
Comme Simon se retirait, Maia se tourna et s’accrocha à sa main, les yeux fixés dans ses grands yeux gris-bleu. « Je veux aller avec vous. »

****


Dernière édition par rené sens le Sam 28 Juil - 10:12, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
rené sens



Nombre de messages : 282
Date d'inscription : 02/02/2008

MessageSujet: Re: The Dohrman Prophecy : Traduction en cours du livre-web.....   Jeu 21 Juin - 22:52

Chapitre 66 - La Griffe derrière la porte

Il y avait un soupçon de fraîcheur dans l'air du matin comme Karnomen marchait sur les terres du monastère. Il sentit une paire d'yeux sur lui, regarda par-dessus son épaule, et vit son ex-assistant marchant à un rythme effréné une trentaine de mètres derrière. « Ah, Hugelitod. Êtes-vous sur votre chemin pour rencontrer Doriah et votre ami esprit ? »
Hugelitod sourit ironiquement, rattrapant Karnomen sur l’allée pavée. « Avez-vous un instant, votre Éminence ? »
Karnomen plissa les yeux tandis qu’il regardait le ciel comme s'il jugeait le temps par la position du soleil. « Je n'ai qu'une minute. Le roi et son entourage seront ici dans deux jours, donc, comme je suis sûr que vous pouvez l'imaginer, je suis très occupé. Qu'est-ce qui vous préoccupe ? »
Hugelitod s’inclina. « Est-il vrai qu'il y a sept Oracles sur la Terre ? », chuchota-t-il.
Karnomen eut presque le souffle coupé, mais réussit à contrôler sa réaction de sorte qu'il fit comme si la lumière du soleil le gênait. Il indiqua un banc qui était à l'ombre d’un pommier, à dix mètres seulement de leur chemin. « J'ai besoin de reposer mes jambes, allons-nous y asseoir pendant quelques minutes. »
Les deux hommes s'assirent sur le banc, et l'expression de Karnomen semblait lointaine, regardant droit devant, hautain et un peu fatigué, ne donnant à Hugelitod ne serait-ce qu’un regard.
« C'est peut-être vrai », dit Karnomen après une longue pause, « qu'il y a plus d’Oracles, mais je ne sais pas s’il y en a sept. J’en connais un, et celui-là, très bientôt, ne sera plus notre préoccupation. »
Karnomen regarda avec indignation Hugelitod. « Pourquoi me demandez-vous cela ? »
« Si vous le vouliez, comment les détruiriez-vous ? », demanda Hugelitod.
Quelques prêtres marchaient devant et s'inclinaient avec respect vers Karnomen, qui acquiesçait en retour. Les yeux de Karnomen exprimaient la perplexité. « Pourquoi me demandez-vous une chose pareille? Que vous est-il arrivé ? »
« Connaissez-vous la réponse ? », persista Hugelitod.
Karnomen savait que quelque chose avait changé en Hugelitod. Il opérait à pied d'égalité - quelque chose que même Torem n'oserait jamais. Karnomen regarda Hugelitod avec l'intention de l'intimider. « Vous feriez mieux de vous occuper de vos propres affaires telles qu'elles sont. L'Oracle, l’Oracle réel, n'est plus notre préoccupation, et tous les autres qui peuvent exister sur cette planète sont également sans importance. Essayer de les détruire serait un gaspillage de temps et d'énergie. Je vous suggère de trouver Doriah et de se concentrer sur votre journée de travail. »
Karnomen commença à se mettre debout, mais son corps restait assis, comme si paralysé. Il regarda Hugelitod avec crainte, et essaya de parler mais ne pouvait émettre aucun son.
Hugelitod se leva, et se positionna face à Karnomen, le regardant de toute sa hauteur. « Les Oracles sont une menace pour notre suprématie. Vous venez de rendre votre situation très claire. Vous avez peur d’eux et vous n'avez pas la capacité intellectuelle pour les détruire. J'ai un plan visant à les réduire au silence et apporter une nouvelle puissance à notre Église. Soit vous démissionnez et me laissez exécuter ce plan ou soit vous l'entreprenez à mon sens, avec moi agissant comme votre Second Initié. Le choix est vôtre. Je vous donnerai une minute pour prendre votre décision. »
Karnomen semblait figé sur place. Seuls ses yeux semblaient être en mesure d’exprimer le mouvement, et ils regardaient Hugelitod avec une peur intense.
Hugelitod pouvait voir son nouveau pouvoir prendre l’emprise tel un grand serpent se dressant sur une frêle souris piégée dans le coin d'une pièce sans porte. Il n’avait qu’à penser à sa manipulation et elle atteindrait quiconque et les contrôlaient, en particulier ceux qui manipulaient les autres. Ils seraient ses proies les plus faciles. Karnomen était la preuve de cette théorie.
« Vous avez livré l'Oracle à Levernon - à quelle fin ? Ainsi vous pouvez vous retirer ici dans le confort de votre État indépendant ? Levernon pourrait utiliser l'Oracle contre nous d’une manière que vous semblez incapable d'imaginer. Mais c’est impossible. »
Hugelitod mit ses mains derrière son dos. « C'est notre petit secret. Si vous le dites à quiconque, si vous essayez de conspirer contre moi, je ferai en sorte que vos derniers jours soient comptés sur une main, et au cours de ces derniers jours, vous perdrez tous vos sens un jour à la fois. Le sixième jour sera sous forme de punition de vos Dieux, les Anunnaki, et elle réduira votre âme en mille morceaux. »
Hugelitod recula de quelques pas, et se pencha au niveau de la taille regardant directement dans les yeux de Karnomen et fixa Karnomen impitoyablement. « Ai-je votre accord ? »
Karnomen était libéré du contrôle de Hugelitod, mais il entendait la question rugir à l’intérieur de sa tête avec une autorité qu'il n'avait jamais ressentie auparavant. Il savait indéniablement que l'homme devant lui n'était pas véritablement un homme non plus. L’Étoile du Roi, la prophétie, se réalisaient sous ses yeux, et il n'avait pas d'autre choix que de s'aligner avec elle, et il le comprit. Une partie de lui, même minime, le souhaitait même.
Karnomen acquiesça, la voix brisée, comme il retrouvait ses pouvoirs à prendre la parole. « Vous avez mon accord. Je vous nommerai Second Initié, mais vous devrez convaincre l'Ordre de votre mérite. Je ne serai pas en mesure de les convaincre, sans quelque chose qui témoigne de votre ... autorité, sans ambiguïté. »
Hugelitod sourit. « Le simple fait que vous me nommerez en tant que Second Initié devrait être d’autant la manifestation dont ils ont besoin, mais s'ils refusent de m'accepter, je m’occuperai de leur résistance. N'ayez aucune crainte. »
Hugelitod recula avec un clin d'œil subtil. « Je vous laisse à vos préparatifs animés. »
Il s'arrêta un moment, puis fit un pas vers Karnomen. « Je m'attends à cette annonce avant la fin de la journée. Réunissez l'Ordre à sept heures ce soir. Rendez-vous à l'observatoire. J'aime assez cette pièce. »
Karnomen s’assit sur le banc, regardant l'homme le plus puissant marcher de manière inoffensive sur le chemin comme un simple prêtre. Pendant plusieurs minutes, Karnomen considéra ses options, réalisant en fin de compte qu'il n’en avait qu’une seule : suivre Hugelitod. Tout à coup, la mort semblait bien loin.

* * * *


Dernière édition par rené sens le Sam 28 Juil - 10:13, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
rené sens



Nombre de messages : 282
Date d'inscription : 02/02/2008

MessageSujet: Re: The Dohrman Prophecy : Traduction en cours du livre-web.....   Mar 26 Juin - 22:10

Chapitre 67 - Rémission Intérieure

La forêt était triste au crépuscule. Les ombres devenaient des bergers tendant la lumière déclinante à l'extinction. Des feuilles fragiles étaient parsemées sur le velours de la mousse couleur de jade et la boue marbrée résistait aux empreintes de n'importe quelle créature. Maia sentait que c'était un endroit qui reflétait son état d'esprit, sauf pour une chose : les lucioles, telles une galaxie poussière, voletaient entre les branches, suscitant l'espoir de leurs manières non apprises.
Maia et Simon ont enterré Kamil ce matin, et ont marché vers l’Oracle en silence pendant le reste de la journée, heureux de mettre plus de distance entre eux et les meurtriers de Kamil. Simon trouva un bel emplacement de campement et avait offert de préparer leurs maigres rations. Maia voulait être seule, et décida de chercher un endroit où elle pourrait recueillir ses sentiments et ses pensées.
Son corps était engourdi et son esprit était possédé par l'absurdité du meurtre de Kamil. Sous la voûte des pins, dans une forêt s'assombrissant, un brouillard de terre se levait telle une chape. Dans le lointain, elle pouvait entendre le grondement de la foudre et la pluie sera ressentie comme une compagne appropriée pour compléter son état d'esprit. Les arbres massifs autour d'elle se découpaient dans le soupir final de la lumière, et elle s'assit sous le grand pin, écoutant les grillons, regardant les lucioles, en se demandant pourquoi le monde était devenu fou.
Maia se mit à battre la terre avec ses mains. « Pourquoi êtes-vous si indifférente ! », cria-t-elle. « Vous vous souciez si peu pour une vie que vous le laissiez mourir ? »
Ses larmes tombaient toujours aussi grosses alors qu’elle sentait l'élagage cruel d'un Dieu indifférent. « Toute ma vie j’ai dit que je vous faisais confiance, j'avais foi en vous, je vous aimais, je vous donnais ma dévotion, et pourtant, je goûte l'amour un jour, et vous, vous me l'enlevez ... »
Maia devenait inconsolable pendant qu'elle continuait à battre la terre inflexible avec ses poings féroces. « Je vous hais Dieu, je vous hais ! Je vous hais ! » À travers la vision brouillée de ses larmes elle voyait comme son monde lui lançait un regard furieux de retour - ordinaire, indifférent, comme si l'apathie suintait de toutes les feuilles, pousses, branches et de la pierre. Son corps devint immobile, sa respiration devint plus calme, et elle gisait sur le sol, comme si sa volonté de vivre avait disparu. Le tonnerre au lointain retentissait à nouveau, et l'air était humide et étouffant.
Maia entendit le bruit feutré de pas et ouvrit les yeux sur le corps imposant de Simon et sa robe pourpre. Il portait quelque chose et je m'assis à côté d'elle. « J'ai lavé sa chemise. Ce n'est pas parfait, mais c'est quelque chose de valeurs à conserver si vous voulez. »
Maia se redressa et s'adossa contre un arbre. « Je vous remercie. »
Simon prit son nouvel environnement. « Vous avez choisi un bon endroit. »
« Je crois qu'il m’a choisi réellement. » Maia enveloppa ses bras autour de ses jambes et reposa son menton dans la vallée entre ses genoux.
« Il ferait un meilleur site de campement que celui que j'ai choisi. »
« Puis-je garder sa chemise ? », demanda discrètement Maia.
Simon rendit la chemise de Kamil à Maia. « Elle est encore humide, et un peu froissée. »
Maia prit la chemise et la plaça sur ses genoux, puis posa sa joue sur elle. Elle était pliée, et Maia sentait un sentiment de confort avec elle. « Merci de l'avoir lavée, Simon. »
Il acquiesça. « Vous savez, c'est parfaitement normal de se sentir haineuse dans des circonstances pareilles. Mais souvenez-vous de pardonner ... tout le monde, y compris Dieu, quand vous sentez que vous êtes prête. »
« Comment puis-je être prête? Je me sens tellement en colère et découragée. Comment puis-je laisser faire ? Une sentinelle a assassiné mon bien-aimé, alors je déteste la sentinelle, et la sentinelle travaille pour l'Église, ainsi je déteste l'Église, et l’Église travaille pour Dieu, ainsi je déteste Dieu. D’une certaine manière, ils sont tous à blâmer. »
« C’était prévu. »
« Qu’est-ce qui était prévu ? », demanda Maia en relevant la tête.
« La mort de Kamil, elle était prévue. »
« Par Dieu ? L’Église ? Qui ? Qui l’a prévue ? «
« La meilleure réponse que je puisse vous donner, c'est que Kamil l'a permise, et non parce qu'il devait ou qu'il était prédestiné par une puissance supérieure, mais parce qu'il vous a choisi. »
Maia semblait confuse. « Vous dites qu'il est mort à cause de moi ? »
Simon poussa un long soupir, comme s'il regrettait de ne pouvoir remonter dans le temps et reformuler ses paroles. « Maia, vous n'êtes pas une femme ordinaire. Vous êtes celle qui nous défendra, qui nous aidera. Vous êtes celle que j'ai attendue pour nous relier, pour dégager une voie vers l'Unité pour nous tous qui sommes prêts. Le côté le plus profond de Kamil le savait. Il était là pour vous servir. Il n'était pas le Grand Portail... il était celui qui a ouvert la porte vers le Grand Portail. Le Grand Portail est en vous, alors que nous parlons, il se forme au sein de votre ventre. »
Le visage de Maia se décomposa. « Vous dites que je suis enceinte ? »
Simon acquiesça.
« Comment savez-vous ? », demanda Maia avec des larmes dans ses yeux. « Comment avez-vous pu savoir ? »
« Je le sais », annonça Simon. « Je ne peux pas expliquer comment je le sais. »
« Alors, c'est une intuition ? »
« Si c'est ainsi que vous désirez l'appeler. Alors, oui, c'est une intuition. »
Il y eut une longue pause, et quelque part au loin le tonnerre bourdonnait aux clics saccadés des grillons.
« Simon ? »
« Oui. »
« Si ce que vous dites est vrai, que je suis censé nous connecter et toutes les autres choses que vous avez mentionnées, comment pourrai-je éventuellement le faire, étant moi? Une transformation ne devrait-elle pas avoir lieu afin de me donner des pouvoirs spéciaux ou... je ne sais pas. Je me sens si insuffisante ... »
« Peut-être que ces pouvoirs se développent à l'intérieur de vous. »
Maia regarda Simon et sourit. Elle espérait que son intuition soit juste. « Je pardonne à Dieu. Je regrette ces choses que j'ai dites... J'espère qu'il me pardonne. »
« Ma chère Maia il n’a jamais eu une période où Dieu a eu besoin de vous pardonner. C'est toujours vous qui a besoin de vous pardonner. »
« Si c'est vrai, comment je me pardonne ? »
« C'est un sujet complexe, et vous devez d'abord comprendre que la Source Première, notre Créateur, est également nous. Imaginez que la Source Première soit seule dans un univers de son esprit - pas l'univers que nous avons maintenant avec les planètes et les étoiles. Dans ce méta-univers, la Source Première était comme une seule cellule de conscience et elle se divise en deux cellules. La première cellule était l'observateur, celle qui pouvait regarder sa création et apprendre d’elle. La seconde, la nouvelle cellule, se diviserait en d'innombrables formes et expérimenterait la dimensionnalité, ou un domaine de vibrations qui était matériel, concret et ancré dans la polarité et la séparation. »
« Cette deuxième cellule reste connectée à la première. Elles sont un seul être, ayant exactement la même constitution et noyau génétique, mais parce que la deuxième cellule s’est divisée en une multitude de formes, dans une multitude de réalités vibratoires, ces formes ont évolué à travers l'espace-temps avec des perspectives différentes, des capacités différentes, des points de vue différents et des croyances différentes. En ces différences, elles sont également divisées et la séparation s’est encore plus intensément ressentie. »
« Dans cette séparation, au sein de la deuxième cellule, l'humanité existe avec de nombreuses autres espèces et êtres. Mais même au sein de notre famille humaine tout simplement, cette séparation s'est produite encore et encore jusqu'à ce que nous ayons des gens se méfiant de toute personne qui regarde ou agisse légèrement différemment d'eux. Et pourtant, dans la cascade de la séparation, si vous pouviez tout ramener à ses origines, nous venons tous de la même source - la Source Première. Chacun est la Source Première, quoiqu’un atome minuscule de son soi global. »
« Néanmoins, dans ce minuscule atome de la Source Première, que vous êtes ... que je suis ... réside la vérité de qui nous sommes réellement. Il ne vit pas ou n'existe nulle part ailleurs. Maintenant, les vertus du cœur, comme la compréhension, la compassion et le pardon, doivent fonctionner à partir de ce point de vue parce que, sans cette perspective ou contexte, nous n'avons pas vraiment la compréhension, nous ne pouvons vraiment pas apprécier l'unité que nous sommes tous. Sans cela, le pardon est tout simplement un concept que vous pouvez employer mécaniquement, eh oui, il aura un certain effet positif, mais il n’atténuera pas les flammes de la culpabilité et du jugement, il ne transformera pas ces énergies aux fréquences de l'amour. »
« Dans le contexte de qui vous êtes vraiment, vous pouvez sentir comment vous avez dérivé loin de la Source Première, et dans cette incarnation dérivant vous habitez des réalités où tout est séparé, enfermé dans des identités qui révèlent qu'une infime partie de votre nature divine, et de ceci - la peur se déploie. C’est cette peur qui habite la réalité vibratoire de la séparation, et à cause de cela, nous passons le costume pénitentiaire tous les matins et existons dans la séparation, manifestant la séparation, exprimant la séparation, faisant vivre la séparation. »
« Comment peut-on changer cette réalité ? »
Simon poussa un soupir. « Vous existez dans la séparation, mais vous manifestez l'unité, et vous faites cela en comprenant ce que vous êtes vraiment, et en appliquant ensuite cette compréhension à tout le monde. Et ne laissez pas l'image de la séparation se substituer à la réalité profonde d'unité quant à la façon dont vous exprimez l'intelligence de votre cœur. »
Maia écoutait attentivement. « Pourquoi la Source Première voulait se diviser elle-même ? »
« La création hors de la solitude est une chose puissante. Peut-être qu'elle voulait créer un multivers où ses formes matérielles pouvaient interagir et cette interaction élargissait la présence de la Source Première dans l'expansion continue de l'espace-temps. La Source Première serait le soutien et l’observateur, mais donne les pouvoirs de la création à son autre moitié, les Dimensionnels. »
« Les Dimensionnels ? »
« C'est ainsi que j'appelle quiconque faisant partie de la deuxième cellule », répondit Simon.
« Ainsi, la peur est le virus qui attaque la deuxième cellule, ou tout au moins fait de nous moins que ce que nous sommes ? », demanda Maia.
« Parmi les Dimensionnels il y a des êtres très puissants, y compris ce que nos livres religieux ont hardiment, et, ajouterais-je, à tort, appelé nos Dieux. Ces êtres puissants ont appris à répondre à cette peur différemment, à être des agents de causalité de celle-ci et à faciliter son écoulement dans les populations des Dimensionnels. Ils ont appris à s’en nourrir - à en faire leur allié. En un sens, la peur est devenue leur moteur, même si, eux-mêmes restent liés à la peur elle-même. »
« Cela rend seulement les murs de la prison plus élevés, mais cela ne rend pas l’évasion impossible. C'est là où vous intervenez, ma chère, vous êtes une personne sur le plateau de jeu qui créera un passage à la Source Première, du moins pour ceux qui veulent faire le voyage. »
« Mais comment pourrais-je faire cela ? », demanda Maia. « Comment pourrais-je créer une porte pour la Source Première ? Cela n'a pas de sens. Vous seriez un candidat bien mieux pour le faire que moi. »
« Il ne s'agit pas de connaissances ou d'expérience », dit Simon. « Cela ne l'a jamais été. Il s’agit du cœur, et comment son intelligence est prélevée, ensuite exprimée par le biais de votre dimensionnalité - pas seulement votre corps. Les paroles, les gestes et les activités, oui, elles sont une partie d’elle, mais la moindre partie. Il y a un rapport avec les parties invisibles de vous, les aspects vibratoires les plus élevées, et ceux que vous ne pouvez pas voir de vos yeux, et que vous pouvez vaguement sentir avec votre esprit. Mais c'est là où le véritable pouvoir se trouve. »
« Comment puis-je m'assurer que j’utilise ce pouvoir et non pas simplement que je passe par les étapes mécaniques ? »
Simon acquiesça d’une manière encourageante à sa question. « Vous vous assurez que votre foi, votre croyance, soit investie dans l'idée que la vie est intelligente, réfléchie, agile, libre, créative, indéterminée et éternellement soutenue par la Source Première. La réalité est que la vie se réorganisera afin de ne pas décevoir votre foi. Mais la vraie question est de connaitre profondément votre foi, de regarder dans ses yeux et de comprendre vraiment ce que vous croyez et pourquoi vous y croyez. »
« Personne ne veut savoir ce qu'ils sont vraiment, n’est-ce pas ? », dit Maia en tenant la chemise pliée de Kamil sur sa poitrine, comme si étreignant une créature délicate.
« Ce n'est pas qu'ils ne veulent pas savoir qui ils sont vraiment », répondit Simon : « c'est juste que pour peller les couches, discerner les leurres, se détacher des masques et refuser les promesses séduisantes des charlatans ... c'est un processus exigeant quand vous êtes un Dimensionnel qui a été domestiqué en limitation depuis sa naissance. Les muscles divins sont mous d’abandon. L'humanité veut se réveiller, mais la volonté à s'éveiller est systématiquement affaiblie. »
« Croyez-vous vraiment que je peux aider à renforcer cette volonté de l'humanité? Je n’ai pas une formation dans tout cela. Je n'ai jamais été une élève particulièrement bonne. Je suis une jeune femme simple. Je suis plus à l'aise avec des arbres que je ne le suis avec la plupart des gens. Comment tout cela me qualifie ? »
Le vent souffla en rafales un peu. Des traces de foudre sèche imprégnaient le ciel, et puis en une fraction de seconde, une lueur argentée vacillait dans leur chambre ombragée.
Les narines de Simon tremblaient. « Je pense que la pluie est sur son chemin, alors je maintiendrai ma réponse courte. Vous venez de parler de vous-même dans la séparation, non seulement séparée de la Source Première, mais aussi de vous-même. »
« Moi-même ? »
« Oui, vous avez dit que vous êtes une expression - cette chose appelée Maia, mais vous êtes un collectif de vies, d’expériences et de réalités vibratoires qui sont tous synchronisées dans une symphonie de votre création - se produisant actuellement. Votre identité, comme Maia, est une fenêtre dans la pièce dans laquelle votre Présence plus grande vit, mais cette salle est très grande, avec des centaines de fenêtres et chaque fenêtre apporte une lumière nouvelle, de nouvelles informations dans la salle de votre Présence. La Présence est différente du Dimensionnel, car la Présence est votre Source Première. »
« Je ne comprends pas, Simon. »
« Chaque personne est sa propre Source Première. Tout comme la Source Première s’est divisée elle-même en un Observateur-Créateur et un Dimensionnel-Expérimentateur, chacun de nous en a fait de même, mais à un niveau relativement microscopique. Nous imitons notre Créateur de plus de façons que la plupart imaginent, et ce n'est qu'un exemple. »
« D’accord, alors disons que je suis plus que ce feu follet gringalet d'être humain. Puis comment puis-je porter cette présence, comme vous l'appelez, dans mon soi Dimensionnel ? »
« Seule la vie elle-même peut faire cela. Mais votre vie est celle qui demandera que le plus grand soi - votre Présence - s’avance. »
« Donc, la vie elle-même extrait ceci ? »
Simon hocha la tête. « Oui. »
« Donc j’attends ? »
« La vie vous appelle toujours. »
« De quelle manière ? »
« La vie invite en permanence à vous engager avec elle en utilisant l'intelligence de votre cœur et les vertus qui y sont, comme le pardon, la compassion, la compréhension, l'humilité, l’appréciation et le courage. La vie est le partenaire de votre développement. Elle n'est pas un observateur passif, mais plutôt votre Présence entrant dans votre conscience humaine, vous encourageant à appliquer ce que vous savez - et non les faits et récitations mises là dans votre tête par d'autres dans votre monde, mais les vertus que vous connaissez instinctivement dans votre cœur. »
« La façon dont vous répondez à la Présence de la Vie détermine la puissance et la profondeur de la Présence dans votre vie. »
Maia s’illumina. « Donc, si je choisis de pardonner aux assassins de Kamil et à l'Église, j’activerai cette Présence, l'attirant plus loin dans mon monde Dimensionnel. Est-ce ce que vous dites ? »
Simon acquiesça. « Oui, mais il doit être fait quand vous pouvez être authentique. Ne vous pressez pas, mais ne l'ignorez pas non plus. C'est un équilibre, et quand votre cœur sera prêt, il annoncera sa volonté, et quand cela arrive, vous saurez. Tout comme vous l’avez fait avec votre père quand nous enterrions Joseph. »
« Comment savez-vous à ce sujet, Simon? Je n'ai jamais dit quoi que ce soit. »
Simon se leva et tendit les bras. « Juste une intuition », sourit-il. « Que diriez-vous si nous essayons de manger quelque chose avant que la pluie nous trouve ? »
Maia et Simon marchèrent le court trajet vers leur campement et mangèrent un sobre repas de racines bouillies et du thé de baies sauvages. Simon promit qu'il prendrait quelques truites mouchetées dans la matinée et ils dîneraient comme des rois pour le petit déjeuner. Il commença à pleuvoir légèrement alors qu’ils finissaient de dîner, mais le tonnerre resta éloigné : une frappe oblique, observa Simon. Ils s’assirent sous un pin blanc antique dont la canopée tenace retenait la pluie. Maia écoutait le doux carillon de la pluie, et la voix apaisante de Simon enveloppant son âme comme l'invisible couvant la Présence qui parlait à travers lui, lui donnait l'espoir.
Elle savait que l'endroit spacieux appelé cœur était sa maison, et elle comprit que tout peut guérir en ce lieu.
Dans la matinée, ils continuent leur voyage vers l'Oracle. Quelque part en elle, tout comme ses paupières commencèrent leur descente, elle crut entendre la voix de Kamil. Il dit quelque chose qu'elle ne comprenait pas, mais elle voulait seulement rêver de lui, afin qu'elle se laisse aller et sentir les bras du sommeil l'étreindre.

****


Dernière édition par rené sens le Sam 28 Juil - 21:11, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: The Dohrman Prophecy : Traduction en cours du livre-web.....   

Revenir en haut Aller en bas
 
The Dohrman Prophecy : Traduction en cours du livre-web.....
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
 Sujets similaires
-
» Yi King ou Yi Jing : le livre des mutations
» Max Heindel
» Traduction de "De Romano Pontifice", livre II, chap. 30 de Saint Robert Bellarmin et questions des membres
» Livre de Yves Dupont - Catholic Prophecy
» Demande de traduction du livre de Sheikh Albany "???? ??????"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WingMakers :: WingMakers :: Portail-
Sauter vers: