WingMakers

La question de l'Âme, dans toutes ses déclinaisons.
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Textes de James (WingMakers) + Documents Remarquables

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 9, 10, 11
AuteurMessage
Cristobal
Admin
avatar

Nombre de messages : 3250
Date d'inscription : 11/06/2007

MessageSujet: Re: Textes de James (WingMakers) + Documents Remarquables   Sam 9 Juin - 22:34

--- Dispelling Wetiko (traduction DeepL en français en deuxième partie de post) ---




Ce qui est intéressant ici tout du long du propos de Paul Levy c'est de découvrir à quel point il est possible de parler de façon extrêmement brillante de l'existence et de la réalité du "mal en soi", sans aborder frontalement le problème. Ce qui est fascinant ici, et qui nous aide tous grandement, nous les êtres humains, nous l'espèce humaine vivant depuis des éons de temps sur cette planète prison, c'est de voir comment nous sommes amenés à considérer les problèmes au travers du prisme des mots, des concepts, des symboles, des images archétypes et des profils psychologiques, nous heurtant sans cesse, encore et encore, à un véritable mur, une barrière en fait énergétique, un voile depuis fort longtemps dessiné et construit, créé et articulé, destiné à nous tenir littéralement prisonnier de cette planète, véritables esclaves indéfiniment recyclés au travers du processus de la mort et de la naissance. C'est cette question centrale d'une construction quantique, sub-quantique, astrale, énergétique, physique, émotionnelle et surtout, surtout évidemment mentale (mind control), qui nous empêche, qui dénie tout accès à la découverte et à la connaissance de ce qu'est la conscience en soi. Le mal, dans un monde polarisé, existe bel et bien en soi, et il a pour trait les diverses créatures qui habitent le bas astral, il a pour nom aussi la quantité incroyable d'êtres conscients et prédateurs qui prennent avantage de cette planète et de ses ressources minérales, végétales, animales et humaines.

On lira aussi avec attention le dernier article de Lisa Renée sur Energetic Synthesis.com, ici :

Transposition Filters :

https://energeticsynthesis.com/index.php/resource-tools/blog-timeline-shift/3319-transposition-filters


Sharing Data and Insights - Paul Levy, author of many books, that I have not read yet, but remembering very brillant articles of him about Wetiko, where he describes the existence of darkness as such. My point here, very quickly stated, is that there is a veil (multiple indeed), designed veils that prevent the human species from looking at the "darkness as such" (and that prevent the human species from knowing what consciousness is) but instead, allowing them to embrace words only, images, signs and symbols : and so, you have human beings entrapped in mere words and psychological patterns. And this crucial point is shown throughout the Paul Levy's works, speaking of "evil" without telling directly what it is about. Here is a link (I can't post it here, it is blocked, censored), well here are a few key words for those interested in : search for "Awaken in the Dream - Paul Levy ". Namaste. We are here to break the codes.... Smile)


Dispelling Wetiko, by Paul Levy

We are currently in the midst of the greatest epidemic sickness known to humanity. Like a fish in water who doesn’t recognize water because it is everywhere, both outside and within the fish itself, many of us don’t realize the collective insanity in our midst, as our madness is so pervasive that it has become normalized. We have become conditioned to accept as normal the fact that we are in an endless war, and innumerable of our brothers and sisters all over the planet are impoverished and dying of starvation every day. It is important to realize that in a psychic epidemic, the majority of people can appear entirely “normal.”

The fact that the underlying psychic roots of the collective psychosis are not even part of our planetary dialogue is itself a telling expression of the depth of the unconsciousness induced by this psychic epidemic. That the mental health community, which should be concerned with psychic hygiene (both personal and collective), is not even addressing the issue of a rampant collective psychosis is a clear indication that the mental health community is itself embedded in and hence infected with the very psychic epidemic it should be studying. By not recognizing the nature of wetiko disease, the mental health community has become its unwitting agents, helping the disease to propagate. What clearer sign do we need of a psychic epidemic than when our mental health system itself, whose job it is to study, monitor, and deal with such phenomena, not only doesn’t recognize that there is a collective psychosis running rampant in our society, but is itself infected with it? Ultimately speaking, it’s not a question of integrating wetiko disease into the existing diagnostic manual, but rather, of radically expanding, up-leveling, and re-visioning our understanding of the nature of both health and illness relative to each other.

Our collective madness has become transparent to us, as we see and interpret the world through it, rendering our madness invisible, thereby unwittingly colluding with the collective psychosis while it wreaks incredible death and destruction on our planet. Being “transparent,” our madness is beyond its mere appearance, which is to say, “beyond being apparent” that is, not visible. Our collective psychosis is invisible to us, as it manifests itself both in the very way we are looking and in the unspoken ways we have been conditioned to not perceive. Due to its cloak of invisibility, we don’t see our madness, a psychic blindness which renders us complicit in the creation of our own madness. This complicity is potentially empowering news, however, since it also signals that we are indeed co-creators of our own reality, and not helpless victims.

Wetiko psychosis is highly contagious, spreading through the channel of our shared unconsciousness. Its vectors of infection and propagation do not travel like a physical pathogen, however. This fluidly moving, nomadically wandering bug reciprocally reinforces and feeds off and into each of our unconscious blind spots, which is how it non-locally propagates itself throughout the field. In wetiko there is a code or logic which affects/infects awareness in a way analogous to how the DNA in a virus passes into and infects a cell. Forbes concludes that “the wetiko disease, the sickness of exploitation, has been spreading as a contagion for the past several thousand years. And as a contagion unchecked by most vaccines, it tends to become worse rather than better with time. More and more people catch it, in more and more places, and they become the true teachers of the young.”

Wetiko culture gets taught both at home and in “the academy”, where people become certified in the ways of its world, and are thus accredited and empowered to spread its corrupting ways on ever grander scales with ever vaster and more devastating consequences. Frighteningly, the wetiko psychosis is becoming ever more institutionalized and incorporated into our corporate culture and its way of thinking.

People who are channeling the vibratory frequency of wetiko align with each other through psychic resonance to reinforce their unspoken shared agreement so as to uphold their deranged view of reality. Once unconscious content takes possession of certain individuals, it irresistibly draws them together by mutual attraction and knits them into groups tied together by their shared madness that can easily swell into an avalanche of insanity. A psychic epidemic is a closed system, which is to say that it is insular and not open to any new information or informing influences from the outside world which contradict its fixed, limited, and limiting perspective.

In a co-dependent, self-perpetuating feedback loop, any reflection that is offered from others, rather than being reflected upon, utilized, and integrated in a way that supports the growth and evolution of the system, is perversely misinterpreted to support the agreed-upon delusion binding the collective psychosis together. Anyone challenging this shared reality is seen as a threat and demonized. An impenetrable field, like a protective bubble, is collectively conjured up around their shared psychosis that literally resists consciousness and perpetuates the spell-like trance of those in its thrall. There is no talking rationally, using logic or facts, with someone under the spell of the psychic epidemic, as their ability to reason and to use discernment has been disabled and distorted in service to the psychic pathogen which they carry.

When a group of people are in agreement about anything, whether it is true or not, their alignment with each other exerts a contagious, magnetic field of force which can sway the unaware and attract them into itself. We are on guard, even paranoid, regarding contagious diseases of the body, but we are woefully asleep and unconcerned about, and hence more susceptible to, catching the more dangerous collective diseases of the mind, which are reaching pandemic proportions in our world today.

People taken over by the wetiko virus usually don’t suspect a thing about how they have been “conned,” or more accurately, how they have conned themselves. The wetiko culture offers no incentive for them to self-reflectingly speculate upon their increasingly depraved condition; on the contrary, the nonlocal field configures itself to enable, further cultivate, and deepen their psychosis. When someone is a full-blown, unrecognized wetiko, the field around them torques so as to protect, collude with, and feed into their psychosis in a way that entrances those around them. Similar to how an octopus squirts ink in order to hide, a psychic field gets conjured up around full-blown wetikos which obfuscates their malfeasance. Once under the wetiko spell, people lose the capacity to recognize the wetiko pathology in others. In a situation of “group narcissism,” wetikos at different stages of the disease assume particular postures and roles relative to each other that protect and shield themselves from their own insanity and darkness. They feed and reinforce each other’s narcissism because it enhances their own.

The greater the gap between the conscious and the unconscious, the greater the chance of falling under a collective psychosis such as wetiko. The less the permeability, and hence communication and dialogue between the conscious ego and the informing influence of the wisdom of the unconscious, that is, the greater the dissociation between the two, the greater the probability of being infected with the leprosy of collective thinking. In a full-blown psychic epidemic, the conscious and the unconscious actually trade places, which is to say the unconscious steps into the driver’s seat, which should be occupied by consciousness.

People or groups who have fallen asleep and are under the thrall of the psychic epidemic are then “unconsciously” dreaming, that is, acting out their unconscious in fully embodied form, in contrast to being awake. The type of person ripe for falling prey to the wetiko infection is usually one whose strings are pulled and manipulated by others, who follows a life path dictated by others and is unaccustomed to think for themselves. Not in touch with their inner guidance, they project authority outside of themselves and become very suggestible to the agreed-upon consensus opinion of the dominant pack. When we give away our power, there is always someone bearing the authority of “the State” who is more than happy to accept our offering, feeding the insatiable will-to-power of the shadow, which becomes collectively mobilized.

Masses are veritable breeding grounds for psychic epidemics. Though using individuals as its instruments, evil needs the unconscious masses for its genesis and proliferation on the world stage. In a collective psychosis, people literally stop thinking for themselves and let others think for them, like sheep (or “sheeple”) who just follow wherever they are being led, even if it’s off the nearest cliff. Losing touch with their own discernment and ability for critical thinking, the “mass man” becomes part of the mindless herd and falls prey to “group-think,” whose members co-dependently enable each other to uphold their shared version of the wetiko world.

Once the office of “perception management,” largely through the corporate mainstream media, convinces a critical mass of people of a particular viewpoint, there is a consensus or agreement that is reached among the masses as to what is objectively true. The agreed-upon version of reality takes on a weight and momentum of its own and thereby becomes the established dogma of what is collectively imagined to be really happening. Like a religious truth, it is irrationally believed like an act of faith by its card-carrying members, even if overwhelming evidence points to the contrary.

Anyone who doesn’t buy into the arbitrarily established story is marginalized and demonized, and called either crazy, a conspiracy theorist, or even a terrorist (“You’re either with us or you’re with the enemy”). Such a group consensus about the nature of reality gets increasingly hard to sustain as time passes, however, as, like a house of cards ready to collapse at any moment, its vision of the world is based on the fundamental error of not being true. Strangely enough, people under the collective enchantment of wetiko become fanatically attached to supporting an agenda that oftentimes is diametrically opposed to serving then own best interests. This is an outer behavioral reflection of the inner state of being under the sway of the self-destructive wetiko parasite.

Speaking about the rapidly spreading wetiko contagion, Forbes writes, “It is spread by the wetikos themselves as they recruit or corrupt others. It is spread today by history books, television, military training programs, police training programs, comic books, pornographic magazines, films, right-wing/left-wing movements, fanatics of various kinds, high-pressure missionary groups, and numerous governments.” All of the mainstream, culturally sanctioned, corporatized institutions are in the business of indoctrination, telling us what to think and not think, as well as how to think. Our mind is continually being massaged into shape by the prevailing culture, our true face lifted as our spiritual pockets are picked.

Our civilization has become the mouthpiece for the propaganda organ of the disease, entrancing us to “buy” into its viewpoint as we are bled to death of what really counts. The culture (sic) that informs and forms around wetiko illness is itself a channel of its transmission and growth. If we sign on the dotted line and subscribe to its viewpoint, its life-denying culture will gradually subsume us into itself, enlisting us as its agents who unwitingly do its bidding. This is how the ever-expanding, self-generating psychic empire of collective psychosis works, as it increasingly takes over and approaches “full-employment.”

We are truly in a war. It is not the war we imagine we are in, which is the way our true adversaries want it. It is ultimately and actually not a foreign war against a foreign enemy. It is a war on consciousness, a war on our own minds.

– from “Dispelling Wetiko – Breaking the Curse of Evil” by Paul Levy

https://veilofreality.com/dispelling-wetiko/

--------------------------

En français (Deepl.com) :

---------------------------

Dispelling Wetiko
par Paul Levy

Nous sommes actuellement au milieu de la plus grande maladie épidémique connue de l'humanité. Comme un poisson dans l'eau qui ne reconnaît pas l'eau parce qu'elle est partout, tant à l'extérieur qu'à l'intérieur du poisson lui-même, beaucoup d'entre nous ne réalisent pas la folie collective parmi nous, car notre folie est si omniprésente qu'elle s'est normalisée. Nous sommes devenus conditionnés à accepter comme normal le fait que nous sommes dans une guerre sans fin, et d'innombrables de nos frères et sœurs partout sur la planète sont appauvris et meurent de faim tous les jours. Il est important de se rendre compte que dans une épidémie psychique, la majorité des gens peut paraître tout à fait "normale".

Le fait que les racines psychiques sous-jacentes de la psychose collective ne font même pas partie de notre dialogue planétaire est en soi une expression révélatrice de la profondeur de l'inconscience induite par cette épidémie psychique. Le fait que la communauté de la santé mentale, qui devrait se préoccuper de l'hygiène psychique (tant personnelle que collective), n'aborde même pas la question d'une psychose collective rampante est une indication claire que la communauté de la santé mentale est elle-même intégrée et donc infectée par l'épidémie psychique qu'elle devrait étudier. En ne reconnaissant pas la nature de la maladie wetiko, la communauté de la santé mentale est devenue ses agents involontaires, aidant la maladie à se propager. De quel signe plus clair avons-nous besoin d'une épidémie psychique que lorsque notre système de santé mentale, dont le rôle est d'étudier, de surveiller et de traiter de tels phénomènes, non seulement ne reconnaît pas qu'il y a une psychose collective qui sévit dans notre société, mais qu'il est lui-même infecté par cette maladie ? En fin de compte, il ne s'agit pas d'intégrer la maladie wetiko dans le manuel de diagnostic existant, mais plutôt d'élargir radicalement, d'améliorer et de revoir notre compréhension de la nature de la santé et de la maladie l'une par rapport à l'autre.

Notre folie collective est devenue transparente pour nous, car nous voyons et interprétons le monde à travers lui, rendant notre folie invisible, rendant ainsi involontairement collusion avec la psychose collective alors qu'elle provoque une mort et une destruction incroyables sur notre planète. Etant "transparente", notre folie est au-delà de sa simple apparence, c'est-à-dire "au-delà de l'apparent", c'est-à-dire non visible. Notre psychose collective est invisible pour nous, car elle se manifeste à la fois dans la manière même que nous regardons et dans les manières tacites que nous avons été conditionnés à ne pas percevoir. En raison de son invisibilité, nous ne voyons pas notre folie, une cécité psychique qui nous rend complice de la création de notre propre folie. Cette complicité est cependant une nouvelle potentiellement habilitante, puisqu'elle indique aussi que nous sommes effectivement des co-créateurs de notre propre réalité, et non des victimes impuissantes.

La psychose Wetiko est très contagieuse, se propageant à travers le canal de notre inconscient commun. Ses vecteurs d'infection et de propagation ne voyagent pas comme un agent pathogène physique. Cet insecte en mouvement fluide, nomade et errant, se renforce et se nourrit réciproquement dans chacun de nos angles morts inconscients, c'est ainsi qu'il se propage de façon non locale dans tout le champ. Dans wetiko il y a un code ou une logique qui affecte/infecte la conscience d'une manière analogue à la façon dont l'ADN dans un virus passe dans et infecte une cellule. Forbes conclut que " la maladie wetiko, la maladie de l'exploitation, s'est propagée comme contagion depuis plusieurs milliers d'années. Et en tant que contagion non contrôlée par la plupart des vaccins, elle tend à s'aggraver plutôt qu'à s'améliorer avec le temps. De plus en plus de gens l'attrapent, dans de plus en plus d'endroits, et ils deviennent les vrais enseignants des jeunes."

La culture Wetiko est enseignée à la fois à la maison et dans "l'académie", où les gens deviennent certifiés dans les voies de son monde, et sont ainsi accrédités et habilités pour répandre ses voies corrompues sur des échelles toujours plus grandes avec des conséquences toujours plus vastes et dévastatrices. De façon effrayante, la psychose wetiko devient de plus en plus institutionnalisée et intégrée dans notre culture d'entreprise et sa façon de penser.

Les gens qui canalisent la fréquence vibratoire de wetiko s'alignent les uns avec les autres par résonance psychique pour renforcer leur accord partagé tacite afin de maintenir leur vision dérangée de la réalité. Une fois que le contenu inconscient prend possession de certains individus, il les attire irrésistiblement par attraction mutuelle et les réunit en groupes liés entre eux par leur folie commune qui peut facilement dégénérer en avalanche de folie. Une épidémie psychique est un système fermé, c'est-à-dire qu'il est insulaire et non ouvert à toute nouvelle information ou influence du monde extérieur qui contredit sa perspective fixe, limitée et limitative.

Dans une boucle de rétroaction interdépendante et auto-perpétuitive, toute réflexion offerte par d'autres, plutôt que d'être réfléchie, utilisée et intégrée d'une manière qui soutient la croissance et l'évolution du système, est mal interprétée de façon perverse pour soutenir l'illusion convenue qui lie la psychose collective. Toute personne qui remet en question cette réalité commune est considérée comme une menace et diabolisée. Un champ impénétrable, comme une bulle protectrice, est conjuré collectivement autour de leur psychose commune qui résiste littéralement à la conscience et perpétue la transe envoûtante de ceux qui se trouvent sous son emprise. Il n'y a pas de discours rationnel, utilisant la logique ou les faits, avec quelqu'un sous le charme de l'épidémie psychique, car sa capacité de raisonner et d'utiliser le discernement a été désactivée et déformée au service du pathogène psychique qu'il transporte.

Lorsqu'un groupe de personnes sont d'accord sur quelque chose, qu'il soit vrai ou non, leur alignement les uns avec les autres exerce un champ de force magnétique contagieux qui peut faire basculer l'inconscient et les attirer en lui-même. Nous sommes sur nos gardes, même paranoïaques, en ce qui concerne les maladies contagieuses du corps, mais nous sommes tristement endormis et insouciants à propos des maladies collectives plus dangereuses de l'esprit, qui atteignent des proportions pandémiques dans notre monde d'aujourd'hui.

Les gens pris en charge par le virus wetiko ne soupçonnent généralement rien sur la façon dont ils ont été "arnaqués", ou plus exactement, comment ils se sont arnaqués eux-mêmes. La culture wetiko ne les incite pas à spéculer sur leur condition de plus en plus dépravée ; au contraire, le champ non local se configure pour permettre, cultiver et approfondir leur psychose. Lorsqu'une personne est un wetiko à part entière et non reconnu, le champ qui l'entoure s'enroule autour d'elle de façon à protéger, à s'associer avec elle et à alimenter sa psychose d'une manière qui fait entrer ceux qui l'entourent. De la même manière qu'une pieuvre gicle de l'encre pour se cacher, un champ psychique s'éveille autour d'un wetikos qui obscurcit leur malfaisance. Une fois sous le sort wetiko, les gens perdent la capacité de reconnaître la pathologie wetiko chez les autres. Dans une situation de "narcissisme de groupe", les wetikos à différents stades de la maladie assument des postures et des rôles particuliers les uns par rapport aux autres qui se protègent et se protègent de leur propre folie et de l'obscurité. Ils se nourrissent et renforcent le narcissisme de l'autre parce qu'il renforce le leur.

Plus l'écart entre le conscient et l'inconscient est grand, plus le risque de tomber sous une psychose collective comme le wetiko. Moins la perméabilité, et donc la communication et le dialogue entre l'ego conscient et l'influence informatrice de la sagesse de l'inconscient, c'est-à-dire, plus la dissociation entre les deux est grande, plus la probabilité d'être infecté par la lèpre de la pensée collective est grande. Dans une véritable épidémie psychique, le conscient et l'inconscient échangent effectivement des places, c'est-à-dire les pas inconscients dans le siège du conducteur, qui devrait être occupé par la conscience.

Les personnes ou les groupes qui se sont endormis et sont sous l'emprise de l'épidémie psychique rêvent alors "inconsciemment", c'est-à-dire qu'ils agissent leur inconscient sous une forme pleinement incarnée, par opposition à l'éveil. Le type de personne mûre pour être la proie de l'infection wetiko est habituellement une personne dont les cordes sont tirées et manipulées par d'autres, qui suit un chemin de vie dicté par d'autres et qui n'a pas l'habitude de penser par eux-mêmes. N'étant pas en contact avec leurs conseils internes, ils projettent l'autorité à l'extérieur d'eux-mêmes et deviennent très suggestibles à l'opinion consensuelle convenue de la meute dominante. Quand nous donnons notre pouvoir, il y a toujours quelqu'un qui porte l'autorité de "l'État" qui est plus qu'heureux d'accepter notre offrande, nourrissant la volonté insatiable de l'ombre, qui se mobilise collectivement.

Les masses sont de véritables viviers d'épidémies psychiques. Bien qu'il utilise les individus comme instruments, le mal a besoin des masses inconscientes pour sa genèse et sa prolifération sur la scène mondiale. Dans une psychose collective, les gens cessent littéralement de penser pour eux-mêmes et laissent les autres penser pour eux, comme des moutons (ou "moutons") qui suivent partout où ils sont conduits, même s'il s'agit de la falaise la plus proche. Perdant le contact avec son propre discernement et son aptitude à la pensée critique, l'"homme de masse" devient une partie du troupeau sans esprit et devient la proie de la "pensée de groupe", dont les membres se permettent, de manière codépendante, de défendre leur version commune du monde wetiko.

Une fois que le bureau de la "gestion de la perception", en grande partie par le biais des médias grand public, convainc une masse critique de personnes d'un point de vue particulier, il y a un consensus ou un accord qui est atteint parmi les masses quant à ce qui est objectivement vrai. La version convenue de la réalité prend un poids et un élan qui lui est propre et devient ainsi le dogme établi de ce qui est collectivement imaginé comme étant réellement en train de se produire. Comme une vérité religieuse, il est irrationnellement cru comme un acte de foi par ses membres porteurs de cartes, même si des preuves accablantes indiquent le contraire.

Quiconque n'adhère pas à l'histoire arbitrairement établie est marginalisé et diabolisé, et qualifié de fou, de théoricien de la conspiration ou même de terroriste (" Vous êtes avec nous ou vous êtes avec l'ennemi "). Un tel consensus de groupe sur la nature de la réalité devient de plus en plus difficile à soutenir à mesure que le temps passe, cependant, car, comme un château de cartes prêt à s'effondrer à tout moment, sa vision du monde est basée sur l'erreur fondamentale de ne pas être vrai. Curieusement, sous l'enchantement collectif de wetiko, les gens s'attachent fanatiquement à soutenir un programme qui est souvent diamétralement opposé à servir leurs propres intérêts. Il s'agit d'une réflexion comportementale extérieure de l'état intérieur de l'être sous l'influence du parasite wetiko autodestructeur.

Parlant de la contagion wetiko qui se propage rapidement, Forbes écrit : "Elle est propagée par les wetikos eux-mêmes lorsqu'ils recrutent ou corrompent les autres. Elle est aujourd'hui diffusée par les livres d'histoire, la télévision, les programmes de formation militaire, les programmes de formation de la police, les bandes dessinées, les magazines pornographiques, les films, les mouvements de droite et de gauche, les fanatiques de toutes sortes, les groupes missionnaires sous haute pression et de nombreux gouvernements". Toutes les institutions conventionnelles, culturellement sanctionnées et corporatisées sont dans le business de l'endoctrinement, nous disant ce qu'il faut penser et ne pas penser, ainsi que comment penser. Notre esprit est continuellement massé en forme par la culture dominante, notre vrai visage se soulève au fur et à mesure que nos poches spirituelles sont cueillies.

Notre civilisation est devenue le porte-parole de l'organe de propagande de la maladie, nous incitant à "acheter" son point de vue, car nous sommes saignés à mort de ce qui compte vraiment. La culture (sic) qui informe et se forme autour de la maladie wetiko est elle-même un canal de sa transmission et de sa croissance. Si nous signons sur la ligne pointillée et souscrivons à son point de vue, sa culture de négation de la vie nous subsume progressivement en elle-même, nous enrôlant comme ses agents qui, sans le vouloir, exécutent ses ordres. C'est ainsi que fonctionne l'empire psychique de la psychose collective, toujours en expansion et autogène, qui prend de plus en plus de place et se rapproche du "plein emploi".

Nous sommes vraiment dans une guerre. Ce n'est pas la guerre dans laquelle nous nous imaginons que nous sommes, ce que veulent nos vrais adversaires. En fin de compte, il ne s'agit pas d'une guerre étrangère contre un ennemi étranger. C'est une guerre contre la conscience, une guerre contre notre propre esprit.

de "Dispelling Wetiko - Breaking the Curse of Evil" par Paul Levy.

https://veilofreality.com/dispelling-wetiko/

----------------------------

Nunti-Sunya,
Et,
Adonai de la Source Première.

Very Happy  Very Happy  Very Happy  Very Happy

_________________
Vers l'Infini et au-delà... https://twitter.com/WhatAboutSoul
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.onnouscachetout.com/forum/index.php?showtopic=395& En ligne
Cristobal
Admin
avatar

Nombre de messages : 3250
Date d'inscription : 11/06/2007

MessageSujet: Re: Textes de James (WingMakers) + Documents Remarquables   Jeu 14 Juin - 6:54

--- New Earth - What It Looks Like pt.1 .6/13 ---




New Earth - What It Looks Like pt.1 .6/13

https://www.youtube.com/watch?v=mVmOnB7dACI&feature=youtu.be

Nunti-Sunya,
Et,
Adonai de la Source Première.

Very Happy Very Happy Very Happy Very Happy

_________________
Vers l'Infini et au-delà... https://twitter.com/WhatAboutSoul
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.onnouscachetout.com/forum/index.php?showtopic=395& En ligne
 
Textes de James (WingMakers) + Documents Remarquables
Revenir en haut 
Page 11 sur 11Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 9, 10, 11
 Sujets similaires
-
» Combien de textes et documents complémentaires en 1eres?
» Je cherche des documents pour travailler la lecture à haute voix avec des 6èmes
» Les textes complémentaires, en fait...
» documents à apporter par un élève pour l'oral du bac de français
» Militaire: Philip James Corso (lieutenant-colonel) (1915-1998)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WingMakers :: WingMakers :: Portail-
Sauter vers: