WingMakers

La question de l'Âme, dans toutes ses déclinaisons.
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Swedenborg (1688-1772)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Cristobal
Admin
avatar

Nombre de messages : 2917
Date d'inscription : 11/06/2007

MessageSujet: Swedenborg (1688-1772)   Mar 7 Aoû - 21:57

--- De l'Enfer ---

692. L'homme n'a de l'Enfer, comme du Ciel, qu'une idée très générale, qui est tellement obscure, qu'elle est pour ainsi dire nulle. Ceux qui n'ont jamais quitté les huttes de la forêt peuvent-ils avoir une idée de la terre ? Ils n'ont aucune connaissance des empires, des royaumes; ils connaissent encore moins les formes des gouvernements, et bien moins encore les sociétés et la vie sociale; avant qu'ils aient acquis ces connaissances, ils ne peuvent avoir de la Terre qu'une idée très générale qui, par sa nature, est presque nulle. Telle est celle qu'on a du Ciel et de l'Enfer. Cependant il y a dans le Ciel et dans l'Enfer des choses innombrables et en quantité indéfiniment plus grande que sur n'importe quel globe de l'univers. On peut juger de la quantité innombrable de ces choses par cela seul que comme jamais le Ciel de l'un ne peut être semblable au Ciel d'un autre, de même jamais l'Enfer de l'un ne peut être semblable à l'Enfer d'un autre, et que toutes les âmes qui ont existé dans le monde depuis la première création viennent et se rassemblent, soit dans le Ciel, soit dans l'Enfer.

693. De même que le Ciel consiste dans l'Amour pour le Seigneur et envers le prochain, et dans la joie et la félicité qui en résultent, de même l'Enfer consiste dans la Haine pour le Seigneur et pour le prochain, et dans les peines et les tourments qui en sont la conséquence. Les genres de haine sont innombrables; les espèces en sont encore plus innombrables; et ce sont là autant d'enfers.

694. Comme le Ciel, par le Seigneur, constitue, au moyen de l'amour mutuel, comme un seul Homme et une seule Ame, et n'a par conséquent en vue qu'une seule fin, qui est de conserver et de sauver tous les hommes pour l'éternité, de même, en sens opposé, l'Enfer par son Propre constitue, au moyen de l'amour de soi et du monde, c'est-à-dire au moyen de la haine, un seul diable et un seul esprit, et n'a par conséquent en vue qu'une seule fin, qui est de perdre et de damner tous les hommes pour l'éternité. J'ai mille et mille fois perçu que tel était l'effort continuel des Enfers, et si le Seigneur ne défendait les hommes à chaque instant, même à la moindre partie d'un instant, ils périraient tous.

695. Mais le Seigneur a introduit dans les Enfers une telle forme et un tel ordre, que tous ceux qui les habitent sont tenus liés et enchaînés par leurs cupidités et par leurs fantaisies, qui constituent leur vie même; et comme cette vie est la vie de la mort, elle se change en tourments affreux qui sont si excessifs qu'on ne saurait les décrire. En effet, le plus grand plaisir de leur vie consiste à pouvoir se punir, se tourmenter et se torturer les uns les autres : ils emploient même des artifices dont on n'a aucune idée dans le monde, et par lesquels ils savent produire des sensations raffinées, absolument comme s'ils étaient dans le corps; ils ont aussi recours à des fantaisies abominables et horribles sans parler des terreurs, des frayeurs et de plusieurs autres moyens semblables qu'ils emploient. La fourbe diabolique trouve en cela une si grande volupté, que lors même qu'elle pourrait augmenter et étendre à l'infini les douleurs et les tortures, elle ne serait pas satisfaite, et resterait encore embrasée d'une haine qui ne trouverait pas de fin; mais le Seigneur s'oppose à ses efforts et adoucit les tourments.

696. Il y a, en général et en particulier, un tel équilibre dans toutes les choses de l'autre vie, que le mal se punit lui-même, de sorte que la peine du mal est dans le mal. Il en est de même du faux, sa peine revient sur celui qui est dans le faux. Ainsi chacun attire sur soi-même la peine et le tourment, et se précipite alors au milieu de la tourbe diabolique qui en fait souffrir de semblables. Jamais le Seigneur n'envoie qui que ce soit dans l'Enfer; il veut au contraire en tirer tous ceux qui y sont : à plus forte raison ne jette-t-il pas dans les tortures; mais comme les mauvais esprits s'y précipitent eux-mêmes, le Seigneur tourne en bien et en quelque usage chaque peine et chaque tourment. Il ne peut y avoir aucune peine dont le Seigneur ne tire une fin d'usage; car le Royaume du Seigneur est le Royaume des fins et des usages; mais les usages que peuvent remplir les Esprits infernaux sont les plus vils. Tant que ces esprits s'occupent de ces usages, ils sont moins tourmentés; mais l'usage cessant, ils retombent dans leur enfer.

697. Il y a dans chaque homme pour le moins deux mauvais Esprits et deux Anges. L'homme est en communication avec l'Enfer par les mauvais Esprits, et avec le Ciel par les Anges. Sans cette double communication, l'homme ne pourrait pas vivre un seul instant. Ainsi chaque homme est dans quelque société d'Esprits infernaux; c'est ce qu'il ignore entièrement; cependant leurs tourments ne lui sont pas communiqués, parce qu'il est dans une préparation pour la vie éternelle. Cette société, dans laquelle il a été, lui est parfois montrée dans l'autre vie, car il revient vers elle, et c'est ainsi qu'il rentre dans la vie qu'il avait eue dans le monde, et par suite, ou il tend vers l'Enfer, ou il est élevé au Ciel. Ainsi l'homme qui ne vit pas dans le bien de la charité et qui ne se laisse pas conduire par le Seigneur, est un des esprits infernaux, et après la mort il devient diable.

698. Outre les Enfers, il y a aussi les Vastations, dont il est souvent parlé dans la Parole. L'homme, en effet, entraîne avec lui dans l'autre vie, par suite de ses péchés actuels, une foule innombrable de maux et de faussetés; il les amoncelle et les réunit. Il en est de même de ceux qui ont vécu honnêtement; ceux-ci, avant de pouvoir être élevés au Ciel, doivent dissiper leurs maux et leurs faussetés; et cette dissipation se nomme Vastation. Il y a plusieurs genres de Vastations, et le temps de la Vastation est plus ou moins long. Quelques esprits sont enlevés au Ciel après un laps de temps très court, quelques autres, aussitôt après la mort.

699. Pour que je visse les tourments de ceux qui sont en Enfer, et la Vastation de ceux qui sont dans la Terre inférieure, j'y fus quelquefois envoyé (être envoyé en Enfer, ce n'est pas être transféré d'un lieu dans un autre lieu, c'est être introduit dans quelque société infernale, l'homme restant toujours dans le même lieu); mais il ne m'est permis de rapporter ici que cette seule expérience : je percevais clairement qu'une sorte de colonne m'environnait; cette colonne s'augmentait sensiblement, et il m'était insinué qu'elle était ce mur d'airain, dont parle la Parole, formé par les Esprits angéliques, pour que je pusse être envoyé en sûreté vers ces infortunés : et quand j'y fus, j'entendis leurs pitoyables lamentations, et surtout celles-ci: "Ah Dieu ! Ah Dieu ! Qu'il ait pitié de nous ! Qu'il ait pitié de nous !", et cela durait longtemps.

Il me fut même accordé de m'entretenir assez longtemps avec ces malheureux. Ils se plaignaient surtout des mauvais esprits, qui ne souhaitaient et ne désiraient avec fureur que de les tourmenter; ils étaient livrés au désespoir, disant qu'ils croyaient que leur tourment serait éternel; mais il me fut accordé de les consoler.

700. Comme les Enfers sont en très grand nombre, ainsi que je l'ai annoncé, il est nécessaire, pour en dire quelque chose, de suivre un ordre; en conséquence je parlerai dans la suite :
1. des Enfers de ceux qui ont passé leur vie dans la haine, dans la vengeance et dans la cruauté;
2. des Enfers de ceux qui ont vécu dans l'adultère et dans la débauche, et des Enfers des fourbes et des enchanteresses;
3. des Enfers des avares, et en même temps de la Jérusalem souillée, et des voleurs dans le désert, ainsi que des Enfers excrémentiels de ceux qui ont entièrement vécu dans les voluptés;
4. des autres Enfers qui diffèrent de ceux-ci;
5. et enfin des Esprits qui sont en vastation.

Post-Scriptum : il y a quelques années de cela, je découvrai l'oeuvre d'Emmanuel Swedenborg, et décidai de mettre en ligne certains des passages des "Arcanes Célestes", "Vraie Religion Chrétienne", "Le Ciel et ses Merveilles et l'Enfer", etc.....

L'auteur est peu connu dans nos contrées (je parle de la francophonie), aussi je profite de ce mois d'août qui me laisse peu de temps libre, pour rapatrier et recycler (merci, ô toi, le "copier-coller" magique et fulgurant, qui nous permet de dupliquer, à l'infini, des informations par poignées, par pleines brassées) des données éparses et toujours dignes d'intérêt, d'autant plus que ces textes sont encore rares sur le net.

C'était du moins vrai à l'époque où je les découvrai, mais il semble que l'oeuvre complète de ce génie mathématique et mystique, soit en passe d'être entièrement numérisée et répandue sur le net, si j'en crois cette page déjà bien fournie, qui présente nombre de textes importants, ici :

http://livres-mystiques.com/partieTEXTES/Swedenborg/Table.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.onnouscachetout.com/forum/index.php?showtopic=395&
Cristobal
Admin
avatar

Nombre de messages : 2917
Date d'inscription : 11/06/2007

MessageSujet: Re: Swedenborg (1688-1772)   Jeu 9 Aoû - 6:41

--- Canaux Subtils et Corps de Lumière ---

5725. Il m'a été donné d'apprendre par expérience ce que c'est que l'inondation ou le déluge dans le sens spirituel; cette inondation est double, l'une concerne les cupidités, et l'autre les faussetés; celle qui concerne les cupidités appartient à la partie volontaire, et à la partie droite du Cerveau; celle qui concerne les faussetés appartient à la partie intellectuelle, dans laquelle est la partie gauche du Cerveau.

Quand l'homme, qui a vécu dans le bien, est remis dans son propre, ainsi dans la sphère de sa vie même, alors il apparaît comme une inondation; lorsqu'il est dans cette inondation, il s'indigne, il s'irrite, il pense avec trouble, il désire avec véhémence; d'une manière, quand est inondée la partie gauche du Cerveau où sont les faux, et d'une autre manière, quand c'est la partie droite où sont les maux. Mais quand l'homme est tenu dans la sphère de la vie qu'il a reçue du Seigneur par la régénération, il est entièrement hors d'une telle inondation; il est comme dans une température sereine et douce, et il est dans l'allégresse et dans la félicité, ainsi bien loin de l'indignation, de la colère, du trouble, des cupidités, et des autres passions semblables.

Cet état est le matin ou le printemps des Esprits, l'autre est leur soir ou leur automne.

Il m'avait été donné de percevoir que j'étais hors de l'inondation, et cela assez longtemps, tandis que je voyais que d'autres Esprits y étaient; mais ensuite, je fus moi-même immergé; et alors, j'aperçus la ressemblance d'une inondation.

Dans une telle inondation se trouvent ceux qui sont dans les tentations. Par là aussi, j'appris ce que signifie le déluge dans la Parole, à savoir que la dernière postérité des Très-Anciens, qui étaient de l'Eglise céleste du Seigneur, a été entièrement inondée de maux et de faux, et a ainsi péri.

5726. Comme la mort ne vient pas d'autre part que du péché, et que le péché est tout ce qui est contre l'ordre Divin, il en résulte que le mal bouche les vaisseaux les plus petits de tous, et absolument invisibles, dont sont issus des vaisseaux immédiatement plus grands invisibles aussi; en effet, les vaisseaux les plus petits de tous, et absolument invisibles, sont contigus aux intérieurs de l'homme; de là l'obstruction première et intime, et de là le vice premier et intime dans le sang; quand ce vice prend de l'accroissement, il cause la maladie, et enfin la mort.

Si au contraire l'homme vivait la vie du bien, ses intérieurs seraient ouverts du côté du ciel, et par le ciel vers le Seigneur, par conséquent aussi les vaisseaux les plus petits de tous et invisibles -- il est permis, à cause de la correspondance, d'appeler ces petits vaisseaux les délinéaments des premières trames --, par suite l'homme serait sans maladie, et seulement il décroîtrait vers la dernière vieillesse jusqu'à ce qu'il redevînt enfant, mais enfant sage; et quand alors son corps ne pourrait plus être au service de son homme interne, ou de son esprit, il passerait, sans maladie, de son corps terrestre dans un corps tel que celui qu'ont les anges, ainsi de ce monde immédiatement dans le ciel.

-----------------------------------------------

Passage extraordinaire où Swedenborg nous entretient de l'anatomie subtile du corps, ce corps parcouru de canaux dont "les délinéaments des premières trames" s'originent dans l'homme interne, esprit individué aligné dans le prolongement de la Source Première.

Comme en écho à ce réseau ordonné et énergétique, on pourra examiner avec attention certains des schémas présentés dans le texte WingMakers du site EventTemples.com, où le coeur énergétique et ses différentes vertus ou prolongements sont exposés à l'image d'un tronc poussant les délinéaments de ses branches et/ou de ses racines.

L'intérêt ici étant de considérer l'enchevêtrement et la génération des énergies émotions se déployant jusque dans les tréfonds de la matière cellulaire, de celle dont on fait des corps de chair et de sang.

On retrouve ici ce principe largement partagé et connu, du moins dans le corpus des traditions religieuses, spiritualités diverses, et autres médecines parallèles et holistiques, du rôle premier des émotions "négatives" dans la genèse des maladies et dysfonctionnements du corps.

La maladie, comme une pollution des canaux subtils par les émotions "négatives", c'est-à-dire, ultimement, ce détournement du regard qui fait que l'homme, cet esprit âme incarné, oublie parfois pour longtemps son origine divine, et perd de vue la Source Première dont il est issu.

Post-Scriptum : on lira avec bonheur aussi la publication "HeartMath", citée dans le topic WingMakers, ce livre clair qui propose quelques pratiques extrêmement simples et immédiates pour qui veut mettre en oeuvre "L'Intelligence Intuitive du Coeur".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.onnouscachetout.com/forum/index.php?showtopic=395&
AMBRE/Ankh

avatar

Nombre de messages : 189
Age : 55
Date d'inscription : 23/06/2007

MessageSujet: Re: Swedenborg (1688-1772)   Jeu 9 Aoû - 10:12

olala
tu viens par cet extrait de me donner une réponse à une question que je me pose depuis des années suite à un "rêve" étrange!
Mais quand l'homme est tenu dans la sphère de la vie qu'il a reçue du Seigneur par la régénération, il est entièrement hors d'une telle inondation; il est comme dans une température sereine et douce, et il est dans l'allégresse et dans la félicité, ainsi bien loin de l'indignation, de la colère, du trouble, des cupidités, et des autres passions semblables.

merci cristobal!
t Ambrasse
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://antahkarana.forumzen.com/
Cristobal
Admin
avatar

Nombre de messages : 2917
Date d'inscription : 11/06/2007

MessageSujet: Re: Swedenborg (1688-1772)   Mar 21 Aoû - 19:15

--- Jacob Lorber (1800-1864) ---

Un post pour noter une adresse internet et signaler l'existence de Jacob Lorber, lecteur en son temps de Boehme et de Swedenborg ( Very Happy ).

Il a passé les 24 dernières années de sa vie à noter des messages que nous appellerions aujourd'hui "channellisés".

Je ne sais pour l'instant ce qu'on peut penser de cette oeuvre, mais elle mérite d'être au moins signalée, en attendant plus ample exploration.

Quelques passages d'une préface au tome I du "Grand Evangile de Jean" :

----------------------------------------------------------

Au printemps 1840, l'Opéra de Trieste offrit à Lorber le pupitre de chef d'orchestre. Le matin du 15 mars 1840, à 6 heures du matin, au moment de se lever pour rédiger sa réponse affirmative à l'Opéra de Trieste qui lui ouvrait enfin les portes d'une carrière digne de tous ses talents, une voix intérieure lui intima avec clarté: «Lève-toi, prends ta plume et écris...» Lorber suivit cet appel mystérieux, prit sa plume et écrivit mot à mot ce qui lui était dicté de l'intérieur. Abandonnant tous ses intérêts personnels, il se consacra totalement jusqu'à sa mort à ce travail de scribe du Seigneur, rédigeant près de vingt cinq volumes. À propos de cette voix intérieure Lorber écrivait en 1858: «Quant à dire comment on perçoit cette parole intérieure, je puis seulement dire en ce qui me concerne, que je perçois la sainte parole du Seigneur dans la région du coeur, comme une pensée extrêmement claire, lumineuse et pure, et comme une parole prononcée et que nul ne peut entendre, aussi proche soit-il de moi! Pourtant cette voix de la grâce résonne en moi plus distinctement que l'éclat de n'importe quel son matériel. C'est tout ce que je puis dire de mon expérience.»

........

Déjà en son temps le très célèbre abbé cistercien Joachim de Fiore (mort vers 1205) laisse entendre dans son commentaire de l'Apocalypse qu'un évangile éternel serait annoncé au début de l'âge spirituel qui précéderait le jugement dernier. Ce texte de St Jean auquel se réfère Joachim de Fiore dit : «Et je vis un autre ange voler au milieu du ciel, ayant un évangile éternel à annoncer à tous les habitants de la terre et à toutes les nations, à toutes les races, les tribus, les langues et les peuples». (Apocalypse 14.6)

L'oeuvre d'un Jacob Boehme, d'un Swedenborg et plus près de nous de Jacob Lorber ne répondent-elles pas à cette attente ? Le Grand Évangile de Jean qui nous est ici transmis par Jacob Lorber et qui nous guide en toute vérité à travers le récit détaillé de tous les événements des trois années de ministère et de l'enseignement de Jésus correspondrait-il à l'accomplissement de la prophétie? «Le consolateur, l'Esprit Saint que le Père enverra en mon nom vous enseignera toute chose et vous rappellera tout ce que je vous ai dit» (Jean 14-26)

--------------------------------------------------------

On peut lire l'intégralité (du moins 10 des 11 tomes) du "Grand Evangile de Jean" transmis par Jacob Lorber (ainsi que nombre d'autres textes), en allant ici :

http://fr.j-lorber.com/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.onnouscachetout.com/forum/index.php?showtopic=395&
Cristobal
Admin
avatar

Nombre de messages : 2917
Date d'inscription : 11/06/2007

MessageSujet: Re: Swedenborg (1688-1772)   Dim 7 Oct - 16:16

--- De l'Esprit comme Substance (Swedenborg) ---

443. Dans l'autre vie, on peut clairement percevoir, quelles opinions les Esprits, lorsqu'ils vivaient corporellement, ont eues au sujet de l'âme, de l'esprit et de la vie après la mort; car quand ils sont tenus dans un certain état, qui ressemble à leur état corporel, ils pensent comme s'ils étaient dans le monde, et leur pensée se communique aussi nettement que s'ils parlaient à découvert. J'en fis l'expérience avec un esprit qui venait de quitter le monde; je perçus, ce que du reste il m'avoua lui-même, qu'il avait cru à l'existence de l'esprit, mais à une existence nébuleuse, parce qu'il pensait que la vie du corps étant enlevée, ce qui restait ne pouvait être que quelque chose de nébuleux; car il avait placé la vie dans l'existence corporelle, et s'était pour ainsi dire fait de l'esprit l'idée d'un fantôme; il s'était confirmé dans cette idée, par la raison qu'il avait vu les brutes jouir aussi de la vie à peu près de la même manière que les hommes.

Il était maintenant très étonné que les esprits et les anges vécussent dans la lumière la plus éclatante, dans l'intelligence la plus élevée, dans la sagesse et dans la félicité, avec un tel degré de perception qu'on saurait à peine le décrire; et qu'en conséquence leur vie, au lieu d'être nébuleuse, fût brillante de lumière et très variée.

444. Je parlai avec un autre qui avait cru, lorsqu'il vivait dans le monde, que l'esprit n'avait pas d'étendue; il ne voulait, d'après ce principe, admettre aucune expression qui renfermât en elle l'idée de l'étendue. Je lui demandai ce qu'il pensait de lui-même, maintenant qu'il était une âme ou un esprit, et qu'il jouissait de la vue, de l'ouïe, de l'odorat, d'un tact exquis, de la faculté de désirer et de penser, au point de se croire tout à fait comme s'il était dans son corps.

Il était tenu dans les idées qu'il avait lorsqu'il pensait ainsi dans le monde; alors, il me dit que l'esprit consistait dans la pensée; mais il me fut accordé de lui répondre comme s'il eût vécu dans le monde: "Ne savez-vous pas que la vue corporelle ne peut exister sans l'organe visuel ou l'oeil ? Comment pourrait donc exister la vue interne ou la pensée, si elle n'avait pas une substance organique d'où elle pût tirer l'existence ?" Il reconnut alors que, dans sa vie corporelle, il avait été travaillé de la fantaisie de croire que l'esprit était seulement une Pensée privée de tout organe ou d'étendue. Il ajoutait que si l'âme ou l'esprit était seulement une Pensée, l'homme n'aurait pas besoin d'un si grand Cerveau, le cerveau tout entier étant un composé d'organes pour les sens intérieurs; que si cela n'était pas ainsi, le crâne aurait pu être concave, et la pensée n'y aurait pas moins fait agir l'esprit; que par cela seul, et en outre par l'opération de l'âme dans les muscles, qui produit instantanément de si nombreux mouvements, il pouvait se convaincre que l'esprit est un composé d'organes ou une substance organique. En conséquence, il avoua son erreur et il s'étonnait d'avoir été si insensé.

445. J'ai déjà dit que les savants croient que l'Ame, qui doit vivre après la mort, ou l'Esprit, est une Pensée abstraite, et que sur ce point ils n'ont pas d'autre croyance; cela résulte évidemment de ce qu'ils ne veulent pas admettre, en parlant d'elle, aucun mot qui ait rapport à l'étendue : ils en agissent ainsi, parce que la pensée, considérée abstractivement de son sujet, n'a pas d'étendue; mais le sujet de la pensée et les objets de la pensée ont de l'étendue; et si quelques objets de la pensée n'en ont pas, les hommes les déterminent et leur donnent de l'étendue pour les pouvoir saisir. C'est ce qui montre d'une manière évidente que, par Ame ou Esprit, les savants n'entendent qu'une simple Pensée, et qu'en conséquence ils ne peuvent faire autrement que de croire à son extinction lorsqu'ils meurent.

446. Je me suis entretenu avec des esprits sur l'opinion des hommes d'aujourd'hui qui ne croient point à l'esprit, parce qu'ils ne le voient pas de leurs yeux et ne le saisissent pas au moyen de leurs sciences : ainsi, ils nient non seulement que l'esprit ait de l'étendue, mais encore qu'il soit une substance, parce que la question sur ce qu'on doit entendre par substance est en litige; et comme ils nient qu'il ait de l'étendue, et qu'ils se disputent au sujet de la substance, ils nient même que l'esprit soit dans un lieu et conséquemment dans le corps humain, lorsque cependant
l'homme le plus simple peut savoir que son âme ou son esprit est dans son corps.

Comme je leur parlais de cette opinion, ces esprits, qui étaient des plus simples, s'étonnaient que les hommes d'aujourd'hui fussent si insensés; et comme je leur répétais les mots sur lesquels ils se disputaient, comme "partes extra partes" et autres de même genre, ils disaient que de telles expressions étaient discordantes, bonnes pour des bateleurs et des baladins, et indignes d'occuper jamais l'esprit de l'homme, parce qu'elles ferment la voie qui conduit à l'intelligence.

447. Un esprit, récemment entré dans l'autre vie, s'entretenant avec moi, et m'entendant discourir sur l'esprit, me disait, se croyant encore homme : qu'est-ce que l'esprit ? Je lui répondis que l'esprit est dans n'importe quel homme; que tout homme, quant à la vie, est esprit, et que le corps lui sert seulement pour vivre sur la terre; que les os et la chair, ou le corps, ne pourraient jamais vivre et penser.

Comme il hésitait, je lui demandai s'il avait jamais entendu parler de l'âme; il me dit : qu'est-ce que l'âme ? Je ne sais ce que peut être l'âme. Alors il me fut accordé de lui dire que maintenant il était lui-même une âme ou un esprit, ce dont il pouvait s'assurer en remarquant qu'il était au-dessus de ma tête, et qu'il ne s'appuyait pas sur la terre, si toutefois il pouvait le percevoir. Alors, il se sauva tout effrayé, en s'écriant : je suis un esprit ! je suis un esprit !

Un certain juif croyait absolument vivre dans son corps, au point qu'on aurait pu à peine l'en dissuader; et lorsqu'on lui eut montré qu'il était un esprit, il ne cessait pas néanmoins de dire qu'il était un homme, parce qu'il voyait et entendait.

Tels sont ceux qui, dans le monde, ont été hommes corporels. J'aurais pu donner encore beaucoup d'exemples; mais j'ai seulement rapporté ceux-ci pour prouver que, dans l'homme, c'est l'esprit, et non le corps, qui éprouve des sensations.

448. J'ai parlé longtemps, pendant des mois et des années, d'une voix claire mais interne, avec plusieurs de ceux que j'avais connus dans leur vie corporelle, comme je l'eusse fait avec des amis dans ce monde. J'ai aussi, avec quelques-uns d'eux, fait tomber la conversation sur l'état de l'homme après la mort: ils étaient très étonnés de ce que personne, dans la vie corporelle, ne savait ou ne croyait qu'on dût vivre ainsi après la mort, quand cependant elle n'est que la continuation de la vie et le passage d'une vie de ténèbres à une vie brillante de lumière, et de plus en plus brillante pour ceux qui sont dans la foi pour le Seigneur.

Ils voulaient que je disse à leurs amis qu'ils vivaient, et que je leur écrivisse quel était l'état de ceux d'entre eux auxquels j'avais aussi raconté plusieurs faits relatifs à leurs amis; mais je répondis que si je le leur disais, ou le leur écrivais, ils ne me croiraient pas; qu'ils traiteraient cela d'illusions; qu'ils s'en moqueraient, et demanderaient des signes ou des miracles avant de croire; qu'ainsi je m'exposerais à leur dérision : qu'il y en aurait tout au plus quelques-uns qui croiraient à la véracité de mes assertions; car on nie du fond du coeur que l'esprit existe, et ceux qui ne le nient pas ne veulent néanmoins point concevoir qu'on puisse parler avec les esprits.

Les idées actuelles sur les esprits n'appartinrent jamais aux temps anciens, elles sont de nos jours, où l'on veut par le seul raisonnement explorer la nature des esprits qu'on prive, par des définitions et des suppositions, de toute espèce de sensations; et plus on veut être érudit, plus on persiste dans de telles idées.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.onnouscachetout.com/forum/index.php?showtopic=395&
Cristobal
Admin
avatar

Nombre de messages : 2917
Date d'inscription : 11/06/2007

MessageSujet: Re: Swedenborg (1688-1772)   Dim 21 Oct - 8:31

--- Après la Mort (1/2) ---

1273. Quand les âmes, récemment arrivées du monde, doivent se séparer de la compagnie des Anges spirituels pour venir parmi les Esprits, et enfin dans la Société dans laquelle elles avaient
été quand elles vivaient dans le corps, elles sont conduites çà et là par les Anges vers plusieurs résidences, qui sont des sociétés séparées, mais cependant conjointes aux autres; et ces âmes y sont reçues indistinctement; de là elles vont indistinctement vers d'autres sociétés; et cela, pendant quelque temps, jusqu'à ce qu'elles arrivent à la société dans laquelle elles avaient été quand elles vivaient dans le corps, et elles y restent. De là le nouveau commencement de leur vie.

Si c'est un fourbe, un hypocrite, ou un trompeur, qui puisse se parer d'un état qui en impose et d'un génie presque angélique, il est parfois reçu par les bons esprits; mais après un peu de temps, il en est séparé; et alors, privé du secours des Anges, il erre cà et là, cherche à être reçu, mais il est rejeté, quelquefois même puni, et enfin il est transporté parmi les esprits infernaux.

Ceux qui, délivrés de la Vastation, sont enlevés vers les Anges, changent aussi de sociétés; et lorsque des unes ils passent dans les autres, ils sont congédiés avec civilité et avec charité, et cela, jusqu'à ce qu'ils viennent dans la société angélique qui s'accorde avec le génie de leur charité, de leur probité, de leur piété, ou de leur civilité sincère.

Je fus aussi conduit de la même manière dans des résidences, et l'on s'y entretint avec moi; c'était pour que je susse comment cela se passe; je pus alors réfléchir, au sujet des changements de lieu, qu'ils étaient seulement apparents, et que ce n'était que des changements d'état, le corps restant dans le même lieu.

Remarque :je pense ici aux développements de Wilcock/RÂ, qui fait la distinction entre :

--l'espace-temps, dans lequel nous évoluons lorsque nous sommes éveillés, soit 3 dimensions d'espace grâce auxquelles nous pouvons aller dans tous les sens, et une seule dimension de temps, qui nous oblige à rester figés dans le présent (la ligne droite du temps), sans possibilités d'aller dans le "passé" ou le "futur".

--le temps-espace, qui correspondrait aux domaines du rêve et du voyage astral, en tout cas tout ce qui se situe en dehors de l'état de veille, avec ici au contraire, comme en miroir, 3 dimensions du temps grâce auxquelles il devient possible d'aller dans tous les sens, passé, présent et futur, et une seule dimension d'espace, ce qui explique pourquoi l'on reste en un même point, les différents "lieux" apparents étant en fait différents états d'être, différents états de conscience.

À ce propos, on pourra lire, du moins quand l'ouvrage sera de nouveau disponible (très curieux d'ailleurs que ce livre, paru en 2005, et grand succès parait-il aux USA, ne soit toujours pas réédité : très possible censure, tellement les thèmes abordés, d'un temps à trois dimensions, avec ses implications qui touchent au voyage dans le temps (justement Very Happy ), relèvent d'un domaine qui doit irriter fortement nos amis les "Illuminatis" et autres "Annunakis" Very Happy ), lire donc le bouquin d'Eric Julien, "La Science des Extraterrestres".

En attendant, Pascuser avait consacré un dossier détaillé à l'ouvrage, ici :


http://www.conspirovniscience.com/temps3D.php

Fermons cette très longue et très passionnante parenthèse (orange Very Happy ), et revenons au texte de Swedenborg.

1274. Au nombre des merveilles qui existent dans l'autre vie sont les suivantes :

1- Les sociétés des Esprits et des Anges paraissent distinctes entre elles quant à la Situation, quoique les lieux et les distances, dans l'autre vie, ne soient autre chose que des variétés d'état.

2- La Situation et les Distances sont en rapport avec le corps humain, de sorte que ceux qui sont à la droite paraissent à la droite, de quelque manière que le corps se tourne; il en est de même de ceux qui sont à la gauche, et de ceux qui sont vers les autres régions.

3 - Tous les Esprits et tous les Anges ne sont pas à une distance assez grande pour qu'ils ne puissent être vus; mais cependant il ne s'en présente pas aux regards un plus grand nombre que celui que le Seigneur permet.

4- Les Esprits sur lesquels d'autres Esprits portent leurs pensées, ceux, par exemple, qui leur ont été connus d'une manière quelconque dans la vie du corps, se présentent à l'instant même, quand le Seigneur le permet, et s'approchent tellement qu'ils sont à leur oreille, ou si près d'eux qu'ils les touchent, ou à quelque distance, quand même ils auraient été éloignés de plusieurs milliers de milles, quand même ils auraient été près des astres. Il en est ainsi parce que dans l'autre vie la distance du lieu ne fait rien.

5- Chez les Anges, il n'y a aucune idée du temps.

Ces choses merveilleuses ont lieu dans le monde des Esprits, et d'une manière encore plus parfaite dans le Ciel; que ne doivent-elles pas être à la vue du Seigneur, pour lequel tous en général et chacun en particulier ne peuvent être que très présents, et sous son aspect et sous sa Providence ? Ces merveilles paraissent incroyables; mais toujours est-il qu'elles sont vraies.

1275. Je fus dans une Société où régnait la tranquillité, c'est-à-dire dont l'état tranquille approchait en quelque sorte de l'état de paix, sans être toutefois l'état de paix. Je m'y entretins de l'état des Enfants, et aussi du Lieu, en ce que le changement de lieu et de distance est seulement une apparence selon l'état de chaque esprit et selon le changement de cet état.

Lorsque je fus transporté dans cette société, les esprits qui étaient autour de moi semblaient être éloignés et me paraissaient au-dessous de moi; néanmoins il me fut accordé de les entendre parler.

1276. Quant à ce qui concerne la Situation où sont les Esprits dans le monde des esprits et les Anges dans le ciel, voici ce qu'il en est : à la droite du Seigneur sont les anges; à sa gauche les mauvais esprits; devant lui, ceux d'un état qui tient le milieu; derrière lui, ceux qui sont remplis de malice; au-dessus de la tête, ceux qui sont d'un caractère orgueilleux et qui aspirent à des choses élevées; sous les pieds, les enfers qui correspondent à ceux qui sont dans le haut.

Ainsi, tous sont dans leur situation, par rapport au Seigneur, à toutes les régions et à toutes les hauteurs, en plan horizontal et en plan vertical, et dans toutes les inclinaisons; leur situation est constante et ne varie point pendant toute éternité. Les cieux y constituent comme un seul homme, qui pour cela est appelé le Très-Grand Homme, auquel correspondent aussi toutes choses qui sont chez l'homme : dans la suite, par la Divine Miséricorde du Seigneur, je parlerai de cette correspondance. C'est de là qu'autour de chaque ange il y a une semblable situation de toutes choses, ainsi qu'autour de chaque homme auquel le Seigneur ouvre le ciel: la présence du Seigneur porte cela avec elle; et il n'en serait pas ainsi si le Seigneur n'était pas tout présent dans le Ciel.

-----------------------------------------------------------

Suite dans le prochain post, le texte étant trop long pour tenir dans un seul post......
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.onnouscachetout.com/forum/index.php?showtopic=395&
Cristobal
Admin
avatar

Nombre de messages : 2917
Date d'inscription : 11/06/2007

MessageSujet: Re: Swedenborg (1688-1772)   Dim 21 Oct - 8:40

--- Après la Mort (2/2) ---

1277. Il en est de même des Hommes, quant à leurs âmes qui sont continuellement attachées à quelque société d'esprits et d'anges; ils ont aussi leur situation dans le Royaume du Seigneur selon le caractère de leur vie et selon leurs états; et peu importe la distance qui les sépare sur la terre, serait-elle de plusieurs milliers de milles, ils peuvent toujours être ensemble dans une même société; ceux qui vivent dans la charité, dans une société angélique; ceux qui vivent dans les haines et autres mauvaises dispositions, dans une société infernale.

De même, peu importe que plusieurs hommes soient ensemble sur la Terre dans un même lieu, ils ne sont pas moins pour cela tous séparés selon les caractères de leur vie et selon leurs états, et chacun d'eux peut être dans une société différente.

Des hommes, qui sont à des distances de quelques centaines ou de quelques milliers de milles, lorsqu'ils paraissent à la vue du sens interne, sont si près que quelques-uns d'entre eux se touchent, d'après leur situation; ainsi, s'ils étaient plusieurs qui eussent la vue interne ouverte sur Terre, ils pourraient être ensemble et avoir ensemble des conversations, quand bien même l'un serait dans l'Inde et l'autre en Europe. C'est aussi ce qui m'a été montré. Ainsi tous les hommes sur la Terre sont en général et en particulier très présents au Seigneur et sont tous sous son aspect et sous sa Providence.

1376. Je me suis souvent entretenu avec les esprits sur l'idée du lieu et de la distance chez eux, sur ce que le lieu et la distance n'existent pas en réalité, mais qu'ils apparaissent comme s'ils existaient, quoiqu'ils ne soient cependant autre chose que les états de leur pensée et de leur affection, états qui sont ainsi variés et se présentent de cette manière à la vue dans le monde des esprits, mais non de la même manière dans le ciel chez les anges, parce que les anges sont dans l'idée des états et non dans l'idée du lieu et du temps.

Toutefois les esprits qui restent attachés aux idées corporelles et terrestres ne saisissent point cela; ils pensent que les choses sont absolument comme ils les voient. De tels esprits peuvent difficilement être amenés à croire qu'ils ne vivent plus dans leur corps, et ne veulent pas se persuader qu'ils sont des esprits; ainsi ils peuvent difficilement croire qu'il y ait quelque apparence, ni qu'il y ait quelque illusion, désirant vivre dans les illusions : c'est ainsi qu'ils se ferment le chemin qui les conduirait à saisir et à reconnaître les vérités et les biens qui sont à une très grande distance des illusions.

Il leur a été montré plusieurs fois que le changement de lieu n'est qu'une apparence et qu'une illusion des sens. Il y a, en effet, deux espèces de changements de lieu dans l'autre vie : l'une, dont j'ai déjà parlé, qui consiste en ce que tous les esprits et tous les anges tiennent constamment leur position dans le Très-Grand Homme, est une apparence; l'autre, qui consiste en ce que les esprits apparaissent dans un lieu, lorsque cependant ils ne sont pas dans ce lieu, est une illusion.

1377. Que le lieu, le changement de lieu et la distance soient une apparence dans le monde des esprits, c'est ce qui peut être évident en ce que toutes les âmes et tous les esprits, en quelque nombre qu'ils aient existé depuis la première création, apparaissent constamment dans leurs places, et ne changent jamais de place, à moins que leur état ne soit changé, et en ce que les lieux et les distances sont même variés pour eux, en raison du changement de leur état; mais comme chacun a un état commun qui domine, et que les changements d'état particuliers et singuliers se rapportent néanmoins à l'état commun, voilà pourquoi ils reviennent à leur position après ces
changements.

1378. J'ai été informé, tant par des conversations avec les anges que par une vive expérience, que les esprits, comme esprits, quant aux parties organiques qui constituent leurs corps, ne sont pas dans le lieu où on les voit, mais qu'ils peuvent en être très éloignés, et néanmoins y apparaître. Je sais que ceux qui se laissent entraîner par les illusions ne le croiront pas, mais néanmoins c'est ainsi que la chose se passe.

Cela a été mis dans toute son évidence devant ces esprits qui n'ont jamais rien cru comme vrai que ce qu'ils voyaient de leurs yeux, bien que ce fût une pure illusion; on leur rappela que chez les hommes, dans le monde, il se passe quelque chose de semblable; par exemple, quand le son d'un homme qui parle entre dans l'oreille d'un autre, si l'homme qui entend n'avait sur les différences du son aucune des connaissances que l'usage lui a fait acquérir depuis son enfance, et s'il ne voyait la distance, il ne pourrait faire autrement que de croire que celui qui parle est près de son oreille.

De même, si l'homme qui voit quelque objet éloigné de lui ne voyait pas en même temps les objets intermédiaires, et si par là il n'en connaissait pas la distance, ou si par les connaissances qu'il a il ne concluait pas quelle est la distance, il croirait que cet objet éloigné est très près de son oeil. A plus forte raison doit-il en être de même du langage des esprits, qui est un langage intérieur, et de leur vue, qui est une vue intérieure.

On leur dit ensuite que d'après cela ils ne devaient pas en douter et qu'ils devaient encore moins le nier, en donnant pour motif que cela ne paraît pas ainsi devant leurs yeux et qu'ils ne le perçoivent pas ainsi, puisqu'une expérience manifeste le prouve. De même, il y a aussi plusieurs choses dans la nature qui sont contre les illusions des sens, mais que l'on croit, parce qu'une expérience visible l'enseigne; telle est par exemple la navigation autour du globe de la Terre : ceux qui se laissent entraîner par les illusions des sens croiraient que le vaisseau et son équipage doivent tomber quand ils sont dans la partie opposée, et que les antipodes ne peuvent nullement se tenir sur leurs pieds : il en est de même de ceci et de plusieurs autres choses, dans l'autre vie, qui sont opposées aux illusions des sens et qui cependant sont vraies; telle est cette assertion que l'homme n'a pas la vie par soi, mais qu'il l'a par le Seigneur, et beaucoup d'autres.

Par ces exemples et par d'autres, ces esprits incrédules ont pu être amenés à croire que la chose se passe ainsi.

1379. On peut aussi voir, par ce qui précède, que les marches et les translations des esprits, et les progressions que l'on voit très souvent, ne sont que des changements d'état, c'est-à-dire qu'elles paraissent comme des changements de lieu dans le monde des esprits, mais comme des changements d'état dans le ciel. Il en est de cela comme de plusieurs autres choses qui sont représentatives, et qui se fixent d'une manière apparente dans le monde des esprits; j'en parlerai, dans la suite, par la Divine Miséricorde du Seigneur.

1380. Que le lieu, le changement de lieu et la distance, dans l'autre vie, soient aussi des illusions, c'est ce qui peut être évident en ce que les esprits peuvent, par des fantaisies, être transportés en un moment dans un lieu élevé, même dans le plus élevé, et aussi au même moment dans l'abîme, et comme d'une extrémité de l'univers à l'autre. Bien plus, les prestidigitatrices et les magiciens, dans l'autre vie, induisent par des fantaisies les autres esprits à croire que, lorsqu'ils sont dans un lieu, ils sont aussi en même temps dans un autre, et même dans plusieurs, en simulant ainsi comme une présence dans tous ces lieux.

Ceux qui, dans le monde, ont aspiré à des choses élevées, ainsi que ceux qui ont été fourbes, paraissent souvent au-dessus de la tête, mais néanmoins ils sont dans l'enfer sous les pieds; sitôt que leur fantaisie de faste leur est ôtée, ils tombent dans leur enfer : c'est ce qui m'a été montré. Cela n'est point une apparence, c'est une illusion; car, ainsi que je l'ai dit, il y a deux espèces de changements de lieu; l'une, consistant en ce que tous les esprits et tous les anges tiennent constamment leur situation, est une apparence; l'autre, consistant en ce qu'ils apparaissent dans un lieu et que ce lieu n'est pas leur situation, est une illusion.

1381. Les âmes et les esprits qui n'ont pas encore obtenu une situation constante dans le Très-Grand Homme sont portés vers différents lieux, tantôt ici, tantôt là; on les voit tantôt d'un côté, tantôt de l'autre; tantôt en haut, tantôt en bas; ils sont nommés âmes ou esprits errants, et comparés à des fluides dans le corps humain, qui de l'estomac s'élèvent parfois dans la tête, parfois autre part et se portent d'un lieu à un autre; il en est de même de ces esprits, avant qu'ils parviennent à une situation désignée et conforme à leur état commun. Ce sont leurs états qui sont ainsi changés et errants.

1382. Les hommes ne peuvent faire autrement que de confondre l'Infini Divin avec l'infini de l'espace; et comme ils ne saisissent l'infini de l'espace que comme n'étant rien, ainsi qu'il est effectivement, c'est pour cela qu'ils ne croient point à l'Infini Divin. Il en est de même de l'Eternel que les hommes ne peuvent saisir que comme l'éternel du temps, mais il se présente toujours par le temps chez ceux qui sont dans le temps.

Les Anges sont pénétrés de l'idée même de l'Infini Divin, par ce fait qu'ils sont en un moment en présence du Seigneur, quand même ils seraient à l'extrémité de l'univers, sans qu'il y ait aucune interposition d'espace ou de temps; et de l'idée même de l'Eternel Divin, par ce fait que mille années ne leur apparaissent pas comme un temps, à peine s'il leur semble avoir vécu une minute; et cela vient pour l'un et pour l'autre de ce qu'ils ont tout à la fois le passé et l'avenir dans leur présent; ils n'ont par conséquent aucune sollicitude pour l'avenir; jamais aucune idée de mort ne se présente à eux; mais ils ont seulement l'idée de la vie : ainsi, dans chaque instant du présent, il y a pour eux l'Eternel et l'Infini du Seigneur.

------------------------------------------------------------

Magnifique.

Adonaï.

Amen. Very Happy sunny
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.onnouscachetout.com/forum/index.php?showtopic=395&
papillon

avatar

Nombre de messages : 45
Date d'inscription : 18/09/2007

MessageSujet: Re: Swedenborg (1688-1772)   Dim 21 Oct - 10:05

..en effet!

..merci Christobal sunny
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cristobal
Admin
avatar

Nombre de messages : 2917
Date d'inscription : 11/06/2007

MessageSujet: Re: Swedenborg (1688-1772)   Ven 23 Nov - 10:42

--- De la Résurrection (1/2) ---

De la Résurrection de l'homme d'entre les morts, et de son entrée dans la vie éternelle.

168. Comme il m'est permis de raconter, dans un certain ordre, comment de la vie du corps l'homme entre dans la vie de l'éternité, ainsi que je l'ai déjà dit, afin que l'on sût comment l'homme est ressuscité, je vais rapporter, non ce que j'ai appris, mais ce qui m'a été montré par une vive expérience.

169. Je fus réduit à un état d'insensibilité, quant aux sens corporels, par conséquent, presqu'à l'état des mourants; cependant la vie intérieure me restait entière, ainsi que la pensée, pour que je perçusse et que je retinsse dans ma mémoire ce qui se passe en ceux qui sont morts et sont ressuscités. J'eus d'abord la respiration qui est propre à la vie, puis une respiration tacite.

170. Des Anges célestes étaient présents; ils occupaient la province du coeur, de sorte qu'il semblait, quant au coeur, que j'étais uni à eux; tellement enfin qu'il me fut à peine laissé quelque chose qui m'appartint, excepté la pensée, et par suite la perception; et cela, pendant quelques heures.

171. J'étais ainsi éloigné de la communication avec les esprits qui résident dans le monde des esprits : ils pensaient que j'étais sorti de la vie du corps.

172. Outre les Anges célestes qui occupaient la province du coeur, deux Anges étaient encore placés près de ma tête; et je perçus qu'il en est ainsi pour chaque mourant.

173. Les Anges qui étaient placés près de ma tête gardaient un profond silence, communiquant seulement leurs pensées avec le visage; de sorte que je percevais qu'il m'avait été, pour ainsi dire, donné un autre visage, et même deux visages, parce qu'il y avait deux Anges. Lorsque les Anges perçoivent que leurs visages sont reçus, ils connaissent que l'homme est mort.

174. Après qu'ils eurent reconnu leurs visages, ils produisirent quelques changements autour de la province de la Bouche,et communiquèrent ainsi les choses qu'ils pensaient; car il est ordinaire aux Anges célestes de parler par la province de la bouche : il m'avait été donné de percevoir leur langage cogitatif.

175. Une odeur aromatique,comme celle d'un cadavre embaumé se fit sentir; car lorsque les Anges célestes sont présents, ce qui est cadavéreux est senti comme une odeur aromatique; lorsque les mauvais esprits sentent cette odeur, ils ne peuvent approcher.

176. Pendant ce temps là, j'étais tenu, quant à la province du coeur, assez étroitement uni aux Anges célestes, ce que je perçus et sentis aussi par le pouls.

177. Il me fut insinué que l'homme est retenu par les Anges dans les pensées qu'il a au moment de la mort, pensées qui sont pieuses et saintes : il me fut encore insinué que ceux qui meurent pensent le plus ordinairement à la vie éternelle, et rarement au salut et à la félicité; aussi les Anges les tiennent-ils dans la pensée de la vie éternelle.

178. Ils sont tenus assez longtemps dans cette pensée par les Anges célestes, avant que ces Anges se retirent; et ils sont abandonnés aux Anges spirituels, auxquels ils sont ensuite associés. Pendant ce temps ils ne savent autre chose, sinon qu'ils vivent dans le corps, mais cette perception est obscure.

179. Du moment que les intérieurs du corps se refroidissent, les substances vitales sont séparées de l'homme, en quelque endroit qu'elles soient, fussent-elles même renfermées dans mille liens entrelacés en forme de labyrinthe; car l'efficacité de la Miséricorde du Seigneur que j'avais perçue auparavant, comme une attraction vive et forte, est si grande, que rien de vital ne peut rester.

180. Après que je fus comme ressuscité, les Anges célestes qui se tenaient près de ma tête restèrent pendant quelque temps auprès de moi, et ne parlèrent que tacitement; je percevais, par leur langage cogitatif, qu'ils regardaient comme rien toutes les illusions et toutes les faussetés, ne s'en moquant pas, il est vrai, comme de bagatelles, mais les considérant comme des choses dont ils ne devaient pas s'occuper : le langage dont ils se servent aussi, quand ils commencent à parler avec les âmes de ceux chez lesquels ils sont d'abord, est cogitatif et non sonore.

181. L'homme, ainsi ressuscité par les Anges célestes, est encore dans une vie obscure; lorsque le moment où il doit être remis aux Anges spirituels est arrivé, les Célestes se retirent, mais seulement quelque temps après que les Spirituels se sont approchés; et il me fut montré comment ceux-ci agissent pour que le ressuscité reçoive l'usage de la lumière.

182. Quand les Anges célestes sont auprès du ressuscité, ils ne l'abandonnent point, car ils aiment tous les hommes; mais quand l'âme est telle qu'elle ne peut être plus longtemps dans la compagnie des Anges célestes, elle désire se séparer d'eux; quand cela arrive, les Anges spirituels viennent et lui donnent l'usage de la lumière; car auparavant il ne voyait rien, mais seulement il pensait.

183. Il me fut montré comment ces Anges agissent : ils semblaient dérouler la tunique de l'oeil gauche vers le sentier nasal, pour ouvrir l'oeil et donner l'usage de la lumière; l'homme perçoit que cela se fait ainsi, mais c'est une apparence.

184. Lorsqu'il a vu que la membrane a été déroulée, il apparaît quelque chose de lumineux mais d'obscur, comme lorsque l'homme voit à travers ses paupières à son premier réveil; et il est dans un état tranquille, étant encore sous la garde des Anges célestes : puis il apparaît quelque chose d'ombragé de couleur céleste avec une petite étoile; mais j'eus la perception que cela se fait avec variété.

185. Ensuite quelque chose paraît se dérouler mollement de dessus sa face, et la perception lui est donnée; alors les Anges ont le plus grand soin qu'il ne vienne pas d'idée du ressuscité à moins que ce ne soit une idée très douce, ou une idée d'amour : et il lui est donné de connaître qu'il est un esprit.

186. Alors il commence sa vie; elle est d'abord heureuse et gaie, car il lui semble être arrivé à la vie éternelle; cela est représenté par une lumière blanche tirant sur un blond agréable; par là est signifié sa première vie, savoir, en ce qu'elle est céleste et spirituelle.

187. Sa réception ensuite dans la société des bons esprits a été représentée par un jeune homme monté sur un cheval qu'il dirige vers l'enfer; mais le cheval ne peut faire un seul pas. Il est représenté comme un jeune homme, parce que dès le premier instant qu'il vient dans la vie éternelle, il est au milieu des Anges, et qu'ainsi il lui semble être dans la fleur de la jeunesse.

.... suite dans le prochain post.... Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.onnouscachetout.com/forum/index.php?showtopic=395&
Cristobal
Admin
avatar

Nombre de messages : 2917
Date d'inscription : 11/06/2007

MessageSujet: Re: Swedenborg (1688-1772)   Ven 23 Nov - 11:04

--- De la Résurrection (2/2) ---

188. La vie suivante a été représentée en ce qu'il descendait de cheval et allait à pied, parce qu'il ne peut pas faire mouvoir le cheval de place; et il lui est insinué qu'il doit être instruit des connaissances du vrai et du bien.

189. Il voit ensuite des sentiers obliques s'élevant en pente douce, qui signifient que c'est par les connaissances du vrai et du bien et par la reconnaissance de lui-même, qu'il doit être conduit peu à peu vers le ciel; car, sans la reconnaissance de soi-même, et sans les connaissances du vrai et du bien, personne ne peut y être conduit.

314. Après que les Anges spirituels ont donné au Ressuscité ou à l'Ame l'usage de la lumière, pour qu'il puisse voir ce qui l'entoure, ils lui rendent tous les services qu'il peut désirer dans cet état; ils l'instruisent de toutes les choses qui sont dans l'autre vie, selon qu'il peut toutefois les comprendre : s'il a été dans la foi, ils lui montrent même, s'il le désire, les merveilles et les magnificences du Ciel.

315. Mais si le Ressuscité ou l'Ame n'est pas d'un caractère à vouloir être instruit, il désire alors s'éloigner de la société des Anges, ce qui est perçu par les Anges avec une grande lucidité; car, dans l'autre vie, toutes les idées de la pensée se communiquent : quand donc il désire s'éloigner, ce ne sont pas eux qui l'abandonnent, mais c'est lui qui les quitte. Les Anges aiment tous les hommes, et leur plus grand désir est de rendre des services, d'instruire et de conduire au ciel; c'est en cela que consistent leurs suprêmes délices.

316. Quand l'Ame se sépare des Anges spirituels, de bons Esprits la reçoivent; et quand elle est en société avec eux, ils lui rendent aussi de bons offices; mais si sa vie dans le monde a été telle qu'il ne lui soit pas possible de rester associée avec ces bons esprits, elle désire encore se séparer d'eux; et cela se répète longtemps et bien des fois, jusqu'à ce qu'elle s'associe avec ceux qui conviennent parfaitement à sa vie dans le monde, chez lesquels elle trouve une vie qui lui semble la sienne; et alors, chose étonnante, ils mènent ensemble une vie semblable à celle qu'ils eurent dans le corps : mais lorsqu'ils sont retombés dans cette vie, il en résulte un commencement de vie nouvelle; ils sont portés de là vers l'enfer, les uns après un plus grand intervalle de temps, les autres après un plus petit; tandis que ceux qui ont eu la foi dans le Seigneur sont, à partir de ce nouveau commencement de vie, conduits par degrés vers le Ciel.

317. Mais les uns sont conduits au Ciel plus lentement, les autres plus promptement; j'en ai même vu quelques-uns qui y furent transportés immédiatement après la mort; j'en rapporterai seulement deux exemples :

318. Un certain esprit vint à moi et me parla; il me fut facile de reconnaître, à certains signes, qu'il était nouvellement sorti de la vie terrestre; d'abord, il ignorait où il était, se croyant encore dans le monde. Mais quand il lui fut accordé de savoir qu'il était dans l'autre vie, et que maintenant il ne possédait plus ni maison, ni richesses, ni choses semblables, et qu'il était dans un autre Royaume, où il se trouvait privé de tout ce qu'il avait eu dans le monde, alors, en proie à l'anxiété, il ne savait où aller, ni où se loger; mais on lui dit que le Seigneur Seul pourvoit aux besoins de chacun et de tous.

Il fut alors livré à lui-même, pour qu'il pensât comme dans le monde; et il pensait (car dans l'autre vie les pensées de tous peuvent être clairement perçues), il pensait, dis-je, à ce qu'il allait faire, privé qu'il était de tout ce qui aurait pu le faire vivre : mais comme il était dans cette anxiété, il fut transféré au milieu des Esprits célestes qui habitent la région du coeur, et il en reçut tous les services qu'il pouvait désirer. Ayant été, après cela, livré de nouveau à lui-même, il se mit par impulsion de Charité à penser comment il pourrait reconnaître de si grands bienfaits. Il devint évident par là qu'il avait été dans la charité de la foi pendant sa vie terrestre; en conséquence il fut aussitôt enlevé dans le Ciel.

319. J'en vis aussi un autre transporté immédiatement au Ciel par les Anges; il fut accepté par le Seigneur, et le Ciel lui fut montré dans sa gloire. Je vis en outre, par plusieurs autres expériences, que quelques-uns y furent conduits après un court espace de temps.

320. Pour ce qui en général concerne, après la mort, la vie des Ames ou des Esprits novices, il m'a été montré par plusieurs expériences que l'homme ne sait pas, en arrivant dans l'autre vie, qu'il est dans l'autre vie, pensant être encore dans le monde, et même dans son corps. C'est au point que quand on lui dit qu'il est un esprit, il est saisi de surprise et d'étonnement. Cela résulte, non seulement de ce qu'il est tout à fait comme un homme, quant aux sens, aux désirs, aux pensées, mais encore de ce que, pendant sa vie dans le monde, il n'a pas cru à l'existence de l'esprit, et pour quelques-uns, de ce qu'ils n'ont pas cru que l'esprit pût être tel.

321. Il est un autre point, c'est que l'Esprit possède des facultés sensitives, et des moyens de penser et de s'exprimer si supérieurs à ceux qu'il possédait dans la vie du corps, qu'on peut à peine établir entre eux de comparaison; cependant les Esprits ne le savent pas avant que le Seigneur leur ait donné la réflexion.

322. Qu'on se garde bien de la fausse opinion que les Esprits n'ont pas un sensitif bien plus parfait que dans la vie du corps; je sais le contraire par mille et mille expériences : si on ne veut pas le croire, par suite des suppositions qu'on s'est formées à l'égard de l'esprit, qu'on se le rappelle lorsqu'on viendra dans l'autre vie, et l'expérience elle-même forcera de le croire.

Les esprits jouissent du sens de la vue, car ils vivent dans la lumière; et les bons esprits, les esprits angéliques et les anges sont dans une si grande lumière que celle de midi dans le monde peut à peine lui être comparée; je parlerai dans la suite, avec la Divine Miséricorde du Seigneur, de la lumière dans laquelle ils vivent et voient : ils jouissent du sens de l'ouïe; il est si exquis que l'ouïe dont ils jouissaient dans le corps ne peut lui être comparée.

Ils ont presque continuellement parlé avec moi depuis quelques années; je dirai aussi plus tard, avec la Divine Miséricorde du Seigneur, quelque chose de leur langage : ils ont l'odorat; j'en parlerai aussi dans la suite avec la Divine Miséricorde du Seigneur : ils ont le tact le plus délicat; de là leurs douleurs et leurs tourments dans l'enfer; car au tact se rapportent toutes les sensations qui ne sont que des diversités et des variétés du tact : ils ont des cupidités et des affections auxquelles ne peuvent être assimilées celles qu'ils ont eues dans la vie du corps; je m'étendrai plus tard sur ce sujet avec la Divine Miséricorde du Seigneur : ils pensent avec beaucoup plus de perspicacité et de netteté qu'ils n'ont pensé dans la vie du corps; dans une seule idée de leur pensée, ils enveloppent beaucoup plus de choses qu'ils n'en renfermaient dans mille, lorsqu'ils pensaient dans la vie du corps : ils parlent entre eux avec tant de pénétration, de finesse, de sagacité et de netteté, que si l'homme percevait seulement quelque chose de leur langage, il en serait saisi d'admiration : en somme, ils n'ont absolument rien perdu qui les empêche d'être comme des hommes, mais ils sont plus parfaits, ayant seulement laissé des os et de la chair, et par conséquent des imperfections.

Ils reconnaissent et perçoivent que tandis qu'ils avaient vécu dans le corps, c'était l'esprit qui avait senti, et que bien, qu'il eût été dans le corps, il n'avait pas appartenu au corps : en conséquence, le corps étant rejeté, ils éprouvent des sensations bien plus exquises et plus parfaites : c'est dans les sens que consiste la vie, car sans les sens il n'y a pas de vie, et tels sont les sens, telle est la vie; c'est ce que chacun peut fort bien reconnaître.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.onnouscachetout.com/forum/index.php?showtopic=395&
Cristobal
Admin
avatar

Nombre de messages : 2917
Date d'inscription : 11/06/2007

MessageSujet: Re: Swedenborg (1688-1772)   Sam 2 Aoû - 21:21

--- La Formation de l'Âme ---

5846. L' Influx provenant du Monde spirituel chez l'homme a lieu, en général, de cette manière : l'homme ne peut rien penser, ni rien vouloir par lui-même, mais tout influe; le bien et le vrai, du Seigneur par le Ciel, ainsi par les Anges qui sont chez l'homme; le mal et le faux, de l'enfer, ainsi par les mauvais Esprits qui sont chez l'homme. Et cela, dans la pensée et dans la volonté de l'homme. Je sais que cela va paraître très paradoxal, parce que c'est contre l'apparence, mais l'expérience elle-même enseignera comment la chose se passe.

5847. En effet, jamais aucun homme, aucun Esprit, ni aucun Ange, n'a la vie par lui-même, et ainsi ne peut jamais penser ni vouloir par lui-même, car dans le penser et dans le vouloir est la vie de l'homme, parler et agir est la vie qui en résulte.

Il n'y a en effet qu'une seule vie, à savoir la vie du Seigneur, laquelle influe dans tous, mais elle est reçue diversement, et même selon la qualité que l'homme par sa vie a introduite dans son âme; de là, chez les méchants, les biens et les vrais sont changés en maux et en faux; chez les bons, ils sont reçus les biens comme biens, et les vrais comme vrais.

Cela peut être comparé à la lumière qui influe du soleil dans les objets; elle y est modifiée et variée de différentes manières selon la forme des parties, et par suite elle est changée en couleurs ou tristes ou gaies.

L'homme, pendant qu'il vit dans le monde, introduit une forme dans les substances les plus pures qui appartiennent à ses intérieurs, de sorte qu'on peut dire qu'il forme son âme, c'est-à-dire la qualité de son âme. Selon cette forme est reçue la vie du Seigneur, vie qui appartient à son amour envers tout le genre humain. Qu'il n'y ait qu'une seule vie, et que les hommes, les esprits et les anges soient des récipients de la vie, on le voit, n° 1954, 2021, 2706, 2886 à 2889, ... .

5848. Pour que la vie du Seigneur influe, et soit reçue selon toute loi chez l'homme, il y a continuellement chez l'homme des Anges et des Esprits, des Anges venant du ciel, et des Esprits venant de l'enfer. Et j'ai été informé que chez chaque homme, il y a deux Esprits et deux Anges.

S'il y a des Esprits de l'enfer, c'est parce que l'homme par lui-même est continuellement dans le mal, car il est dans le plaisir de l'amour de soi et du monde; et autant l'homme est dans le mal, ou dans ce plaisir, autant les Anges du ciel ne peuvent être présents.

5849. Ces deux Esprits, qui ont été adjoints à l'homme, font qu'il y a communication avec l'enfer, et ces deux Anges font qu'il y a communication avec le ciel. L'homme, sans la communication avec le ciel et l'enfer, ne pourrait pas même vivre un instant : si ces communications étaient ôtées, l'homme tomberait mort comme une souche, car alors serait ôté le lien avec le Premier Être, c'est-à-dire avec le Seigneur. Cela m'a aussi été montré par une expérience.

Les Esprits chez moi furent un peu éloignés, et alors selon l'éloignement je commençai quasi à expirer, et j'aurais même expiré s'ils n'eussent pas été rapprochés. Mais je sais que bien peu d'hommes croient que chez eux il y a quelque Esprit, et même quelques Esprits. La raison principale, c'est qu'aujourd'hui il n'y a aucune foi parce qu'il n'y a aucune charité. Par suite, on ne croit pas non plus qu'il y ait un enfer, ni même qu'il y ait un ciel, ni par conséquent une vie après la mort.

Une autre raison, c'est que les hommes ne voient point de leurs yeux les Esprits. En effet, ils disent :"si je voyais, je croirais; ce que je vois existe, mais ce que je ne vois pas je ne sais si cela existe."On sait cependant, ou l'on peut savoir, que l'oeil de l'homme est si faible et si grossier qu'il ne voit pas même les choses saillantes qui sont dans l'extrême nature, ce qui est évident d'après les instruments d'optique par lesquels ces choses deviennent visibles. Comment alors l'homme pourrait-il voir les choses qui sont au-dedans d'une nature encore plus pure, où sont les Esprits et les Anges ?

L'homme ne peut les voir qu'avec l'oeil de son homme interne, car l'oeil interne a été disposé pour les voir. Mais, pour plusieurs motifs, la vue de cet oeil n'est point ouverte à l'homme pendant qu'il est dans le monde. D'après cela, on peut juger combien la foi d'aujourd'hui diffère de la foi ancienne; la foi ancienne était que chaque homme avait chez lui son Ange.

--- Des Anges et des Esprits chez l'Homme ---

5850. Voici comment la chose se passe : du Seigneur il y a par le monde spirituel dans les sujets du monde naturel un Influx commun, et il y a un Influx particulier. L' Influx commun, dans ceux qui sont dans l'ordre; l' Influx particulier, dans ceux qui ne sont point dans l'ordre.

Les Animaux de chaque genre sont dans l'ordre de leur nature, c'est pour cela qu'en eux il y a l'influx commun; qu'ils soient dans l'ordre de leur nature, on le voit en ce qu'ils naissent dans toutes les choses qui leur sont propres, et n'ont pas besoin d'y être introduits par instruction. Les hommes, au contraire, ne sont ni dans l'ordre ni dans aucune loi de l'ordre. C'est pour cela qu'en eux il y a l'influx particulier, c'est-à-dire que chez eux il y a des Anges et des Esprits, par lesquels a lieu l'influx; et s'il n'y en avait pas chez les hommes, ceux-ci se jetteraient dans tous les crimes, et se précipiteraient en un moment dans l'enfer le plus profond.

Par ces Esprits et par ces Anges, l'homme est sous l'auspice et sous la conduite du Seigneur. L'ordre de l'homme, ordre dans lequel il a été créé, serait qu'il aimât le prochain comme lui-même, ou plutôt plus que lui-même, comme font les Anges; mais l'homme n'aime que lui seul et le monde, et il hait le prochain, à moins que celui-ci ne lui soit favorable dans son but de dominer et de posséder le monde; c'est pourquoi, comme la vie de l'homme est absolument contre l'ordre céleste, l'homme est dirigé par le Seigneur au moyen d' Esprits séparés et d' Anges séparés.

5851. Les mêmes Esprits ne demeurent pas perpétuellement chez l'homme, mais ils sont changés selon les états de l'homme, à savoir selon les états de son affection, ou de son amour et de ses fins. Les premiers sont éloignés, et d'autres les remplacent : en général, tel est l'homme lui-même tels sont les Esprits chez l'homme.

S'il est avare, il y a chez lui des Esprits avares; s'il est fastueux, des Esprits fastueux; s'il est avide de vengeance, des Esprits vindicatifs; s'il est fourbe, des Esprits fourbes. L'homme attire à lui de l'enfer les Esprits selon sa vie. Les enfers sont très exactement distingués selon les maux des cupidités, et selon toutes les différences du mal. De là, il arrive toujours que de semblables Esprits sont évoqués et adjoints à l'homme qui est dans le mal.

_________________
Vers l'Infini et au-delà... https://twitter.com/WhatAboutSoul
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.onnouscachetout.com/forum/index.php?showtopic=395&
Shakti



Nombre de messages : 297
Date d'inscription : 26/06/2007

MessageSujet: Re: Swedenborg (1688-1772)   Lun 4 Aoû - 9:35

Merci Cristobal pour ces textes qui donnent à réfléchir. Je voulais justement intrevenir au sujet de ce qu'on nomme communément, de nos jours, la "psychologie"... cette "science" aussi peu scientifique que d'autres balbutiements de l'humain dans le parcours escarpé de sa connaissance de lui-même. Le sujet le plus en vogue et le plus mystérieux qui sous-tend la psychologie, c'est une sorte de vérité admise, car visible dans ses résultats, alors que les causes ne le sont pas du tout, à savoir "l'inconscient". Je ne veux pas débattre ici des différentes écoles que je ne connais d'ailleurs pas, mais de l'interprétation qui devient communément admise dans la population, au sujet de l'inconscient, une "chose" indéfinie qui nous commande et qui dicte nos actes, nous poussant à agir et à réagir en dehors de notre volonté consciente...

On pourrait donner raison à Swedenborg sur bien des points, si ce n'est que sa vision n'est évidemment pas admise par nos universitaires... Mais du point de vue non-académique qui est le nôtre, on peut déjà se demander où réside la liberté humaine si sa description est réelle. Un homme mauvais attire des esprits mauvais qui lui dictent le mal... alors que sans "esprits" ils ne peut même pas exister... Cela reviendrait à dire que des esprits ont commencé par lui inculquer une orientation et que d'après cette orientation, d'autres ont pris le relai... Les humains ne sont que des pions sur un jeu de dames mené par des esprits qui débattent par humain interposé...

C'est un point de vue que je partage en grande partie, même si la fameuse "liberté" en prend un coup, tant il est vrai que dans mon expérience, la petite fille qui est devenue une femme et qui écrit les présentes lignes, n'a jamais eu l'impression de vivre une quelconque liberté. Elle a plutôt eu l'impression d'être l'objet, le joujou, de marionnettistes qui s'en donnaient à coeur joie, même si certains guides ont prétendu que c'était mon "grand moi" qui voulait tout ça... A d'autres moments ils ont également prétendu que si j'étais arrivée en 3D, c'était le résultat d'un "hasard cosmique"... Comme quoi ils affectionnent les paradoxes. Puis surtout, tout ceci reste à prouver et malgré les apparences, je suis du genre St Thomas tant que je ne dispose pas de multiples preuves d'une réalité. De nombreuses formes de mes "réalités" ayant été pulvérisées par des nouvelles, j'en ai conclu à l'heure actuelle que je ne saurais sans doute rien avec une absolue certitude tant que je serai de ce côté-ci du miroir.

Mais en ce qui concerne le fameux inconscient des psy, ma réalité actuelle sur la question est que la psychologie se trompe tout à fait, si elle prétend qu'une sorte d'état mental-émotionnel inconscient dicte nos actes et nos réactions. Pour moi, l'inconscient est composé de nos doubles qui se baladent sur les autres plans et dont nous sommes coupés. Ce sont les feedback de ces doubles qui résonnent en nous qui nous font accomplir des choses en dehors de notre volonté. A cela s'ajoute, en effet, l'influence de divers "esprits", c'est-à-dire de toutes sortes d'êtres désincarnés qui s'amusent aux dépend de l'humain. L'humain est coupé de ses doubles et son impuissance produit une sorte d'ouverture qui rend le travail facile aux possesseurs de tout poil. A l'heure actuelle, les technologies modernes d'influence de la pensée rajoutent encore à ces influences... Pour dire que la liberté humaine, au sens de notre vie en 3D, est bien relative, voire inexistante.

Et donc en guise de conclusion provisoire dans mes propres balbutiements, je dirais que "l'enfer" tout comme le reste a été voulu par le créateur, et que cette vie en 3D est seulement un terrain de jeu entre des forces contraires, histoire d'apprendre, de son grand point de vue global, ce que ces forces vont produire si on aveugle des sujets conscients, en les coupant de ces réalités et en les coupant de leur multidimensionnalité. Un peu comme un jeu vidéo dont on ne connaît ni les règles, ni les pièges, ni même le but. On est censé inventer le but et découvrir les pièges qui sont par définition cachés, car s'ils ne l'étaient pas, le jeu lui-même ne pourrait pas exister. S'il découvre les pièges, il sort en réalité du jeu... L'humain est dans un état de déchirement et d'aveuglement, car sans ces handicaps, il serait tout simplement inexistant... Et "Dieu" s'est peut-être dit un moment donné que c'était vraiment trop dur de se faire dévorer par léviathan au moindre tournant, alors il a adjoint des "anges", sortes de Jokers qui peuvent influencer, si le hasard et la nécessité font pencher la balance en leur faveur...

Bref, vous l'aurez compris, je ne garde pas beaucoup d'illusions sur les bienfaits possibles de la 3D et ce n'est pas faute d'avoir cherché.

sunny
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rapsody.unblog.fr/
Cristobal
Admin
avatar

Nombre de messages : 2917
Date d'inscription : 11/06/2007

MessageSujet: Re: Swedenborg (1688-1772)   Lun 4 Aoû - 11:12

--- De l'Inexistence de l'Inconscient Very Happy ---

1. Il est vrai que c'est un domaine à la fois effroyablement complexe, mais qui devrait aussi être simple, fluide et naturel, dès lors que l'on arrive à se déplacer, simultanément, au travers de différents plans de conscience/existence ("chose" dont je suis incapable, présentement Very Happy ).

Simplement, je dirai que l'inconscient n'a pas d'existence en soi. L'Inconscient est notre façon de décrire et de parler d'un champ supra-conscient dont nous ne sommes pas conscient.

Insconscient = Champ Supra-Conscient que nous ne percevons pas en tant que tel (1)

Comme un océan immense et infini, nous ne retenons dans nos filets que quelques scories, des poussières d'écume, amalgames de constructions mentales, émotionnelles, avec aussi certainement des incursions de l'astral, sans oublier d'éventuelles intrusions d'entités plus ou moins attentionnées Very Happy et bienveillantes. Very Happy

En définitive, mieux vaut, dans toute la mesure du possible, s'ancrer dans notre corps de lumière pour chevaucher les grandes plaines du supra-conscient.

Là au moins, point de perte de temps ni d'errances labyrinthiques (à détricoter, à l'aide du langage limitatif, les replis plus ou moins tortueux des névroses, petites peaux éphémères, et néanmoins souvent oppressantes, pour tant d'êtres humains qui se heurtent à la 3D).

Comme le reconnaissait Jung à la toute fin de sa vie, en s'ouvrant finalement à la "spiritualité", le "salut" passe par un dialogue renoué avec l'âme et le supra-conscient, ce qui nécessite bien sûr d'en reconnaître l'existence.

Accorder au moins à l'esprit le bénéfice du doute : réalité et existence autonome de la conscience, animant le corps en 3D.

2. Pour dire quelques mots de la question, et du problème bien souvent, de cette 3D perçue parfois comme une prison débilitante et frustrante, semblant dresser d'innombrables obstacles et barrières à l'esprit qui nous et tout anime, on pourrait dire que :

-- la 3D ne devrait être qu'une étape : chaque être humain devrait avoir la faculté de parcourir la 3D pendant un certain nombres d'années, et ensuite s'ouvrir à la multidimensionnalité, comme tu le fais d'ailleurs Shakti. (ainsi, j'imagine, tu es en 3D, mais pas forcément ni toujours "majoritairement", puisque tu es dans le même "temps" (qui n'est d'ailleurs pas le même Very Happy ) en 2D et 4D, 5D......)

-- le problème ici, c'est que l'ADN a été bloqué jusqu'à récemment, tout comme la Terre d'ailleurs (mise en quarantaine, avec réseau électromagnétique bridant et bloquant le spectre des fréquences entrantes).

-- c'est là sans doute la raison première de ce sentiment d'être en prison : pendant des dizaines et des dizaines de milliers d'années, le processus naturel d'évolution d'un être en 3D mettant un pied, puis deux pieds, puis le corps entier en 4D et 5D, cette croissance naturelle, et qui aurait dû être spontanée et généralisée, a été empêchée.

-- enfin, si l'on considère les sept super-univers en expansion continue (Corps de la Source Première en Exploration et Croissance), on peut comprendre que la 3D soit, tout comme les autres plans d'existence, un domaine valable d'expériences, offrant même, en théorie et en pratique, des possibilités d'évolution et de croissance accélérée pour la consience incarnée ("embedded" Very Happy ).

Bonjour chez vous.

Very Happy Very Happy Very Happy Very Happy

Post-Scriptum : et puis je crois aussi que l'on peut dire, "tout simplement" Very Happy , que (2° équation) :

La pure félicité n'est pas l'objet de la 3D. (2)

Quand il y a félicité, il y a communication et éveil avec des plans supérieurs à la 3D. Cet éveil ponctue le déroulement de la 3D, mais ne fait pas partie des règles du jeu en vigueur dans cette 3D.

En d'autres termes,
Nous aurons tout le temps et le loisir,
De baigner dans la félicité,
Une fois que nous serons morts........ à la 3D. Very Happy Very Happy Very Happy Very Happy

Ce peut être dès maintenant, dans l'instant, à chaque instant.

Dans une poignée d'années.

Ou bien, au moment de laisser de côté le corps usé de la 3D.

_________________
Vers l'Infini et au-delà... https://twitter.com/WhatAboutSoul
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.onnouscachetout.com/forum/index.php?showtopic=395&
Cristobal
Admin
avatar

Nombre de messages : 2917
Date d'inscription : 11/06/2007

MessageSujet: Re: Swedenborg (1688-1772)   Jeu 7 Aoû - 20:15

--- "livres-mystiques.com" ---

On trouvera une bonne partie des oeuvres de Swedenborg sur ce site, "livres-mystiques.com", bien qu'il n'y ait pas l'oeuvre majeure en plusieurs volumes que sont les "Arcanes Célestes".

Le site en question, avec d'autres que Swedenborg aussi, comme Saint Augustin, ici :

http://livres-mystiques.com/partieTEXTES/Textes/index.html

_________________
Vers l'Infini et au-delà... https://twitter.com/WhatAboutSoul
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.onnouscachetout.com/forum/index.php?showtopic=395&
Slaite

avatar

Nombre de messages : 3
Age : 61
Date d'inscription : 07/09/2012

MessageSujet: Re: Swedenborg (1688-1772)   Ven 7 Sep - 17:22

Bonjour à tous,

je voudrais signaler le site que j'administre: " Des idées et des livres" on y trouvera la majeure partie des écrits de Swedenborg dont "les Arcanes célestes " et bien d'autres notamment des ouvrages collatéraux.

A voir sur canalslaite

Pour bien comprendre les écrits de Swedenborg, il est nécessaire de connaître la doctrine des degrés que l'on trouvera dans " La Sagesse Angélique sur le Divin Amour " en troisième partie, et un tant soi peu la science des correspondances.

Slaite
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cristobal
Admin
avatar

Nombre de messages : 2917
Date d'inscription : 11/06/2007

MessageSujet: Re: Swedenborg (1688-1772)   Ven 7 Sep - 18:58

--- Livrels ePub ? ---

.... Soit ici :

http://canalslaite.blogspot.fr/

As-tu ou avez-vous, je ne sais pas, créé des livrels consultables sur tablette de lecture, au format ePub par exemple ?

sunny

_________________
Vers l'Infini et au-delà... https://twitter.com/WhatAboutSoul
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.onnouscachetout.com/forum/index.php?showtopic=395&
Slaite

avatar

Nombre de messages : 3
Age : 61
Date d'inscription : 07/09/2012

MessageSujet: Re: Swedenborg (1688-1772)   Ven 7 Sep - 19:18

Salut Cristobal,

Le (tu) me va très bien, Les livres peuvent être lu sur Ipad avec l'excellente application " goodreader "

Il existe aussi un logiciel (k2pdfopt) qui modifie et, permet la lecture des pdf sur tablette, pour le format epub c'est pas encore en projet, c'est un travail de groupe et il n'y a pas d'amateur.

Voilà si tu as d'autres questions je suis là !

slaite Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cristobal
Admin
avatar

Nombre de messages : 2917
Date d'inscription : 11/06/2007

MessageSujet: Re: Swedenborg (1688-1772)   Ven 7 Sep - 21:02

--- Aux origines ---

En fait, c'était il y a quelques années maintenant de cela, j'avais laborieusement et patiemment, et aussi passionnément saisi certains textes de Swedenborg, depuis mes exemplaires papiers, pour les coucher sur l'écran, les mettre en ligne dans quelque site internet primitif.

Depuis lors, les écrits de Swedenborg sont restés sagement alignés sur une étagère, et il est effectivement étonnant qu'il n'y ait pas en France, ou plus globalement dans la francophonie, quelque "Cercle Swedenborg" (.... eux-mêmes éditeurs de la version papier des "Arcanes Célestes" que j'ai sous les yeux, et que tu indiques en lien google, en plusieurs tomes, et dans cette belle traduction de Le Boys des Guays....) qui se soit donné pour mission de porter et d'intégrer ces textes jusqu'au coeur du XXI° siècle, c'est-à-dire amener tous ces écrits libres de droit directement dans la sphère numérique globalement dématérialisée.

Peut-être est-ce par manque de lecteurs.....

Toujours est-il que l'on peut trouver tous les conseils utiles, et peut-être même, qui sait, un volontaire expert en création de livrels (puisque nous avons ici des scanners pdf, via google), en se rendant dans le forum TA.

Mais là encore,
Comme souvent en ce qui me concerne,
Il se peut que je prenne mes désirs pour des réalités,
Que je divague doucement et gentiment.

Mais tout de même,
Numériser l'oeuvre intégrale de Swedenborg,
Pour une lecture aisée sur toutes tablettes,
Soit en ePub, mobi et pdf,
Et la rendre disponible sur les eaux gigantesques du net,
Librement et en toute gratuité,
Constituerait en soi un bel et bon chantier.

Nunti-Sunya,
Et,
Adonai de la Galaxie.

Very Happy Very Happy Very Happy Very Happy

_________________
Vers l'Infini et au-delà... https://twitter.com/WhatAboutSoul
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.onnouscachetout.com/forum/index.php?showtopic=395&
Slaite

avatar

Nombre de messages : 3
Age : 61
Date d'inscription : 07/09/2012

MessageSujet: Re: Swedenborg (1688-1772)   Ven 7 Sep - 21:48

Je suppose que tu parles de la Team A.... dont je suis aussi membre. En effet il y a de nombreux spécialistes sur TA, pour réaliser des ePubs, mais c'est plutôt SF ou Fleuve Noir et aussi romans, mais pas très branché spiritualité.

Lorsqu'on lit Swedenborg de deux choses l'une, ou on le rejette complétement, ou on change totalement de vie, il n'y a pas d'alternative du genre oui mais... peut être que... Soit tu prends la main de Swedenborg et avec lui tu vas à Christ, soit tu continues à marcher librement ton bonhomme de chemin et tu vas ou tu veux.

Et ce n'est pas le Format ePub qui y changera quelque chose, mais qui sait .....

Citation :
Mais tout de même,
Numériser l'oeuvre intégrale de Swedenborg,
Pour une lecture aisée sur toutes tablettes,
Soit en ePub, mobi et pdf,
Et la rendre disponible sur les eaux gigantesques du net,
Librement et en toute gratuité,
Constituerait en soi un bel et bon chantier.

Tout à fait d'accord avec toi cela pourrait être un bel et bon chantier, reste à constituer un groupe qui aimerait que ce projet voit le jour !



@ bientôt pour d'autres nouvelles.

slaite. Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Swedenborg (1688-1772)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Swedenborg (1688-1772)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les visions d'Emannuel Swedenborg (1688-1772)
» Pour zarzou: Swedenborg
» Voltaire et le système politique anglais
» ROMEUF Jacques-Alexandre
» Galette des rois poire caramel

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WingMakers :: WingMakers :: Portail-
Sauter vers: